Archives par étiquette : assemblée constituante

Fin de l’acte I de la transition : que retiendra l’histoire ?

Que retiendra l’histoire de l’inauguration de l’Assemblée Nationale Constituante du mardi 22 novembre 2011 ? Pour des millions de Tunisiens, c’est un grand jour assurément. Des centaines de citoyens se sont rassemblés sur la place du Bardo. Des journalistes sont arrivés de plusieurs pays. Des hommes et des femmes arborant des banderoles, des pancartes, des tee-shirts et des casquettes donnent un air de fête à cette nouvelle naissance, une atmosphère de mobilisation et d’accompagnement des élus aussi.

Postée devant la télévision à partir de 10 heures, j’enregistre le retard de la cérémonie, une habitude difficile à tuer, même après une Révolution. La chaîne nationale diffuse des images hors sujet, heureusement que les envoyés d’une chaîne privée[1] et des correspondants de radios donnent le pouls à l’intérieur de la coupole et à l’extérieur. A voir l’effervescence, on se réjouit que l’événement soit dans la rue, que la politique ne soit pas acheminée par les seuls canaux cathodiques, qu’elle se mêle à la vie de la cité. Les policiers sont là, et on commence à s’habituer à l’idée qu’ils ne frapperont pas. Une radio annonce l’agression de la députée[2] qui a fait des déclarations désobligeantes envers les mères célibataires mais on ne tarde pas à la voir quelques minutes après, se frayer un chemin, rayonnante, dans les couloirs. On se doute que cette Assemblée aujourd’hui au complet ne sera pas toujours aussi grouillante. Au fait, comment vont faire les députés tout au long de l’année future ? Comment vont-ils travailler ? Quelles dispositions ont été prises pour qu’ils effectuent leur mission ? Logeront-ils dans la capitale ? Et les journalistes ? Seront-ils toujours présents ? Aurons-nous un suivi de cette activité constituante ? Pourquoi n’instituerions-nous pas une chaîne parlementaire ? On n’a pas l’habitude de se poser ce genre de questions, d’émettre ce genre de souhaits. Cette Assemblée va-t-elle nous rapprocher de la politique et des problèmes du pays ? La suite nous dira si nous abordons vraiment une ère politique nouvelle. Les historiens apprécieront ce redémarrage après la parenthèse de la Constitution suspendue.

Tout le monde est sur son trente et un, l’élégance qui règne est digne des jours de fête. On voit des femmes en cheveux et d’autres à la tête couverte, les hommes sont bien coiffés, trois portent jebba et chéchia, un quatrième une casquette. Le parterre mêle des têtes connues et d’autres nouvellement découvertes à la télé, beaucoup d’inconnues aussi. Les personnalités politiques de la transition et du gouvernement provisoire sont placées à part ; elles forment une assemblée nettement plus masculine que celle qui entre en fonction, où la proportion féminine est d’un quart environ. L’histoire retiendra au moins la féminisation du paysage des élus et leur répartition sur une mosaïque de douze partis. Cela suffira-t-il à raviver le personnel politique ? Cette représentation plus colorée insufflera-t-elle plus d’humanité dans l’écriture de la Constitution ?

La mobilité des caméras donne au protocole un air moins compassé que d’ordinaire. L’hymne national puis la Fatiha précèdent le discours du Président de la République qui coule, sobre, solennel, pas trop long. Aucun officiel «étranger» n’assiste, la cérémonie s’affiche très nationale. Mais on sait que des caméras du monde entier se chargent de donner le retentissement qu’elle mérite à la première expérience aboutie des premières élections démocratiques dans un pays arabe et musulman. La liesse et la fierté de l’événement se veulent réservées aux Tunisiens, du moment que le monde les regarde. L’histoire nous racontera-t-elle les dessous de ce cérémonial bienséant ?

Après l’entracte et le départ des « invités », les 217 députés entament leurs travaux. Le doyen des élus (81 ans) est assisté des deux plus jeunes (23 ans), un garçon et une fille, une parité bienvenue qui a de plus l’avantage d’abaisser la moyenne d’âge de l’assistance. Le serment coranique résonne par la voix profonde du président mais le cabotinage et les maladresses de ce dernier finiront par embuer la distinction que chacun aurait souhaité donner à la cérémonie. Malgré les rappels de la hiérarchie partisane et de divers députés, cette direction est de mauvais augure : le président ne parvient pas à dominer sa fonction, refuse de la céder et introduit une tension dans les premiers pas de ce dispositif qui se met en marche sous les yeux de tous. Diriger est décidément très difficile. Pourquoi n’y renonce-t-on pas ? L’histoire retiendra-t-elle qu’il en coûtera à cet honoré d’un jour de perdre le poste qui lui était promis, de conduire le groupe parlementaire de son parti ?

