Archives de catégorie : Intellectuels

Panarabisme et diplomatie européenne, 1912-1914

Compte rendu de l’ouvrage de Kaïs Ezzerelli, Diplomatie Occidentale et dissidence arabe. La France coloniale et le mouvement arabiste en Syrie ottomane (1912-1914), Tunis, Dar al Wasla, 2014, 218 p.

Edité par une toute nouvelle maison d’édition (Dar al Wasla), cet ouvrage est signé par un jeune auteur tunisien travaillant sur les relations intellectuelles et politiques entre le Machrek et l’Europe principalement. En attendant l’achèvement de sa thèse sur l’intellectuel syrien Muhammad Ali Kurdi (1876-1953)[1], Kaïs Ezzerelli livre une étude de la diplomatie européenne au Moyen Orient dans la période qui précède la Première Guerre mondiale. Ayant vécu en Syrie et interpellé par la situation dramatique où se trouve ce pays depuis 2011, l’auteur reprend un ouvrage préparé de longue date à partir d’un dossier d’archives du Ministère Français des Affaires Etrangères, de revues (L’Asie française, La Correspondance d’Orient, La Géographie, Revue du monde Musulman), d’articles de presse et de rapports de l’époque consacrés au mouvement arabiste qui se développe dans la Syrie ottomane entre 1912 et 1914. Divisé en trois parties et huit chapitres, l’ouvrage se déroule selon un plan chronologique.

L’angle d’approche inspiré par les événements actuels est celui du poids des relations internationales dans la situation syrienne ainsi que l’impact des facteurs économiques. A la veille de la Première Guerre mondiale, la France est la deuxième puissance coloniale après la Grande Bretagne au Moyen Orient et l’Empire ottoman est en cours de dislocation. La Révolution Jeune Turque (1908) fait apparaître une conscience « arabe » qui impose sa représentation au Parlement. Une série de révoltes au Yémen, au Hijaz et dans la montagne des Druzes (1911), dans les Balkans (l’Albanie est indépendante en 1912) affaiblissent le pouvoir central. L’espoir et l’idée d’un califat arabe qui sortirait de l’emprise d’Istanbul se répand au Machrek, encouragé par l’Angleterre, à un moment où la France déploie ses capacités d’occupation au Maghreb (le Maroc entre sous protectorat en 1912, la régence de Tripoli est sous occupation italienne depuis 1911).

Les rivalités entre la France, l’Angleterre et l’Allemagne sont portées par les antécédents et les objectifs des représentations consulaires dans la région. La France, protecteur séculaire des Chrétiens d’Orient, entretient un réseau d’écoles et d’hôpitaux auquel s’ajoutent des projets industriels d’envergure, notamment pour l’infrastructure ferroviaire. L’Angleterre est proche des milieux musulmans et vise à renforcer sa présence dans les abords du canal de Suez. L’Allemagne entre en concurrence par le développement de la langue allemande et des marchés comme celui du chemin de fer de Bagdad. Au milieu de ces convoitises, la question syrienne va fixer la stratégie diplomatique de la France pour un temps.

En Syrie, la presse fait apparaître des noyaux intellectuels qui revendiquent décentralisation et autonomie par rapport à Istanbul. Al Muqtabas, premier quotidien de Syrie fondé en 1908, prend une coloration « arabiste » à partir de 1909 en réclamant une administration arabe, un service militaire local et des réformes sous le contrôle d’experts étrangers. La connexion entre ces groupes intellectuels et la diplomatie française trouve son terreau dans ces revendications autonomistes qui prennent une connotation sécessionniste quand elles sont relayées par les wali-s. La France entreprend de soutenir ce mouvement politique qui regroupe musulmans et chrétiens engagés pour des réformes décentralisatrices et la défense de la langue arabe. Dans les archives apparaissent les traces d’organismes voués à sonder les populations de ces contrées : une Commission Interministérielle des Affaires Musulmanes est créée en juin 1911 et l’encadrement sanitaire se structure autour du pèlerinage de la Mecque qui se développe grâce au chemin de fer.

L’ingérence du lobby colonial français fait l’objet de dissensions au sein du courant réformiste entre les adeptes d’un arbitrage étranger et les défenseurs d’une ligne indépendante. De son côté, la diplomatie française, loin d’être unanime, s’inquiète des retombées probables d’un effondrement de l’Empire ottoman, parvient à convaincre les militants arabistes d’organiser un congrès qui a lieu à la Société de Géographie de Paris du 18 au 23 juin 1913[2]. Le Congrès arabe syrien de Paris porte la marque de l’objectif d’adoucir les tendances séparatistes : tout en ménageant le rattachement ottoman, les résolutions votées par le congrès gomment (dans la version arabe tout au moins) la distinction entre syriens et arabes.

Cette étape fondatrice du mouvement arabiste portée par les étudiants syriens et libanais de Paris va être prise entre les enjeux économiques et militaires européens et les rapports de force locaux. La France entre dans une accélération des péripéties politiques et abandonne ce soutien qu’elle croyait tactiquement bénéfique. Le revers diplomatique français favorise la montée de la présence anglaise dans la région.

Ce court épisode d’histoire politique élargit la perspective du lecteur d’aujourd’hui. La chronologie dressée par l’auteur de 1906 à 1914 (pp. 195-210) permet de retrouver les faits saillants d’une période où des liens politiques se recomposent. L’historien retrouve des éléments pour comparer des segments d’équilibre géo -politiques en fonction des moyens mobilisés par les acteurs en présence dans la région. L’arabisme qui fermente à cette époque va traverser plusieurs étapes face aux courants ottomanistes et panislamistes qui structurent l’histoire du Moyen-Orient au XXème siècle. Avant d’être consacré par une mobilisation politico-militaire d’ampleur (la révolte de 1916-1918), le mouvement unit des intellectuels syro-libanais qui aspirent à se débarrasser du joug ottoman. L’orientalisme européen est une ressource diplomatique et un trait d’union entre des protagonistes finalement soumis à des considérations économiques et stratégiques. Les élites jouent des rôles différenciés dans ces scènes mouvantes où les accointances et les résultats n’apparaissent qu’avec le temps.

Les coïncidences entre les mouvements de libération (et les horizons qui les sous-tendent) et les intérêts des puissances agissantes ne préjugent pas de l’écriture de l’histoire mais en replaçant les acteurs dans les logiques des contextes où ils évoluent, on comprend mieux la suite des événements. L’entrée en scène de la France puis de l’Angleterre, dans un style et à des moments différents, vont infléchir les tendances de l’histoire du Moyen-Orient au XXème siècle. Les intérêts économiques qu’offre cette région face aux compétitions et aux possibilités d’intervention des puissances étrangères vont peser sur toute forme d’évolution ultérieure.

La lecture de cet ouvrage est d’autant plus stimulante qu’elle dessine des pistes de comparaison éclairantes pour comprendre les troubles géo-politiques actuels qui secouent la région et la situation de la Syrie contemporaine.

