Archives de catégorie : Historiographie

Bourguiba et l’écriture de l’histoire en Tunisie

Interview parue dans le journal La Presse de Tunisie, jeudi 13 avril 2017, page 7.

Olfa Belhassine : Comment s’est construite la saga bourguibienne ? Le premier auteur de cette fiction n’est-ce pas lui-même le « zaïm », à travers ses discours égocentrés présentés à partir de 1973 à l’Institut de presse et des sciences de l’information puis à travers l’hagiographie rédigée par Mohamed Sayah, son biographe attitré ?
Kmar Bendana : Il y a la manière de la dire cette saga, mais aussi le temps qu’il a fallu pour la monter et la transmettre. Le temps aide la saga à devenir propagande et à s’incruster dans les esprits, c’est comme un tapis à tisser et auquel on ajoute à chaque fois des motifs. D’autre part, si on suit bien la chronologie de Bourguiba, on se rend compte qu’il entreprend de raconter son récit de vie et de lutte nationale en 1973, au moment où s’annonce son déclin. Bourguiba tenait les rênes du pays depuis 1956, cela faisait déjà longtemps que les grandes réformes ont été achevées. Bourguiba est d’autre part secoué après l’échec de l’expérience collectiviste de 1969. Les jeunes étudiants et la centrale syndicale contestent son pouvoir absolu, Bourguiba ayant tout verrouillé entre 1962 et 1963, époque où son régime s’est crispé. Pour son système, son entourage et pour lui-même, ce récit était d’une importance vitale, un moyen de trouver une force et une légitimité autres que l’action, pour continuer à gouverner et pour contrebalancer son affaiblissement. Sa parole puissante, sa parole de tribun, qui nous subjuguait, compensait la dégradation de sa santé à ce moment-là.

O.B : Comment a procédé Mohamed Sayah face à cette matière brute que sont les récits de Bourguiba ?
K.B. : Sayah a donné au récit une tournure sérieuse et officielle. Tout un dispositif a été mis à son service, dont des documentalistes, des locaux, des services techniques, l’imprimerie de la SAGEP… Dans cette entreprise, mise sous le label du parti, ce qui m’a particulièrement intéressée en tant qu’historienne, c’est la machine à fabriquer des livres d’histoire très particuliers, des livres destinés, malgré tout, à devenir des références. Et aussi à une large diffusion puisque par souci pédagogique, ils ont été publiés simultanément en arabe et en français. J’étais devant un cas d’école. Sayah ne s’est pas limité à la matière orale déclamée par Bourguiba, il s’est référé également à des documents écrits, dont certains puisés dans les archives nationales. Après ce travail, qui a duré trois à quatre ans, Bourguiba et Sayah créent en 1979 l’Institut de l’histoire du mouvement national, rattaché à l’université, où j’ai inauguré ma carrière d’historienne en 1982. J’ai comme l’impression que tous les deux ont fini par comprendre qu’il fallait être plus objectif et confier l’histoire aux historiens et aux archivistes pour garantir la durabilité du résultat. On était passé à une autre étape, où, probablement sur les conseils de l’historien Charles-André Julien, proche de Bourguiba, la propagande devait se mettre en veilleuse à la faveur d’un travail d’équipes d’historiens franco-tunisiens sur ce qu’on appelle aujourd’hui « l’histoire partagée » de la période coloniale.

O.B : L’angle de sa vie privée, en présentant une autre dimension du « Combattant suprême », peut-il à votre avis humaniser un « dieu » nommé Bourguiba ?
K.B. : On a besoin de considérer Bourguiba comme un homme pour relativiser notre regard sur lui. Je pense toutefois que tant son idéalisation que sa diabolisation sont une écume nécessaire : il est aujourd’hui définitivement objet d’histoire. Pourquoi est-il si important de scruter son environnement humain ? Parce que Bourguiba est le produit d’une société. Qu’est-ce qui pousse cet homme -né officiellement en 1903- à prendre des décisions aussi capitales pour les femmes, le statut personnel et l’organisation de la famille ? Seul des motifs psychologiques, affectifs et humains liés, entre autres, à la capacité des individus d’idéaliser et de sublimer les choses peuvent l’expliquer. L’éclairage de sa vie privée va de sa relation avec sa mère, à sa proximité avec ses sœurs, au rôle qu’a joué sa première épouse Mathilde Lorrain dans sa vie- son soutien et sa tendresse à son égard, qui l’ont doté de sa confiance en lui pour entrer en politique- à l’ascendant qu’avait Wassila Ben Ammar, sa seconde femme, sur lui. Bourguiba avait compris que pour libérer sa société, il fallait passer par les femmes. Certes, il devient très vite un symbole, mais il n’était probablement pas le seul homme à avoir pensé aux femmes d’une façon émancipatrice.

O.B. : Avez-vous retrouvé cette dimension intimiste dans les biographies sur lesquelles vous avez travaillé ?
K.B. : Malheureusement, la plupart des biographes de Bourguiba n’ont focalisé que sur sa passion du pouvoir, qu’il avait certainement. Mais la quête du pouvoir est une passion qui se nourrit d’autres éléments. En parcourant certains ouvrages, j’ai comme l’impression de lire une légende se rapportant à Haroun Rachid, à Jaâfar Al Barmaki ou à Caligula. En fait, on a trop masculinisé Bourguiba en braquant grossièrement les lumières sur son amour du pouvoir, camouflant ainsi la part de féminin en lui. Le livre d’entretiens réalisés par Mohamed Kerrou avec son fils, Bourguiba Junior, rompt avec ce parti pris, car il décale notre regard sur lui en nous faisant entrer -avec beaucoup de pudeur- dans son intimité familiale. Par cette lecture de femme attentive à l’humain, mais aussi par la finesse de l’écriture, les nuances apportées au personnage et les détails palpitants sur sa vie privée, la biographie co-signée par Souhayr Belhassen et Sophie Bessis se démarque également du reste de la production sur Bourguiba.

O.B. : A-t-on pris assez de distance avec le temps pour écrire aujourd’hui la « vraie » histoire de Bourguiba ?
K.B. : Il nous faut du temps, mais surtout du travail et notamment un travail collectif pour continuer à avancer dans l’exploration de la vie et l’œuvre de cet homme. Ça veut dire : lire et relire tout ce qui a été écrit sur Bourguiba et espérer trouver de nouveaux documents, bien que je ne sois pas une fétichiste des sources. J’accorde beaucoup d’importance au regard, à la capacité de croiser les faits et à l’interprétation des détails. La qualité d’un historien transparaît aussi à travers ce qu’il convoque comme matériel conceptuel et son souci de tout analyser et de ne rien laisser de côté. Je suis ravie qu’il y ait actuellement deux livres en préparation sur Bourguiba, l’un en France et l’autre en Tunisie. Ces ouvrages nous permettront de tisser une connaissance plus approfondie et d’aller plus loin dans le débat sur ce personnage.

O.B. : Beaucoup de biographies de Bourguiba ont été signées par des journalistes. Le « Combattant suprême » intéresse-t-il plus les journalistes que les historiens ?
K.B. : Chacun son temps plutôt. En plus, un historien peut se brûler les ailes en prétendant s’attaquer à Bourguiba. D’ailleurs, mon entrée à moi à propos de ce sujet a été très prudente : j’ai commencé à le contourner par le biais d’Abdelaziz Thaâlbi, le fondateur du Vieux Destour, ancêtre du parti fondé par le jeune Bourguiba en 1934, puis analysé les biographies écrites sur Bourguiba, mais je n’ai pas travaillé directement sur lui. Bourguiba me fait peur parce qu’il me fascine ! Ma crainte à moi, qui fais partie de la génération des « filles de Bourguiba », vient de l’amour que je porte pour sa personne. Elle vient de ma subjectivité ! Revisiter ses correspondances et les sources le concernant serait pour moi comme me pencher sur la vie d’un membre de ma famille. Je préfère m’abstenir !

O.B. : Qu’est-ce qui vous attache autant à Bourguiba ?
K.B. : Son rapport à la femme. J’aime le fait que les femmes à ses yeux n’incarnent pas seulement un objet sexuel. Cette reconnaissance là a donné une respiration aux Tunisiennes, a ouvert un courant d’air bénéfique pour les femmes. Cette reconnaissance là continue à servir les Tunisiennes dans leur vie et leur évolution.

O.B. : Pourquoi, à votre avis, des hommes politiques se raccrochent-ils à l’image de Bourguiba, l’instrumentalisant et la mimant parfois jusqu’à l’excès ?
K.B. : Cette image a aidé Béji Caïd Essebsi à passer le cap des élections présidentielles pour arriver au pouvoir, aller plus loin serait, à mon avis, de l’ordre de l’aveuglement politique. Je pense qu’au moins 500 mille personnes sur le million et quelque de Tunisiens qui ont voté pour BCE l’ont fait en transférant la personnalité de Bourguiba sur lui. Parce qu’ils ont cru que c’était lui. Mais la tactique ne marche pas éternellement !
O.B. : La bourguibomania qui s’est largement exprimée après la révolution s’explique-t-elle à votre avis par la nostalgie du leader perdu ?
K.B : Le phénomène trouve plutôt sa source dans la culpabilité des Tunisiens envers leur premier président de la République. Il ne faut pas oublier qu’ils l’avaient abandonné à son exil de treize ans dans sa résidence à Monastir, sous le régime de Ben Ali, de 1987 à l’année 2000, et qu’ils avaient accumulé une foule de frustrations suite à l’organisation de ses funérailles expéditives par Ben Ali le 8 avril 2000. Sa ré-émergence publique après 2011 fait partie de la déferlante du refoulé qui submerge le pays. Elle obéit aux mêmes excès émotionnels, qui nous ont secoués tous à la faveur de la révolution. La culpabilité envers ce père oublié est en train de s’éteindre petit à petit, parce que les Tunisiens ont eu le temps de faire le deuil de Bourguiba sept ans après.

O.B. : Quel rôle peut jouer, à votre avis, l’Instance vérité et dignité (IVD) pour réajuster la « vérité » sur le parcours et la vie de Bourguiba ?
K.B. : Heureusement que cette instance existe ! Parce qu’elle crée un débat très constructif autour de Bourguiba en particulier, et autour de l’histoire en général. C’est grâce aux auditions publiques de l’IVD qu’on parle autant d’histoire et de mémoire. Après la révolution, la parole des juristes a primé sur toutes les autres, notamment dans les médias. Il est peut-être venu le temps des historiens. Revenir sur la mémoire, en parler, discuter de ce qui distingue la mémoire de l’histoire, est constructif pour une société, cela lui permet d’aller vers l’avant et de gagner une culture politique. Nous ignorions tout d’une constitution et voilà qu’à la faveur des juristes nous avions appris comment se fabrique une loi fondamentale. Dans un an ou deux, les Tunisiens sauront probablement beaucoup de choses sur l’histoire. Ces débats génèreront des bouquins, entre autres sur Bourguiba. Une telle chance pour nous !