Un happening introduit la question ô combien sensible des martyrs de la Révolution. Il ne vient à l’idée de personne que cette initiative est librement proposée par un député. Le geste est beau mais ce rappel nécessaire est hélas gâché par son amateurisme. La lecture des noms est hésitante, sans ordre ni suite logique et quand on apprend, dans la confusion, que les martyrs de Sidi Bouzid ont été oubliés, on se rappelle que cette liste aurait pu, si elle avait été pensée, inclure d’autres noms encore, notamment les 56 morts du bassin minier de Gafsa de 2008. Les historiens se pencheront-ils sur la façon dont cette liste a été préparée ? L’histoire fera-t-elle l’inventaire des victimes du régime de Ben Ali ?

Pour l’heure, l’attention reste suspendue et si des erreurs s’égrènent, on les met sur le compte de l’apprentissage, de l’impréparation. Le plus jeune assesseur se déclare, on rectifie le tir, il vient à la tribune remplacer celui qui a assuré la cérémonie d’ouverture. Improvisations regrettables mais l’atmosphère reste bon enfant. La prochaine ouverture de session sera-t-elle mieux organisée ? Les députés applaudissent un peu trop souvent. Cela sent l’ancien régime, les préposés à la claque peuplant toutes les réunions. Mais enfin la parole circule entre les sièges, des députés protestent contre la couverture d’un magazine distribué en leur absence[3], des avis orientent la séance, des suggestions fusent pour atténuer les impairs de la présidence. Tout le monde parle de peuple, de martyr, de nation…Ce sont, certes, de beaux mots mais ne sont-ils pas incorporés dans cette assemblée ? A quoi sert-il de les répéter quand on les incarne ? Il suffit de passer à l’action. Si les historiens se penchent sur ces usages rhétoriques, quel enseignement peuvent-ils tirer des applaudissements et du langage convenu dans l’enceinte de cette Constituante en herbe ? Pourvu qu’elle se penche sur les mots qui vont tracer l’avenir constitutionnel.

Des scènes nous font espérer quelques changements : transmettre en direct des opérations de candidature et de vote, même sans le son, donne le sentiment qu’on est partie prenante dans l’histoire en train de s’écrire. Une lueur de vie s’allume dans ce lieu de parole et de mise en texte : des gestes et des actes émergent, des gens s’affairent. L’histoire retiendra-t-elle le discours senti de la candidate non accréditée par la coalition tripartite[4] ? Soulignera-t-elle la leçon d’application démocratique que représente cet acte voué, non pas à gagner le fauteuil de la présidence, garanti par les tractations antérieures, mais à introduire une liberté de plus : celle d’imposer la visibilité des moins forts ? L’hémicycle est le lieu d’une scénographie démocratique balbutiante. Patience.

Dehors, la pauvreté et le chômage persistent, l’insécurité augmente. Si des procès s’élargissent à d’autres responsabilités que celles des familles Ben Ali et Trabelsi, les sit-in et agressions sont en hausse. Les prix flambent et les forces de l’ordre, surprises par les menaces de juger ceux qui ont jadis tiré, doivent s’habituer à défendre des citoyens demandeurs de compte. Les Tunisiens en métamorphose et en alerte attendent des signes de ce nouveau personnel politique après le chèque électoral, signé par la moitié d’entre eux. Des hommes et des femmes sortis de l’ombre et des prisons, de l’exil même prennent place pour une translation étatique chargée de porter le pays vers un fonctionnement plus démocratique. Que retiendra l’histoire de ces arrivants sur la scène ? Seront-ils des figurants ou des acteurs à part entière de cette transition ?

La dictature qui a fait bâtir la coupole du Bardo et l’a peuplée d’une fiction parlementaire a élaboré une rhétorique démocratique coupée du réel. Elle a doublé le manège du morcellement de l’espace politique potentiel, empêchant les énergies capables de s’atteler à la chose publique, de participer au jeu. Le ring de la Constituante abrite aujourd’hui une performance dont on attend une remise en ordre des règles, des opérations concrètes et plus seulement des résolutions verbales et des marchandages de coulisses. Si le match se déroule autour des seules prévisions de la coalition, game is over : le jeu ne tardera pas à se transformer en pugilat et le pays deviendra l’otage d’une violence qu’aucun communiqué consensuel ne peut cacher et qu’aucune rétractation ne peut guérir.

