Archives de catégorie : Université

À propos de la récente « réouverture » de l’Université de la Zaytouna

Une cérémonie a fait couler beaucoup d’encre dernièrement : celle qui a marqué, le samedi 12 mai 2012, la « réouverture » de l’Université de la Zaytouna. Entre louanges et félicitations pour « réhabiliter» un enseignement considéré comme victime de la réforme éducative bourguibienne de 1958 et les inquiétudes que soulève cette parade officialisée par la présence de trois ministres – dont ceux de l’éducation et de l’enseignement supérieur -, essayons de saisir la signification d’un protocole sans originalité et la portée des signaux médiatiques envoyés à travers cette manifestation.

Peut-on parler de « réouverture » alors qu’une université de la Zaytouna existe depuis plusieurs années ? Zine el Abidine Ben Ali a ordonné une cérémonie similaire et dans le même décor prestigieux pour relancer cette université, dans la lignée des gesticulations envers l’islam auxquelles il s’est adonné. Avant de poser en 2000 la première pierre de la mosquée El Abidine de Carthage, inaugurée en 2003, Ben Ali avait installé les nouveaux cours de cette université « ressuscitée » dans le quartier de Montfleury puis dans les bâtiments actuels, en face du Rectorat de l’Université de Tunis et de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Tunis (boulevard du 9 avril 1938). Lui aussi s’en est pris à l’idée répandue d’un Bourguiba anti-islam et a orchestré des gestes grandiloquents et coûteux censés marquer le retour à une défense et illustration de l’ « identité musulmane » de la Tunisie. Kairouan, capitale de la culture islamique (mars 2009) a été une des dernières démonstrations ostentatoires du régime de Ben Ali pour réaffirmer pompeusement ce discours idéologique de façade.

Rien de neuf donc dans cette cérémonie du 12 mai 2012, promotion ostensible d’un islam de décor contribuant à diffuser une imagerie folklorique à l’adresse des Tunisiens et du reste du monde. Dans cette investiture convenue où l’on a annoncé que la Zaytouna serait un lieu d’enseignement pluridisciplinaire allant de la médecine aux sciences humaines, où étaient les scientifiques, les pédagogues, les enseignants et les chercheurs ? On a vu des responsables politiques, des fonctionnaires, des fidèles également (et certains mécontents se sont bruyamment exprimé dans les parages), des donateurs probablement mais pas ou peu de représentants du monde enseignant. Dans la cérémonie benalienne, les formes avaient été mieux observées : une leçon inaugurale avait été prononcée par le mufti de la République, Mokhtar Sellami dont la réputation scientifique était reconnue par ses pairs. Les conseillers d’alors avaient pris le soin de concevoir un cérémonial conforme aux normes universitaires et qui respecte les rituels pédagogiques. Qui sont les conseillers actuels ? A quoi ont-ils pensé en organisant ce mauvais remake, plus proche de l’intronisation d’un conseil d’administration d’entreprise privée que de l’inauguration d’un lieu de savoir, d’enseignement et de recherche ?

Continuer la lecture

La femme et le drapeau

Le 8 mars de cette deuxième année de transition a suscité une actualité particulière. 14 mois après une Révolution qui a donné au drapeau tunisien une visibilité internationale et redoré le blason de la femme non officielle, le pays pétrit ces deux symboles dans la confusion. Une lecture à chaud de la façon dont ils se conjuguent dans l’espace public donne la mesure des bouleversements qui traversent le champ politique comme la sphère sociale. Ce qui frappe avant tout c’est la violence avec laquelle le monopole de l’Etat en cours de recomposition essaie de contrer le mouvement de revendication et d’espoir qui persiste dans l’air, qui anime encore les esprits et dirige des volontés. On a le sentiment d’une lutte inégale, avec des moyens apparents mais aussi des manœuvres cachées derrière des habitudes anciennes dont le pays peine à se débarrasser.
A l’assaut du drapeau noir

Les manifestations autour du drapeau de la faculté de La Manouba ont nourri les célébrations de la fête internationale de la femme d’un happening plein d’enseignements. Une femme a créé, en direct, un événement qui va certainement marquer la symbolique de cette transition : le 7 mars, devant la grille de la faculté, une étudiante grimpe le mur pour monter à l’assaut de l’étendard noir érigé à la place du drapeau national. Sous les yeux et les cris d’une foule suspendue à la scène, elle affronte la violence physique de l’auteur de cette profanation provocatrice. Etudiante à la faculté, Khaoula Rchidi a agi par colère et pour mettre un terme à l’impuissance de l’attroupement. La jeune femme a fait vivre à ses camarades un acte de résistance spontané et ses déclarations ultérieures n’en tirent aucun orgueil, juste le sentiment d’avoir accompli un devoir. Elle raconte son bref échange avec l’arracheur du drapeau qui la met à terre puis la menace d’un bâton. L’image des deux silhouettes s’affrontant circule. Elle rappelle le combat de David contre Goliath, dont on connaît le dénouement : « ils le mirent en fuite, avec la permission de Dieu… Dieu accorda à David la royauté et la sagesse ; il lui enseigna ce qu’il voulut ». Que cette lutte spontanée et finalement victorieuse se passe aux portes de l’université porte plus d’un espoir, pour les femmes, pour le drapeau et pour le savoir.
Malgré la défaite infligée à Jalout alias Goliath, une limite symbolique est atteinte. Le geste bouleverse l’opinion et les cris d’alarme pleuvent, jusqu’à secouer la somnolence de l’Assemblée Nationale Constituante qui se colore, enfin, de rouge et blanc. La Présidence de la République et le Premier Ministère se fendent de communiqués dignes d’institutions de l’opposition alors que ce sont les instances d’un Etat enfin légitime et doté de pouvoirs. Deux rassemblements devant l’ANC et devant le Ministère de l’enseignement supérieur ont protesté contre un acte qui augmente l’inquiétude et la tension dans le pays car il représente un dérapage inadmissible. On apprend que le groupe devant la faculté se divise en multipliant les déclarations : toute lutte est devenue médiatique dans la Tunisie de l’après 14 janvier. On ne peut s’empêcher de penser que l’image de cette victoire du drapeau rouge et blanc sur la bannière noire met en scène une division de plus, inutile et nocive.

Une violence entretenue ?

Les troupes et attaques de La Manouba rappellent un autre site assailli,  avec les mêmes desseins faussement démocratiques : l’esplanade en face de la télévision nationale. Depuis quelques jours, un sit-in de drapeaux noirs et de tentes luxueuses se dresse devant le temple de l’information dite mauve, une maison qui se débat depuis des mois dans une transition difficile. Si le froid et la pluie semblent les avoir chassés, rien ne garantit qu’ils ne reviendront pas. Pourquoi les responsables laissent-ils cette pression supplémentaire troubler une institution gangrenée qui a plutôt besoin d’un minimum d’autonomie pour secouer sa léthargie et guérir ses tares ? Comme à la faculté de La Manouba, le mouvement exige au « nom du peuple » (echa’ab yourid)  et les forces de l’ordre fantomatiques ici et là prétendent défendre une jeunesse libre de s’exprimer. Des communiqués officiels, instrumentalisant la rhétorique révolutionnaire mâtinée de principes droitsdel’hommistes, entretiennent une zizanie dangereuse, à l’aide de méthodes éculées.
Le pays attend que ses gouvernants ne se conduisent plus en déclamateurs ou rédacteurs de communiqués et démentis. Les élections sont un mandat populaire pour agir dans le sens du bien commun. 217 députés sont sortis des urnes pour rédiger une constitution et garantir la marche vers les prochaines élections. Personne n’a demandé à la jeune Khaoula Rchidi de défendre la dignité du drapeau ; elle a agi sous l’appel du devoir. Personne n’a poussé le député Brahim Gassas à demander des comptes vue la gravité de ces incidents ; il a parlé en tant que représentant de sa région. Personne n’a incité les députés à brandir le drapeau de la Tunisie ; c’est un message envers les électeurs. Devant le franchissement des limites, à chacun selon ses moyens ; ceux du gouvernement sont immenses, forces de sécurité comprises. A quoi celles-ci sont elles employées ? Que fait le gouvernement ? Le monopole de la force appartient à l’Etat : il est au service de quelle cause ? Il est temps que l’autorité profite à la sécurité du citoyen, au respect du savoir et à la paix sociale afin que le pays avance.

Elus, administrateurs et responsables sont censés travailler à l’intérêt de tous. Leur tâche est d’instaurer la confiance en cette phase critique de notre passage vers un avenir qui nous fasse oublier les malheurs de la désinformation et de la manipulation qui ont couvert mafieuserie et prédation et bloqué, jusque là, tout chemin vers l’air libre de la démocratie.

Hammam-Lif, le 12 mars 2012

Paru sur La Presse de Tunisie, 12 mars 2012.

Being a Historian after January 2011

This text is the translation made by Sarah Fredj of « Être historienne après janvier 2010« .