Propos recueillis par Olfa Belhassine.

Pour aller plus loin :

-Bourguiba : Sophie Bessis et Souhayr Belhassen,  Paris, Groupe Jeune Afrique, 1988 & 1989 ; 2ème édition, Tunis, Elyzad, 2012.

-Notre histoire, Habib Bourguiba Jr, entretien conduit par Mohamed Kerrou, Tunis, Cérès éditions, 2003.

-« Relire les biographies de Bourguiba  » : Kmar Bendana, ALFA Maghreb et sciences sociales, Tunis, IRMC, 2005.

-Souvenirs politiques : Slimane Ben Slimane, Tunis, Cérès éditions, 2009.

-Habib Bourguiba : La trace et l’héritage: ouvrage collectif sous la direction de Michel Camau et Vincent Geisser, Paris, Karthala, 2005.

-Témoignages pour l’histoire : Ahmed Mestiri, Tunis, Sud éditions, 2011.

-Bourguiba, le bon grain de l’ivraie : Béji Caïd Essebsi, Tunis, Sud éditions, 2009.

 

Abdelaziz Thaâlbi, un intellectuel tunisien en politique

À propos de Abdelaziz Thaâlbi (Tunis, 1876 -Tunis, 1944), un « intellectuel tunisien en politique »

Entretien avec Adel Kadri journaliste et enseignant d’histoire sur la radio tunisienne culturelle, producteur de l’émission « Watha’iq wa haqa’iq« , [Documents et vérités], diffusée sur la radio Tounès Ath-thaqafiyya, [Radio Culturelle], dimanche 27 septembre 2015 (en arabe) :

Transcription en français de l’émission

A propos de Abdelaziz Thaâlbi, un intellectuel tunisien en politique

1ère partie

Adel Kadri : Abdelaziz Thâlbi est objet de débat en ce moment. Nous allons aborder le sujet  avec objectivité historique, en présence de Kmar Bendana qui a produit sur lui une série de travaux depuis 1993. Elle est chercheure à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine (ISHTC, anciennement ISHMN). Ses travaux sur Abdelaziz Thaâlbi sont : Le bulletin Watha’iq, n°19, 1993 (en collaboration avec Habib Belaïd) publie un dossier thématique : « Un intellectuel en politique », avec documents d’archives à l’appui ; la notice Abdelaziz Thaâlbi (en anglais) publiée dans Dictionary of African biography, Oxford University, 2011 ; un article dans la revue Rawafid n° 5, 2001 : « Les ouvrages de Thaâlbi, entre évidences et mystères de sa biographie » ; la préface de l’ouvrage de Moncef Dellagi en 2013, éditions Cartaginoiseries.  La photo de couverture de cet ouvrage le montre en jeune homme. Qu’est ce qui a attiré votre attention, votre intérêt sur Abdelaziz Thaâlbi ?

Kmar Bendana : Ce qui a attiré mon attention, ce sont les ouvrages de Abdelaziz Thaâlbi. Je connaissais sa position politique, son histoire recouverte, peu connue. Travaillant sur l’histoire culturelle de la Tunisie, ce qui a déclenché mon intérêt, c’est de voir qu’un zaytounien de la Tunisie du début du XXème siècle a écrit en français des ouvrages collectifs. Je trouve que c’est une forme de liberté étonnante. Il sort de sa langue, s’en affranchit d’une certaine manière, alors qu’il est très à l’aise en arabe. Cela a été pour moi un signe remarquable. Il signe collectivement deux de ses ouvrages. On sait que l’habitude répandue est plutôt de signer individuellement. La pratique est inhabituelle à l’époque.

Adel Kadri : A-t-il écrit avant ? Quel sont les écrits qui ont précédé cet ouvrage ?

Kmar Bendana : C’était un journaliste, pionnier dans un genre nouveau à l’époque. Il fonde Sabil Er-rached à l’âge de 19 ans. La collection du journal est consultable à la Bibliothèque Nationale, service des périodiques. En 1904, le livre collectif L’esprit Libéral du Coran est un ouvrage politique par excellence. A l’origine, un incident : il insulte sidi Abdelkader et est pris à partie pour cet acte considéré alors comme « blasphématoire ». Il s’est dressé contre les esprits obscurantistes.

Adel Kadri : Il était contre les marabouts… comme beaucoup d’intellectuels de l’époque.

Kmar Bendana : En effet, il était contre ces croyances maraboutiques. Il a été puni pour son audace, il était de son temps et en même temps en avance sur son temps. Il a  écrit en français, l’ouvrage a été traduit par Hamadi Sahli dans les années 1980. Plus tard, il a composé en français l’ouvrage La Tunisie martyre, entre 1918 et 1920. C’est aussi un travail collectif composé en français, « re-traduit » plus tard également par Hamadi Sahli. Il a été sous estimé, Bourguiba a minimisé sa place dans l’histoire. Avec l’ouvrage d’Anouar Joundi, paru à Beyrouth (Dar El Gharb al islami), une vague d’intérêt naît à Tunis. Dans la politique, on observe un cycle classique : il y a d’abord concurrence des acteurs en place, l’action est recouverte par les événements ; le temps de la « découverte » et de l’étude par les historiens vient plus tard. Le dernier ouvrage Mu’jiz Mohamed sort en bonnes feuilles d’abord. A.Thaâlbi publie des articles dans El Irada, journal ayant paru de 1934 à 1955, propriété de Moncef Mestiri et organe du Destour.

Adel Kadri : Vous avez publié un numéro intéressant et élégant intitulé Watha’iq : un dossier de documents à partir du fonds des archives microfilmées de l’ISHTC.

Kmar Bendana : Nous avons procédé à une sélection dans les archives de l’administration coloniale française. Nous avons aussi publié une bibliographie dans ce numéro de Watha’iq en listant les sources et les références. Mohamed Messaoud Driss et Ahmed Ben Miled ont écrit un ouvrage important en 1991. Le bulletin Watha’iq était justement une réaction historienne à cette vague d’intérêt de l’époque sur A.Thaâlbi. C’était un geste historiographique, dans le cadre d’une interrogation sur la vie de Thaâlbi et ce qu’il suscite comme attention.

Adel Kadri : Il était connu en Orient.

Kmar Bendana : Et pour cause, A. Thaâlbi a beaucoup voyagé, il fréquentait et était reconnu par les grands intellectuels de son époque…Qu’il soit connu à l’étranger et dans le monde musulman, est une chose intéressante. Cela éclaire l’histoire de la Tunisie, A.T. en fait partie et sa renommée aussi. Homme de polémique, il éveillait beaucoup de positions, contre lui et en sa faveur.

Adel Kadri : Que s’est-il passé en 1904 ?

Kmar Bendana : L’affaire de 1904 était une affaire d’opinion qui lui a valu un procès. On en a retrouvé des traces dans les archives microfilmées viennent du Quai d’Orsay et du Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Les positifs sont consultables à l’ISHTC. Les négatifs sont déposés aux Archives Nationales de Tunisie qui ont les conditions indiquées pour la sauvegarde des négatifs. C’est une « épargne » pour l’avenir de la recherche historique. Les positifs peuvent être remplacés grâce aux négatifs pour les futurs chercheurs. La période la moins connue sur le personnage est celle passée hors de Tunisie. Au Caire, à Istanbul, au Maroc, en Algérie, en Lybie… Il aimait voyager, rencontrait les hommes de lettres, écrivains, penseurs, journalistes. La Tunisie était étriquée pour lui, ne suffisait pas à le contenir. Il a voyagé à un moment où les moyens de se déplacer étaient rares… On peut dire que c’est un journaliste et un intellectuel « traditionnel ». Dans le contexte, c’était un alliage extraordinaire.

Adel Kadri : C’était un cheikh

Kmar Bendana : Ce n’était pas un cheikh, puisqu’il n’a pas obtenu le diplôme du tatwi’. C’était un rebelle, Son père d’origine algérienne connaissait le Coran, le lui a appris. Il est né dans le quartier Bab Souika…La mosquée de la Zitouna ne lui suffisait pas, il avait trop de curiosité, était avide de savoir et de rencontres. Il devient rédacteur en chef du journal Le Tunisien en 1909 : sa culture l’a politisé. La pensée et la dynamique politique contemporaines ont été créées à travers lui. … A.T. rassemblait le traditionnel et le moderne. C’est ce qui l’a rapproché de Bach Hamba et des Jeunes Tunisiens. Etre rédacteur en chef à l’époque, ce n’est pas rien. Il aurait pu devenir notaire, mudarrès ou qadi ou un lettré classique, il aurait pu devenir une chakhsiyya [personnalité] comme on dit aujourd’hui, avec la culture dont il était imprégné. Il est allé ailleurs, a fait d’autre chose. Sa rencontre avec les « modernistes » (=la jeunesse tunisienne de l’époque, celle qui « militait ») comme les Bach Hamba, Hassen Guellaty, Mohamed Noômane, Sadok Zmerli étaient sur la même longueur d’ondes… Ils cherchaient tous à trouver le moyen de lutter contre le Protectorat français. Ils se sont retrouvés sur le même objectif en fonction de ce problème commun : la colonisation française. La « frange », le tamès (marge) qui les a réunis était justement le souci d’émanciper le pays de la tutelle française. L’esprit libéral du Coran est un livre de combat. Il a été écrit contre le gel des esprits, contre l’obscurantisme. C’est l’aspect intellectuel qui prime dans l’ouvrage. AT combat l’inertie des têtes, la fermeture des esprits est la première cible dans l’ouvrage.

Adel Kadri : Il y a eu gel politique dans les années 1909-1910…

Kmar Bendana : La politique fait partie de la culture et non l’inverse. Le travail des intellectuels se situe au niveau de la culture et des manières de penser. C’est en cela que Abdelaziz Thaâlbi est d’abord et avant tout un intellectuel.