Hammam-Lif, le 31 janvier 2015

[1] Engagée sous la direction de Nadine Picaudou et poursuivie sous celle de Bernard Heyberger.

[2] Le rapprochement avec les congrès organisés entre 2011 et 2013 autour de la situation syrienne fait l’objet d’un article de l’auteur publié dans La Presse de Tunisie des 2 et 3 juillet 2013 (reproduit pp.175-185)

Compte rendu paru dans la revue Rawafid n°19, Publications de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, La Manouba, 2014, pp. 81-84

Abdelaziz Thaâlbi, un intellectuel tunisien en politique

À propos de Abdelaziz Thaâlbi (Tunis, 1876 -Tunis, 1944), un « intellectuel tunisien en politique »

Entretien avec Adel Kadri journaliste et enseignant d’histoire sur la radio tunisienne culturelle, producteur de l’émission « Watha’iq wa haqa’iq« , [Documents et vérités], diffusée sur la radio Tounès Ath-thaqafiyya, [Radio Culturelle], dimanche 27 septembre 2015 (en arabe) :

Transcription en français de l’émission

A propos de Abdelaziz Thaâlbi, un intellectuel tunisien en politique

1ère partie

Adel Kadri : Abdelaziz Thâlbi est objet de débat en ce moment. Nous allons aborder le sujet  avec objectivité historique, en présence de Kmar Bendana qui a produit sur lui une série de travaux depuis 1993. Elle est chercheure à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine (ISHTC, anciennement ISHMN). Ses travaux sur Abdelaziz Thaâlbi sont : Le bulletin Watha’iq, n°19, 1993 (en collaboration avec Habib Belaïd) publie un dossier thématique : « Un intellectuel en politique », avec documents d’archives à l’appui ; la notice Abdelaziz Thaâlbi (en anglais) publiée dans Dictionary of African biography, Oxford University, 2011 ; un article dans la revue Rawafid n° 5, 2001 : « Les ouvrages de Thaâlbi, entre évidences et mystères de sa biographie » ; la préface de l’ouvrage de Moncef Dellagi en 2013, éditions Cartaginoiseries.  La photo de couverture de cet ouvrage le montre en jeune homme. Qu’est ce qui a attiré votre attention, votre intérêt sur Abdelaziz Thaâlbi ?

Kmar Bendana : Ce qui a attiré mon attention, ce sont les ouvrages de Abdelaziz Thaâlbi. Je connaissais sa position politique, son histoire recouverte, peu connue. Travaillant sur l’histoire culturelle de la Tunisie, ce qui a déclenché mon intérêt, c’est de voir qu’un zaytounien de la Tunisie du début du XXème siècle a écrit en français des ouvrages collectifs. Je trouve que c’est une forme de liberté étonnante. Il sort de sa langue, s’en affranchit d’une certaine manière, alors qu’il est très à l’aise en arabe. Cela a été pour moi un signe remarquable. Il signe collectivement deux de ses ouvrages. On sait que l’habitude répandue est plutôt de signer individuellement. La pratique est inhabituelle à l’époque.

Adel Kadri : A-t-il écrit avant ? Quel sont les écrits qui ont précédé cet ouvrage ?

Kmar Bendana : C’était un journaliste, pionnier dans un genre nouveau à l’époque. Il fonde Sabil Er-rached à l’âge de 19 ans. La collection du journal est consultable à la Bibliothèque Nationale, service des périodiques. En 1904, le livre collectif L’esprit Libéral du Coran est un ouvrage politique par excellence. A l’origine, un incident : il insulte sidi Abdelkader et est pris à partie pour cet acte considéré alors comme « blasphématoire ». Il s’est dressé contre les esprits obscurantistes.

Adel Kadri : Il était contre les marabouts… comme beaucoup d’intellectuels de l’époque.

Kmar Bendana : En effet, il était contre ces croyances maraboutiques. Il a été puni pour son audace, il était de son temps et en même temps en avance sur son temps. Il a  écrit en français, l’ouvrage a été traduit par Hamadi Sahli dans les années 1980. Plus tard, il a composé en français l’ouvrage La Tunisie martyre, entre 1918 et 1920. C’est aussi un travail collectif composé en français, « re-traduit » plus tard également par Hamadi Sahli. Il a été sous estimé, Bourguiba a minimisé sa place dans l’histoire. Avec l’ouvrage d’Anouar Joundi, paru à Beyrouth (Dar El Gharb al islami), une vague d’intérêt naît à Tunis. Dans la politique, on observe un cycle classique : il y a d’abord concurrence des acteurs en place, l’action est recouverte par les événements ; le temps de la « découverte » et de l’étude par les historiens vient plus tard. Le dernier ouvrage Mu’jiz Mohamed sort en bonnes feuilles d’abord. A.Thaâlbi publie des articles dans El Irada, journal ayant paru de 1934 à 1955, propriété de Moncef Mestiri et organe du Destour.

Adel Kadri : Vous avez publié un numéro intéressant et élégant intitulé Watha’iq : un dossier de documents à partir du fonds des archives microfilmées de l’ISHTC.

Kmar Bendana : Nous avons procédé à une sélection dans les archives de l’administration coloniale française. Nous avons aussi publié une bibliographie dans ce numéro de Watha’iq en listant les sources et les références. Mohamed Messaoud Driss et Ahmed Ben Miled ont écrit un ouvrage important en 1991. Le bulletin Watha’iq était justement une réaction historienne à cette vague d’intérêt de l’époque sur A.Thaâlbi. C’était un geste historiographique, dans le cadre d’une interrogation sur la vie de Thaâlbi et ce qu’il suscite comme attention.

Adel Kadri : Il était connu en Orient.

Kmar Bendana : Et pour cause, A. Thaâlbi a beaucoup voyagé, il fréquentait et était reconnu par les grands intellectuels de son époque…Qu’il soit connu à l’étranger et dans le monde musulman, est une chose intéressante. Cela éclaire l’histoire de la Tunisie, A.T. en fait partie et sa renommée aussi. Homme de polémique, il éveillait beaucoup de positions, contre lui et en sa faveur.

Adel Kadri : Que s’est-il passé en 1904 ?

Kmar Bendana : L’affaire de 1904 était une affaire d’opinion qui lui a valu un procès. On en a retrouvé des traces dans les archives microfilmées viennent du Quai d’Orsay et du Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Les positifs sont consultables à l’ISHTC. Les négatifs sont déposés aux Archives Nationales de Tunisie qui ont les conditions indiquées pour la sauvegarde des négatifs. C’est une « épargne » pour l’avenir de la recherche historique. Les positifs peuvent être remplacés grâce aux négatifs pour les futurs chercheurs. La période la moins connue sur le personnage est celle passée hors de Tunisie. Au Caire, à Istanbul, au Maroc, en Algérie, en Lybie… Il aimait voyager, rencontrait les hommes de lettres, écrivains, penseurs, journalistes. La Tunisie était étriquée pour lui, ne suffisait pas à le contenir. Il a voyagé à un moment où les moyens de se déplacer étaient rares… On peut dire que c’est un journaliste et un intellectuel « traditionnel ». Dans le contexte, c’était un alliage extraordinaire.