In the space of one year, even if a revolutionary breeze has swept away a lot of things in Tunisia, the work of a researcher, a slow task that takes place in the background, cannot undergo such a sudden, direct turnabout. Of course, this does not stop researchers, like everyone else, from being moved by what is happening every day, which affects people and institutions, and also alters the concrete and moral conditions of the way they exercise their profession. It is impossible for researchers to be indifferent to their surroundings or avoid the emotion marking this exceptional period in Tunisia,even if the profession itself encourages distance and is based on the capacity to observe the complexity of the questions asked and the number of points of view linked to the facts themselves, if not coldly, then at least by taking into account the many sides to a situation, as best as possible. Between the fever that comes from the swiftness and magnitude of the facts and the intellectual demands of the researcher’s profession, there is a wide scope of possible reactions.

I will speak only of my reaction, since I have been asked to talk about my experience as a researcher in Tunisia since January 2011, to illustrate one of the ways the historian’s profession is concerned by the revolutionary potential, which was triggered off at the very beginning of last year.

Three lessons

In Tunisia, as elsewhere, the word ‘history’ has several meanings. It refers to a culture, sometimes appeals to knowledge and, less frequently, refers to a condition, a profession. The love of the past is very widespread in public opinion; the penchant for history is part of contemporary Tunisian culture, just as it lies deeply in the roots of our intellectual heritage. History also calls for awareness of the passing of time and the study of the way it rules human relationships, in such and such a society, at a given period. Lastly, history is also a modern profession, along with close social sciences and more distant hard sciences, which evolves in an intrinsic way with intermingled aspects to it; In addition to the history of contents and forms that this expression of the individual or group’s past can have, that each person or community carries in them, there is also the history of the men and institutions that make it up. For me, the year 2011 was a lesson on each of the three levels.

A lesson of culture

Experiencing an uprising that breaks out after a man has set fire to himself and entails consequences on the scale we see today is, to say the least, eye-opening as far as public opinion is concerned, and also in the way it can affect reality. The man’s desperate act which is neither the first of its kind, nor unfortunately the last, is one of the founding myths of the Tunisian Revolution. Creating the myth obviously summons its reverse, as shown with the battle surrounding the commemoration dates (December 17? January 14?), the efforts to blend the ‘people’ into the figure of the ‘martyr’ and the rivalry to win an impossible ‘leadership’. Public opinion which is common to both journalism and social science and is choice material for politicians has become a vivid source of inspiration. Observing the galvanizing words spoken and the media, I have been able to check the magic of a phenomenon, forever evading any forecasts and manipulations, even if one never gives up reifying it afterwards and even if politicians never give up the temptation of goading it on and sounding it out, since they fear it so much.

Does a vote equal an opinion? Is culture a sum of opinions? Are the media alone when face to face with public opinion? All these questions find a sequence of incomprehensible alchemy in the Tunisian situation, if you merely keep to the tip of current events and speeches. Studying public opinion is doubtless rendered more complex still by the technicality of social networks, that accelerate facts and reactions, but to me, understanding the present situation also suffers from a lack of historical, sociological, psychological and journalistic studies on the cultural features and the evolution of people’s mentalities. The tensions exploding in the face of the Tunisians, of their political classes and of the whole world reveal among other things a lack of knowledge of our society. If you consider the rising of politics and given that the social and economic problems make up the volcano lava (as well as interiorized anger), the unexpected detonator of this Revolution, history can help to establish useful connexions to understand society today better.

A lesson of history

I am used to contemporary history which is approached mainly from written archives, even if it has begun to open up to testimony and I have appraised ‘live’ the methodological importance of the basic questions that are taught in the discipline. What is a source? What is information? Who is the author of a document? How does information circulate? From the slap that was said to have caused Bouazizi’s suicide to the flow of rumours that robbed a buzz of its originality and invented ’false information’, the historian drifts amidst a multitude of events, the multiplication of the number of means of expression, the freedom of tone and even dissolute language. In time, I began to notice the sometimes surprising way that data is organised, depending on unsuspected actors, how events that were benign to begin with become important and how news is made.

The physics of events and the more or less successful ‘mayonnaise’of a power that is made day by day is a living compost for a researcher to reflect on the birth of a political culture that may be changing. I was used to the language mechanisms of dictatorship and have turned my attention to a post-revolutionary vocabulary which has managed to become acceptable too. The word ‘Revolution’ which has been used a lot for convenience’s sake, out of laziness or pride, calls for reflection on the efficiency of words in today’s game and then on their repercussion in the writing of history.

Before going more deeply into the analysis of the speeches that orchestrate political life today and the arguments exchanged in all the medias, even the private ones, I watch more television, read more newspapers, listen to more radios and surf on the Web. A society is displayed there, revealing the birth of stifled possibilitites, that have been denied or are merely unknown, the rebellious young, both full of energy and desperate, women everywhere in public view and new expressions.

While the results of the elections of the National Constituent Assembly are being interpreted as the figures representing the people, these images of Tunisian society seem to me, scientifically to begin with, to pinpoint an ignorance of the diversity of a Tunisia that is under- analysed and the multiple forces across the country. In comparison, the political practices of the party in power seem rigidified with time, too old for the urgent needs of the country and too poor in view of its complexity. The fact that there are more men politicians than women and the average age of our politicians is an obvious sign of the gap between society and power. There are other gaps too.

A civic lesson

In a country where scientific research lacks revues and space for debates and traditions, politics mesmerizes the intellectual professions, subjugates them, in the sense that they are established as the only legitimate source, as the ultimate aim of any success. The conditions and practice of the researcher’s profession are no worse than anything else, though one must add that they represent a totalitarian conception of mind-deadening knowledge which is a depreciating conception of the professions of knowledge, in the long run. One year is not enough to act on the hypertrophy of the ideology of University degrees, supervising ideas, mechanisms that paralyze creative forces, in other words all the seeds that have planted a feeling of disenchantment for the intellectuals and erected partisan cleavages in universities. I know I am part of sectors that are undermined by lack of political freedom and denial, the cult of technicality putting a final touch to humanities in Tunisia. Politicians and scientists have a lot of work ahead to make things better and to give knowledge its humanistic function back and the place it deserves in global wealth.As a researcher, during this past year, I have felt more conscious of the importance of the discipline of history, when faced with the rising emotions, the expression of individual claims and the affirmation of the religious and memory phenomenon. As with all important referential – and this Revolution is certainly that- , history must remain alert, in the way the meteorologist still watches the nice weather, in case it becomes bad. Thinking ahead, thinking of future knowledge and the reasonable organisation of the present that is unrolling as I write this seems to me to be a healthy reaction in view of the governance of events today and hasty political answers. After the journalists, whose job it is to record the immediate news, following the lawyers, sociologists, geographers, economists and other social science experts who are interested in the short term, historians must wait patiently in the background, watching the multi-shaped society and its contradictory impacts, not forgetting the virtual and concrete archives that are being created nor the effects of people’s memory that are becoming part of reality, under our very eyes, as we bring witness, though not always clairvoyantly.

Text published in La lettre de l’IRMC, N°8, January-April 2012, page 8

L’université tunisienne se penche sur l’histoire des mouvements étudiants

Deux rencontres ont successivement commémoré les événements de l’université tunisienne de février 1972. La première, organisée conjointement par l’Association pour la Fondation Ahmed Othmani (AFAO) et les Archives nationales de Tunisie (ANT) a eu lieu les 6 et 7 février 2012 à la salle de conférences d’une institution d’archives qui abrite une cellule de recherche depuis 2008. La seconde a été organisée par l’Institut supérieur d’histoire du Mouvement national (ISHMN), le 14 février 2012 à son siège, sur le campus universitaire de La Manouba. Alors que l’on se serait attendu à des répétitions, des chevauchements et des épanchements infinis, ces deux rencontres ont rassemblé un public nombreux et varié, où les témoins et acteurs de l’époque représentaient une part significative. Face aux historiens et avec une présence de jeunes non négligeable, ils ont joué le jeu du retour sur leur mémoire avec une retenue et une lucidité qui ont donné à ces rencontres une tonalité particulière entre souci du passé et besoin de le comprendre. Le regard attisé par leur vécu et l’observation de l’actualité politique, les participants ont évoqué leurs expériences en maîtrisant leur nostalgie, ce qui a permis d’ouvrir des pistes de réflexion, pour les acteurs autant que pour les historiens, en attendant d’inspirer des enquêtes et des travaux de recherche.