Intermède : Chanson al ‘alem de Ali Riahi

2ème partie

Adel Kadri : Les documents publiés dans Watha’iq n°19 constituent une biographie commentée de Abdelaziz Thaâlbi en accordant une place particulière aux aspects intellectuels de son itinéraire. L’ouvrage de Mohamed Fadhel Ben Achour Le mouvement littéraire et culturel en Tunisie parle d’un contexte culturel neuf, de dynamique culturelle, d’innovations. Pourquoi dites vous alors que c’est lui qui a créé ? Y en a -t-il pas eu d’autres ? Qu’est ce qui vous rend si affirmative ? Il y avait ceux qui sont partis en France, comme il y avait les « sadikiens ».  Il ne possédait pas la langue française. En quoi est-il un rénovateur? Il avait quand même un handicap.

Kmar Bendana : Je répondrai sur deux niveaux : Il y a d’abord la question du contexte. Le contexte est important en histoire. On ne peut pas comprendre seul un contexte. Les individus aident à le mettre en perspective. Par ailleurs, ce que je dis de Abdelaziz Thaâlbi pour le contexte tunisien de l’époque n’est pas une parole définitive. C’est une proposition et je voudrais que les historiens la discutent

Adel Kadri : Pourtant il ignorait le français

Kmar Bendana :  Non il ne l’ignorait pas mais Il ne le maitrisait pas non plus. Il a de toutes façons travaillé dans l’administration française, donc il en avait une certaine connaissance du français. Il peut arriver qu’on comprenne une langue sans pouvoir l’utiliser avec aisance.

Adel Kadri : Comment le comparer avec Khayreddine ?

Kmar Bendana : Khayreddine était un  théoricien de l’administration. C’était un vizir[ministre], un agent de l’Etat. Il a réfléchi sur la façon de gouverner. A. Thaâlbi a un autre profil, un autre itinéraire. Il est entré avec un capital scolaire et culturel traditionnel, musulman, coranique, dans une dynamique globale, s’est frotté à l’administration française, a appris comment ça marchait… Il a été traducteur au sein du Tribunal Immobilier Mixte. Il a compris les rouages, le fonctionnement de l’administration. Il a travaillé avec Auguste Destrées dans un journal…Il s’est mêlé à toutes sortes de milieux : il a fréquenté les socialistes de l’époque. Pensons qu’A. Thaâlbi a parlé des Droits de l’Homme alors que ces idées n’étaient pas encore répandues. C’était l’avant-garde à l’époque. Les 14 points de Wilson de 1918 étaient la traduction d’idées nées plus de 20 ans avant. L’esprit Libéral du Coran était l’application de ces idées alors encore inconnues en Tunisie.

Adel Kadri : En quoi c’était neuf ? Il accompagnait plutôt le changement.

Kmar Bendana : Appelons cela « accompagner ». A.T. a accompagné des idées nouvelles pour tous à l’époque. Il les a en plus appliquées dans son action. D’autre part, fonder une association est en soi une forme nouvelle à l’époque. Aujourd’hui, cela semble naturel. Là nous sommes un siècle avant. L’idée et la forme étaient nouvelles. C’est comme si on créait une « start up » aujourd’hui… Il n’est pas à l’origine de la création de la Khaldouniyya mais il en suivait les cours parce qu’il y trouvait des enseignements nouveaux, en comparaison avec le système zaytounien.

Adel Kadri :  La dynamique égyptienne est plus importante.

Kmar Bendana : Disons que la dynamique égyptienne est plus connue, plus ouverte… Le Caire était une grande capitale culturelle, une métropole riche. C’est pour ça qu’Abdelaziz Thaâlbi  y est allé. Qacem Amine était une personnalité influente…  A.T en a sûrement été influencé.

Adel Kadri : Quelle est son influence propre ? Son rôle contre les khouza’ballat [les sornettes] ? Ach-cha’ouadha [le charlatanisme]..? Est-il de la taille de Tahar Haddad ? Quel est son apport ? Est-ce son rôle contre at-tourouqiyya [le maraboutisme]? Quel est son apport  par rapport à d’autres ? Quelle est sa place ?

Kmar Bendana : Je réponds en fonction de ma méthode d’observation et d’analyse : on croit que l’apport est toujours dans le contenu. Or, la forme compte aussi autant que le fond parce qu’elle peut durer et capter d’autres contenus. Je suis revenue à l’association, à la langue, au travail de rédaction collective, au journal et au parti parce que ce sont des formes nouvelles. A. Thaâlbi a fondé le premier parti de Tunisie. Cette forme d’organisation politique a commencé avec lui… On sait l’importance de ce parti mais on ne se pose jamais la question de sa forme première.

Adel Kadri : Précisez …

Kmar Bendana : Je parle du Destour, créé en 1920. C’est la première organisation sous forme de parti…Ce parti est bien la continuité du … parti « Jeune Tunisien« … Vous me demandez : « En quoi c’est neuf » ?

Adel Kadri : Je suis étonné. Je joue le rôle du naïf…Le regard des archives disait « parti ».

Kmar Bendana : C’est vrai, j’admire le personnage….Les archives parlent de parti, avant la lettre, parce qu’on craint la formation du parti, qui menace. Les rédacteurs des archives, les administrateurs français le voyaient comme ça, ils avaient peur du mouvement car il était contre eux, c’est pour cela qu’ils le nommaient en tant que tel.

A. K : On dit que c’est la suite…Fondateur de quoi alors ? Il n’a pas fondé la Khaldouniyya ?

K B : Pourquoi voulez-vous qu’il soit fondateur de tout ? Il n’était pas dans la création de la Khaldouniyya (mais il en suivait les activités) ni l’Association des Anciens élèves de Sadiki. Il était ailleurs. Etre un créateur de journal est en soi très important. Itinéraire et contexte sont importants à lier : il a fondé des formes culturelles nouvelles en Tunisie. Les archives ont parlé de « parti jeune tunisien » alors que ce n’était pas encore un parti…

Adel Kadri : ???

Kmar Bendana : Les archives immédiates ne comprennent pas tout, les observateurs ne peuvent pas comprendre tout,  tout de suite

Adel Kadri : Son absence de Tunisie correspond à une période de roukoud [stagnation], de calme dans la vie politique. Quelle est son activité culturelle après son départ de Tunisie ? On parle de sa notoriété au Machrek. Après son départ en 1924, Qu’a-t-il fait ?

Kmar Bendana : Il a fait beaucoup de choses à l’étranger. Je voudrais revenir sur une de ses principales compétences : son éloquence orale et son écriture, très célèbres. Même Bourguiba était désigné par son appartenance au même pays qu’A.T. L’éloquence est une marque du leadership : Bourguiba l’avait ; Thaâlbi aussi. Pourquoi est-il parti ? Est-ce qu’on l’a fait partir ? Pour quelles raisons ? On doit travailler sur ces questions. La situation n’était plus propice pour qu’il reste en Tunisie en 1923. Il fait partie des fondateurs de l’Université de Al al Bayt de Bagdad. Certains de ses cours ont été publiés. Il aurait été bibliothécaire du Roi d’Arabie Saoudite. On doit creuser ce point. Il a joué un rôle dans les relations entre Yémen et Arabie Séoudite, cf. son ouvrage Ar-rihla al yamaniyya. Cela montre qu’il existait une vie arabe internationale, à étudier avec attention.

Adel Kadri : Voilà pourquoi vous parlez de mystère

Kmar Bendana : Exactement. Il a eu une fin de vie difficile : Ahmed Ben Miled a accompagné cette période. C’est un de ceux qui l’ont fréquenté les dernières semaines. Il a aussi sauvé ses archives.

Adel Kadri : Ahmed Ben Miled mérite une émission

Kmar Bendana : En effet, A Ben Miled a joué un rôle historique. Pour revenir à A. Thaâlbi, il a joué un rôle au niveau arabe et musulman. Avant, il avait plutôt une dimension « nationale », c’était un Tunisien…

Adel Kadri : Il était le produit d’un environnement arabe et musulman,

Kmar Bendana : Pouvait-il faire autrement ? Il a coordonné le Congrès panislamique de Jérusalem en 1931. Amine Hussayni le lui a confié. Ce n’était pas facile à l’époque. Il en était le concepteur. Il en a rassemblé la documentation bilingue. Il a joué un rôle axial dans ce congrès : ce n’est pas évident avec les moyens de l’époque. Aujourd’hui, on peut disposer d’une administration, il y a  internet… Pour l’époque, c’était un tour de force.

Adel Kadri : Il a écrit Mas’alat al manboudhin fil hind [La question des exclus en Inde] : il était multi-patriotique comme El Afghani. Il est la version afghanienne en Tunisie.

Kmar Bendana : Disons qu’il était l’équivalent d’Afghani, sauf qu’il est moins connu.  

Adel Kadri : La révolte libyenne a changé le cours du mouvement national en Tunisie en 1911/1912. Il a dirigé le journal Sahifet al itthad al islami [le journal de l’union islamique] et il a écrit dans les années 1930 aussi Al kalima al hasima [Le manifeste décisif], des ouvrages importants. Il voulait éviter la scission mais il n’a pas pu

Kmar Bendana : C’est la vie et les exigences de la dynamique politique. Il y a eu violence contre lui en effet. Notamment à Mateur … Cela lui a fait beaucoup de mal. Il était vieux et c’est un peu normal…. Il a apporté la politique, la politique l’a emporté…

Adel Kadri : Il fait partie des plus grands leaders : Ali Bach Hamba, exilé par la France, Bourguiba aussi. Ils avaient un pouvoir organisationnel. Il n’a pas pu organiser le mouvement national. Peut-être à cause de ses intérêts multiples, extérieurs. A.T. n’a pas « réussi ».

Kmar Bendana : Réussir ou pas, c’est une grille de lecture. En histoire, il n’y a pas lieu de faire une évaluation. On n’est pas là pour dire seulement qui est bon ou pas en politique. Ce qui m’intéresse, c’est d’observer la dynamique politique créée par lui, qui l’a emporté. Bourguiba est entré dedans et l’a « vaincu » avec les constituants de cette dynamique.

Adel Kadri : Quelle est la couleur dominante dans sa culture ? Comment le qualifier idéologiquement ?

Kmar Bendana : A. Thaâlbi est le fils de son temps, il était en avance sur son temps,  puis le temps l’a dominé : c’est une dialectique normale, ordinaire dans l’histoire. Il a créé une culture politique nouvelle en Tunisie, principalement marquée par la lutte contre la colonisation. La Tunisie martyre est un programme politique… En résumé, on peut dire que c’est une personnalité attachante et complexe qui appelle d’autres éclairages et travaux.

