Archives par étiquette : Algérie

Un morceau d’histoire algéro-tunisienne

Le choix de l'Algérie

Le choix de l’Algérie (couverture)

Pierre et Claudine Chaulet, Le choix de l’Algérie. Deux voix, une mémoire.
Préface de Rédha Malek, Alger, Barzakh, 2012, 502 p.

Le Cercle des Algériens de Tunis est une structure qui s’emploie à faire vivre les relations tuniso-algériennes d’une façon agréable, studieuse et discrète. Chaque rencontre est organisée autour d’un choix d’ouvrage et donne lieu à des échanges sur des aspects d’une histoire commune, qui passe entre autres par la culture, le savoir et l’art, mettant en valeur les formes de coopération « intelligente » entre les deux pays. Une rencontre autour de l’ouvrage de Pierre et Claudine Chaulet, Le choix de l’Algérie. Deux voix, une mémoire – en présence du fils des auteurs (Luc Chaulet, journaliste à la radio algérienne) et de plusieurs médecins algériens et tunisiens- a rappelé les rapports solides qui rattachent le milieu médical tunisien et algérien. L’histoire de ces relations remonte à plusieurs générations, la faculté de médecine d’Alger ayant été un lieu de formation de plusieurs médecins, avant la naissance de la faculté de médecine de Tunis en 1964. Après les indépendances réciproques, le travail sanitaire et médical des deux côtés des frontières a tissé des projets communs dans la conception comme dans l’action contre les épidémies, pour la prévention infantile, les programmes de médecine scolaire ou maternelle.

Mémoire et histoire

C’est un peu de cette histoire commune -encore enfouie dans des souvenirs personnels et recouverte des voiles d’une vie politique et sociale mouvementée- que témoigne le récit à deux voix des époux Chaulet qui ont passé cinq ans en Tunisie de mai 1957 à juillet 1962. Au-delà d’une parenthèse racontée avec des détails précis et savoureux, utiles pour comprendre les années de la post -indépendance tunisienne autant que celles de la lutte de libération anti-coloniale algérienne, l’ouvrage écrit en 2008 est un retour sur une cinquantaine d’années riches en événements importants et en renversements de l’histoire encore non élucidés.

Continuer la lecture

Une commémoration qui nous interpelle

L’Algérie célèbre le cinquantième anniversaire de son indépendance (5 juillet 1962) qui clôt 132 ans de colonisation française (5 juillet 1830). Une grande effervescence règne dans le pays et l’une des caractéristiques de cette commémoration est qu’elle est à la fois festive et laborieuse et se manifeste dans une multitude de secteurs. Ce qui ne peut que combler le visiteur. Invitée pour un colloque d’historiens, j’ai pu, en quelques jours prendre le pouls du pays dans plusieurs domaines.

Dans le domaine de l’histoire, deux grands colloques d’historiens se sont tenus successivement, avec la participation de deux quotidiens algérois : la formule est heureuse car elle rapproche l’histoire professionnelle de la société tout en les interrogeant de façon croisée. Le premier colloque organisé par le Ministère de la culture, le Centre national de recherches préhistorique anthropologiques et historiques (CNRPAH) et le quotidien La Tribune s’est choisi le label ouvert de « rencontre ». Plus qu’un programme, son titre sonne comme un manifeste : L’Algérie, cinquante après : libérer l’histoire. Du 1er au 3 juillet, une soixantaine de chercheurs de diverses disciplines venant d’Algérie, d’Afrique, d’Europe, des Etats Unis ont interprété à leur façon un vœu et un besoin partagés par toutes les historiographies. Le deuxième colloque intitulé : Cinquante après l’indépendance. Quel destin pour quelle Algérie ? a été organisé par le journal Al Watan du 5 au 7 juillet. Son programme est structuré par le même souci : briser le face à face franco-algérien qui obsède les politiques, appauvrit les médias et l’édition et enchaîne la production académique, des deux côtés de la Méditerranée. Continuer la lecture