Archives de catégorie : Lectures / Readings

Pour comprendre les révolutions arabes. Un regard marocain (note de lecture)

couverture-mohamed-faiz-(1)

L’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie contemporaine (ISHTC/ Université de La Manouba) vient de publier les actes du colloque Thawra(t). Approche comparée des révoltes et des révolutions XIXème-XXIème siècles qui s’est tenu en janvier 2013[1]. Cette rencontre a impulsé une activité régulière autour de la production d’articles et d’ouvrages, en hausse depuis 2011, autour de l’explication des révolutions et des révoltes, principalement dans le monde arabe secoué par des événements plus ou moins sanglants, une relance de l’intérêt accordé à ce terrain et objet d’observation.

Dans le cadre de ces rencontres, Mohamed El Faïz, auteur de Pour comprendre les révolutions arabes. Interviews posthumes (Marrakech, Imprimerie al Wataniyya, 2013, 104 p en français, 95 p en arabe) est venu présenter son ouvrage et son point de vue d’historien de l’économie médiévale, appuyé sur son expérience d’enseignant.

Le texte qui suit est une présentation de cet ouvrage.

Voici un livre agréable à lire en arabe et en français, bien fait et qui propose une lecture des « révoltes arabes ». Les écrits qui s’essayent à une réflexion sur ce qui traverse le sud de la Méditerranée depuis 2011 se multiplient mais celui-ci est loin d’être banal. Son auteur est marocain ; le Maroc resté en dehors de la vague des « révoltes » ne pouvait pas ne pas être secoué. Cet ouvrage constitue une réplique décalée dont l’intérêt réside précisément dans le fait qu’il émane d’un intellectuel qui s’interroge sur le sens d’une histoire en explosion, une histoire où il n’est pas plongé mais qui l’interpelle. De formation économiste, Mohamed El Faïz enseigne l’histoire économique à l’université de Marrakech. Auteur d’une thèse sur l’agronomie de la Mésopotamie antique (paru à Leiden en 1995), Il est spécialiste de l’histoire de l’hydraulique et de l’économie de développement. Il propose à travers cet ouvrage une réponse à la fois pédagogique et politique aux impasses et aux difficultés actuelles.

Inscription dans l’actuel

L’ouvrage part d’un choc : celui de voir le 11 février 2011 au Caire, les masses de délinquants et prisonniers libérés et lâchés place Et-tahrir, afin de noyer et d’effrayer les foules en révolte contre le régime de Moubarak. L’auteur éprouve face à ces images captées en Egypte un sentiment de rejet d’autant plus virulent que la Tunisie avait offert aux téléspectateurs du monde une sortie de régime encore « clean ». En trois semaines, une conscience était devenue claire : les peuples arabes ne pouvaient plus accepter ce genre de traitement de la part des gouvernants.

La conclusion titrée « s’approprier le ‘noyau valable’ [an-nawat as-saliha][2] des cultures de l’islam » s’inspire de l’actualité tunisienne de l’année 2012. L’auteur assiste à l’épisode « jihadiste » (i.e l’attaque de l’ambassade américaine en septembre 2012) et remarque un graffiti à côté de la statue d’Ibn Khaldoun de l’avenue Bourguiba : « la ‘ilmani la islami » [ni laïque ni islamiste]. Un message qu’il trouve plein d’enseignement dans la crispation qui s’installe sur la scène tunisienne.

Autre inscription dans l’actuel, celui de la méconnaissance des savants de l’islam et d’ailleurs. L’enseignant se demande : comment inciter les étudiants à aller vers cette littérature ancienne ? En faire aimer les auteurs ? Lutter contre la paresse de lire et dépoussiérer  les écrits ?  L’auteur choisit de valoriser le patrimoine savant, appelle à le faire en plusieurs langues (et pas seulement en arabe). Traduire et expliquer la valeur de la pensée politique, économique et culturelle représente une réponse en acte, une proposition d’avenir résumée dans la facture de l’ouvrage dont la mise en forme entend répondre à l’objectif, aujourd’hui essentiel, de transmettre aux générations futures un patrimoine savant peu fréquenté.