La Constituante de 1959 est née d’une coalition autour du plus fort, d’une légitimité construite sur des années de prison et de combat contre l’ennemi puis de règles soi-disant majoritaires. Elle a donné des réformes sociales sans empêcher les ré-écritures déviatrices et la confiscation du pouvoir au sommet. Celle qui entre en fonction saura-t-elle échapper à cette grammaire dictatoriale ? Accouchera-t-elle d’une forme de vie politique pacifiante, responsable, défendant les faibles pour préserver l’ensemble ? L’histoire dira son mot mais le présent presse et l’inquiétude gronde, à l’extérieur de l’hémicycle en fête.

    Hammam-Lif, 30 novembre 2011

Cet article a paru dans la version papier de La Presse de Tunisie du 5 décembre 2011.


[1] La chaîne privée Nessma TV.

[2] Souad Abderrahim, députée du parti Ennahdha.

[3] Les députés d’Al Aridha acha’biyya (Pétition populaire) protestent contre des articles sur Hechmi Hamdi publiés dans la dernière livraison de Maghreb Magazine.

[4] Maya Jribi, députée du Parti Démocratique Progressiste (PDP).

Dédramatiser, comprendre. Lettre à une amie

"Progression to Progress VI", by Ojame, licence CC BY-NC-SA 2.0

Le 30 octobre 2011

J’essaie de dé-dramatiser. J’essaie de comprendre. Et je prépare mon intervention de jeudi prochain à Paris I : je suis très contente de repartir encore et de parler avec d’autres. C’est un des cadeaux de la « Révolution » au chercheur que je suis.

Ma façon à moi de dédramatiser est de me répéter que nous sommes dans un processus inédit pour nous et difficile à analyser avec les grilles politistes des démocraties occidentales. Ou des récits de campagne. Ou des éditorialistes « spécialistes » des pays arabes. Aussi talentueux et honnêtes que soient les observateurs, nous devons accepter les limites de nos lunettes. En tant que chercheur, je sais que le journalisme, le nôtre aussi bien sûr et surtout, est démuni. Par ailleurs, je refuse de me laisser aller au pessimisme. Même si c’est une période très rude à vivre. J’ai conscience que nous sommes dans un chemin difficile et opaque. Je garde un espoir car je vois des choses minuscules bouger autour de moi, tous les jours. Ecrire pour moi et sur La Presse est une thérapie et une façon de lutter contre la confusion des grilles de lecture.

J’avoue que des choses me font peur en ce moment, en tant que femme mais pas seulement. J’observe par hygiène une certaine retenue et ne veux pas tirer des sirènes que tout le monde actionne. On a besoin surtout d’agir au jour le jour, de nous doter d’une constitution plus sûre… J’ai vu tellement de Tunisiens de valeur ces derniers mois. Pourquoi il n’y en aurait pas d’autres dans la Constituante, dans le prochain gouvernement ?

Bien sûr, je sais que les négociations politiciennes polluent cette période où on devrait penser plutôt au pays. Je ne suis pas angélique. Mais je réagis aussi à la façon dont on parle de cette élection après avoir accueilli la Révolution. Je n’aime pas ces appels après les encensements des premiers mois, il y a quelque chose d’insultant à se sentir ballotés par des lecteurs pressés, pas toujours bien informés et surtout apeurés. La plupart des articles que j’ai lus (notamment français) charrient une peur profonde de l’Islam et une ignorance des réalités sociales, complexes et très différentes d’un pays à l’autre, de ceux qu’on considère comme musulmans. Ce n’est la faute à personne, le manque de recherches en sciences sociales sur la Tunisie me semble particulièrement important en ce moment.