Adel Kadri : C’était un cheikh

Kmar Bendana : Ce n’était pas un cheikh, puisqu’il n’a pas obtenu le diplôme du tatwi’. C’était un rebelle, Son père d’origine algérienne connaissait le Coran, le lui a appris. Il est né dans le quartier Bab Souika…La mosquée de la Zitouna ne lui suffisait pas, il avait trop de curiosité, était avide de savoir et de rencontres. Il devient rédacteur en chef du journal Le Tunisien en 1909 : sa culture l’a politisé. La pensée et la dynamique politique contemporaines ont été créées à travers lui. … A.T. rassemblait le traditionnel et le moderne. C’est ce qui l’a rapproché de Bach Hamba et des Jeunes Tunisiens. Etre rédacteur en chef à l’époque, ce n’est pas rien. Il aurait pu devenir notaire, mudarrès ou qadi ou un lettré classique, il aurait pu devenir une chakhsiyya [personnalité] comme on dit aujourd’hui, avec la culture dont il était imprégné. Il est allé ailleurs, a fait d’autre chose. Sa rencontre avec les « modernistes » (=la jeunesse tunisienne de l’époque, celle qui « militait ») comme les Bach Hamba, Hassen Guellaty, Mohamed Noômane, Sadok Zmerli étaient sur la même longueur d’ondes… Ils cherchaient tous à trouver le moyen de lutter contre le Protectorat français. Ils se sont retrouvés sur le même objectif en fonction de ce problème commun : la colonisation française. La « frange », le tamès (marge) qui les a réunis était justement le souci d’émanciper le pays de la tutelle française. L’esprit libéral du Coran est un livre de combat. Il a été écrit contre le gel des esprits, contre l’obscurantisme. C’est l’aspect intellectuel qui prime dans l’ouvrage. AT combat l’inertie des têtes, la fermeture des esprits est la première cible dans l’ouvrage.

Adel Kadri : Il y a eu gel politique dans les années 1909-1910…

Kmar Bendana : La politique fait partie de la culture et non l’inverse. Le travail des intellectuels se situe au niveau de la culture et des manières de penser. C’est en cela que Abdelaziz Thaâlbi est d’abord et avant tout un intellectuel.

Intermède : Chanson al ‘alem de Ali Riahi

2ème partie

Adel Kadri : Les documents publiés dans Watha’iq n°19 constituent une biographie commentée de Abdelaziz Thaâlbi en accordant une place particulière aux aspects intellectuels de son itinéraire. L’ouvrage de Mohamed Fadhel Ben Achour Le mouvement littéraire et culturel en Tunisie parle d’un contexte culturel neuf, de dynamique culturelle, d’innovations. Pourquoi dites vous alors que c’est lui qui a créé ? Y en a -t-il pas eu d’autres ? Qu’est ce qui vous rend si affirmative ? Il y avait ceux qui sont partis en France, comme il y avait les « sadikiens ».  Il ne possédait pas la langue française. En quoi est-il un rénovateur? Il avait quand même un handicap.

Kmar Bendana : Je répondrai sur deux niveaux : Il y a d’abord la question du contexte. Le contexte est important en histoire. On ne peut pas comprendre seul un contexte. Les individus aident à le mettre en perspective. Par ailleurs, ce que je dis de Abdelaziz Thaâlbi pour le contexte tunisien de l’époque n’est pas une parole définitive. C’est une proposition et je voudrais que les historiens la discutent

Adel Kadri : Pourtant il ignorait le français

Kmar Bendana :  Non il ne l’ignorait pas mais Il ne le maitrisait pas non plus. Il a de toutes façons travaillé dans l’administration française, donc il en avait une certaine connaissance du français. Il peut arriver qu’on comprenne une langue sans pouvoir l’utiliser avec aisance.

Adel Kadri : Comment le comparer avec Khayreddine ?

Kmar Bendana : Khayreddine était un  théoricien de l’administration. C’était un vizir[ministre], un agent de l’Etat. Il a réfléchi sur la façon de gouverner. A. Thaâlbi a un autre profil, un autre itinéraire. Il est entré avec un capital scolaire et culturel traditionnel, musulman, coranique, dans une dynamique globale, s’est frotté à l’administration française, a appris comment ça marchait… Il a été traducteur au sein du Tribunal Immobilier Mixte. Il a compris les rouages, le fonctionnement de l’administration. Il a travaillé avec Auguste Destrées dans un journal…Il s’est mêlé à toutes sortes de milieux : il a fréquenté les socialistes de l’époque. Pensons qu’A. Thaâlbi a parlé des Droits de l’Homme alors que ces idées n’étaient pas encore répandues. C’était l’avant-garde à l’époque. Les 14 points de Wilson de 1918 étaient la traduction d’idées nées plus de 20 ans avant. L’esprit Libéral du Coran était l’application de ces idées alors encore inconnues en Tunisie.

Adel Kadri : En quoi c’était neuf ? Il accompagnait plutôt le changement.

Kmar Bendana : Appelons cela « accompagner ». A.T. a accompagné des idées nouvelles pour tous à l’époque. Il les a en plus appliquées dans son action. D’autre part, fonder une association est en soi une forme nouvelle à l’époque. Aujourd’hui, cela semble naturel. Là nous sommes un siècle avant. L’idée et la forme étaient nouvelles. C’est comme si on créait une « start up » aujourd’hui… Il n’est pas à l’origine de la création de la Khaldouniyya mais il en suivait les cours parce qu’il y trouvait des enseignements nouveaux, en comparaison avec le système zaytounien.

Adel Kadri :  La dynamique égyptienne est plus importante.

Kmar Bendana : Disons que la dynamique égyptienne est plus connue, plus ouverte… Le Caire était une grande capitale culturelle, une métropole riche. C’est pour ça qu’Abdelaziz Thaâlbi  y est allé. Qacem Amine était une personnalité influente…  A.T en a sûrement été influencé.

Adel Kadri : Quelle est son influence propre ? Son rôle contre les khouza’ballat [les sornettes] ? Ach-cha’ouadha [le charlatanisme]..? Est-il de la taille de Tahar Haddad ? Quel est son apport ? Est-ce son rôle contre at-tourouqiyya [le maraboutisme]? Quel est son apport  par rapport à d’autres ? Quelle est sa place ?

Kmar Bendana : Je réponds en fonction de ma méthode d’observation et d’analyse : on croit que l’apport est toujours dans le contenu. Or, la forme compte aussi autant que le fond parce qu’elle peut durer et capter d’autres contenus. Je suis revenue à l’association, à la langue, au travail de rédaction collective, au journal et au parti parce que ce sont des formes nouvelles. A. Thaâlbi a fondé le premier parti de Tunisie. Cette forme d’organisation politique a commencé avec lui… On sait l’importance de ce parti mais on ne se pose jamais la question de sa forme première.