Six conversations imaginaires

L’auteur compose six entretiens imaginaires, effectués avec des savants dont il estime que le savoir est aujourd’hui à revisiter, parce qu’encore plein d’enseignements. En enseignant expérimenté, il adopte une écriture « journalistique » nourrie d’une connaissance des œuvres, des contextes dans lesquelles elles ont été écrites et avertie sur la manière dont elles ont été lues et interprétées. Cette astuce d’écriture, savamment pédagogique est moins facile qu’elle n’en a l’air, d’autant que l’auteur conçoit une version bilingue (arabe et française) des six entretiens.

Le résultat est un livre savant et léger qui donne envie d’aller vers les œuvres. Initié pour répondre à des questions et des inquiétudes du présent, l’ouvrage retourne dans le passé à travers les regards d’intellectuels qui ont pensé et agi en leur temps, souvent dans l’ignorance ou l’indifférence de leurs contemporains.

Sur le ton de la conversation, l’auteur nous fait entrer dans l’univers de trois historiens : Ibn Khaldoun (1336-1406) père de la sociologie, Al Maqqari (1591-1631), historien de l’Andalousie et Al Maqrizi (1364-1442), historien de l’Egypte. Il y ajoute un agronome andalou du 12ème siècle, Ibn al ‘Awwam, un économiste allemand Frédéric List (1789-1846), et l’ingénieur polytechnicien Ali Moubarak Bacha (1823-1893), bâtisseur de l’Egypte de Mohamed Ali. Chacun de ces savants a développé à son époque une conception de la connaissance de sa société, interprétant son histoire en regard des difficultés traversées et des ressources du pays. Mais pour aucun, on n’a pu accéder, utiliser ni appliquer le savoir formulé. L’amnésie dont parle l’auteur est un effet du temps quasi naturel ; elle implique de revenir vers les œuvres, de les relire et de les réinterpréter, sans les traiter en reliques.

Lectures de l’histoire

Pour chaque auteur, le lecteur effectue  des allers et retours avec le passé, celui du savant en question en pointant le contexte de la réception de son œuvre, celui des conditions de l’oubli et des raisons qui expliquent la non efficience. A la manière d’un journaliste du passé, Mohamed El Faïz, expose avec humour, les limites des compilations, des découvertes et des idées, en montrant la nécessité de comprendre ce à quoi elles ont servi. Les auteurs sont confrontés à leurs prédécesseurs et successeurs directs (Ibn al ‘Awwam et la généalogie des savants agronomes du 10ème siècle), à ceux qui les découvrent (Ibn Khaldoun découvert par les orientalistes du 19ème siècle ou al Maqrizzi minoré par Gaston Wiet). Ils sont également mis en dialogue avec d’autres, venus bien plus tard et qui ont influé sur le cours de la pensée contemporaine (Amartya Sen, prix Nobel d’économie 1988). Les entretiens utilisent des notions modernes (ex : la sécurité alimentaire) pour des situations anciennes (la famine en Egypte, fin 14ème siècle) montrant non pas la permanence des situations mais analysant la persistance des conditions de gestion et des erreurs de conception (le libre échangisme effréné ou l’empêchement à développer les capacités à créer des richesses).

Dans une langue simple, chaque interviewé fait le tour de son œuvre sous la conduite pédagogue de l’interviewer. On comprend comment Ibn Khaldoun cumule les capacités du savoir critique avec l’exercice dans les rouages du pouvoir, comment al ‘Awwam s’inscrit dans l’essor économique et culturel de l’Andalousie, comment List ne trouve pas sa place face aux idées conquérantes de Adam Smith et comment Ali Moubarak Bacha se heurte aux tentatives de bloquer les velléités d’émancipation technique et économique qu’il essaie de mettre en œuvre. Les six conversations traitent de l’histoire sous plusieurs angles et dans divers temps. On sort de leur lecture avec le sentiment qu’elle n’est pas linéaire, n’obéit pas aux volontés des savants, ni à leurs prouesses réflexives. Elle est le produit de rapports de force parfois entrevus mais jamais faciles à contrer.