Analysons ces résultats électoraux qui ne me surprennent pas à vrai dire. Ils disent en chiffres ce que l’on vit depuis longtemps : les islamistes sont présents dans la société. Et on en a une idée plus nette, qui sera définitive quand on aura mis au clair toutes les affaires de fraude dans une dizaine de jours, après que la justice ait examiné les plaintes. Là aussi c’est un processus qui peut sembler dérisoire mais il apporte avec lui une lenteur « pédagogique », un apprentissage donc puisque les Tunisiens prendront le temps d’ingurgiter ce deuxième moment des résultats, d’admettre peut-être d’autres invalidations et donc la force du droit. Car il y a eu des tas de manipulations au cours de ces élections, que l’on peut considérer comme réussies, ayant donné une fois de plus une image de Tunisiens attirés par la vie citoyenne (donc encore un cran de sécularisation, dans les formes tout au moins). Ces chiffres de 40% de sièges revenant à Ennahdha dans la Constituante sont un peu douloureux, mais j’espère que les islamistes ainsi « reconnus » officiellement vont fabriquer moins de ressentiment… peut-être. Ces mêmes chiffres disent en même temps que moins de 50% des Tunisiens ont voté (on a 52% environ d’abstentions) et qu’un Tunisien sur cinq seulement a voté pour Ennahdha, beaucoup de voix venant d’ailleurs des Tunisiens en France….On voit que nous assistons à une montée d’une droite en Tunisie, ce qui est sombre. Alors même que nous n’avons pas de vie politique organisée et encore moins des institutions démocratiques, nous devons « admettre » ce diagnostic peu réjouissant mais prévu comme une base pour avancer vers une vie plus démocratique. Deux objectifs lourds, très lourds.

Le plus grand pas est de marquer une distance plus nette avec la dictature sans compter tout le reste (pauvreté, inégalités sociales flagrantes, manque de perspectives autonomes sans aide extérieure, corruption dans les rouages de l’État..) qui enveniment la marche de cette transition. Nous partageons le phénomène d’une montée des forces de droite avec beaucoup de pays dans le monde et le projet de sortir de la dictature avec d’autres pays du monde arabe qui ne nous ressemblent pas vraiment. Notamment en termes de présence de l’armée dans la société et le pouvoir, en termes d’acquis sociaux aussi notamment pour les femmes… Je sais que la Libye inquiète en ce moment mais pour ma part, je crains surtout des choses du côté du régime militaire algérien ! Mais là je manque encore d’éléments précis.

Les élections tunisiennes préparées selon des normes « internationales » ont énormément coûté en hommes et énergies. Je trouve cette opération admirable même si elle est marquée de nos insuffisances et même si on n’a pas évité un certain nombre de perversités. Face à ce travail de mise en place qui est en soi un acquis et une expérience qui marquera la vie politique, le paysage social reste inchangé, difficile à investir, à connaître en peu de temps. Ce premier rendez-vous électoral (j’ai parlé depuis de « brouillon » d’élections, disons un premier essai) n’a permis à personne de bien se préparer, ni aux Tunisiens engagés très rapidement dans l’action politique de faire des priorités. Comme les nahdhaouis ont un peu d’avance dans le tissu social car ils ont été persécutés, ils marquent les esprits comme des « résistants » qui ont payé un tribut humain à la dictature, ce qui est vrai. Voter pour eux c’est d’abord voter contre l’ancien régime qui les a persécutés sauvagement. Ils sont également aidés par les capitaux d’Arabie Saoudite qui n’ont jamais cessé de les alimenter pendant les 20 ans de leur résistance. La contre-révolution est hélas bien renflouée.

Le deuxième parti classé dans les chiffres électoraux est celui du CPR (Marzouki), le deuxième parti persécuté par Ben Ali, dirigé par un homme plutôt de « gauche » ou plutôt « droits de l’homme ». Les deux chefs d’Ennahdha et CPR (les deux partis en tête) ont vécu à Londres et à Paris, après avoir été pourchassés par Ben Ali… Ce qui me fait dire que la proportion qui leur revient, les plaçant en tête est aussi l’expression d’un vote qui veut rompre avec l’ancien régime et marquer sa détestation et son rejet.

Ajoutons à ce « vote-sanction » comme on dit dans le jargon, l’émiettement des forces démocrates et leur polarisation autour de personnalités qui se sont construites sur une résistance face à Ben Ali. Aucun « héroïsme » d’opposant ne peut fondre en 9 mois de transition. Les dizaines de partis qui n’avaient pas une « histoire héroïque » sont passés inaperçus. Je trouve par ailleurs les analyses des journalistes, y compris les plus informés d’entre eux, partielles, de facture politologique, le regard rivé sur des chiffres électoraux alors que je pense qu’il vaut mieux regarder en profondeur le tissu social où s’exerce ce dispositif. Et ce dispositif est en plus difficile à comprendre par le citoyen, d’où un danger supplémentaire.