La question de l’archive

"Le congrès extraordinaire de l'UGET, quarante ans après"

La première manifestation intitulée Le congrès extraordinaire de l’UGET de février 1972, quarante ans après a permis de poser de façon très nette la question des archives nécessaires à une histoire proche mais que l’on peut envisager d’écrire aujourd’hui. Ces archives sont éparpillées entre des acteurs qui ont sauvé les papiers de leurs organisations face à la répression qui s’est abattue sur le mouvement étudiant en étouffant les voies de la vie syndicale et politique que cette jeunesse voulait construire sous le régime bourguibien. Selon que ces acteurs se trouvent en Tunisie ou en France, les fonds restent à identifier et à livrer à un premier travail de consignation afin d’enrichir les futurs travaux d’histoire. Cette question de l’archive, à l’origine de la proposition de l’AFAO aux Archives nationales de Tunisie et argument principal de la rencontre des 6 et 7 février, a été reprise par les témoins et revendiquée par les historiens comme une condition sine qua non pour faire avancer la connaissance historique des mouvements estudiantins qui ont jalonné l’histoire contemporaine de la Tunisie.

Une mémoire orale circule certes à propos des événements de 1972 au sein des générations qui les ont vécus, dans les familles touchées par la répression, parmi les camarades et les amis de l’époque. Par ailleurs et sur le plan de l’écrit, des autobiographies et des souvenirs ont commencé à paraître. L’apparition d’une littérature carcérale renseigne sur les conditions de détention des étudiants arrêtés, sur les rapports entre prisonniers et avec les geôliers, sur les relations avec le monde extérieur, avec les aînés ou les successeurs des mouvements contestataires. Mais les documents de la gestation politique (tracts, pv de réunions, motions, pétitions, affiches….) ou ceux qui sont produits dans le cadre de son suivi par les autorités, de sa surveillance et de sa répression sont également utiles pour enrichir la mémoire collective par une lecture historienne des logiques des acteurs, de leurs forces respectives, des moyens utilisés et des conséquences des événements. L’évolution des archives vers de nouveaux supports (image, audio-visuel et internet) interpelle témoins, archivistes, historiens et la société sur l’écriture de l’histoire, notamment estudiantine, en train de se faire.

"Le mouvement étudiant tunisien 1972, origines, faits et conséquences"

La manifestation de l’ISHMN du 14 février 2012 (Le mouvement étudiant tunisien 1972, origines, faits et conséquences/ Al haraka at-tulabiyya at-tunisiyya, 1972, judhuruha, waqa’iuha wa in’ikasatuha) a souligné la nécessité de croiser l’approche par les témoignages avec des investigations archivistiques classiques, documents à l’appui. L’ISHMN se propose de prolonger cette rencontre par une série de tables rondes mettant en connivence témoins et historiens pour questionner ce passé en l’inscrivant dans le contexte politique et l’environnement social, économique et culturel qui l’explique. Car, en marquant le cours de l’université, le mouvement estudiantin a également pesé sur l’histoire politique du pays, et plus encore. On gagnerait à analyser le moment 1972, considéré comme un tournant, dans ses dimensions historiques afin d’évaluer sa portée dans l’histoire de l’université et comme mode de confrontation avec le pouvoir politique. Le patient travail de collecte de la mémoire entamé par la Fondation Temimi pour la recherche scientifique et l’information (FTERSI) est une entreprise pionnière qui pose les premières balises de ces épisodes. Beaucoup de témoignages ont été sauvegardés et publiés par la FTERSI. Le projet de l’ISHMN est de poursuivre cette orientation en donnant davantage de place, en amont, à la prospection de l’archive écrite – dans les fonds publics ou chez des personnes privées, en Tunisie et à l’étranger- et, en aval, aux inévitables questions de méthode sans lesquelles ce travail scientifique ne peut perdurer.

Questions de méthode

Il serait trop long de répertorier les innombrables remarques qui ont jalonné les deux rencontres et mettant l’historien devant la responsabilité de restituer les conditions dans lesquelles se sont déroulés des faits encore insuffisamment connus mais dont on sait qu’ils ont brisé des vies, changé des trajectoires personnelles et probablement aussi modifié des destins collectifs. Retenons au moins les pistes qui suggèrent d’aller vers une histoire des conditions matérielles et économiques de la vie étudiante et les mises en garde contre le danger de sur-représenter des appartenances partisanes. Ces journées d’études ont surtout donné la parole à des militants et des acteurs de gauche -au demeurant une catégorie qui reste à interroger- mais les prochaines rencontres doivent s’efforcer d’équilibrer les points de vue des différents bords politiques et idéologiques en situation et la façon dont les revendications d’autonomie et de représentativité à l’université ont été l’expression locale de courants contestataires en Tunisie et dans le monde.

Un fil a couru tout au long des échanges, celui de l’horizon social qui sous-tend le mouvement estudiantin de 1972 et son rattachement aux transformations profondes de la société tunisienne. On note la participation des femmes à la mouvance, les prolongements de l’action dans les lycées et la solidarité des enseignants à la cause. Si on prend en compte la longue durée, on peut mettre en perspective les différents moments qui ponctuent l’histoire de la jeunesse révoltée en Tunisie en fonction de la démographie, de l’histoire de l’éducation et du contexte général. Ainsi, les divers mouvements des étudiants zaytounien-s contre le pouvoir colonial et revendiquant des conditions d’étude et de recrutement décentes, l’Union générale des étudiants de Tunisie (UGET) qui a vu le jour en 1952 à Paris puis s’est transplantée en Tunisie, l’Association des étudiants musulmans nord africains (AEMNA) née elle aussi à Paris en 1927 puis ramifiée entre les trois capitales maghrébines, éclairent le bicéphalisme de la lutte étudiante des années 1960/1970 (entre Tunis et Paris principalement), un moment qui illustre peut-être l’apothéose de la puissance de l’université comme ascenseur social et comme lieu privilégié où se fabrique l’élite contemporaine.

Du point de vue des corpus d’archives et des instruments de recherche, il est possible de faire aujourd’hui l’histoire de l’université, de son fonctionnement, de ses rouages et de ses choix. Hédi Jellab, directeur des Archives nationales a fait part des dépôts qui peuvent servir à étudier l’évolution de l’université nationale (née en mars 1960) comme les institutions qui l’ont précédée au cours de la période du Protectorat (Zaytouna, écoles supérieures, Institut des hautes études de Tunis…). Sur le syndicalisme étudiant proprement dit, des historiens se sont penchés sur cette histoire (ci-dessous encadré bibliographique). Beaucoup reste à faire cependant pour que l’université soit replacée dans l’histoire culturelle, sociale et politique générale, afin de suivre l’évolution institutionnelle du savoir en Tunisie, les formes qu’il a revêtues, les organes d’expression (journaux, bulletins, revues) ainsi que les crises et les réformes qui l’ont façonné.
Le syndicalisme du monde étudiant étant lié à celui des enseignants, le mérite de ces deux moments de réflexion et de débat entre acteurs du mouvement estudiantin de 1972 et historiens est d’avoir célébré utilement un anniversaire, en ouvrant le dossier d’une histoire de l’UGET qui peut apporter beaucoup à l’histoire de l’université et à l’histoire tout court.

Tunis, le 15 février 2012
Publié dans Akademia n° 3, mars 2012, mensuel de la vie universitaire publié par l’Université de La Manouba, pp. 14&15.

Pour en savoir plus

  • Mokhtar Ayachi, « À la croisée des chemins : l’UGTT et les choix cultuels de l’Etat national », Abdejellil Temimi (dir), Bourguiba et l’établissement de l’Etat national : approches scientifiques du bourguibisme, Actes 1er Congrès 1999, FTERSI, 2000.
  • Mokhtar Ayachi, Une histoire d’une école de cadres : l’Union Générale des Etudiants de Tunisie au cours des années 50/60, Université de La Manouba / ISHMN, 2003, 184p.
  • Tahar Chagrouch, Le mouvement étudiant tunisien (1961-1981), genèse d’une intelligentsia, Mémoire de maîtrise sous la direction de Claude Liauzu, Université de Paris 7, 1982, 60 pages.
  • Moncef Chenoufi, « Le rôle des mouvements d’étudiants tunisiens de 1900 à 1975 », In Le rôle des mouvements d’étudiants africains dans l’évolution politique et sociale de l’Afrique, Paris, Editions l’UNESCO/ L’Harmattan, 1993, pp. 147-164.
  • Mohamed Dhifallah, Al haraka at-tulabiiya at-tunisiyya (1927-1939), Zaghouan, FTERSI, 1999, 378p.
  • Mohamed Dhifallah, Amphi et chaire : Études sur les étudiants tunisiens des années cinquante aux années soixante-dix (préf. Hassine Raouf Hamza), Sfax, éd. Librairie Aladin, 2003 (en arabe).
  • Mohamed Dhifallah, « Participation et exclusion : Étudiants tunisiens et réformes de l’enseignement et de l’université (1958-1986) », Institution universitaire et mouvements étudiants : entre intégration et rupture ? , Actes du 9ème colloque du GERME co-organisé avec le CHEVS.
  • Ali Zidi, L’historique de l’expérience éducationnelle de la section moderne de l’université de la Zaytouna 1951-1965, Tunis, 1986, thèse en langue arabe, 164p.