Adel Kadri : Précisez …

Kmar Bendana : Je parle du Destour, créé en 1920. C’est la première organisation sous forme de parti…Ce parti est bien la continuité du … parti « Jeune Tunisien« … Vous me demandez : « En quoi c’est neuf » ?

Adel Kadri : Je suis étonné. Je joue le rôle du naïf…Le regard des archives disait « parti ».

Kmar Bendana : C’est vrai, j’admire le personnage….Les archives parlent de parti, avant la lettre, parce qu’on craint la formation du parti, qui menace. Les rédacteurs des archives, les administrateurs français le voyaient comme ça, ils avaient peur du mouvement car il était contre eux, c’est pour cela qu’ils le nommaient en tant que tel.

A. K : On dit que c’est la suite…Fondateur de quoi alors ? Il n’a pas fondé la Khaldouniyya ?

K B : Pourquoi voulez-vous qu’il soit fondateur de tout ? Il n’était pas dans la création de la Khaldouniyya (mais il en suivait les activités) ni l’Association des Anciens élèves de Sadiki. Il était ailleurs. Etre un créateur de journal est en soi très important. Itinéraire et contexte sont importants à lier : il a fondé des formes culturelles nouvelles en Tunisie. Les archives ont parlé de « parti jeune tunisien » alors que ce n’était pas encore un parti…

Adel Kadri : ???

Kmar Bendana : Les archives immédiates ne comprennent pas tout, les observateurs ne peuvent pas comprendre tout,  tout de suite

Adel Kadri : Son absence de Tunisie correspond à une période de roukoud [stagnation], de calme dans la vie politique. Quelle est son activité culturelle après son départ de Tunisie ? On parle de sa notoriété au Machrek. Après son départ en 1924, Qu’a-t-il fait ?

Kmar Bendana : Il a fait beaucoup de choses à l’étranger. Je voudrais revenir sur une de ses principales compétences : son éloquence orale et son écriture, très célèbres. Même Bourguiba était désigné par son appartenance au même pays qu’A.T. L’éloquence est une marque du leadership : Bourguiba l’avait ; Thaâlbi aussi. Pourquoi est-il parti ? Est-ce qu’on l’a fait partir ? Pour quelles raisons ? On doit travailler sur ces questions. La situation n’était plus propice pour qu’il reste en Tunisie en 1923. Il fait partie des fondateurs de l’Université de Al al Bayt de Bagdad. Certains de ses cours ont été publiés. Il aurait été bibliothécaire du Roi d’Arabie Saoudite. On doit creuser ce point. Il a joué un rôle dans les relations entre Yémen et Arabie Séoudite, cf. son ouvrage Ar-rihla al yamaniyya. Cela montre qu’il existait une vie arabe internationale, à étudier avec attention.

Adel Kadri : Voilà pourquoi vous parlez de mystère

Kmar Bendana : Exactement. Il a eu une fin de vie difficile : Ahmed Ben Miled a accompagné cette période. C’est un de ceux qui l’ont fréquenté les dernières semaines. Il a aussi sauvé ses archives.

Adel Kadri : Ahmed Ben Miled mérite une émission

Kmar Bendana : En effet, A Ben Miled a joué un rôle historique. Pour revenir à A. Thaâlbi, il a joué un rôle au niveau arabe et musulman. Avant, il avait plutôt une dimension « nationale », c’était un Tunisien…

Adel Kadri : Il était le produit d’un environnement arabe et musulman,

Kmar Bendana : Pouvait-il faire autrement ? Il a coordonné le Congrès panislamique de Jérusalem en 1931. Amine Hussayni le lui a confié. Ce n’était pas facile à l’époque. Il en était le concepteur. Il en a rassemblé la documentation bilingue. Il a joué un rôle axial dans ce congrès : ce n’est pas évident avec les moyens de l’époque. Aujourd’hui, on peut disposer d’une administration, il y a  internet… Pour l’époque, c’était un tour de force.

Adel Kadri : Il a écrit Mas’alat al manboudhin fil hind [La question des exclus en Inde] : il était multi-patriotique comme El Afghani. Il est la version afghanienne en Tunisie.

Kmar Bendana : Disons qu’il était l’équivalent d’Afghani, sauf qu’il est moins connu.  

Adel Kadri : La révolte libyenne a changé le cours du mouvement national en Tunisie en 1911/1912. Il a dirigé le journal Sahifet al itthad al islami [le journal de l’union islamique] et il a écrit dans les années 1930 aussi Al kalima al hasima [Le manifeste décisif], des ouvrages importants. Il voulait éviter la scission mais il n’a pas pu

Kmar Bendana : C’est la vie et les exigences de la dynamique politique. Il y a eu violence contre lui en effet. Notamment à Mateur … Cela lui a fait beaucoup de mal. Il était vieux et c’est un peu normal…. Il a apporté la politique, la politique l’a emporté…

Adel Kadri : Il fait partie des plus grands leaders : Ali Bach Hamba, exilé par la France, Bourguiba aussi. Ils avaient un pouvoir organisationnel. Il n’a pas pu organiser le mouvement national. Peut-être à cause de ses intérêts multiples, extérieurs. A.T. n’a pas « réussi ».

Kmar Bendana : Réussir ou pas, c’est une grille de lecture. En histoire, il n’y a pas lieu de faire une évaluation. On n’est pas là pour dire seulement qui est bon ou pas en politique. Ce qui m’intéresse, c’est d’observer la dynamique politique créée par lui, qui l’a emporté. Bourguiba est entré dedans et l’a « vaincu » avec les constituants de cette dynamique.

Adel Kadri : Quelle est la couleur dominante dans sa culture ? Comment le qualifier idéologiquement ?

Kmar Bendana : A. Thaâlbi est le fils de son temps, il était en avance sur son temps,  puis le temps l’a dominé : c’est une dialectique normale, ordinaire dans l’histoire. Il a créé une culture politique nouvelle en Tunisie, principalement marquée par la lutte contre la colonisation. La Tunisie martyre est un programme politique… En résumé, on peut dire que c’est une personnalité attachante et complexe qui appelle d’autres éclairages et travaux.

Adel Kadri : Je rappelle la publication de l’ouvrage de Moncef Dellagi : Abdelaziz Thaâlbi et les origines du mouvement national tunisien aux éditions Cartaginoiseries.

Je vous remercie.

Bibliographie évoquée

Mohamed El Fadhel Ben Achour, Arkan an-nahdha al adabiyya fi tunis, [Les fondements de la renaissance culturelle en Tunisie], Tunis, MTE, 1962.

Hamadi Sahli,  « Cheikh Abdelaziz Thaâlbi », Al maousu’a at-tunisiyya, [L’Encyclopédie tunisienne], Carthage, Beyt al Hikma, 1990, pp. 21-29.

Ahmed Ben Miled, Mohamed Messaoud Driss, Ash-shaykh ‘abdelaziz Eth-tha’albi wal haraka al wataniyya (1892-1940), [Le cheikh Abdelaziz Thaâlbi et le mouvement national, (1892-1940)] Carthage, Beyt al Hikma, 1991.