Adel Kadri : Je rappelle la publication de l’ouvrage de Moncef Dellagi : Abdelaziz Thaâlbi et les origines du mouvement national tunisien aux éditions Cartaginoiseries.

Je vous remercie.

Bibliographie évoquée

Mohamed El Fadhel Ben Achour, Arkan an-nahdha al adabiyya fi tunis, [Les fondements de la renaissance culturelle en Tunisie], Tunis, MTE, 1962.

Hamadi Sahli,  « Cheikh Abdelaziz Thaâlbi », Al maousu’a at-tunisiyya, [L’Encyclopédie tunisienne], Carthage, Beyt al Hikma, 1990, pp. 21-29.

Ahmed Ben Miled, Mohamed Messaoud Driss, Ash-shaykh ‘abdelaziz Eth-tha’albi wal haraka al wataniyya (1892-1940), [Le cheikh Abdelaziz Thaâlbi et le mouvement national, (1892-1940)] Carthage, Beyt al Hikma, 1991.

Habib Belaïd & Kmar Bendana, « Thaâlbi, un intellectuel en politique », 1993, Watha’iq, n°19, Tunis, ISHMN, 1993, 131p.

Kmar Bendana, 2001, « Les ouvrages de Thaâlbi, entre évidences et mystères de sa biographie », Rawafid n° 5,  2001, Tunis, ISHMN, pp.93-108.

Moncef Dellagi, Abdelaziz Thaâlbi, Naissance du mouvement national tunisien, Tunis, Editions Cartaginoiseries, 2013, 332 p.

 

 

Le fil historiographique

Introduction de l’ouvrage Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, Tunis, Université de La Manouba, 2015, 158 p.  (II)

 Le recueil des neuf textes édités dans cet ouvrage commence par le discours d’habilitation à diriger des recherches, prononcé en juin 2002. Le texte « Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie » qui en est issu traduit l’effort intrinsèque à l’exercice de l’habilitation : celui de définir un champ de recherche et d’intérêt. Le délimiter comme : Histoire culturelle et histoire des intellectuels en Tunisie aux XIXe et XXe siècles, m’a aidée à sauter de plain-pied dans le biais historiographique. A partir des questions classiques de périodisation et de sources, j’ai commencé à tourner autour des pistes qui peuvent clarifier les conditions matérielles et intellectuelles de l’écriture de l’histoire contemporaine de la Tunisie, certains des lieux dans lesquels elle est formulée (les revues, les manuels, le bilinguisme…) et les profils intellectuels qui l’accompagnent, à une époque où l’engagement nationaliste devient une donne structurante.

Il me reste à aller plus loin, notamment dans le sillon historiographique….pour comprendre le processus de construction de la Tunisie comme entité historique et nationale.

A la suite de ce texte programmatique, l’article « De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie » est né à l’occasion d’un débat autour des « orientalismes » et des « aires culturelles » en vogue dans les années 2000. Le colloque Savoirs du lointain, fruit d’une coopération entre l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC), m’a permis de faire le point sur les outils méthodologiques et les références disciplinaires des études et de l’enseignement historiques en Tunisie.

Comme toute culture, la Tunisienne est hantée par un besoin de passé dont l’usage est intéressant à étudier et le cadre national constitue un lieu propice pour saisir des liens éloquents entre histoire culturelle et histoire des intellectuels en Tunisie.

L’article « Relire les biographies de Bourguiba : Vie d’un homme ou naissance d’une nation ? » a consisté à appliquer le « deuxième degré » historiographique à une histoire qui semblait à première vue saturée d’études. L’histoire tunisienne, notamment académique n’est pas riche en biographies et celle de Bourguiba, apparemment bien servie, a ses silences. Le point de vue historiographique m’a permis de mettre en évidence le lien entre le récit national que Bourguiba faisait écrire, les biographies écrites sur lui et le poids du contexte général sur l’exercice d’une discipline que l’on sait, partout, influencée par le politique.

Au-delà des plus célèbres modèles du genre, il est bon de lire cette somme comme un indicateur des limites et enjeux de l’écriture historique sous le ciel de la Tunisie bourguibienne. On peut aussi apprécier ces récits de vie comme ayant été une façon de conjurer l’absence de liberté, ou encore d’écrire « l’histoire du temps présent ». En soupesant la captation, par les biographes, de la narration faite par Bourguiba de sa propre vie, on peut considérer ces histoires non « autorisées » comme des incursions masquées, des audaces calculées, des projets qui contournent l’écrou imposé par l’histoire officielle et « l’auto-mythification » bourguibienne.

Cette étape allait m’orienter vers le genre des manuels dans l’intervalle colonial, période d’incubation des bases de l’Etat-nation, des organes construits pour sa défense et des moyens de sa formulation intellectuelle, notamment entre histoire et géographie. Dans « Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des savoirs », j’ai dégagé les phases de l’élaboration d’un modèle de pédagogie du savoir historique autour de la nation. A côté des manuels en langue arabe, la séquence coloniale voit le bilinguisme français-arabe s’imposer sur la scène culturelle et politique. Ce trait de l’histoire contemporaine de la Tunisie va certes vivre l’oscillation inverse après l’indépendance, mais le bilinguisme marque le champ intellectuel, médiatique et politique tunisien, en passant par la littérature historienne, tout au long du XXème siècle.

En même temps que l’histoire savante continue à se penser dans un large cadre arabe et musulman, l’histoire telle qu’elle est formulée par les pédagogues et enseignée dans les classes primaires et secondaires de l’enseignement musulman développe cette conception nouvelle et cultive l’amour d’une patrie tunisienne, État-nation aux frontières linéaires précisément tracées.

L’article « Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures » est construit autour de la revue, source décalée et espace interactif qui  permet de saisir les connexions profondes entre culture et politique. L’écriture de l’histoire, celle de l’action ou des idées, s’inscrit elle aussi dans la longue durée des hommes, des institutions et des dispositifs concrets qui les portent. Les revues constituent des caisses de résonance et des goutte-à-goutte nourriciers des différentes catégories intellectuelles. Depuis la fin du XIXème siècle, les revues, en arabe et en français, témoignent des liens qui existent entre les modes d’expression et d’intervention, et qui évoluent en fonction des générations.

Le milieu tunisien des revues apparaît comme un espace de rencontre éloigné des contingences immédiates, un lieu souterrain de respiration de la vie intellectuelle. C’est dans ces institutions que se construisent les différents groupes intellectuels, qu’ils s’expriment et s’articulent entre eux, qu’ils se livrent aussi à une course à la notoriété.

A l’entrée par les revues, s’ajoute une autre clé d’analyse importante, celles des générations. A condition de sortir la notion de son sens purement démographique, on peut déceler à travers la « génération » les continuités et discontinuités qui régissent l’histoire intellectuelle et politique de la Tunisie contemporaine. La clé générationnelle libère, entre autres, de la prégnance de la fracture coloniale/post –coloniale :  en liant les segments pré et post –indépendance, on peut doser les effets de l’alliage qui caractérise, à chaque moment, les articulations entre mémoire généalogique, contexte politique et métabolisation intellectuelle. La césure zaytounien /sadikien a opéré suffisamment longtemps pour être, aujourd’hui, enfouie dans l’écriture historienne. Elle constitue un des nœuds qui structurent le discours politique et historique, un nœud solidifié à travers le bilinguisme qui marque les générations intellectuelles tunisiennes du XXème siècle.

Entre les projets éducatifs et de société formulés dans les tribunes, s’est déroulée en arrière-plan une « querelle des Anciens et des Modernes », englobée par des événements politiques qui ont occupé  le devant de la scène et les esprits.

Etre historien en Tunisie

En avançant vers une histoire sociale et culturelle des historiens, j’ai rencontré l’exemple de M’hamed Belkhûja, un historien érudit et fonctionnaire de l’administration du protectorat, connaissant l’arabe et le français : « M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale ». Entre chroniqueur et journaliste, M’hamed Belkhûja a largement contribué à deux périodiques : al-ruznama at-tounisiyya (almanach) et la revue Al majalla az-zaytouniyya (rubrique : histoire). Tombé dans l’oubli et accusé de collaboration avec le pouvoir colonial, cet historien signe un mélange entre deux traditions académiques qui se chevauchent en son temps et à travers lui. Son cas témoigne de passerelles entre deux magistères intellectuels et politiques, moins étanches qu’il n’y paraît.

Bien que l’on puisse considérer qu’il a joué un rôle important dans la constitution du métier d’historien en Tunisie, Belkhûja fait partie d’une génération de Tunisiens qui n’a pas eu accès à une formation universitaire sanctionnée par un diplôme…À [sa] mort, en l’absence de normes fixées et de codes partagés, les historiens tunisiens ne constituent pas encore une communauté homogène. Ils partagent un goût pour l’étude du passé et une curiosité pour les chroniques anciennes qui prolongent une tradition depuis longtemps ancrée chez les lettrés tunisiens, mais leurs travaux ne répondent pas aux critères de scientificité exigés par un monde académique international que représentent encore exclusivement les pays occidentaux.

La profession d’historien bricolée au cours de la période coloniale se structure avec et au sein des institutions de la Tunisie indépendante, à commencer par l’université nationale née en 1960. Deux articles « Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et recherche » et « L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université » sont consacrés aux facettes de ce qui est devenu un métier dans la période post -indépendance. Mon expérience, celle d’une diplômée en histoire, engagée comme chercheur dans une institution destinée à faire « l’histoire du mouvement national » est au centre de cet essai d’introspection professionnelle. En considérant sur la durée centres de documentation et d’archives, ouvrages et périodiques, on voit comment se construit un dispositif de connaissance qui vise à mettre les bases d’une culture historique officielle, servie par des formations en histoire et ses disciplines « auxiliaires ». Comme il m’a été donné de travailler au sein d’une institution publique –aujourd’hui intégrée au panorama universitaire- j’ai assisté à travers les colloques du Programme National de Recherche sur l’Histoire du Mouvement National des années 1980 à l’entrée en scène du témoin, interrogé et donc reconnu par l’historien. La démarche a été ensuite systématisée par une institution privée (CEROMDI puis FTERSI), dirigée par Abdejellil Temimi, un universitaire qui a investi l’exercice du témoignage en invitant le personnel politique, des militants et toutes sortes d’acteurs de la scène politique, économique ou culturelle de l’histoire récente à délivrer et enregistrer leurs mémoires et souvenirs.