Être historienne après janvier 2011

Dans l’intermède d’un an, et même si un souffle révolutionnaire a balayé beaucoup de choses en Tunisie, la pratique de chercheur, une activité lente et d’arrière-plan ne peut vivre un retournement brusque et direct. Ce qui n’empêche pas les chercheurs d’être touchés, comme tout le monde, par ce qui arrive au quotidien, qui atteint les hommes et les institutions comme il ébranle les conditions matérielles et morales d’exercice du métier. Les chercheurs ne peuvent être indifférents à leur contexte ni éviter l’émotion qui empreint cette période exceptionnelle, même si la profession incite au recul et se construit sur la capacité à observer, sinon froidement, du moins en tenant compte, au maximum, des facettes d’une situation, de la complexité des questions, de la pluralité des points de vue qui se rattachent aux faits. Entre la fièvre causée par l’hyper-rapidité et l’ampleur des faits et les impératifs intellectuels du métier, une palette de réactions est possible. Je ne parlerai que de la mienne puisqu’on me demande de faire part de mon expérience de chercheur en Tunisie depuis janvier 2011, pour illustrer une des façons dont la profession d’historien est concernée par le potentiel révolutionnaire qui s’est déclenché au tout début de l’année qui vient de s’achever.

Trois leçons

En Tunisie comme ailleurs, le terme histoire recouvre plusieurs sens : il renvoie à une culture, il en appelle parfois à la connaissance et désigne plus rarement une condition, un métier. La passion du passé est répandue dans l’opinion ; le goût de l’histoire fait partie de la culture tunisienne contemporaine comme il s’enracine dans un héritage intellectuel. L’histoire en appelle également à une conscience du temps et à l’étude de la façon dont il régit les rapports humains dans une société, au cours d’une époque. Etudier l’histoire constitue enfin un métier contemporain qui, avec les sciences sociales voisines et les sciences dures moins mitoyennes, possède une évolution intrinsèque, aux aspects entremêlés : à l’ histoire des contenus et des formes que peut prendre cette expression du passé d’individu et de groupe que chaque personne ou communauté porte en elle, s’ajoute l’histoire des hommes et des institutions qui la fabriquent. L’année 2011 a été pour moi une leçon à chacun des trois niveaux de conception de l’histoire.

Leçon de culture

Vivre un soulèvement qui se déclenche après l’immolation d’un homme et entraîne des conséquences avec l’ampleur constatée est pour le moins édifiant sur le phénomène de l’opinion et sur la façon dont il peut agir sur le réel. Cet acte désespéré, pas le premier du genre ni, hélas, le dernier, est un des mythes fondateurs de la Révolution tunisienne. La construction du mythe appelle évidemment son contraire ainsi que le montrent la bataille autour des dates de commémoration (17 décembre ? 14 janvier ?), les tentatives de fondre le peuple dans la figure du martyr et les rivalités pour capter un leadership introuvable. L’opinion, objet commun au journalisme et aux sciences sociales et matériau de choix des acteurs politiques, est devenue une source vivante d’inspiration. Face à l’électrification de la parole et des médias, j’ai pu vérifier la magie d’un phénomène échappant toujours aux prévisions et aux manipulations, même si on ne renonce jamais à le réifier après coup, et même si les politiciens ne guérissent jamais de la tentation de l’aiguillonner et de le sonder, tellement il est craint. Est-ce qu’un vote signifie opinion ? La culture est-elle une somme d’opinions ? Les médias sont-ils seuls face à l’opinion ? Toutes ces interrogations trouvent dans la situation tunisienne une série d’alchimies incompréhensibles si on s’en tient à la crête de l’actualité et des discours. Etudier l’opinion est certes complexifié par la technicité des réseaux sociaux, accélérateurs de faits et de réactions, mais la compréhension de la situation actuelle souffre surtout à mes yeux d’un déficit d’études historiques, sociologiques, psychologiques, journalistiques sur les traits culturels et l’évolution des mentalités. Les tensions qui explosent à la face des Tunisiens, de leur classe politique et du monde, révèlent, entre autres, un déficit de connaissances sur la société. Considérant la remontée en surface de la politique, et sachant que les problèmes économiques et sociaux constituent une lave volcanique et que la colère intériorisée et partagée est un détonateur imprévu de cette Révolution, l’histoire peut aider à établir des connexions utiles pour mieux comprendre la société actuelle.

Leçon d’histoire

Habituée à une histoire contemporaine qui se fait essentiellement à partir des archives écrites, même si elle a commencé à s’ouvrir sur le témoignage, j’ai pris la mesure et en live de l’importance méthodologique des questions basiques enseignées par la discipline. Qu’est ce qu’une source ? Qu’est ce qu’une information ? Qui est l’auteur d’un document ? Comment circule une nouvelle ? Depuis la gifle qui aurait causé le suicide de Bouazizi jusqu’aux nuées de rumeurs qui ont banalisé buzz et inventé le terme d’infox, l’historienne flotte dans la multitude d’informations, la multiplication des modes d’expression, la liberté de ton et jusqu’au libertinage des propos. Avec le temps, j’ai commencé à noter la façon, parfois surprenante, dont les données s’organisent en fonction d’acteurs insoupçonnés, comment des événements au départ bénins prennent de l’importance, comment se fabrique l’actualité. Cette physique de l’événement et la mayonnaise plus ou moins réussie d’un pouvoir qui se façonne au jour le jour, représente pour la chercheuse un terreau de réflexion vivace sur la naissance d’une culture politique, peut-être en transformation. Entraînée aux mécanismes langagiers de la dictature, j’ai déplacé l’attention au vocabulaire post-révolutionnaire parvenu lui aussi à recevabilité. Le mot Révolution qui a beaucoup servi par commodité, par paresse ou par fierté appelle à réfléchir sur l’efficience des mots dans le jeu du présent puis leur répercussion sur l’écriture de l’histoire. En attendant d’approfondir l’analyse des discours qui orchestrent la vie politique et les arguments échangés tous médias confondus et jusque dans le privé, je regarde davantage la télévision, lis plus de journaux, écoute plus les radios, fréquente la toile. S’y déploie une société en pleine éclosion de capacités étouffées, niées ou simplement ignorées, une jeunesse contestatrice, énergique et parfois désespérée, des femmes omniprésentes dans l’espace public, des expressions nouvelles. Alors que les résultats des élections de l’Assemblée Nationale Constituante sont interprétés comme les chiffres d’une représentation populaire, ces images de la société me semblent mettre le doigt sur une ignorance, d’abord sur le plan scientifique, de la diversité d’une Tunisie sous-analysée et des forces plurielles qui la traversent. En comparaison, les pratiques de pouvoir apparaissent rigidifiées par le temps, trop vieilles pour les besoins et urgences du pays, trop pauvres devant sa complexité. La masculinité et la moyenne d’âge des responsables politiques sont un des signes d’un décalage flagrant entre la société et le pouvoir. D’autres gaps s’y ajoutent.

Leçon civique

Dans un pays où la vie scientifique manque de revues, de lieux et de traditions de débat, le politique magnétise les professions intellectuelles, les asservit aussi dans la mesure où il s’est érigé en source unique de légitimité, en but ultime de toute réussite. Exercice et conditions du métier de chercheur ne sont pas pires que le reste, encore faut-il ajouter qu’ils illustrent une conception totalitaire du savoir desséchante et, à la longue, dévalorisante des métiers de la connaissance. Une année ne peut suffire à agir sur l’hypertrophie de l’idéologie des diplômes, la surveillance des idées, les mécanismes gelant les forces créatrices, autant de graines qui ont semé dans la société un désamour envers les intellectuels et dressé des clivages partisans à l’université. Je sais faire partie de secteurs minés par le manque de liberté et le déni politiques, le culte techniciste achevant de rendre les sciences de l’homme en Tunisie inutiles à lui-même. Politiques et scientifiques ont beaucoup à faire pour soigner ces maux afin de redonner au savoir sa fonction humaniste et la place qui lui revient dans la richesse globale. En tant que chercheur, j’ai cependant éprouvé, au cours de cette année, une conscience accrue de l’importance de la discipline historique face à la montée des émotions, l’expression des revendications individuelles et l’affirmation des phénomènes religieux et mémoriel. Comme tout référentiel important -et cette Révolution en est un de taille-, l’histoire doit rester en alerte, un peu comme une veille météorologique en cas de beau temps, en prévision des intempéries. Penser à la suite, à la connaissance future et à la mise en ordre raisonné d’un présent en déroulement me semble être une hygiène à conserver face à la gestion des événements et aux réponses politiques hâtives. Derrière les journalistes chargés de la consignation immédiate, à la suite des juristes, sociologues, géographes, économistes et autres experts en sciences sociales mobilisés par le court terme, les historiens doivent maintenir un recul patient face à l’actualité multiforme et à ses impacts contradictoires. Sans perdre de vue les archives virtuelles et matérielles en fabrication ni les effets de mémoire qui sont en train de s’incorporer dans le réel, sous nos yeux, pas toujours clairvoyants, de témoins.

Texte paru dans La Lettre de l’IRMC, n° 8, janvier-avril 2012, page 8.