Habib Belaïd & Kmar Bendana, « Thaâlbi, un intellectuel en politique », 1993, Watha’iq, n°19, Tunis, ISHMN, 1993, 131p.

Kmar Bendana, 2001, « Les ouvrages de Thaâlbi, entre évidences et mystères de sa biographie », Rawafid n° 5,  2001, Tunis, ISHMN, pp.93-108.

Moncef Dellagi, Abdelaziz Thaâlbi, Naissance du mouvement national tunisien, Tunis, Editions Cartaginoiseries, 2013, 332 p.

 

 

Edgar Morin à l’Université de La Manouba

Edgar Morin a prononcé une conférence à l’Université de La Manouba le 29 mai 2015. Avant son intervention (le lien :  https://www.youtube.com/watch?v=TDzsf7nE0P8&feature=youtu.be) j’ai présenté l’homme et son oeuvre au public, nombreux et majoritairement jeune, venu l’écouter. En voici le texte.

Merci, Edgar Morin, de nous faire l’amitié de cette visite à l’université de La Manouba, une visite attendue depuis longtemps. Votre conférence plusieurs fois reportée et regrettée se tient enfin. Tout est bien qui finit bien.

Je vais essayer de dire quelques mots sur vous et votre œuvre, sans prétendre couvrir dans le détail une vie riche et une production multiforme, considérable, ouverte à la traduction : vous avez écrit plus de 70 ouvrages. Certains sont traduits en 28 langues et dans 42 pays. Une dizaine de titres sont traduits en arabe : en Irak, au Liban, en Egypte mais aussi en Tunisie. Une traduction est en cours sous la houlette du Centre National de Traduction[1]. J’ai choisi trois entrées dans votre biographie et dans votre parcours intellectuel, trois points qui interpellent la situation actuelle de la Tunisie.

1/ L’intrication entre expérience de vie et cheminement intellectuel

Dans votre jeunesse, vous avez été un résistant pendant la 2ème Guerre mondiale et rallié au Parti communiste français entre 1941 et 1949. Ces deux expériences ont largement marqué votre vie intellectuelle et influencé vos démarches scientifiques.

Vous entrez au CNRS en 1950[2] où vous menez des travaux d’ethnologie sur le terrain français, une « sociologie du présent » sur des questions comme la rumeur, la mort, les intellectuels[3]… Vous avez animé la revue Arguments[4] puis vous fondez en 1961, avec Roland Barthes et Georges Friedmann la revue Communications que vous co-dirigez jusqu’à ce jour[5].

Amoureux du cinéma, vous devez beaucoup à cet art que vous commencez à fréquenter dès l’adolescence. Vous parlez de façon personnelle du cinéma comme un art intrinsèquement lié à l’histoire du XXème siècle dans plusieurs ouvrages sur le cinéma : Le cinéma ou l’homme imaginaire, Les Stars, L’esprit du temps et dans de nombreux articles de revue[6]

Vous êtes également auteur de scénarios (pas toujours reconnus ou approuvés par vous) et de films : Chronique d’un été, co-réalisé avec Jean Rouch  en 1961[7] (avec Marcelline Loridan) est caractéristique de votre attitude expérimentale. On y voit à l’oeuvre votre quête pour comprendre l’humain (et pas seulement l’homme, afin d’inclure la part féminine, essentielle).

Dans Chronique d’un regard[8], un documentaire qui vient de sortir en France et projeté hier à L’Agora, les auteurs vous font revenir sur vos idées et ce que le cinéma vous a permis d’expérimenter, de penser. Il serait bon qu’on projette ce film prochainement pour nos étudiants de cinéma et autres amateurs.

2/ L’importance de la pédagogie, repenser la communication et l’usage du savoir

La Tunisie est au seuil d’une réforme du système éducatif vitale pour l’avenir. Nous vivons depuis un certain temps une crise du savoir et de la transmission. Beaucoup de lourdeurs et des dangers planent : le serpent de mer de l’identité menace, lui qui n’a pas disparu des débats et querelles réactivés depuis 2011. Aussi, vous lire ou vous relire inspire, est source d’idées. Vous êtes en effet un militant infatigable de l’éducation, vous appelez à la nécessité d’innover dans la transmission : « enseigner c’est apprendre à vivre ». Vous incitez à « enseigner la compréhension ». La pédagogie de l’erreur et de l’échec sont les mots clés de votre travail comme vous prônez l’interdépendance entre sagesse/savoir/Information.

Vous êtes également un relieur entre les cultures littéraires, artistiques, scientifiques et techniques et ce qu’on peut appeler la culture de masse, la culture médiatique, ordinaire[9]. Or, nous avons besoin -en ce moment de crise- de relais et de liens. Nous sommes devant la nécessité de fabriquer et de multiplier les relais du savoir, à l’intérieur de l’université et à l’extérieur, comme nous avons besoin de relier les savoirs et la vie, le savoir et nos besoins individuels et collectifs, le savoir et le développement politique, culturel, économique qui nous manquent. Le lecteur de votre oeuvre de relayeur et de relieur des connaissances et des cultures peut trouver des pistes.

3/ La démarche et l’attitude envers la connaissance, le nœud de votre itinéraire

Vous êtes le père du fameux terme « Complexité », un programme de réflexion que vous avez déplié méthodiquement depuis les années 1980, autour des différents savoirs.  On peut lire par extraits, par petits bouts, dans le désordre votre oeuvre majeure, La Méthode[10] dont l’ambition encyclopédique et épistémologique est pleine de ressources.

La complexité étant un mode de pensée, vous êtes un praticien de la transdisciplinarité (la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, l’histoire … et aussi -et c’est important pour notre université- la biologie, la physique, la chimie…). Tout en défendant la spécificité de chaque champ disciplinaire, vous appelez à relier les savoirs selon l’apport de chacun pour soupeser les contradictions, ne pas gommer les incertitudes et les illusions que recouvre chaque phénomène. Dans une posture de quête toujours à vif, vos questionnements sont branchés sur le concret, accrochés à la vie et à ses mystères. L’ambiguïté, l’échec, l’erreur, la connaissance de la connaissance font partie pour vous des chemins de la connaissance. Pour la Tunisie aussi, qui doit dessiner l’avenir de ses écoles, collèges, lycées et universités, le défi d’intégrer ces pédagogies dans les pratiques et les méthodes est essentiel.

Je finirai par un mot sur la dernière réédition de votre ouvrage de 1957 sur Les stars[11], un ouvrage léger et grave, qui nous parle encore. On y retrouve une lecture de l’histoire de l’Europe, de la France et des Etats Unis à travers la fabrication du star system puis de son déclin[12]. Vous montrez que le cinéma « problématise le bonheur » et que le rapport aux stars est une forme de religion profane, une forme de lien entre le divin et l’humain forgé par les attentes des spectateurs.