La proximité du témoin et de l’historien, intégrée par l’étude du « mouvement national » agit comme un facteur qui stimule l’activité scientifique : cette commodité de l’histoire contemporaine infuse les colloques, traverse les publications et influence les thèses d’une façon qui contribue, à son tour, à renflouer la promotion de la mémoire. Les discours convergent vers l’exhumation d’une mémoire, notamment du côté politique, après une longue période de silence des acteurs dont certains ont exercé des fonctions officielles alors que d’autres, quoique éloignés des feux de la rampe, ont des témoignages importants à transmettre.

Le fil historiographique que j’ai essayé de reconstitué rejoint l’ensemble de l’histoire des sciences humaines et sociales en Tunisie. D’où l’idée d’ajouter en guise de postface à ce recueil d’articles les réponses à un questionnaire « Les connaissances humanistes aujourd’hui », conduit et publié en 2011 par Mirella Cassarino, une collègue de l’Université de Catane. Cet entretien me semble résumer les grandes lignes d’une histoire encore à faire. Pour que la lecture historiographique s’élargisse au-delà de la compréhension de la logique et des procédures du métier d’historien en Tunisie, il est nécessaire de creuser l’histoire des autres sciences humaines et sociales appliquées à la Tunisie, du point de vue de leurs contenus, de leurs institutions et de leurs apports à la culture, à l’histoire du savoir et à la connaissance actuelle de la Tunisie contemporaine.

Hammam-Lif, le 1er octobre 2014.

SOMMAIRE

Introduction : Rassembler, rééditer, redonner à lire

Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie, Correspondances n° 71, Tunis, IRMC,Tunis juillet-août 2002,                                                                                              pp.3-9.
De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie, Savoirs du
lointain et sciences sociales
, Paris, Bouchène, 2004,          pp. 17-25.
Relire les biographies de Bourguiba. Vie d’un homme ou naissance d’une nation ?, Alfa, Biographies et récits de vie, Tunis, IRMC, 2005,                   pp. 107-118.
Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des
savoirs, De l’Atlas à l’Orient musulman, Contributions en hommage à Daniel Rivet, Paris, Karthala, 2010,                                                                             pp. 141-153.
Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures, Générations engagées et mouvements nationaux : le XXème siècle au Maghreb, Aïssa Kadri & Ouarda
Siari Tangour (dir), CRASC, Oran, sept 2012,                             pp.183-205.
M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale, Revue
d’Histoire des Sciences Humaines
,
 Paris, 2011, n°24,             pp. 17-34.
Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et
recherche, Études sur l’État, la culture et la société dans l’espace arabo-musulman.
Mélanges offerts au Professeur Abdejellil Temim
i
,

Tunis, CERES, 2013, Tome II,                                                      pp.197-223.
L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université,Penser le national au Maghreb et ailleurs,Fatma Ben Slimane et Hichem Abdessamad (dir), Tunis, Arabesques éditions/Laboratoire Diraset, 2012,                                        pp. 265-280.
Les connaissances humanistes aujourd’hui. Réponses au Questionnaire, Le forme et le
storia
, n° IV, Catane, 2011,                                                       pp. 397-404.

Rassembler, rééditer, redonner à lire

Introduction à Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, Tunis, Université de La Manouba, 2015, 158 p.  (I)

Les neuf textes (huit articles et un entretien) qui forment ce volume ont été publiés dans des revues ou ouvrages collectifs, au cours de la décennie 2002-2012. Sont-ils lus ? Je me suis toujours posé la question et n’en ai aucune idée jusqu’à ce jour. La principale raison qui m’a poussée à les éditer en recueil est qu’ils répondent à des considérations historiographiques, qui sont ici une clé d’entrée dans l’histoire de la Tunisie contemporaine. Les circonstances dans lesquelles j’ai eu à prononcer les interventions orales à l’origine de ces textes sont diverses. Après les avoir partagées avec les commanditaires et les auditoires des rencontres (versions intermédiaires puis forme écrite livrée à la publication), je vois ces textes sinon comme un ensemble parfaitement homogène, du moins comme les traces d’une quête qui m’a occupée pendant une dizaine d’années.

Entre oral et écrit

En relisant ces articles pour l’édition, il m’est difficile de percevoir une autre continuité que celle des occasions collectives de réfléchir et de débattre à partir de mes centres d’intérêt, dans le cadre offert par les colloques et séminaires. Le souvenir et l’apport de manifestations qui m’ont motivée pour écrire se sont évaporés avec le temps. Dépassés dès qu’ils sont couchés sur papier, les écrits s’éteignent petit à petit, entrent dans l’oubli pour permettre à l’auteur de passer à autre chose. L’excitation de répondre à la sollicitation suivante efface la précédente. Les versions évoluent entre l’inspiration de la commande, l’accueil fait à la communication orale puis la mise par écrit : triangle ordinaire où la stimulation de s’adresser à un auditoire spécialisé refroidit avec le temps. Sans compter qu’on ne sait pas qui va lire, la vie du livre étant assez morne en général et celle du livre académique encore plus terne. Entre la fièvre de la prestation orale et le doute sur l’utilité de prolonger le moment parlé par une trace écrite, il arrive qu’on renonce à l’effort de la rédaction. Scepticisme envers l’impact de l’écrit ou paresse face à la difficulté ? Le manque d’occasions de débattre renforce ces travers et si l’université est une île relativement protégée, elle reste régie par des cloisons et un manque de vitalité critique, peu de curiosité transversale l’anime et l’académisme est mû surtout par l’avancement administratif.

Quand on passe outre le doute décourageant, il faut réactiver la présence des arguments, polir les hypothèses sans le dard des questions et la provocation des critiques. Difficile de remplir le soliloque de l’écriture, dans la surdité aux hésitations et flottements qui accompagnent la recherche. Les commandes insistantes m’ont amenée cependant à transposer des dizaines d’interventions orales en textes que je réédite ici pour souligner les pointillés qu’ils tracent, pour ranimer leur faible visibilité, pour tenter de relancer leur effet en espérant d’autres lecteurs et des réactions.

Je dois avertir que cette réédition ne revient pas sur les versions ; je n’ai pas entrepris de mettre à jour les références ni de reprendre les bibliographies. Même si je m’aperçois à la relecture qu’on ne pense jamais seul et qu’on écrit, sans le savoir, pour soi et pour les autres, je n’ai pas tenté de compléter ce qui manque et qui ne peut qu’augmenter, à mesure que les années passent. La volatilisation des idées est inévitable, et si on n’est pas capable d’écrire dans la foulée de la prestation orale, on doit accepter que la latence entraîne des répétitions et parfois des retours en arrière. Chaque intervention dans une conférence, un séminaire ou un colloque nécessite de plonger en profondeur, de reprendre des segments de raisonnements, parfois jusqu’à des passages entiers, difficiles à synthétiser. Les redites se distribuent en chevilles de discours, qu’on renonce à supprimer, pour que chaque article conserve son autonomie de sens. Le lecteur doit se préparer aux désagréments de l’enfilade des textes proposés dans ce recueil.

En dépit de ces inconvénients, d’avoir planifié cette réédition me permet de mesurer les effets de cette volatilité et de la comprendre suffisamment pour en avertir le lecteur.

Un échantillon

Ces textes parus sur un intervalle de dix ans constituent un échantillon qui peut aider à comprendre l’évolution de la discipline historique dans l’université tunisienne. Non pas qu’il n’y ait pas d’autres études, ni assez de connaissances, mais j’ai le sentiment (et sentiment n’est pas toujours raison) que l’assemblage de ces articles renseigne sur deux niveaux de la production historienne, sa visibilité et le chemin que j’ai pris pour y entrer.

Il est difficile de quantifier l’accumulation des travaux historiens sur la Tunisie contemporaine et ce manque de visibilité a plus d’un inconvénient pour tout arrivant dans le domaine, chercheur, journaliste ou curieux. Du côté de la discipline historique -cela reste à vérifier dans d’autres sciences humaines et sociales-, le travail scientifique sur la Tunisie est soumis à une logique de production, de diffusion et d’exploitation axée sur le court terme et la commande immédiate. Phénomène naturel qui appelle à dégager des moments dans l’accumulation puis à mettre en relation la production universitaire, elle-même variée et divisée, avec celle qui est fabriquée dans d’autres sphères, médiatique, politique, littéraire et artistique, productrices de culture historique. Pour mettre en perspective la production académique en matière d’histoire, il faut remonter aux cadres institutionnels, juridiques et matériels qui la déterminent. A travers cette réédition, j’espère donner à lire un échantillon dans un agencement qui permet d’apprécier les conditions d’écriture d’une production académique limitée à l’histoire contemporaine de la Tunisie.

Je me suis longtemps exercée à décrypter l’historiographie académique, selon la disponibilité des travaux.  Entre enseignement et recherche, les lectures m’ont fait découvrir des barrières et des grilles pas toujours lisibles. Ce qui a attiré mon attention sur la manière et les canaux à travers lesquels le savoir historique circule entre le monde académique et les sphères politique, médiatique et sociale. C’est une banalité mais il m’a fallu le temps de la tâter. La posture historiographique s’est imposée comme un palier de déchiffrement nécessaire pour comprendre les ressorts de la discipline et ses liens avec le contexte où elle se déploie. J’ai emprunté cette lecture de « second degré » en grande partie à cause du sentiment que cette production repose sur des non dits (je m’étonne encore de la difficulté à adopter la locution « Tunisie coloniale » et encore plus celle de « Tunisie colonisée »), et souvent pour répondre à de personnes (étudiants débutants ou en dehors du monde universitaire) curieuses de lier les acquis du savoir historique avec les conditions de son écriture. J’ai mis un certain temps à inclure l’histoire politique de la Tunisie contemporaine dans une histoire culturelle, le cadre académique étant peu familier avec la démarche et ses implications réflexives et collectives. Mon parcours professionnel inscrit au sein d’une institution vouée à une part de cette histoire contemporaine (« histoire du mouvement national ») a été le terrain obligé d’une posture réflexive sur les tenants et les formes prises par une production universitaire où j’étais partie prenante…et observante.