Du Maroc où il n’y a pas eu de « révolution », nous vient la réplique d’un universitaire qui en appelle à revoir l’histoire et notamment celle des pays arabes et musulmans telle qu’elle a été lue par les intellectuels contemporains, pour comprendre ce qui les empêche aujourd’hui d’avancer. La recette qui consiste à relire ce qu’ont laissé les savants est une des voies à prendre. Un engagement et une façon de montrer que les événements historiques que nous vivons en préparent d’autres, notamment l’avènement d’une littérature savante qui pourra servir dans le futur…

Hammam-Lif, le 28 novembre 2014.

 Publié

-Dans LE QUOTIDIEN d’ORAN, jeudi 4 décembre 2014, page 16

-Dans le magazine REALITES n° 1511, Tunis, 11-17 décembre 2014, pp. 54-55.


[1] Thawra(t). Approche comparée des révoltes et des révolutions XIXème – XXIème siècles, Tunis, ISHTC, 2014,

[2] Mohammed El Faïz tient cette expression de son professeur Aziz Belal (1932-1982), économiste marocain, spécialiste de la période coloniale qui a exhorté à ne pas abandonner la « partie valable de l’Islam », un message que l’auteur estime encore valable.

Lecture de Tunisie. Fragments de révolution

El Kasbah, Tunisie. Fragments de révolution, Tunis, Imprimerie Simpact, 2014, 317 p.

Couverture de Tunisie. Fragments de révolution, El Kasbah

Couverture de Tunisie. Fragments de révolution, El Kasbah

Il faut se réjouir du boom éditorial post –14 janvier 2011, surtout quand paraît un ouvrage qui sort du lot. Tunisie. Fragments de révolution est un de ceux là. La maquette est attirante et le contenu captivant. On plonge agréablement dans l’ouvrage et on en ressort avec le sentiment d’avoir revécu une période encore difficile à décrypter, à travers des voix et des papiers assez différents pour que ce retour ordonne les idées, ouvre des pistes de réflexion et suggère des questionnements. En guise de jeu d’anticipation, ce papier propose certaines hypothèses à partir desquelles cet ouvrage peut être lu dans quelques décennies et suppute des questions qu’il peut inspirer aux historiens de demain.

Frontières brouillées

Tunisie. Fragments de révolution est une anthologie de textes en langue française composés par quinze auteurs, entre avril 2011 et juillet 2013, plus deux en janvier 2014. Extraits d’un blog personnel devenu un lieu d’échanges intenses, les commentaires sélectionnés sont agencés en une préface et deux textes préliminaires, 14 chapitres -dont 4 constituent des dossiers thématisés- et une soixantaine de billets dont plus de la moitié sont signés El Kasbah. La plupart des textes sont précédés de chapeaux introductifs et certains portent mention qu’ils ont été révisés, entre avril 2013 et janvier 2014. En passant du numérique à l’édition papier, l’ouvrage traduit dans son architecture le brouillage des frontières entre la notion d’auteur et de lecteur. Le blog El Kasbah a donné naissance à une dynamique qui a agrégé la constance d’un initiateur avec l’aimantation d’un lectorat fidèle et participatif qui a entretenu la richesse d’un site vivant. L’agrégation de ces papiers traduit l’apport d’un regard collectif -que permet l’amitié virtuelle- sur une actualité soutenue. Sachant que le pays a connu un changement accéléré entre fin 2010 et début 2011, dont l’un des effets est qu’il passe brusquement à deux millions d’internautes, on s’attend à ce que les historiens futurs inscrivent l’ouvrage dans la lignée de la connectivité accrue qui anime la blogosphère tunisienne. Le désir de liberté qui souffle depuis janvier 2011 a vraisemblablement rencontré un désir de communauté dont ce blog s’est fait le pivot, dans une dynamique vertueuse. Les historiens auront à revenir sur ce processus pour voir dans quelle direction il se sera développé et la façon dont il aura agi sur la société tunisienne. Gageons que l’expérience de Tunisie. Fragments de révolution constituera un cas digne d’intérêt, une forme participative inédite étroitement liée à l’actualité qui lui a donné naissance. D’ ici que l’histoire de la période post-14 janvier 2011 soit clarifiée, l’ouvrage a déjà valeur de cas. Les historiens iront-ils jusqu’à postuler que Tunisie. Fragments de révolution issu d’une fabrication collective étalée sur plus de deux ans combine enracinement dans le local et cosmopolitisme ? Une émulation nouvelle apparaîtra-telle grâce aux nouvelles technologies ? Difficile de trancher aujourd’hui. En attendant, cette tentative d’écrire l’histoire de deux années exacerbées, ne peut qu’intéresser les historiens d’aujourd’hui, au moins pour l’effort de fixer ce qui peut l’être du temps présent (musique et poésie compris), afin de le relier au fil de l’histoire. Continuer la lecture