Edgar Morin, vous le savez, la Tunisie traverse une période historique, où se profilent toutes sortes de possibles, où se déploient toutes sortes de difficultés. L’enjeu d’un futur démocratique semble envisageable mais on découvre en chemin que les problèmes à affronter sont considérables. Dans un de vos derniers ouvrages, vous en appelez à l’optimisme de la volonté, à l’initiative, à l’entreprise, à trouver « une autre voie ». Dans des écrits moins exaltés, vous dites : « nous sommes condamnés à résister « .  « Résister », « changer de voie », ces mots parlent aux Tunisiennes et aux Tunisiens, alors que nous vivons un peu d’espoir et beaucoup d’inquiétudes mêlées.

Avec votre conférence d’aujourd’hui, on va se projeter dans l’avenir, proche tout au moins. Vous n’avez pas pu clôturer, le 18 avril dernier, la troisième session symposium de l’Université de la Manouba placée sous le thème des « Représentations« . Comme un ange annonciateur, vous êtes venu nous parler d' »Ordre et désordre » [et organisation], thème de la 4ème session qui se tiendra en avril 2016.

A voir la belle salle qui vous fait face, vous comptez des admiratrices et des admirateurs fidèles qui ne se sont pas laissé décourager par le désordre de notre organisation. Le public est venu de partout pour écouter et pour débattre. Cela fait plaisir de voir autant de gens rassemblés pour réfléchir et pour parler en communion.

Nous vous écouterons en pensant à notre présent, pour essayer de le comprendre aussi, à travers l’humain qui vous est cher et qui doit rester au centre de nos préoccupations. Un débat suivra parce que le plus important est de tisser ensemble, par l’échange et la discussion, l’avenir  (incertain ?) qui est déjà là.

Merci, Edgar Morin, de contribuer à animer quelques moments de pensée collective et de débat dans l’enceinte de notre université qui en a bien besoin.

Lien pour la présentation

[1] Tahar Hammami est en train de traduire Enseigner à vivre. Manifeste pour changer l’éducation, Actes Sud, collection « Play Bac », 2014, 132 p. Hana Subhi, professeur de langue française à l’Université Paris-Sorbonne d’Abou Dhabi a été récompensée en 2014 à l’Académie Bayt Al Hikma (Tunisie) pour sa traduction du français vers l’arabe de La méthode, Tome 5 : L’identité humaine, l’humanité de l’humanité d’Edgar Morin, publiée par l’Institution Abou Dhabi pour la Culture et le Patrimoine, collection Kalima

[2] Edgar Morin est aujourd’hui directeur de recherche émérite du CNRS.

[3] Dirait-on aujourd’hui « Histoire du temps présent » ?

[4] Avec Kostas Axelos et Jean Duvignaud, Editions de Minuit, parue de 1956 à 1962. En accès libre sur le site www.cairn.info.

[5] Avec Nicole Lapierre. Dernière livraison, n° 95, 2014, sur le thème « Les incertitudes ». Consultable sur www.cairn.info

[6] La Nef (1943-1981), France-Observateur (1954-1964)…

[7] L’histoire du cinéma français date l’entrée du synchrone dans le cinéma français avec ce film

[8] Réalisé par Céline Gailleurd et  Olivier Bohler (1h21’), 2014. Extraits lus par Mathieu Amalric

[9] Cf. notamment Relier les connaissances . Le défi du XXème siècle. Journées thématiques conçues et animées par Edgar Morin, UNESCO, Seuil, 1999.

[10] Parue en 6 volumes entre 1977 et 2004.

[11] Edition du Seuil, Collection « Le Point Essais », 2015, 188p. Réédition de la troisième édition préfacée en 1972.

[12] Avec les suicides de Marylin Monroe, Martine Carol, la mort de James Dean…

La version arabe du texte a été publiée dans la revue Al Fikr al jadid n° 3, Tunis, juillet 2015, pp. 115-118.

Pour comprendre les révolutions arabes. Un regard marocain (note de lecture)

couverture-mohamed-faiz-(1)

L’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie contemporaine (ISHTC/ Université de La Manouba) vient de publier les actes du colloque Thawra(t). Approche comparée des révoltes et des révolutions XIXème-XXIème siècles qui s’est tenu en janvier 2013[1]. Cette rencontre a impulsé une activité régulière autour de la production d’articles et d’ouvrages, en hausse depuis 2011, autour de l’explication des révolutions et des révoltes, principalement dans le monde arabe secoué par des événements plus ou moins sanglants, une relance de l’intérêt accordé à ce terrain et objet d’observation.

Dans le cadre de ces rencontres, Mohamed El Faïz, auteur de Pour comprendre les révolutions arabes. Interviews posthumes (Marrakech, Imprimerie al Wataniyya, 2013, 104 p en français, 95 p en arabe) est venu présenter son ouvrage et son point de vue d’historien de l’économie médiévale, appuyé sur son expérience d’enseignant.

Le texte qui suit est une présentation de cet ouvrage.

Voici un livre agréable à lire en arabe et en français, bien fait et qui propose une lecture des « révoltes arabes ». Les écrits qui s’essayent à une réflexion sur ce qui traverse le sud de la Méditerranée depuis 2011 se multiplient mais celui-ci est loin d’être banal. Son auteur est marocain ; le Maroc resté en dehors de la vague des « révoltes » ne pouvait pas ne pas être secoué. Cet ouvrage constitue une réplique décalée dont l’intérêt réside précisément dans le fait qu’il émane d’un intellectuel qui s’interroge sur le sens d’une histoire en explosion, une histoire où il n’est pas plongé mais qui l’interpelle. De formation économiste, Mohamed El Faïz enseigne l’histoire économique à l’université de Marrakech. Auteur d’une thèse sur l’agronomie de la Mésopotamie antique (paru à Leiden en 1995), Il est spécialiste de l’histoire de l’hydraulique et de l’économie de développement. Il propose à travers cet ouvrage une réponse à la fois pédagogique et politique aux impasses et aux difficultés actuelles.

Inscription dans l’actuel

L’ouvrage part d’un choc : celui de voir le 11 février 2011 au Caire, les masses de délinquants et prisonniers libérés et lâchés place Et-tahrir, afin de noyer et d’effrayer les foules en révolte contre le régime de Moubarak. L’auteur éprouve face à ces images captées en Egypte un sentiment de rejet d’autant plus virulent que la Tunisie avait offert aux téléspectateurs du monde une sortie de régime encore « clean ». En trois semaines, une conscience était devenue claire : les peuples arabes ne pouvaient plus accepter ce genre de traitement de la part des gouvernants.

La conclusion titrée « s’approprier le ‘noyau valable’ [an-nawat as-saliha][2] des cultures de l’islam » s’inspire de l’actualité tunisienne de l’année 2012. L’auteur assiste à l’épisode « jihadiste » (i.e l’attaque de l’ambassade américaine en septembre 2012) et remarque un graffiti à côté de la statue d’Ibn Khaldoun de l’avenue Bourguiba : « la ‘ilmani la islami » [ni laïque ni islamiste]. Un message qu’il trouve plein d’enseignement dans la crispation qui s’installe sur la scène tunisienne.