SOMMAIRE

Introduction : Rassembler, rééditer, redonner à lire

Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie, Correspondances n° 71, Tunis, IRMC,Tunis juillet-août 2002,                                                                                                     pp.3-9.
De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie, Savoirs du
lointain et sciences sociales
, Paris, Bouchène, 2004,                 pp. 17-25.
Relire les biographies de Bourguiba. Vie d’un homme ou naissance d’une nation ?, Alfa, Biographies et récits de vie, Tunis, IRMC, 2005,                          pp. 107-118.
Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des
savoirs, De l’Atlas à l’Orient musulman, Contributions en hommage à Daniel Rivet, Paris, Karthala, 2010,                                                                                  pp. 141-153.
Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures, Générations engagées et mouvements nationaux : le XXème siècle au Maghreb, Aïssa Kadri & Ouarda
Siari Tangour (dir), CRASC, Oran, sept 2012,                              pp.183-205.
M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale, Revue
d’Histoire des Sciences Humaines
,
 Paris, 2011, n°24,              pp. 17-34.
Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et
recherche, Études sur l’État, la culture et la société dans l’espace arabo-musulman.
Mélanges offerts au Professeur Abdejellil Temim
i
, Tunis, CERES, 2013, Tome II, pp.197 -223.
L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université, Penser le national au Maghreb et ailleurs, Fatma Ben Slimane et Hichem Abdessamad (dir), Tunis, Arabesques éditions/Laboratoire Diraset, 2012,                                                        pp. 265-280.
Les connaissances humanistes aujourd’hui. Réponses au Questionnaire, Le forme et le
storia
, n° IV, Catane, 2011,                                                                       pp. 397-404.

Le Maghreb dans l’université française, un diagnostic côté historien

Compte rendu de Pierre Vermeren, Misère de l’historiographie du « Maghreb » post-colonial (1962-2012)Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, 288 p., 25€.

Couverture de Misère de l’historiographie du « Maghreb » post-colonial (1962-2012), Pierre Vermeren.

Misère de l’historiographie du « Maghreb » post-colonial (1962-2012), Pierre Vermeren. Paris : Publications de la Sorbonne, 2012

En langue française, produite en France, l’histoire du Maghreb périclite, peu reliée à des domaines plus prospères et tournant le dos aux productions nationales du Maghreb indépendant. Voilà le constat sévère de l’habilitation à diriger des recherches de Pierre Vermeren soutenue en juin 2010 à l’Université de Paris I et éditée en ouvrage en 2012. La lecture de cet ouvrage a quelque chose de stimulant, notamment en ce moment « post- révolutions arabes » qui amène à questionner les rapports intellectuels et universitaires entre le Nord et le Sud. Même si la place de la Tunisie est faible dans cet état des lieux historiographique, on en apprend beaucoup sur l’évolution de l’histoire du Maghreb post-colonial (1962-2012), au sein de l’université française. L’ouvrage permet de mieux connaître les hommes et les institutions qui ont fabriqué l’histoire du Maghreb pendant plus d’un siècle. En éclairant les connexions entre histoire contemporaine et politique, à travers moments et acteurs, l’ouvrage illustre une démarche qui peut servir, en creux, à comprendre la sous- représentation de la Tunisie par rapport au reste du Maghreb.

A l’instar de la sociologie ou de la science politique que l’auteur intègre dans son panorama, l’histoire du Maghreb colonial a bénéficié du savoir fabriqué au sein de l’administration, pour les besoins de l’armée ou par des hommes d’église. En mettant en évidence la panoplie des accointances entre l’histoire politique française et celle de son université, cette « histoire de l’histoire » du Maghreb relie la genèse des institutions avec les parcours des hommes qui ont fabriqué et enseigné cette histoire très contemporaine, des deux côtés de la Méditerranée.

Un intérêt qui décline après les indépendances

Le fil conducteur de ce diagnostic de la recherche française actuelle sur le Maghreb est que ce dernier est « oublié » dans les études historiques, à partir des indépendances étatiques. L’hypothèse mérite d’être approfondie pays par pays, dans le sens Nord/Sud et Sud/Sud. Notons que l’objet Maghreb (l’auteur l’écrit avec des guillemets dans le titre) prolonge l’Afrique du Nord française où l’Algérie colonisée pendant 132 ans se distingue des deux protectorats tunisien (75 ans) et marocain (46 ans). Alors qu’il n’a jamais pu devenir une réalité politique ni économique, le Maghreb reste perçu en France comme un terrain d’étude global. Comme tel, son traitement est toujours dominé par l’Algérie et l’ouvrage traduit, à son tour, ce déséquilibre. Le Maroc, familier à l’auteur, est assez présent mais la Tunisie, comme souvent, est quasiment absente dans le détail.

L’auteur articule autour des moments colonial et postcolonial une chronologie à trois temps et sur quatre générations (voir le plan détaillé ci-dessous). Il brosse un état des lieux critique sur les études historiques sur le Maghreb en France tout en esquissant des passerelles vers les productions nationales qui se sont développées en Algérie, en Tunisie et au Maroc après la décolonisation. Il montre que ce capital scientifique est sous-estimé et ignoré, jusque dans les bibliographies récentes. L’ouvrage constitue le récit d’un « éloignement intellectuel » après une phase d’accumulation de savoir qui a duré près d’un siècle.

Au XIXème siècle, la matrice orientaliste est le lit à partir duquel se développent une quantité de savoirs locaux  au Maghreb comme au Machrek : l’anthropologie et l’histoire en sont les branches les plus nourries. L’école, les missions catholiques, l’armée et l’administration sont les vecteurs qui porteront ces savoirs et les feront évoluer en passant, de façon différente, par la connaissance des langues arabe et berbère. Erudition et usage pratique se conjuguent pour favoriser la constitution d’un corpus de travaux, bâtir une série d’institutions et construire une génération de chercheurs et connaisseurs des tribus et des langues, des traditions populaires et institutions du makhzen, de l’archéologie et du sous-sol minier. Plusieurs chaires officielles (Géographie coloniale à la Sorbonne, 1893 ; Collège de France, 1902 ; Histoire de l’Afrique du Nord, 1912 ; Langue et littérature arabes, 1919 ; Colonisation à partir de 1921) relaieront ce savoir en Métropole. Le Maroc de Lyautey : « un eldorado pour les anthropologues » (p. 27) donnera naissance à une série d’institutions et une lignée de savants qui relieront le terrain colonial aux avancées scientifiques en Métropole. L’officier de marine Robert Montagne (créateur du Centre des Hautes Etudes d’Administration Musulmane –CHEAM- en 1936) et le contrôleur civil Jacques Berque (titulaire de la chaire Islam contemporain de 1956 à 1981 au Collège de France) font partie de ces savants dont l’œuvre scientifique, intimement liée à l’exercice de la fonction publique, a enrichi l’infrastructure et les moyens de l’université française.

En Algérie, l’université née en 1909, constituera une pépinière relative de cadres algériens dans plusieurs domaines (cf. Guy Pervillé). Dans le secteur historique, deux maîtres se détachent : Charles-André Julien, premier professeur élu à la chaire de la colonisation de la Sorbonne en 1947 (Jean Ganiage lui succède en 1961) se verra confier la création de la faculté des Lettres de Rabat en 1957 ; Charles-Robert Ageron (1923-2008) qui découvre l’Algérie, pendant son service militaire en 1945, devient un des plus grands spécialistes de l’histoire coloniale (chap. 7, pp.111-127).

Malgré ces destins et des œuvres  marquantes, les indépendances puis la guerre d’Algérie marquent un tournant décisif. Le pôle Aix-Marseille où naît le CRESM qui deviendra IREMAM abrite des juristes et politologues dont les travaux et les publications (notamment l’Annuaire de l’Afrique du Nord) constituent un noyau d’enseignement et de recherche « maghrébiniste » alimenté par les liens de la coopération scientifique. Ce qui n’empêche pas qu’on assiste progressivement, du côté maghrébin, au rejet de l’héritage universitaire français après l’indépendance, en histoire et également en anthropologie, considérée comme la science de la pénétration et donc de l’exploitation coloniale par excellence.

La démarche de l’auteur allie une prosopographie du personnel enseignant et chercheur qui a construit le socle scientifique avec une réflexion sur les effets de l’air du temps idéologique et intellectuel. Les questions de filiation ou de ruptures entre maîtres et élèves sont toujours à l’œuvre, influencées par les itinéraires familiaux autant que par l’évolution des écoles et des courants (tiers mondisme, marxisme…). Cette démarche éclaire particulièrement la rupture observée dans les années 1960/1970.

« Rejetant les ‘ vieilles lunes’ des islamologues et, par voie de conséquence les convictions et les sentiments religieux des peuples de la région, les intellectuels marxistes ont tourné le dos à la ré-islamisation de la société. Cet aveuglement a été d’autant plus paradoxal que les Etats du Maghreb ont participé délibérément à l’ ‘islamisation’ et à l’arabisation de leurs sociétés, pour saper l’influence intellectuelle, politique et idéologique du marxisme, très influente chez les étudiants des années 1960 et 1970». (p. 202)

Le prisme de l’immigration : le poids du présent

Même si le procès fait au marxisme est excessif (comme le souligne Nadine Picaudou dans sa préface), l’auteur décrit bien les voies par lesquelles basculent les centres d’intérêt des historiens. L’école coloniale d’Alger se disperse après 1962 et divise le potentiel scientifique en fonction des nominations en France, des projets de carrière qui s’y font et des plans de structuration des secteurs de la recherche. L’apprentissage et la connaissance de la langue arabe reculant, l’accumulation orientaliste, institutionnellement encouragée en France et en colonie avant les indépendances, se voit fractionnée et découpée pour d’autres engagements politiques et intellectuels et pour répondre à d’autres attentes. Les exemples d’André Nouschi (Université de Nice)  et Claude Liauzu (Université de Paris 7) le montrent, l’un et l’autre abandonnant, après leur retour en France, leurs recherches sur l’Algérie et la Tunisie. Alors que le Machrek attire de jeunes universitaires qui feront carrière, le Maghreb est « abandonné » au profit d’études sur l’immigration ou d’études sur l’Afrique :

« Sur le terrain du Maghreb, la carence scientifique française tient au fait que c’est moins le Maghreb qui intéresse que la France au Maghreb… ou le Maghreb en France. » (p. 188).

Après la question de l’immigration, la guerre d’Algérie qui a agi sur le champ politique français et sur la représentation de l’identité nationale, achève de déséquilibrer, une nouvelle fois, la connaissance du Maghreb vu de France. Dans un premier temps, apparaît une « histoire immédiate » qui s’interroge sur les réactions des intellectuels français à la Guerre d’Algérie (Pierre Nora, Jean Lacouture…). Puis on assiste à une hypertrophie mémorielle autour de la guerre d’Algérie qui s’installe des deux côtés de la Méditerranée depuis les années 1990 (pp. 180-202). L’ouvrage traite dans le détail ce double déplacement des préoccupations scientifiques au sein de l’université française qui se focalise sur l’Algérie tout en tournant le dos progressivement aux productions nationales en développement.