L’heure de la culture citoyenne a sonné

Un avenir en rose

Un avenir en rose – Art actuel en Tunisie, Berlin et Stuttgart, ifa &Kerber Art

Un avenir en rose-Art actuel en Tunisie, Berlin et Stuttgart, ifa &Kerber Art, 2012, 235 p.
« L’heure de la culture citoyenne a sonné » est une phrase extraite d’un texte de Sélima Karoui, un des auteurs qui ont contribué à un ouvrage collectif intitulé Un avenir en rose-Art actuel en Tunisie, publié en août 2012 à l’occasion de l’exposition du même nom et édité par les galeries ifa de Berlin et Stuttgart et Kerber Art. Cette phrase épilogue clôt une suite de phrases insérées dans des pages roses, comme des jalons de réflexion, des haltes qui accompagnent le lecteur entre les œuvres. Elles sont extraites des commentaires des auteurs et des textes qui analysent l’arrière-fond de la production artistique en Tunisie depuis un siècle environ.

Rose et argent

Le premier étonnement pour un lecteur est de rencontrer dans une librairie un ouvrage coloré en rose et argenté, une couleur pour le moins inhabituelle dans l’édition. La formule « avenir en rose », prise au sérieux, s’incarne dans la couverture et certaines pages. L’objet insolite attire la curiosité du lecteur. La surprise est des plus heureuses car la publication allie qualité de la réflexion et souci esthétique, la maquette est belle et les images frappent par leur sensibilité et la force de leurs messages. Au catalogue strict de l’exposition (commissaires : Christine Bruckbauer et Patricia K. Triki) qui a inclus beaucoup de matériaux vivants, les éditeurs ont adjoint une série de textes qui brossent un tableau de la vie artistique en Tunisie depuis l’époque coloniale jusqu’à la période actuelle. Continuer la lecture

Un morceau d’histoire algéro-tunisienne

Le choix de l'Algérie

Le choix de l’Algérie (couverture)

Pierre et Claudine Chaulet, Le choix de l’Algérie. Deux voix, une mémoire.
Préface de Rédha Malek, Alger, Barzakh, 2012, 502 p.

Le Cercle des Algériens de Tunis est une structure qui s’emploie à faire vivre les relations tuniso-algériennes d’une façon agréable, studieuse et discrète. Chaque rencontre est organisée autour d’un choix d’ouvrage et donne lieu à des échanges sur des aspects d’une histoire commune, qui passe entre autres par la culture, le savoir et l’art, mettant en valeur les formes de coopération « intelligente » entre les deux pays. Une rencontre autour de l’ouvrage de Pierre et Claudine Chaulet, Le choix de l’Algérie. Deux voix, une mémoire – en présence du fils des auteurs (Luc Chaulet, journaliste à la radio algérienne) et de plusieurs médecins algériens et tunisiens- a rappelé les rapports solides qui rattachent le milieu médical tunisien et algérien. L’histoire de ces relations remonte à plusieurs générations, la faculté de médecine d’Alger ayant été un lieu de formation de plusieurs médecins, avant la naissance de la faculté de médecine de Tunis en 1964. Après les indépendances réciproques, le travail sanitaire et médical des deux côtés des frontières a tissé des projets communs dans la conception comme dans l’action contre les épidémies, pour la prévention infantile, les programmes de médecine scolaire ou maternelle.