Autre inscription dans l’actuel, celui de la méconnaissance des savants de l’islam et d’ailleurs. L’enseignant se demande : comment inciter les étudiants à aller vers cette littérature ancienne ? En faire aimer les auteurs ? Lutter contre la paresse de lire et dépoussiérer  les écrits ?  L’auteur choisit de valoriser le patrimoine savant, appelle à le faire en plusieurs langues (et pas seulement en arabe). Traduire et expliquer la valeur de la pensée politique, économique et culturelle représente une réponse en acte, une proposition d’avenir résumée dans la facture de l’ouvrage dont la mise en forme entend répondre à l’objectif, aujourd’hui essentiel, de transmettre aux générations futures un patrimoine savant peu fréquenté.

Six conversations imaginaires

L’auteur compose six entretiens imaginaires, effectués avec des savants dont il estime que le savoir est aujourd’hui à revisiter, parce qu’encore plein d’enseignements. En enseignant expérimenté, il adopte une écriture « journalistique » nourrie d’une connaissance des œuvres, des contextes dans lesquelles elles ont été écrites et avertie sur la manière dont elles ont été lues et interprétées. Cette astuce d’écriture, savamment pédagogique est moins facile qu’elle n’en a l’air, d’autant que l’auteur conçoit une version bilingue (arabe et française) des six entretiens.

Le résultat est un livre savant et léger qui donne envie d’aller vers les œuvres. Initié pour répondre à des questions et des inquiétudes du présent, l’ouvrage retourne dans le passé à travers les regards d’intellectuels qui ont pensé et agi en leur temps, souvent dans l’ignorance ou l’indifférence de leurs contemporains.

Sur le ton de la conversation, l’auteur nous fait entrer dans l’univers de trois historiens : Ibn Khaldoun (1336-1406) père de la sociologie, Al Maqqari (1591-1631), historien de l’Andalousie et Al Maqrizi (1364-1442), historien de l’Egypte. Il y ajoute un agronome andalou du 12ème siècle, Ibn al ‘Awwam, un économiste allemand Frédéric List (1789-1846), et l’ingénieur polytechnicien Ali Moubarak Bacha (1823-1893), bâtisseur de l’Egypte de Mohamed Ali. Chacun de ces savants a développé à son époque une conception de la connaissance de sa société, interprétant son histoire en regard des difficultés traversées et des ressources du pays. Mais pour aucun, on n’a pu accéder, utiliser ni appliquer le savoir formulé. L’amnésie dont parle l’auteur est un effet du temps quasi naturel ; elle implique de revenir vers les œuvres, de les relire et de les réinterpréter, sans les traiter en reliques.

Lectures de l’histoire

Pour chaque auteur, le lecteur effectue  des allers et retours avec le passé, celui du savant en question en pointant le contexte de la réception de son œuvre, celui des conditions de l’oubli et des raisons qui expliquent la non efficience. A la manière d’un journaliste du passé, Mohamed El Faïz, expose avec humour, les limites des compilations, des découvertes et des idées, en montrant la nécessité de comprendre ce à quoi elles ont servi. Les auteurs sont confrontés à leurs prédécesseurs et successeurs directs (Ibn al ‘Awwam et la généalogie des savants agronomes du 10ème siècle), à ceux qui les découvrent (Ibn Khaldoun découvert par les orientalistes du 19ème siècle ou al Maqrizzi minoré par Gaston Wiet). Ils sont également mis en dialogue avec d’autres, venus bien plus tard et qui ont influé sur le cours de la pensée contemporaine (Amartya Sen, prix Nobel d’économie 1988). Les entretiens utilisent des notions modernes (ex : la sécurité alimentaire) pour des situations anciennes (la famine en Egypte, fin 14ème siècle) montrant non pas la permanence des situations mais analysant la persistance des conditions de gestion et des erreurs de conception (le libre échangisme effréné ou l’empêchement à développer les capacités à créer des richesses).

Dans une langue simple, chaque interviewé fait le tour de son œuvre sous la conduite pédagogue de l’interviewer. On comprend comment Ibn Khaldoun cumule les capacités du savoir critique avec l’exercice dans les rouages du pouvoir, comment al ‘Awwam s’inscrit dans l’essor économique et culturel de l’Andalousie, comment List ne trouve pas sa place face aux idées conquérantes de Adam Smith et comment Ali Moubarak Bacha se heurte aux tentatives de bloquer les velléités d’émancipation technique et économique qu’il essaie de mettre en œuvre. Les six conversations traitent de l’histoire sous plusieurs angles et dans divers temps. On sort de leur lecture avec le sentiment qu’elle n’est pas linéaire, n’obéit pas aux volontés des savants, ni à leurs prouesses réflexives. Elle est le produit de rapports de force parfois entrevus mais jamais faciles à contrer.

Du Maroc où il n’y a pas eu de « révolution », nous vient la réplique d’un universitaire qui en appelle à revoir l’histoire et notamment celle des pays arabes et musulmans telle qu’elle a été lue par les intellectuels contemporains, pour comprendre ce qui les empêche aujourd’hui d’avancer. La recette qui consiste à relire ce qu’ont laissé les savants est une des voies à prendre. Un engagement et une façon de montrer que les événements historiques que nous vivons en préparent d’autres, notamment l’avènement d’une littérature savante qui pourra servir dans le futur…

Hammam-Lif, le 28 novembre 2014.

 Publié

-Dans LE QUOTIDIEN d’ORAN, jeudi 4 décembre 2014, page 16

-Dans le magazine REALITES n° 1511, Tunis, 11-17 décembre 2014, pp. 54-55.


[1] Thawra(t). Approche comparée des révoltes et des révolutions XIXème – XXIème siècles, Tunis, ISHTC, 2014,

[2] Mohammed El Faïz tient cette expression de son professeur Aziz Belal (1932-1982), économiste marocain, spécialiste de la période coloniale qui a exhorté à ne pas abandonner la « partie valable de l’Islam », un message que l’auteur estime encore valable.

Porte d'entrée de l'IBLA, Tunis, 2014. Crédit photographique : Loïc Le Pape, Licence CC BY-NC 2.0

IBLA rouvre ses portes aux lecteurs

Les lecteurs de la bibliothèque de l’Institut des Belles Lettres Arabes (IBLA) peuvent de nouveau frapper à la porte bleue du 12 rue Jamaâ El Houa. Elle est juste derrière la mosquée de l’ancienne « place aux moutons », rebaptisée « place du leader » après l’indépendance. L’incendie du 5 janvier 2010 a privé chercheurs, étudiants et lycéens d’un lieu de travail et d’étude, abritant plus de 30.000 ouvrages et de 600 périodiques. Depuis le 5 mai 2014, toutes les matinées de la semaine, et les après-midi des mercredis et jeudis, on peut consulter ce fonds, un des plus riches de la capitale, en arabe et en français (en italien, en anglais, en allemand et en espagnol aussi) sur la Tunisie, le Maghreb et le Machrek.