Et puisque je suis dans le commentaire, je vais te donner un exemple des choses complexes que recouvrent ces résultats prévisibles pour ce qui est de la supériorité des Nahdhaouis. Le plus intéressant à observer est ailleurs à mon avis. Peut-être as-tu appris les troubles qui ont régné à Sidi Bouzid, la ville- symbole de la « Révolution ». Dans cette région très défavorisée, on aurait pu trouver Ennhadha en tête. Et bien non, on a voté presque massivement pour un zozo qui a été islamiste puis a fondé une télé à Londres (encore !). Après une courte opposition à Ben Ali, il est devenu son antenne, son mercenaire, entre autres pour combattre Ghannouchi, l’islamiste londonien aujourd’hui « victorieux ». Ce type est arrivé au nez de tous à activer les réseaux locaux du système Ben Ali pour faire élire son « parti » dans cette ville et quelques autres. Troisième dans le classement final !!! Avec les dépouillements, on a découvert des chiffres « réglementaires » mais massifs qui recoupent étrangement les votes benalistes de l’avant 14 janvier. Nous sommes dans la phase où on vient de découvrir cette opération incroyable, non répertoriée dans les infractions électorales. Cette mésaventure nous vaut plus qu’une anomalie, une série d’invalidations qui entraîne une autre crise de violence dans une région déjà endolorie par les morts de décembre-janvier. Une région pauvre mais que l’on a pu « acheter » aussi par un travail de terrain mystérieux, parallèle et presque ennemi de celui d’Ennahdha. Ces derniers n’ont pas le monopole de la triche ni de l’achat de la pauvreté dans le pays. La télé de ce londonien originaire de Sidi Bouzid, troisième dans le classement électoral a rapporté des voix en masse à des listes dont les prête-nom cachent d’anciens « notables » de l’ex-régime déchu…Privés de leurs élus, ces gens sont allés brûler le local d’Ennahdha… Et il ya de nouveau un couvre-feu dans la région ! Des gens souffrent alors qu’ils ont été floués, une fois de plus.

C’est à la fois plus grave et plus difficile à corriger que la désunion des « laïcs », ou le gap entre intello et peuple, vrais et faciles à détecter quand on participe ou qu’on observe les élections. En d’autres termes, la société tunisienne a des carences profondes. Un vrai travail politique est à faire, et ce n’était pas possible dans ce premier essai électoral. Je pense que les associations doivent prendre le relais et ne pas baisser les bras avec ces résultats, au contraire. Je pense aussi que la chape de la parole qui a sauté doit continuer à pousser les limites du silence et des habitudes de passivité. Nous avons acquis une certaine dose de liberté et nous devons la garder vivante.

Nous devons convertir ces résultats électoraux en travail à faire, en essayant de trouver des solutions concrètes, aux problèmes de fond qui sont d’abord la pauvreté et l’injustice qui règnent comme une culture politique dominante, à tous les niveaux. Sur le plan politique, nous devons travailler à ne pas revenir à la case départ : les textes des mois à venir sont fondamentaux (Constitution et règlements) mais également dans des choses moins rigides, des espaces plus discrets. À l’université, des petites expériences ont démarré, très timides. Nous avons un nouveau dirlo. Il nous demande de travailler à re-structurer l’Institut pour lui donner une certaine autonomie, plus de dynamique. Je travaille à ça sans crédulité, en préparant un certain nombre de propositions concrètes. C’est la pratique professionnelle qui va être pour moi, comme avant l’axe de mon travail de « résistance ». En espérant que je ferai plus pour le collectif après avoir été un chercheur solitaire, livré à mes seules forces et mon amour du métier. C’est tout ce que je peux faire dans les années qui restent avant la retraite : croire un peu que la recherche peut faire quelques avancées au niveau collectif.

Par ailleurs, le pays (et l’université en particulier) doivent ouvrir la circulation et les échanges pour les jeunes. Mais là c’est une affaire plus que « nationale ». Et ce n’est pas demain la veille hélas. Il faudrait que l’Europe se réveille et comprenne que ce qui arrive chez nous la concerne au plus haut point.

Cette liberté de circuler serait déjà pas mal à côté de leur propre énergie… À voir mes filles et leurs copains, je pense que les jeunes vont aussi apporter leur part dans ce futur de la Tunisie, encore si difficile à imaginer et à construire. Cela donne du courage à la mère que je suis.

Voilà quelques pensées personnelles que je voulais te faire partager.

Je t’embrasse

K