Mémoire et histoire

C’est un peu de cette histoire commune -encore enfouie dans des souvenirs personnels et recouverte des voiles d’une vie politique et sociale mouvementée- que témoigne le récit à deux voix des époux Chaulet qui ont passé cinq ans en Tunisie de mai 1957 à juillet 1962. Au-delà d’une parenthèse racontée avec des détails précis et savoureux, utiles pour comprendre les années de la post -indépendance tunisienne autant que celles de la lutte de libération anti-coloniale algérienne, l’ouvrage écrit en 2008 est un retour sur une cinquantaine d’années riches en événements importants et en renversements de l’histoire encore non élucidés.

Continuer la lecture

La « manipulation » comme explication du « printemps arabe »

 

Naoufel Brahimi El Mili, Le printemps arabe, une manipulation ?, Paris, éditions Max Milo, 2012, 220 p.

À propos de l’ouvrage de Naoufel Brahimi El Mili, Le printemps arabe, une manipulation ?, Paris, éditions Max Milo, 2012, 220 p.

Cet ouvrage -paru en octobre 2012 et couvrant les 18 mois du « Printemps arabe »- n’est pas le premier à développer l’hypothèse que la vague des événements qui se succèdent dans le monde arabe n’est ni spontanée ni le fruit de mouvements sociaux parvenus à explosion à force d’avoir été réprimés puis « libérés » par l’action des réseaux sociaux qui ont fini par fendre la censure. Pour l’auteur, le feuilleton auquel on assiste depuis janvier 2011 est une mise en scène orchestrée par la chaîne El Jazeera interposée. Le parti pris clairement posé, l’ouvrage déroule la démonstration avec une enquête qui se déploie sur les différents pays, sous les visées rivales du Qatar et de l’Arabie Saoudite. Il dégage à chaque escale le niveau qui relie, par l’histoire et la géo-politique, le terrain à l’hypothèse d’un antagonisme attisé par les événements. Il présente enfin l’avantage d’évoquer la longue durée, se démarquant des analyses qui surfent sur l’actualité avec légèreté ou ingénuité. Trois parties sérient les questionnements autour des faits enregistrés en Tunisie, en Egypte, au Yémen, en Lybie, en Syrie avec, en arrière-plan, la Turquie et l’Iran. Le contrepoint avec l’Algérie (qui a vécu d’autres « printemps » en 1980, 1986, 1988 et une longue guerre civile) et des incursions vers le Maroc, la Jordanie, le Bahreïn et l’Afrique subsaharienne élargissent la perspective au-delà des théâtres les plus chauds. Tout cela à travers le prisme de la force de médiatisation des phénomènes sur fond de plans tracés par des états-majors avisés, sur l’avenir énergétique et les placements financiers.

Vu de Tunisie

Le désordre incessant que nous vivons et les analogies relevées entre les situations tunisienne et égyptienne peuvent accréditer un agenda commun combinant projections externes, forces intrinsèques et difficultés de gestion. Il est trop tôt pour se prononcer sur la plausibilité d’une telle hypothèse, même si elle précise l’importance du conflit sunnisme/chiisme et des questions de frontières. Pour s’en tenir au fil directeur choisi par l’auteur, on peut aussi penser à un effet d’influence ou d’inspiration réciproque : la dissémination médiatique est devenue indissociable de la guérilla politico-financière comme des innombrables niveaux de la vie économique, sociale et culturelle où s’inscrit le chambardement en cours. La persistance de turbulences exprime d’abord et surtout l’ampleur du chômage, l’importance de la pauvreté et le règne de la corruption, handicaps socio-économiques restés intacts. Mais si la méga-connectivité du monde actuel y est pour quelque chose, c’est que les gens vivent aussi une nouvelle manière de lire, de sentir et de juger le monde qui les entoure et la politique sensée les régir. La démultiplication des réseaux et des connexions montre qu’Internet a instauré un nouvel âge de communication qui produit des enchaînements imprévus parce que les retombées des faits suscitent des réactions, modifient les attentes. Cette réalité contemporaine affaiblit les velléités de complot centralisé et ne permet plus d’interpréter le rapport des forces politiques dans le monde arabe sur la base d’inimitiés ou d’alliances simples. L’ouvrage souligne la complexité accrue de la question palestinienne dans les diplomaties arabes et au sein des clans des pouvoirs locaux.