Ce texte a été traduit en anglais par Sarah Fredj sous le titre « Being a Historian after January 2011 », et publié sur ce carnet.

Archives, mémoire et société : questions à la transition

Ce papier est inspiré par l’écoute d’une conférence prononcée le samedi 28 janvier 2012 par le professeur Bruno Delmas1 à la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis et intitulée Archives, mémoire et société. Cette intervention destinée à des archivistes et des historiens est un exposé historique sur les archives, du point de vue des supports et des usages, en rapport avec le contexte social environnant. Elle m’a intéressée pour son contenu pédagogique général mais aussi parce qu’elle suggère de lire notre environnement politique et social immédiat à travers sa relation avec la mémoire et le futur. C’est une banalité de dire que le présent d’une société reflète à la fois sa conception du passé et sa projection dans l’avenir, mais la situation tunisienne actuelle nous donne l’occasion de donner chair à cette affirmation.

L’information est la pierre de touche de notre vie contemporaine, une ressource fondamentale de la société d’aujourd’hui car l’ensemble du fonctionnement social s’appuie sur une production de données qui innerve les moindres replis de l’existence de chaque individu. La vie privée, l’administration, le commerce, le savoir sont des générateurs de plus en plus puissants et voraces d’une documentation multiforme, incarnée dans des supports qui se diversifient de jour en jour. Les dernières révolutions technologiques ont bouleversé les codes de production, les formes de circulation et les usages des archives tout en augmentant la masse produite dans l’écrit, l’audiovisuel et le numérique. Les consommateurs et usagers que nous sommes pouvons nous considérer comme submergés par l’explosion des moyens de communication. En tant que citoyens cependant, nous devons rester attentifs aux questions de production, de conservation et d’exploitation qui se posent, en premier lieu, aux gestionnaires immédiats de cette masse documentaire en constante évolution. La chaîne circulaire liant la production des archives, le traitement de l’information avec son exploitation pratique puis scientifique permet de comprendre que le travail des archivistes et des historiens est étroitement lié au présent de la gestion de l’information contemporaine.

Dans le régime politique de transition qui caractérise aujourd’hui la Tunisie, nous abordons une période hautement significative dans le traitement de notre présent et de notre passé. Les questions d’archives sont techniques, mais elles ont aussi une forte charge idéologique. Leur portée civique englobe le besoin de mieux connaître l’histoire du pays, de s’intéresser à des problématiques négligées et d’étudier les périodes oubliées. Elle dépasse le débat sur la nature de l’identité tunisienne qui anime l’opinion et divise les différents partis ou factions politiques. Au-delà de la nécessité de répondre à cette quête immédiate d’information et de mémoire, le sujet des archives est sensible car il traduit, entre autres, la relation d’une société avec son passé et la profondeur de son désir de le connaître. Il symbolise le rapport qu’une société entretient avec le secret, avec le besoin de vérité qui l’anime et avec la nécessité de protéger la pluralité et l’équilibre du corps social. L’esprit qui gère le fonctionnement de l’administration et de l’État n’étant jamais neutre, la question des archives est une préoccupation de base dans la phase actuelle qui devrait, à terme, accoucher d’une nouvelle relation des citoyens à leur représentation politique.
En fin connaisseur de plusieurs systèmes et politiques d’archivage, Bruno Delmas a rappelé, au cours de cette conférence, deux idées de bon sens : le pouvoir n’est pas cantonné à l’administration étatique, il est dans les familles, dans les entreprises ; et la vie privée ne concerne pas uniquement les individus, elle touche aussi les familles, les entreprises, les partis, les institutions de l’État. Si la conservation des archives et leur traitement sont des questions délicates à traiter, ce n’est pas seulement pour des raisons matérielles ou techniques. Leur importance reste primordiale comme choix politique. En effet, la définition scientifique et légale des archives inclut de prendre en considération la part de vérité potentielle que recèle tout dossier, toute affaire, toute donnée, quelle qu’en soit la violence, afin de reconnaître ce qui ressort du domaine privé et de la sphère publique. Afin de traiter les archives comme une ressource utile et nécessaire pour connaître notre passé, tout en programmant notre avenir, il importe que le présent de la transition politique tunisienne donne sa place à une réflexion approfondie sur les besoins et les priorités de la société actuelle face à l’information déjà produite, celle en cours de production et celle que nous devons envisager à l’avenir.

Cette réflexion, bien sûr, revient en premier lieu, aux historiens et aux archivistes, mais le débat dépasse les compétences de ces professionnels. Les archives financières, judiciaires, médicales, policières, syndicales, diplomatiques sont autant de domaines d’expertise annexes qui peuvent enrichir les réflexions et les actions citoyennes. Au-delà, et dans une perspective d’ouverture, la question des archives concerne le devenir général de la transition politique en cours afin qu’elle ne s’enlise dans la gestion immédiate, les solutions d’urgence, les querelles d’opinion et les revendications identitaires. Quoiqu’apparemment tournées vers le passé, les archives sont un terrain d’action au présent, et un mouvement apte à donner une inflexion significative au futur. Depuis la réflexion sur les moyens d’écrire l’histoire de la Révolution tunisienne dans ses causes lointaines et proches jusqu’à la nécessité de donner aux citoyens l’espoir de faire reculer les murs du silence, du dédain et de l’ignorance, le traitement des archives représente une prise en charge des idéaux de dignité, de liberté et de démocratie qui forment l’horizon d’attente des Tunisiens. En forgeant des réponses concrètes, les responsables de la transition peuvent émettre des signaux clairs en direction de ces attentes citoyennes, ce qui contribuerait à apaiser les blessures du passé et à garantir le passage à une vie sociale plus sereine.

Tunis, le 29 janvier 2012

Publié dans La Presse de Tunisie du dimanche 5 février 2012, page 10.

  1. Professeur d’archivistique contemporaine, Bruno Delmas, a notamment dirigé les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) à Paris. En Tunisie (comme au Sénégal), il a participé comme enseignant régulier à la formation des archivistes et documentalistes de l’Institut Supérieur de Documentation (ISD) depuis sa création en 1980. Parmi ses derniers ouvrages : La société sans mémoire. Propos dissidents sur la politique des archives en France, Paris, Bourin éditeur, 2006, 201p. []

À quoi sert l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National ?

Le sort en est jeté. L’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (ISHMN pour les intimes) n’aura pas d’élection ; son directeur est en voie de nomination. La recherche serait-elle un secteur oublié des dieux ou des anges de cette transition ? Loin de moi l’idée d’idéaliser l’opération de vote que des années d’exercice politique ont eu le temps de rendre suspecte, vidée de sens. Nous avons traversé assez d’expériences électives frelatées à la base pour que le simple acte de voter ne suffise pas à garantir la transparence, ni à signifier démocratie. Depuis l’indépendance, nous sommes devenus les champions d’élections Canada Dry, qui ressemblent à des scrutins démocratiques, en ont la couleur mais n’en sont pas. Le rendez-vous du 23 octobre est décisif en tant que coup d’envoi pour commencer à inverser cette tendance ; aussi voit-on fuser de toutes parts des embûches destinées à entacher ce baptême civique, à entraver le galop d’essai pour récolter « proprement » les opinions et choix de chacun. Croisons les doigts et surtout les efforts pour rester unis autour de cet objectif fondateur afin de déjouer les pièges et les mauvais génies qui veulent empêcher cet accouchement de la citoyenneté.

Sur le terrain universitaire, une première vague d’élections a eu lieu. On en attend une meilleure ambiance de travail et une base de concertation qui sorte petit à petit nos institutions de la paralysie et change les manières de faire. Sans jeter l’anathème sur cette pratique basique, notons que le vote, dans une institution universitaire comme ailleurs, peut être une coalition d’intérêts immédiats, un fastfood qui répond au prêt-à-sauter pour occuper la chaise vide. Celle du directeur de l’ISHMN est vacante. Qui peut l’occuper ?

Quatre éventualités se présentent, en l’absence d’élections. La première serait de reconduire l’ancien directeur. La « loi » lui permet, paraît-il, de se représenter à un second mandat. Comme si rien ne devait changer après une gestion de trois ans publiquement contestée. Un vent de changement ne peut-il pas souffler sur une institution étouffée par la loi du silence et par la confusion entre les pratiques du savoir et les habitudes du pouvoir ?

Deuxième éventualité : on pourrait désigner l’un des quatre chercheurs permanents représentants du corps A (entendre professeurs de l’enseignement supérieur). Que peut-on attendre des candidats internes d’une institution déchirée par une sourde guérilla qui a éteint la dynamique collective et tué les conditions de réfléchir à une politique scientifique ? Comme les années précédentes, pour l’année à venir, l’ISHMN n’a annoncé ni programme, ni projet collectif. Comment attendre que l’un de ces quatre « gradés », séparés par la fracture, plâtre un fossé organique ? La communication, slogan d’une réconciliation annoncée, résiderait dans la capacité à tracer un projet immédiat pour cette institution sans boussole, à impulser une direction de recherche qui conjuguerait les approches des quatre unités d’études.