L’auteur (qui enseigne à l’université de Paris I) note qu’aucune thèse n’est soutenue sur le Maghreb médiéval depuis 1981 et que c’est un historien américain (Michel Kaplan) qui travaille au retour d’une chaire d’histoire du Maghreb contemporain : en 1993, Daniel Rivet en sera le premier titulaire. Beaucoup d’universités et de centres de recherche disparaissent  entretemps (notamment le DEA Maghreb créé par Annie Rey à Paris III et le poste de Paris IV) et la politique autoritaire des Etats du Maghreb achève de bloquer les quelques voies de passage qui subsistent entre les deux milieux.

Le diagnostic est sévère mais non dénué de pertinence : la demande politique influant sur les conditions de production du savoir historique, un décalage s’installe entre universitaires et intellectuels du Nord et du Sud de la Méditerranée. Un double éloignement disciplinaire et de terrain aboutit à une véritable déconnexion (aggravée par la question linguistique, des deux côtés). La politologie et l’islamisme, objets compacts et très fréquentés (depuis la révolution iranienne) cachent la vue et la compréhension des choses d’autant que les théories s’élaborent au Machrek

« La politologie s’empare alors des études du monde musulman, principalement au Moyen Orient (G. Kepel est pensionnaire au Caire dès 1980) puis secondairement au Maghreb (M. Camau est nommé à Tunis à la création de l’IRMC)… Une autre conséquence majeure tient au tropisme proche-oriental de cette recherche, surtout à Paris, et notamment à l’IEP. Pour longtemps les grilles d’analyse parisiennes de la politologie égyptienne (G. Kepel) et libanaise (Ghassan Salamé, Antoine Besbous, Antoine Sfeir) servent à décrypter les sociétés du Maghreb ») (p. 204).

L’auteur n’en reste pas à ce constat de dessèchement de la connaissance et de « déshistorisation » des sociétés maghrébines. Il avance des propositions concrètes pour relancer la recherche française sur le Maghreb (pp.207-209) : favoriser une histoire de l’armée, développer une histoire sociale, économique et culturelle des Français des colonies, s’ouvrir sur les sociétés « indigènes », à commencer par les berbères qui ont connu une arabisation qui mérite d’être mieux analysée. Pour aller plus loin dans la connaissance des sociétés maghrébines, il conseille de s’intéresser aux sociétés sahariennes, d’approfondir l’histoire du confrérisme et de l’Islam maraboutique abandonnée par l’anthropologie. L’auteur achève en prônant une histoire culturelle forte, où les biographies, les analyses de l’image et de l’architecture peuvent apporter des résultats intéressants.

En arrière-plan d’un tableau synthétique du savoir universitaire consacré à l’histoire du Maghreb, ses points forts et ses manques, on devine chez l’auteur une passion pour le Maghreb et pour le métier d’historien. Ce qui rend la lecture de l’ouvrage agréable autant qu’utile, ne serait-ce que parce qu’il permet de comprendre, en creux, un aspect important de l’influence de la culture française en Tunisie, à travers la recherche historique. Même si l’historiographie contemporaine tunisienne est quasi absente, des points de comparaison et d’analyse apparaissent par exemple dans le classement par générations de spécialistes de l’Afrique du Nord, établi par ordre chronologique de naissance (pp.217-248 : 305 noms listés et classés H/F) et dans le tableau des 201 thèses soutenues en France depuis 1953 sur l’histoire de l’Afrique du Nord contemporaine, par grandes périodes (pp.269-283).

La démarche et les résultats de cet ouvrage -qui plaide pour une histoire du Maghreb plus conséquente et plus reliée avec les universités maghrébines- invitent à aller plus loin pour comprendre l’université, le savoir qui s’y produit et les limites de l’histoire contemporaine aujourd’hui afin de tirer un meilleur profit de l’accumulation scientifique  et de bâtir une connaissance plus interconnectée que par le passé.

Plan de l’ouvrage
Nadine Picaudou

Préface

Annexes Classement par génération des spécialistes de l’Afrique du Nord, établi par ordre chronologique de naissance

Compte rendu paru dans la revue Rawafid n°18, 2013, Université de La Manouba, Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, pp. 143-148.

Rédigé le 2 avril 2013

Que peuvent les sciences sociales en Tunisie ?

Commençons par saluer l’initiative d’organiser à Tunis une étape du séminaire lancé par Jocelyne Dakhlia à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris en novembre 2013 et qui consiste à suivre les travaux de chercheurs débutants et confirmés autour d’une Tunisie propulsée par l’actualité au centre d’interrogations politiques, scientifiques et existentielles venant d’un peu partout. Sous le titre Sciences sociales en Révolution, avec le concours de l’association Nachaz et le soutien du Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT), la rencontre s’est tenue les 28 et 29 avril 2015 à la Bibliothèque Nationale, un lieu qui a abrité de grands moments de l’effervescence culturelle post 2011, un poumon qui a fait respirer de multiples propositions fusant de l’énergie de la société civile culturelle et scientifique.

affichekmar

            Je me limiterai à quelques réflexions inspirées par l’écoute de deux journées passionnantes, articulées en quatre séances  (Une « modernité tunisienne » ?  ; Où en est l’état social ? Nouveaux acteurs ? Recompositions ? ) et ponctuées par douze communications et des plages de débat conséquentes. Je ne peux pas en résumer la teneur mais je note que le spectre des sciences sociales, largement représenté, a offert une tranche de transdisciplinarité revigorante.

Sciences sociales en révolution ?

            Le titre de la rencontre résolument programmatique peut avoir deux sens, au moins. Les sciences sociales participent-elles aux processus et mutations politiques en cours ? Une « révolution » a-t-elle atteint l’enseignement et la recherche en sciences sociales ? Les deux  questions sont d’autant plus légitimes que quatre ans après le clash de 2011, on peut entrevoir une distinction entre le temps de la politique (qui ne s’arrête jamais) et d’autres temps (ou temporalités), qui ont leurs droits et ouvrent sur un potentiel explicatif. Les sciences sociales peuvent servir à mettre de l’épaisseur dans les notions, à démultiplier les significations et à aérer les controverses par des transpositions dans le temps et l’espace. Prenons l’exemple de l’amalgame entre religion et politique qui englue débats et actions : à la réflexion, on prend conscience que sécularisation de la société et usage politique du religieux sont inscrits depuis des décennies dans l’histoire de l’Etat-nation tunisien, le nationalisme en ayant fait sa matrice. Une autre perspective s’ajoute : la temporalité courte que nous traversons a-t-elle réussi à changer le regard des sciences sociales ? Avons-nous modifié nos façons de lire les phénomènes immédiats et de les inscrire dans la profondeur du temps ? Depuis 2011, les chercheurs prudents se gardent de conclure. Ils parlent de situations « contrastées », instables, inachevées, d’une Tunisie à la « croisée des chemins », de fluidité… Cette incertitude de bon aloi reste à traduire dans les questions, les méthodes et les objets. Comme dans d’autres domaines, les chercheurs constatent amèrement une dégradation des conditions d’exercice des professions d’enseignement et de recherche. Inadaptation des programmes, inerties administratives, indifférence des collègues, absentéisme étudiant et failles de l’infrastructure universitaire entravent l’entrée de la « révolution » dans un secteur peu considéré. Que peut apporter la « révolution tunisienne » aux sciences sociales et humaines ? Le constat immédiat est qu’elles sont sinistrées et dévalorisées par une conception techniciste du savoir et par les rancœurs répétées contre des universités invisibles dans les classements mondiaux, fabriquant, de surplus, des chômeurs. Pourtant, les possibilités pour que le savoir des humanités serve à un processus de changement social, culturel et économique existent.

La révolution a-t-elle besoin des sciences sociales ?

            A écouter la densité et la qualité des interventions de ces journées d’étude, la réponse est manifestement « oui ». Les enquêtes économiques, géographiques, sociologiques présentées étaient de qualité. Les lectures déployées prouvent le besoin et l’utilité de revenir sur des faits, de relire les textes, de disséquer les structures, de restituer la parole des acteurs et de relier des études oubliées ou sous-utilisées. Ces enquêtes de terrain rejoignent l’abondance de livres et d’articles, en arabe et en français qui, depuis 2011, constituent une récolte passionnelle et pensée de déchiffrements de premier ordre. L’énergie déployée dans l’effort d’explication chiffrée, argumentée et fabriquée grâce à l’intérêt et l’investissement des auteurs est une archive intellectuelle qui compense –sans les faire oublier- les dysfonctionnements et désorganisations de la formation et de la recherche universitaires. Deux directions, horizontale et verticale, sont à cultiver pour inscrire durablement cette énergie compréhensive dans le tissu intellectuel : créer du dialogue, échanger autour de ce qui se produit et communiquer les résultats des débats en dehors des murs de l’université. Aussi espère-t-on que cette rencontre, suivie par deux caméras, débouche sur une trace écrite qui permette aux chercheurs, aux curieux et intéressés d’y revenir plus tard. La « révolution » a besoin d’intellectuels et de chercheurs, d’investigations et confrontations, de décodages et traductions, de liberté de parole et de pensée mais ce besoin requiert aussi la construction patiente d’une médiation à plusieurs niveaux. Débats et travaux appellent un travail de truchement prolongé dans le temps afin d’irriguer la réflexion civique, tout en étant arrimé aux préoccupations de la société. Plus que de risques (y en a-t-il vraiment ?), les sciences sociales ont besoin d’imagination et d’entrain collectifs pour fabriquer des supports (écrits et audio-visuels) capables de communiquer aux jeunes générations et de transmettre aux différentes couches sociales, l’état d’une recherche éparpillée et mal exploitée. En plus des soucis d’édition et des idées de communication, comment transformer l’activité de recherche qui exige temps, retrait et spécialisation en des projets opportuns, en des actions opportunément utiles ?