Ancrage dans le XXème siècle tunisien

Que l’on s’intéresse à l’histoire, à la littérature, à la philosophie, à l’anthropologie, à la psychologie, à la linguistique, que l’on pose des questions à la période contemporaine ou aux temps plus reculés, la documentation de cette bibliothèque, initiée et gérée par les Pères Blancs, depuis les années 1930, a valeur de boussole et de référence de premier plan. La maison du fond de l’impasse est, depuis 1932, le lieu d’habitation et d’étude des membres de la Société des Missionnaires d’Afrique, fondée par le Cardinal Lavigerie, cinquante ans avant, en Algérie. Leur fixation dans cette demeure de faubourg leur permet de constituer la documentation amassée en bibliothèque et de pérenniser le bulletin (Les Cahiers et Documents Tunisiens) né en 1928 et destiné à s’initier aux règles de la vie tunisienne. Dans cette maison est conçue la revue IBLA, acronyme de l’Institut des Belles Lettres Arabes. Le premier numéro paraît en 1937 et la publication périodique ronéotypée devient imprimée en 1942. Le Père André Demeerseman (1901-1993) qui s’est fait remarquer en jugeant provocatrice la tenue du 30ème Congrès Eucharistique de Carthage (7-11 mai 1930) est l’un des animateurs de la communauté et du travail d’observation et de relais qu’elle se donne. Arrivé en Tunisie en 1922, il s’intéresse de près à la vie intellectuelle tunisoise, suit les cours de la Khaldouniyya et notamment ceux de Tahar Sfar (à qui il consacre un ouvrage Là-bas à Zarzis… et maintenant, MTE, 1969), lit les journaux, ouvrages et revues de la place. Ses travaux (125 articles et plus d’une centaine de recensions dans la revue IBLA et 20 ouvrages) et ceux de beaucoup de ses compagnons (André Louis, 1912-1978 ; Jean Quémeneur, 1911-1970 ; Gabriel Magnin, 1910-1977 ; Michel Lelong né en 1925 ; Jean Fontaine né en 1936) consignent le mouvement des idées, les écrits des intellectuels, l’évolution de la famille, et toutes sortes d’aspects de la vie quotidienne, les faits de langue, les coutumes, traditions et arts de faire des différentes régions du pays.

Née dans la veine orientaliste, IBLA évolue avec le contexte politique et culturel tunisien, s’en imprègne et en rend compte. Mathilde/Moufida et Habib Bourguiba habitent dans le voisinage. Avec prudence et discrétion, les Pères Blancs montrent un soutien au mouvement nationaliste. L’éditorial de la revue IBLA écrit en février 1952 (n° 56, daté 1951), en arabe et en français, en écho aux massacres du Cap Bon, condamne la haine et en appelle à la justice. L’audience de la revue culmine entre 1950-1970, dépassant les deux mille exemplaires. Entretemps naît à Rome, en 1965, un des lieux de rapprochement entre les pays arabes et musulmans et l’Europe : le Pontifico Istituto di Studi Arabi et d’Islamitici (PISAÏ), qui ouvre la mission locale des Pères blancs à une dimension internationale.

Un besoin d’avenir

Cours d'arabe tunisien, niveau 1, Tunis, 2014. Crédit photographique : Loïc Le Pape, Licence CC BY-NC 2.0

Cours d’arabe tunisien, niveau 1, Tunis, 2014. Crédit photographique : Loïc Le Pape, Licence CC BY-NC 2.0

Après l’indépendance, les Pères Blancs abandonnent le burnous qui les distinguait,  adoptent une tenue civile et poursuivent leur travail éducatif et culturel. Le soutien scolaire aux élèves du quartier s’organise avec des dons de manuels et l’investissement des étudiants passés par là et devenus enseignants ou cadres de l’administration tunisienne. Les cours de tunisien prodigués par les sœurs blanches attirent des visiteurs curieux et les gens de passage ou en mission prolongée, désirant mieux connaître la Tunisie. Ces cours viennent d’être édités sous forme de manuel (Maison d’étude des sœurs blanches, Cours d’arabe tunisien. Niveau 1 par Madeleine Prim, 246 pages). Comme l’a montré Jean Fontaine au deuxième forum EXPOLUGHA consacré aux langues (3 et 4 mai 2014), et où  l’IBLA a occupé un stand, le dialecte tunisien commence par être traité dans un but utilitaire (collection Le Bled) puis devient un objet d’étude en soi : les contes, les proverbes et la poésie populaire font partie des sujets clés des articles et comptes rendus de la revue. Le fonds documentaire fait également une place de choix au dialecte tunisien, en tant que source et en tant que phénomène structurant de l’histoire culturelle tunisienne.

La bibliothèque est appelée à poursuivre son rôle de lieu d’information et de recherche, avec un fichier matières qui dépouille les articles de revue, une rareté qui fait l’exclusivité de ce fonds. Les travaux de réaménagement engagés après l’incendie sont soutenus et accomplis par des usagers et admirateurs du rôle de plate-forme intellectuelle joué par l’IBLA. Ils ont permis d’achever l’informatisation des références de la bibliothèque et d’ouvrir une nouvelle salle de lecture au rez-de-chaussée de la maison. Le paysage de la recherche en sciences humaines et sociales en Tunisie amène à s’interroger sur la meilleure façon de faire évoluer ce lieu, de façon à contribuer à animer la vie intellectuelle et éditoriale et à ouvrir la production locale au débat interdisciplinaire ainsi qu’à une réflexion civique sur le savoir.

La revue se tunisifie à petits pas depuis l’indépendance, du côté des signatures comme du côté des responsables de la rédaction (15 membres du comité, 8 femmes et 7 hommes). Âgée de 75 ans, IBLA prépare sa 213ème  livraison semestrielle, comporte plus de 1400 articles, sans compter le capital amassé à travers la recension régulière de la production éditoriale tunisienne, en arabe et en français. Son comité de rédaction composé d’universitaires de la place s’étoffe d’un réseau de collaborateurs maghrébins et européens et travaille à une meilleure visibilité de la part du lectorat arabophone et anglophone.

Pour accompagner la réouverture, une journée d’étude consacrée à la situation et à l’avenir de la revue IBLA a réuni le samedi 22 février 2014, des sympathisants de l’Institut, des fidèles de la bibliothèque et des responsables de publications similaires (Insaniyyat, L’Année du Maghreb, Alawan, Maghreb et sciences sociales). Un projet d’association des amis de la revue est en gestation. L’association est destinée à élargir le cercle des soutiens et des usagers d’une institution ancrée dans l’histoire de la Tunisie contemporaine et qui a besoin, elle aussi, de se renouveler face aux multiples changements en cours.

Hammam-Lif, le 17 juin 2014

Publié dans At-tariq el Jadid n° 377, Tunis, 20 -26 juin 2014, p. 5