Troisième possibilité : désigner à la tête de l’institution un universitaire extérieur. Est-ce qu’il doit être historien ? Et de quelle spécialité ? L’histoire du mouvement national est une spécialité inventée et canonisée par le politique. La formule a servi à ennoblir l’histoire de la Tunisie coloniale, expression jugée infâmante et devenue quasiment tabou. Elle a éclipsé la mention courante d’Histoire contemporaine, coupé la voie à l’exercice de l’histoire immédiate, face à des journalistes, hélas eux aussi muselés. Ce double cantonnement a fini par mettre à l’étroit les historiens dans l’espace-temps imparti par la politique, les menant à revendiquer une histoire du temps présent, une catégorie historiographique française consacrée dans les années 1980.

Dernière option : le futur directeur peut-il être une « personnalité nationale », catégorie entrée par la littérature médiatique dans les textes juridiques ? Que recouvre la formule ? Des militants ? Beaucoup, la plupart sont morts. Des membres du Parti Socialiste Destourien (PSD) dont certains ont travaillé à le transformer en Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) ? L’ancien personnel de l’Etat, de l’administration, des associations ? En quoi ces acteurs politiques, passés ou en exercice, peuvent-ils réfléchir à leur implication ? Ils peuvent être des témoins privilégiés et apporter à la recherche des éclairages nouveaux, des souvenirs inédits. La distance et le recul exigés par la recherche feront le tri. Dans nos mœurs jusque là non démocratiques, soumettre le fonctionnement scientifique à l’« arbitrage » de tiers non académiques n’a jusque là donné que des conseils scientifiques et d’administration rendus impuissants avec le passage du temps et l’autoritarisme ambiant. Alors que les cinq directeurs de l’ISHMN ont été choisis, depuis 1990, parmi les historiens de métier, les instances politiques n’ont servi qu’à les nommer ou à les dégommer, sans impulser de ligne ni assurer une quelconque neutralité.

Aujourd’hui, l’Université est soumise au défi de sortir des ornières de la fabrication d’un chômage qualifié et d’entrer qualitativement dans une dynamique d’innovation scientifique. Alors que les sciences humaines et sociales sont en nette déconsidération dans la formation générale et la culture du Tunisien, le destin de l’ISHMN est emblématique et le choix de sa direction doit être soucieux des enjeux pédagogiques, académiques, politiques, historiques et mémoriels auxquels il doit faire face. La mémoire du pays est orpheline d’une histoire critique et globale de la période coloniale. Anesthésiée par une conception victimaire et un enseignement scolastique de cette période marquante, l’opinion tunisienne traîne une incompréhension de cette époque, méconnaissant son héritage et ses paradoxes. Nos arts, notre littérature, nos médias, nos manuels véhiculent une image poussiéreuse de cette histoire prégnante dans notre société, présente dans notre économie, notre vie politique, notre urbanisme, notre quotidien. La relance de cette institution, toute politique qu’elle soit, doit être à la mesure de nos espoirs de réformer l’université, de tonifier la recherche, de mieux connaître notre passé et de donner à notre jeunesse l’envie d’étudier et d’enseigner aux générations futures une histoire complexe et riche de ressources.

Hammam-Lif, le 10 septembre 2011

Ce texte a été publié dans La Presse de Tunisie le 23 septembre 2011, page 9

Justice et opinion de transition : Mélange de genres et clameurs

La transition politico-juridique tunisienne poursuit sa marche. La justice est certainement un des secteurs-clés où l’on attend les images et les effets de rupture avec l’ancien régime. Même si le monde juridique occupe le premier plan dans la gestion de la crise politique, les affaires judiciaires ont tardé à émerger devant une opinion longtemps paralysée et désinformée, encore traumatisée et inquiète devant la persistance de certains signes du passé. Alors que le pouls général du pays monte, on note une actualité faite d’initiatives de contestations, de revendications, de scènes de proclamations qui sont autant de manifestations de pédagogie citoyenne. En l’absence de rouages juridiques pertinents, ces opérations plus ou moins médiatisées traduisent, une avancée dans la « juridicisation » de la vie et de l’opinion publiques. Les conflits s’expriment dans les formes comme dans les contenus à travers un langage et des actions juridiques, prolongeant une tendance engagée depuis un certain temps, jusque là détournée au profit de la dictature. Dans cette phase, la nonchalance de la loi, l’ouverture molle des médias, les rapports crispés et maladroits entre les mondes judiciaire et médiatique font partie des symptômes de la difficile gestation d’une opinion politique en Tunisie. Ce papier est une lecture de l’une des ébauches du dégel transitionnel.

La volonté de savoir
A observer le mental et l’imaginaire « post–révolutionnaires » en Tunisie, la justice et la vérité apparaissent comme deux ordres ébranlés. Depuis le 14 janvier, tout le monde réclame son droit à l’information, chacun veut tout savoir. Après l’apathie craintive et la passivité, la curiosité des Tunisiens se débride. On court derrière la comptabilité des fortunes amassées par les Ben Ali et les Trabelsi, on aligne ouvertement les noms de leurs amis, on reconstitue les arbres de leurs alliances, on suit le sort de leurs biens, on s’informe sur leurs allées et venues dans le pays et à l’étranger, on vérifie les adresses des fuyards, on échange les détails de leur train de vie avant et après la Révolution. Un immense sujet de conversation est né dans les foyers, dans les cafés, dans les bureaux, dans les boutiques, dans les marchés comme dans les réseaux sociaux, un méga-thème éditorial et médiatique a fait irruption. Le silence réservé qui avait couvert l’hégémonie mafieuse s’est transformé en feuilleton national sur le mal en paroles, en chiffres et en images. Des millions de Tunisiens partagent une série d’histoires sur les vices du pouvoir, des récits sur les injustices et les victimes, des versions sur les abus. L’opinion fait feu de tout bois, additionne et croise les sources : des souvenirs comme des témoignages, des livres jusque là interdits, des articles au ton plus libre, des commentaires et des vidéos sur Internet alimentent la chronique de l’instruction judiciaire des familles déchues. Chacun y va de ses bribes et les tresse avec les innombrables anecdotes qui fleurissent. Le pouvoir de l’image et de l’instantanéité aidant, le ciment des médias de tout acabit englobe le tout, lisse le récit. Le concert des rumeurs joue sur les harmoniques de la crédibilité ; bulles et buzz gonflent et dégonflent au gré des répliques, des contre attaques ou du simple effet d’extinction, chaque infox étant suivie par une multitude d’autres. Des nouvelles plus ou moins inédites circulent, des films et des photos ressortent, comme si des détenteurs avisés, conscients de cette réceptivité, veillaient à distiller de quoi entretenir la braise.

Le paysage juridique
Dans la chaîne d’allumage de l’opinion, les procès arrivent lentement sur la scène médiatique et bousculent à leur tour les habitudes des Tunisiens, leur attitude face au secret, leurs attentes face à l’information, réveillant leur désir de justice. La justice tunisienne a des traditions de formation et de fonctionnement, reflet et résultat d’une histoire liée aux besoins de la société et aux impératifs du pouvoir politique. L’université tunisienne comprend cinq facultés de droit dont les recrues en hausse sont disséminées dans le tissu administratif, économique et politique du pays. Le régime de Ben Ali s’est consolidé entre autres en enfourchant un système qui lui a fourni des outils de spoliation, lui a donné des mécanismes d’exclusion et a armé sa domination par des dispositifs appropriés. Dans son évolution récente, le système juridique tunisien, réputé par son dynamisme et ses compétences y compris sur le plan international, a également sécrété des scribes aux ordres, des textes sur mesure, des sièges fantoches et des institutions complaisantes. A l’instar d’autres secteurs, il s’est imprégné de pratiques d’autant plus opaques qu’elles sont enfouies dans la technicité du droit, dans les subtilités de chaque métier, dans le rapport de forces entre les différents rôles de la sphère juridique. La toile d’araignée du pouvoir, de l’administration et des intérêts économiques a tissé des procédures, construit des barrières, fondé des légitimités, monté un appareil solide et structuré autour de 1800 juges, 8000 avocats sans compter les huissiers de justice, les greffiers, les notaires, les experts comptables etc. Le paysage que dessinent ces différentes professions est loin d’être homogène ; il repose sur des collusions classiques, se recompose autour de rivalités d’intérêts, de corporatismes en éveil et de conflits d’influence. Dans ce monde qui s’apparente à un clergé séculier, on devine des connivences matérielles, des coalitions naturelles et des complicités de formation et de condition qui font la solidité de l’échafaudage. Les inimitiés politiques apparues dernièrement secouent l’équilibre de l’édifice car, à côté des différences d’implication dans le processus révolutionnaire, ces tensions expriment également des antagonismes corporatistes.