Continuer la lecture

Lire, écrire après la « Révolution tunisienne »

Livres de la révolution, Bibliothèque nationale de Tunisie

Parmi les activités sorties tout droit de la Révolution tunisienne, celle de l’écriture est une des plus remarquables. En arabe, en français et même en anglais, sur facebook, twitter et dans les blogs, jusqu’ aux ouvrages, en passant par les sites et la presse papier, la production a enflé. Les journalistes et les chroniqueurs ont du mal à enserrer cette vague déferlante, les comptes rendus se multiplient sans embrasser l’ampleur d’une énergie encore difficile à évaluer. A vue de nez, à l’instar de la presse qui prolifère tous genres confondus, les librairies s’animent au-delà des rentrées scolaires, les éditeurs turbinent sans juguler les offres de textes, les lecteurs voient des étalages plus fournis et choisissent des titres plus diversifiés. On note presque un effet de saturation alors que les critiques continuent de pleuvoir, signe que les attentes des Tunisiens, dont l’expression s’est libérée depuis le 14 janvier 2011, sont loin d’être comblées dans ce domaine comme dans d’autres. Il faut savoir se réjouir de cette inflation, même si elle recouvre le meilleur comme le pire.

La lecture au centre

La 29ème Foire internationale du Livre qui s’est tenue au « Palais du Kram » du 2 au 11 novembre 2012 a eu son lot de commentaires. Elle n’a pas manqué de susciter des attaques sur l’approvisionnement des étalages ou le genre de livres offerts. Il est sain que la première manifestation autour du livre depuis janvier 2011 déclenche autant de réclamations. Ces protestations s’ajoutent aux signes, mineurs, qui rassurent sur cette transition chaotique. Sous la croûte des activités politiciennes qui polluent l’air et le mental des citoyens, l’émoi autour du livre porte un besoin encore vivant de nouveauté, un appétit persistant pour la nourriture de l’esprit. Les appels lancés pour renouveler le stock de livres sur la religion, sortir de la médiocrité des opuscules qui inondent les trottoirs des mosquées révèlent une exigence du public, une faim inassouvie. Cette manifestation expose au grand jour les problèmes du secteur éditorial et c’est bien qu’on en parle. Continuer la lecture

Que peut la littérature ? Que peuvent les mots ?

On n’encourage jamais assez les revues. L’audience par nature limitée de ce média exige foi et mobilisation pour soutenir un mode d’expression porteur de textes personnels, expérimentaux, tâtonnants qui ne peuvent pas trouver place dans la presse généraliste et qui servent parfois à faire naître ouvrages, essais, nouvelles, recueils poétiques…

Aussi faut-il savoir gré à l’Institut français de Tunisie et à la Foire internationale du livre de Tunis d’avoir programmé une jeune revue littéraire francophone Riveneuve Continents dont la quatorzième livraison publie des textes fixant un peu du souffle littéraire qui a traversé les « Printemps arabes ». Alain Jauson, directeur des éditions Riveneuve et Gilles Kraemer, directeur de la revue étaient présents. Ils ont fait l’historique de la maison – qui espère renouveler Maisonneuve et Larose disparue en 2001 – et abordé les enjeux que l’édition numérique introduit face au statut de l’auteur et de l’éditeur.