Procès et médias
En cette période de tous les apprentissages, l’opinion s’ouvre sur les contradictions de cet univers juridique par le biais des luttes intestines qui le traversent comme elle re-découvre les « affaires judiciaires ». Le genre avait fleuri dans la presse coloniale ; un des exemples les plus célèbres est le fameux procès infligé à Abdelaziz Thaâlbi pour blasphème en 1904 et la polémique qui s’en est suivie. Le procès de Jarjar, Gtari et autres acteurs des événements du Jellaz de 1911 avait donné lieu à une abondante couverture de presse, des chansons, une littérature de prison. Après l’indépendance, les lecteurs de La Presse de Tunisie se souviennent de la chronique « De chaque côté du prétoire », de Ammar Dakhlaoui (signature ADAC) concernant les échos des tribunaux. Cette fenêtre sur la vie judiciaire a par la suite dévié vers les rubriques de faits divers tandis que l’ensemble de la presse s’enlisait progressivement dans la langue de bois et le phrasé convenu qui ont fini par devenir une marque de fabrique, droit sortie de l’officine du Palais de Carthage.
Le déferlement d’opinion autour des premiers procès de cette transition révèle l’impréparation de la justice, son manque d’aptitude à informer et parfois une certaine niaiserie. C’est, une fois de plus, les médias qui portent la tempête. La médiatisation des premières « affaires judicaires » a concerné Ben Ali et les familles alliées. Une liste de 150 noms environ est rapidement établie et les procès qui ont lieu à partir de juin sont accueillis comme des parades, des mises en scène. On crie à la parodie, des victimes attendent d’autres incriminations, l’opinion réclame d’autres vérités. Entretemps, la juridicisation de la vie politique déjà entamée sous Ben Ali mais au service exclusif du pouvoir, se généralise au cours de cette transition, touchant les gouvernants, la société civile, les anciens responsables, les nouveaux acteurs. Une bataille de procès est déclenchée pour contester la formation ou les décisions des commissions, contre des propos du penseur Mohamed Talbi, contre le film de Nadia El Fani et autres actes symboliques de personnalités en vue. L’activité judiciaire gonflée par les événements s’accroît de jour en jour et rejoint l’avant-scène politico-médiatique. Les secousses se multiplient dernièrement : la relaxe de Béchir Tekkari (ex ministre de la justice), la sortie du territoire de Saïda Agrebi (proche de Leïla Trabelsi et présidente du « gâteau » de l’Association des mères de Tunisie), les accusations des avocats d’Abderrahim Zouari (dernier ministre des transports) et le non lieu de Ali Seriati (responsable de la sécurité présidentielle) dans l’affaire des faux passeports de l’aéroport de Carthage ébranlent une machine judicaire hyper-sollicitée qui comparaît à son tour devant le ban de l’opinion. La communication autour des plaintes, les interprétations des verdicts expriment le remue-ménage qui agite un pouvoir judiciaire jusque là surprotégé par le secret, un pouvoir médiatique longtemps interdit d’enquêter et la rigidité de la bureaucratie qui tenait l’un et l’autre. Les pressions s’enchevêtrent, les commentaires font déborder l’opinion, faisant ainsi bouger les frontières entre ces différentes instances et déplaçant les bornes. Les juges communiquent dans la hâte des verdicts que les journalistes reprennent à leur manière, les avocats organisent des conférences de presse, le ministère fournit des explications, les magistrats crient à l’indépendance, les familles donnent leur version des faits via Facebook, sur les radios et les plateaux de télévision. On se bouscule dans l’immense prétoire qu’est devenue la scène médiatique, à défaut de voir les salles de tribunal aussi investies par les caméras et les micros qu’en Egypte. Le slogan de la transparence, plus que jamais brandi, couvre mal les mille et un désordres qui bouillonnent dans les coulisses.

Signe d’affolement ?
Justice et médias sont des métiers de la parole et de la représentation, ils partagent des ingrédients communs, en appellent à des compétences similaires : techniques de l’enquête, arts de l’argumentation, ficelles rhétoriques, procédés de l’attaque et de la défense. Mais chaque domaine a son périmètre d’action, son terrain d’efficience, son langage. Le recours irrationnel aux médias signe un des troubles de cette transition en train de se faire, où les conférences de presse d’avocats expriment le comble du mélange des genres et de la confusion des messages. Pourquoi des avocats sortent-ils des prétoires pour traiter des affaires, pour défendre un accusé, pour dénoncer des confrères ? Alors que le pays n’a pas reconstitué le récit du mal qui lui a été fait, un des réflexes d’affolement est de se poster dans le camp du bien, de se positionner parmi les bons : qu’on réclame une place, qu’on invoque l’indépendance ou qu’on clame son innocence, chacun cherche les formules et les canaux susceptibles de calmer une opinion ébranlée, déchaînée contre symboles et pratiques de l’ancien régime et qui n’a pas encore trouvé les siens.

Hammam-Lif, le 16 août 2011

Une version de ce texte a paru sur La Presse de Tunisie en date du 19 août 2011.

Lectures de transition

Qu’est ce qu’écrire ? Un acte intime ? Un geste public ? Une réaction pensée ? Un besoin impérieux ? Certains disent que ça sert à vivre, à résister à la difficulté, à la guerre, au deuil, à la torture, à l’ennui.  L’histoire de l’humanité est peuplée d’écrits pas toujours publiés qui ont aidé leurs auteurs, dans la maladie, en prison, face à une dictature, dans un camp, dans la pauvreté ou dans l’isolement.

Internet est en train de changer les usages de l’écriture, notamment du point de vue de leur écho et de leur circulation : on écrit moins de lettres et de cartes postales, les « archives» restent dans les mémoires d’ordinateurs… La destination de l’écrit agit sur sa production, y compris sur l’écriture personnelle et le journal intime. Auteurs, médias et lecteurs sont en train de vivre des mutations importantes dans les genres de l’écrit, mutations qui redessinent les frontières entre le privé et le public, l’individuel et le collectif, et en conséquence, transforment les codes du lien politique, le rapport de chacun à la chose publique.

Deux ouvrages que je viens de lire montrent, au-delà des situations qu’ils relatent,  comment l’acte d’écrire contient et fabrique une énergie. Parce qu’il réagit secrètement, le geste génère une forme souterraine de résistance. Quoique privée et individuelle, la démarche incorpore une part du destin collectif. Si la publication d’un journal n’est jamais assurée et même si sa réception est plus ou moins aboutie, l’arrivée d’un écrit intime sur la scène éditoriale révèle un sens particulier face à l’histoire qu’il raconte et qui l’explique.

Le premier ouvrage est construit autour du « cahier » qu’un père iranien se met à écrire, de 1988 et jusqu’à sa mort en 1994, en persan sur le dos de son exemplaire du Coran. Il y reprend l’histoire de la vie familiale qui bascule à la suite de l’arrestation et de l’exécution de deux de ses filles, poursuivies en tant qu’opposantes à la Révolution islamique. Le second ouvrage est l’édition d’un blog tenu à partir de 2008 par une jeune tunisienne révoltée par la situation politique de son pays. Elle fait de son journal un moyen de dénoncer la censure qui se développe face à la montée de ce nouveau moyen d’expression qui brise le mur du silence imposé.

Le premier récit enchaîne avec un deuil et espère fixer les souvenirs de deux mortes pour les proches qui leur survivent, le second raconte ce que l’on sait aujourd’hui être une victoire contre l’appareil de censure de l’Etat tunisien. La plume simple et ferme de l’un et l’autre me parle, me rassure en cette période de brouillage des codes de l’écrit comme de l’oral dans la communication politique. Ces expériences intimes me confortent dans le sentiment flou mais tenace que la transition, à côté des urgences, se joue aussi dans l’écriture, ne serait-ce que parce que le mensonge gangrène le système politique tunisien et que l’information est formatée par la langue de bois. Ils éclairent pour moi l’idée que ce blog qui est une façon comme une autre de faire la traversée, de vivre la « transition », est peut-être, aussi, une expérience civique.

Chowra Makaremi, Le cahier d’Aziz, Au cœur de la révolution iranienne, Paris, Gallimard, Collection « Témoins », 2011, 199 p.

Dans le catalogue des bouleversements contemporains, la révolution iranienne de 1979 fait office d’événement majeur. Quoique très présente dans les mémoires, son histoire qui a  donné lieu à de nombreux travaux n’est pas complètement élucidée, notamment du point de vue de ses acteurs ordinaires, de la population. Très largement couverte par les médias internationaux, cette histoire violente a soulevé des passions contradictoires et continue de délivrer des messages qui amènent à réfléchir en profondeur sur l’évolution géo-politique du Moyen Orient : le rôle de l’Islam dans la politique des pays arabes et/ou musulmans, les relations entre sunnisme, chi’isme et wahabisme, la question des droits humains et de la torture, la place des femmes dans la société sont autant de questions que le cas iranien a mis au devant de la scène internationale.