Printemps arabes, le souffle et les mots rassemble 36 auteurs (trois des 7 contributeurs tunisiens étaient présents) de 39 textes, échos et formulations diverses face aux événements qui secouent les sociétés arabes. Du poème à la chanson, du courriel au slogan, du graffiti à la nouvelle, ce recueil tente de répondre à la question : « que peut la littérature ? que peuvent les mots ? ».

Il était important de poser ces paroles dites dans la fureur des événements dans le bruit de la première foire du livre post -14 janvier 2011. La démocratie, dont la revue est un média significatif, c’est aussi faire entendre la voix des démunis.

Liste des auteurs publiés dans ce numéro :

Mogniss H. Abdallah, Samir Aita, Mohamed Benchicou, Kmar Bendana, Mustapha Benfodil, Kamal Ben Hameda, Hakim Ben Hammouda, Siham Boucheikh, Mustapha Bourakkadi, Mahmoud Chalbi, Ali Chibani, Najwan Darwish, Amir Eid, Ghassan El-Hakim, Moufida Fedhila, Ali Fenjiro, Hicham Gad, Yves Gonzalez Quijano, HK, Tania Hadjithomas-Mehanna, Kaoutar Harchi, David Hury, Abdelaziz Kacem, Selima Karoui, Osama Khalil, Tahani Khalil Ghemati, Farah Khelil, Driss Ksikes, Souad Labbize, Dalila Morsly, Mustapha Nadi, Alexandre Najjar, François Pradal, Magdi Abdel-Hafez Saleh, Hyam Yared, Samar Yazbek.

                                                                                                                                                                                                 Hammam-Lif, le 6 octobre 2012

Pour ne pas oublier les Révolutions

Histoires minuscules des révolutions arabes, Wassyla Tamzamli (Dir.), éd. Chèvre feuille étoilée, 2012

Wassila Tamzali (ed.), Histoires minuscules des Révolutions arabes, Montpellier, Editions Chèvre feuille étoilée, 2012, 359 p.

« La Révolution n’est (déjà !) plus ce qu’elle a été. Mais il ne faut pas l’oublier » : tel pourrait être le titre des quarante-trois textes que Wassila Tamzali a commencé à rassembler avant que la « Tunisie vote » et sorti en mars 2012. L’ ouvrage promène le lecteur dans les univers d’écrivains et d’auteurs dont la subjectivité fixe un temps suspendu, celui des « Révolutions arabes ». Depuis cette percée dans le ciel politique des pays arabes, de l’eau a coulé sous les ponts, des nuages planent aujourd’hui. Une des phrases –clés de ce recueil est un vers de Hölderlin rappelé par Hejer Charf : « Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve » (p. 272). Une maison d’édition discrète, une éditrice sensible et exigeante ont donné voix à vingt-six femmes et seize hommes, pour que l’on se souvienne qu’« une beauté terrible est née » (un vers de Yeats choisi comme titre de la préface). Un troisième fil poétique parcourt ce recueil : la notion de « vies minuscules ». Elle est empruntée à André Michon («être minuscule, c’est être dépassé par quelque chose qui vous transcende» (p.33) et s’applique à « ces Révolutions [parce qu’elles] sont arrivées par la grâce de héros minuscules… » (préface, p. 10).

Chacun des 42 auteurs nous raconte une ou plusieurs scènes, restitue un personnage, rapporte des paroles, commente un proverbe, évoque des bruits ou des odeurs de ce temps passé, pas mort mais plus tout à fait vivant. De Tunis, d’Alger, de Tanger, du Caire, de Beyrouth, de Damas, de Paris, de Berlin ou d’ailleurs, ils ont vibré et chacun a vu, vécu des choses entre l’ordinaire et l’extraordinaire, entre lucidité et espoir. Ces voyages intérieurs face à l’histoire avec sa grande H, ces pensées intimes devant les promesses et les désenchantements, la sensualité qui ressort des descriptions extraient le lecteur de la solitude, l’aident à rejoindre ces hommes et ces femmes dont la chair et l’imaginaire ont inscrit en eux cette « béance » inattendue, inédite, maintenant advenue.

Continuer la lecture