Le régime politique qui a succédé au Shah arrive dans un contexte de violence extrême que la guerre avec l’Irak (septembre1980 – août 1988) exacerbe. A la corruption et aux inégalités qui sévissaient dans le pays succède un gouvernement qui se dit et se fait épurateur contre tous ses opposants, décrétés monafiqins (blasphémateurs) et donc à supprimer. C’est ce climat que restitue, sans le décrire directement, le témoignage a posteriori de Aziz Zerai, un employé de compagnie pétrolière, père de deux filles exécutées en 1982 et en 1988, parce qu’elles faisaient partie du Parti des Mojahedin-e-khalq opposé à la politique officielle de la République islamique. Le cahier écrit en persan que découvre la petite-fille, raconte le calvaire d’un homme aux prises avec la férocité implacable d’un appareil répressif et les scènes de sa vie de père lancé dans la tourmente. Entamant son écriture dans la ville de Chiraz où il déménage en 1981, après la mort de sa deuxième fille, l’auteur cherche surtout à lutter contre son chagrin et contre l’oubli futur de ses petits-enfants. Aujourd’hui, Chowra Makaremi rend hommage à son grand père en publiant la traduction de ce cahier. Ayant rejoint son père en France en 1986, elle ne retourne en Iran qu’après la mort de son grand’ père. Devenue anthropologue de la migration et des zones d’attente, l’auteur adjoint à ce cahier un récit de sa propre « traversée », son aller et son retour entre Paris et Téhéran. Elle ajoute à l’ensemble un choix de lettres écrites entre 1978 et 1992 qui jalonnent, d’un autre point de vue, les étapes d’un système qui allait progressivement se refermer contre la population iranienne. La tristesse résignée du cahier du père, le ton tranquille du récit de la fille, le style intime et direct des lettres racontent, chacun à sa manière, la souffrance intérieure de gens, qui entrent progressivement sous le règne d’un nouveau despotisme. La vie de chacun de ces acteurs bascule avec les arrestations de Fataneh et Fatemeh qui entraînent l’ensemble de la famille dans une succession de faits installant la peur et l’arbitraire, marquant une nouvelle ère tragique pour la société iranienne. L’essentiel du récit de Aziz relate les confrontations quotidiennes aux règlements et procédures qui coupent de toute possibilité de recours contre les exécutants, gardiens, agents de la Sepah qui ont arrêté, emprisonné, exécuté ses filles.

Pour un lecteur lointain et non spécialiste, ces témoignages apportent un éclairage bouleversant sur la vie des Iraniens qui ont subi l’épuration et la torture pour leurs idées alors qu’ils étaient en droit d’accéder à une vie politique plus digne après le départ d’un dictateur. Leur écriture retenue force l’émotion et leur lecture rappelle que le poison de l’intolérance menace tout changement de régime, aussi révolutionnaire qu’il se proclame. S’ils sont pavés d’utopie exterminatrice, les chemins de sortie de la dictature peuvent dégénérer et ouvrir la voie à de nouveaux tyrans hostiles aux droits humains et à l’exercice de la liberté. Aziz Zerai qui raconte comment une Révolution n’a pas vraiment sauvé les Iraniens, est un des témoins stoïques des malheurs qu’elle a créés à force de fanatisme et d’oppression.

Hammam-Lif, le 26 juillet 2011

Publié dans La Presse de Tunisie du mercredi 3 août 2011.

Lina Ben M’henni, Tunisian girl. Une blogueuse pour un printemps arabe, Paris, Indigène Editions, juin 2011, 32 p.

L’ouvrage de Lina Ben M’henni est édité dans la collection « Indigène Editions » qui a publié le célèbre opuscule Indignez-vous de Stéphane Hessel. Répondant aux canons éditoriaux du bestseller de la fin de l’année 2010 vendu à 300.000 exemplaires (chiffres de décembre 2010), la publication de ce texte témoigne de l’irruption de la Révolution tunisienne dans l’opinion internationale et de son impact émotionnel. « Ceux qui marchent contre le vent »,  le sous-titre de la collection est illustré par le style alerte qu’implique le genre du blogging, une des originalités de cet ouvrage qui s’apparente au genre classique du journal. Le contenu permet d’apprécier le rôle des réseaux sociaux dans le processus révolutionnaire, de suivre la déconfiture qu’infligent les adeptes de ces nouveaux moyens de communication à une censure sévère et hautement technologisée, mais visiblement dépassée par les événements qui secouent le pays, entre décembre 2010 et janvier 2011.

Le récit reprend de larges extraits d’un blog qui a évolué sur plusieurs années, faisant suite à un journal intime tenu par l’auteur dans sa prime jeunesse. Le texte laisse transparaître le portrait d’une tunisienne native de 1983, ayant fait des études d’anglais à l’université de Tunis et qui découvre, dans la Tunisie de ZABA (initiales de Zine El Abidine Ben Ali), la liberté de s’exprimer à travers Internet. Elle adopte progressivement les différentes formules que développe ce nouveau médium ;  elle se connecte ainsi à d’autres militants en Tunisie et de par le monde à travers des textes courts, qui réagissent immédiatement aux faits, mêlant sentiments et raisonnements, modelant l’opinion de leur auteur en interaction directe avec d’autres. L’ouvrage s’articule autour de 12 divisions[1] qui racontent les événements que vit la blogueuse, entre la Tunisie et les Etats Unis où elle s’initie aux subtilités techniques de ce nouveau moyen d’expression. Un glossaire du vocabulaire des internautes en fin de volume reprend une quinzaine de mots, souvent anglais, de ce tout récent « art » de communiquer. L’intérêt de ce témoignage engagé est qu’il restitue les doutes et les espoirs  d’une jeune protagoniste, aux prises avec un système répressif qui ne tarde pas à l’identifier pour la pourchasser, à l’image de tous les cybernautes de son espèce et de son entourage. Expression d’une jeunesse qui se proclame libre des luttes partisanes et rejette les anciens leaderships, l’ouvrage augure peut-être d’une nouvelle forme d’action politique qui remet en question l’idée répandue sur l’apolitisme de la jeunesse tunisienne actuelle. Empruntant les modes d’expression de l’époque (l’auteur raconte comment elle découvre le blogging par internet), la jeune génération investit la blogosphère, entre autres parce que cet espace nouveau lui permet de déjouer les bonnes vieilles méthodes de surveillance. Malgré ses moyens exorbitants et son zèle, la censure benaliste finit par voir son dispositif sophistiqué dépassé par la rapidité des innovations technologiques et par l’inventivité des usagers. La jeune cyber activiste est enrôlée pour quelques mois  au sein de l’Instance nationale indépendante pour la réforme de l’information et de la communication (INIRCI) créée après la Révolution ; elle en démissionne fin mai 2011, déclare vouloir « rester un électron libre », se jure de continuer à être blogueuse. Difficulté à s’adapter à des pratiques politiques qu’elle combattait ou désir de retourner à une liberté plus réconfortante en cette période transitoire ? On ne peut s’empêcher de rapprocher ce retrait d’un autre fait, qu’on peut interpréter comme un comportement « générationnel » face à la politique : les jeunes de moins de trente ans sont particulièrement absents des inscriptions dans les listes électorales. Ayant grandi dans une Tunisie où tout action publique était confisquée ou empêchée, ces jeunes expriment une défiance, marquent une distance envers la politique de « papa » qui se poursuit peut-être, à leurs yeux, dans les rouages de la transition. Il reste que ce témoignage évoque, par certains côtés, d’autres temps et acteurs de la contestation politique en Tunisie : Abdelaziz Thaâlbi, Habib Bourguiba et d’autres sont entrés dans la lutte nationaliste vers l’âge de 25 ans et par l’écriture également, à travers le nouveau médium de l’époque qui était le journal. A chaque époque, sa jeunesse et à chaque jeunesse son combat contre l’ancien ordre.

L’ouvrage, bientôt disponible à Tunis,  mérite d’être traduit en arabe, une langue qui semble investir, entre dialectal et littéraire, une part des échanges sur la blogosphère tunisienne. Celle-ci a connu une explosion spectaculaire ces derniers mois : on parle de deux millions et demi d’internautes tunisiens, leur nombre aurait doublé depuis le 14 janvier 2011.

Hammam-Lif,  le 1er août 2011


[1] Erreur 404 ; « Je suis Fatma » ; 22 mai 2010 : Journée d’enfer pour Ammar 404 ; Et Mohamed Bouazizi s’immola par le feu ; L’avocate et la prostituée ; La riposte des cyberpirates ; Les martyrs ; La joie de mon père ; Minute de silence par sms ; De Nightclubbeuse à Tunisian Girl ; Le bassin minier de Gafsa ; Information, solidarité, mobilisation

HCTC

Ce carnet est destiné à partager des questionnements sur la Tunisie contemporaine au travers des relations entre la culture et l’histoire. L’intention est de diffuser des textes pas seulement scientifiques et de relayer l’actualité éditoriale (journaux, revues, thèses et ouvrages grand public) pour créer un espace de discussion interdisciplinaire et de points de vue sur le passé et le présent de la société et de la culture en Tunisie.