Le temps et ses vertus

La convocation du passé n’a pas manqué depuis 2011. Elle a alimenté des témoignages imprégnés de mémoires concurrentes et quantité d’analyses ont appelé à retourner sur divers passés. Pour en rester à la ligne de l’argumentaire de la rencontre qui invite les chercheurs à s’interroger sur les bases civiques et éthiques de leurs pratiques, nous éviterons la question des usages du passé réactivés par les luttes partisanes, qui mènerait trop loin. Mais on peut se demander quel est l’effet du temps sur les sciences sociales depuis quatre ans et si la question a été posée individuellement et/ou collectivement par les chercheurs. Le recours à l’histoire est un biais générateur de sens dans la lecture des événements présents. Des exemples traités au cours de la rencontre abordent les aspects d’une culture politique tunisienne que l’on ne peut saisir sans le poids de l’histoire longue. Des moments comme celui de la naissance du syndicalisme qui coïncide avec l’apparition des partis politiques ou ceux des étapes et conséquences des systèmes éducatifs, aident à appréhender les crises des institutions actuelles, les fractures entre les régions, le littoral et l’intérieur, les difficultés intergénérationnelles et même les conditions du chômage des diplômés. L’accélération de l’histoire touche l’ensemble de la société et les chercheurs ne pouvant pas être en reste, doivent en tenir compte dans les manières de travailler, les procédés de transmission et les modes de valorisation des résultats. L’histoire du champ intellectuel tunisien (l’université productrice de sciences sociales n’est qu’un coin d’un espace hétérogène) est à faire selon des paramètres démographiques, dans ses dynamiques sociales et dans les aspects économiques et pas uniquement en fonction du prisme des relations avec le pouvoir politique. Les milieux et métiers de la culture, quantitativement et qualitativement en expansion, ne pouvaient qu’être « surpris » par la révolution tunisienne. Ils sont traversés par des luttes de position, de légitimité et de structuration qui évoluent avec leur nombre, la demande sociale et les contextes environnants. Compte tenu de ces dynamiques, ces mondes sont-ils préparés à réfléchir sur leurs pratiques, leur genèse et leur impact ? Si chaque science sociale et humaine a une histoire et une conception du temps, le temps du regard réflexif s’annonce-t-il comme un des stades, un des chemins pour une mutation significative ? Eu égard à l’accumulation de travaux et réflexions sur la Tunisie, ici et ailleurs et maintenant que la période transitoire -qui a capté des énergies intellectuelles dans les rangs de la société civile- est achevée, est venu le temps d’un civisme ciblé autour des besoins de réformer une vie scientifique handicapée par des lourdeurs, un manque d’indépendance, d’ouverture et d’ancrage dans les attentes collectives. Comme est venu le temps de soumettre les habitudes, les réflexes et les manières de travailler dans les communautés scientifiques aux bienfaits d’inscrire le présent dans la complexité des temps qui le génèrent.

La « révolution » ne brûle pas dans les sciences sociales en Tunisie, ni dans les objets, ni dans les démarches ni dans les façons de les penser ou d’en parler. Pourtant des alertes et des feux rouges nous interpellent de toutes parts, sans compter les inquiétudes devant les problèmes économiques, sociaux et culturels inexpliqués. Il y a du pain sur la planche. Dressons des bilans critiques tout en pensant à multiplier les occasions de lire, discuter, transmettre et réinterroger le capital scientifique qui existe et que l’on voit augmenter à vue d’œil. Rendons compte, croisons et comparons ce qui se dit, s’écrit et s’exprime par l’écrit, l’oral, l’art et l’image afin de conjurer le pessimisme d’un des participants au débat général : « On ignore notre société tunisienne ». Faisons de la connaissance critique, libre, disponible et imaginative une des voies pour une « révolution » plus nécessaire que jamais, dans les sciences sociales.

Hammam-Lif, le 7 mai 2015.

Consultable simultanément sur le Carnet de l’IRMC

Texte paru dans le magazine Akademia, La Manouba, n° 42, juin 2015, pp.5-6.

Bourguiba : Revisiting History

Translated by Asma Moalla

Since 2001, Bourguiba has been incessantly recalled to our memories, partly in order to obliterate the long years of inertia that followed his revocation. During thirteen years, from 7th of November, 1987, to 6th of April, 2000, he had lived surrounded by complete silence, except for his appearances on television, orchestrated once every year, to nurture the illusion that his successor venerated him. They thought that they could stop History or direct it at will.

He was a product and an actor of History

During that period, visits to Bourguiba from his nearest relatives and friends were kept to a minimum, those of foreign personalities, conditional upon official authorization, were gradually phased lout. The few Tunisian voices raised in protest against the isolation imposed upon him were lost within the surrounding apathy that was the mark of the time. His death could have provided an opportunity to bid him a national farewell -an awakening  that would have redeemed the forsaking of the old leader. The Tunisian people, startled by the news of that death, awaited  funerals that would have been a form of expiation. But their expectations were thwarted by the powers that be, ever fearing excessive marks of affection or uncontrolled outbursts. A ceremony was staged, devoid of any spontaneity or grandeur, reduced to a minimum of images and in pre-recorded broadcast, as for any TV news bulletin. Cameras were entrusted with the task of providing evidence  that due homage had been paid to the leader, photographing the small group of emissaries sent from all regions of the world and revealing just the right amount of emotion among the attending crowd. Bourguiba’s re-emergence after 2011 is a result of the setting free of our former inhibitions, sweeping today across the country  like a beachcomber. It is characterised by the same emotional excesses and provides food for verbal sparring and divisions. His vocabulary has come back into usage, his most famous sayings are quoted and references are made to the values he upheld, including by his most open adversaries. Bourguiba’s reappearance on the Tunisian media and political scene reinforces the myth surrounding him, with its two sides, the bright and the dark one. If Bourguiba is still a source for comparisons with present situations, this should be attributed to the fact that, being fully a part of the history of twentieth century Tunisia, he was able to imprint his mark on the generations that followed. Policies implemented under his mandate in the fields of teaching, health, birth regulation and judicial organisation have impregnated the social fabric of Tunisia, transformed mentalities and influenced behaviours. They were the outcome and the engine of a historical process where he stands both as a witness and an actor. The time has come for us to examine once again Bourguiba’s role, both as a product of the contemporary history of Tunisia and as an actor in that history, in order to go beyond what we learnt about him in his lifetime, and to which little has been added since his death.

“Writing about Bourguiba without Bourguiba”?

Major questions about his actions and choices as a political leader still remain to be answered, not to mention his private life still little known, in spite of the anecdotes and recollections recounted by those who were near to him. The increasing number of memoirs published since 1987 and, at a more accelerated rhythm, since 2011, by members of the political establishment of the time provide some thrilling details. A series of interviews conducted with Wassila Bourguiba between November 1972 and 1973 (Jeanne Gaspar, Tunis, Editions Demeter, 2012) and another with his son between 2002 and 2006 (Habib Bourguiba Jr., Notre histoire, Entretiens avec Mohammed Kerrou, Tunis, Cérès Editions, 2013), recently published, shed some light on his family life. They tell us, among other things, of    his problems as a son and brother, his weaknesses as a husband and father –thus humanizing “the monster,” or, alternatively, putting a dimmer touch on the dazzling image of the “zaïm,” and stimulating the desire to know more about the various layers of his life and the way he lived it. The SkanesMuseum, inaugurated on 6 April 2013, perpetuates his memory without swerving from the familiar clichés, whereas we would have liked  to know more about the darker aspects of his biography. And the flow of his interviews, speeches and photos, ever swelling thanks to the Internet, does not make us understand him better, whether in his public or his private life. His son has warned us : “You cannot write about Bourguiba without Bourguiba.” During thirty one years (1956-1987), the official narrative of his life, conveyed by books and media, has had time to penetrate the minds of the people. It is still prevailing through its terminology, images (“the builder of modern Tunisia”) and chronological sequence. And yet things have evolved since then. Many studies have been published, providing evidence about the persecutions to which Bourguiba’s opponents were subjected (Ibn Yusuf’s followers, leftists, Islamists, military men…), his stormy relations with the UGTT (Tunisia’s Central Workers’ Union), his all but complete erasing of the Zaytuna (as an education system centered around the Zaytuna mosque), his handling of the Bizerte crisis, the repression of all forms of contestation and the way in which he got rid of candidates to his succession as well as of those who wanted to open the Neo-Destourian Party (renamed the Destourian Socialist Party) to less hegemonistic practises. And yet, until today, sympathizers and detractors alike still use the same stereotypes about Bourguiba : a theatrical amateur, a man hostile to the Ramadan fasting, an heir to Khayreddine and Haddad, an emulator of Atatürk, the “author” of the Code on Personal Statute code, a leader opposed to the military, francophile,  pro-American… All these descriptions, however, should be linked to their historical context, to the heritage he has bequeathed us, to the logics of evolving situations and to his entourage.

Re-reading History

Venerating his aura or striving to debaptize the main avenue named after him will avail us nothing. It is, however, possible to reach a deeper knowledge of him, by using what we already know of him and going beyond it. Setting aside all feelings of love or loathing, we should proceed to a new reading of the history surrounding the man in order to make it more intelligible. Rather than exalting or condemning his moves, we should try to understand the circumstances that prompted them –and this will allow us to evaluate their true impact in their epoch. To the conventional images of Bourguiba as  “builder of the modern State”, “women’s emancipator,” or “religion’s enemy,” we should oppose a vast field of interrogations based on the existing stock of knowledge abut him. Starting from his passion for History, his relationship with Abdelaziz Thalbi, his political friendships, his conception of diplomacy (relations with the Algerian FLN, his policy on Africa, his  view on the Israeli-Palestinian conflict…), the shady aspects   of his rivalry with Jamel Abdelnasser, up to the different, though eminently political, roles  played by his two wives (Mathilde Lorrain, 189261976 and Wassila Ben Ammar, 1912-1999), a wide range of research tracks is available to us, in order to reach a more nuanced view of the man and his epoch. The formative process of the Tunisian state to which he is associated deserves a more thorough study taking into consideration long-term social evolution, economic parameters, the physical and material environment, and the regional and international contexts. The processes of  colonization and subsequently of  de-colonization, which moulded his psychology, his experience and his political action, also shaped the social, cultural and economic landscape that sustained his policies. Bourguiba, who was the product of various interactions, has indeed been an active force, but he is not the only yield of the material conditions and mental combinations shaping the history of Tunisia. Widening the focus around him would allow us to see better who he was and to apprehend the complexity of situations inside which he moved. Beyond nostalgia and the right of assessment, the history of Bourguiba should be read again, in its outer manifestations as well as in its deeper content, in order to define more precisely the contours of the history(ies) of Tunisia which are still being written, after him and without him, by men and women who send us back his reflection –although they may not always be quite aware of how, or by what means, this creature of the Tunisian twentieth century is weighing upon their public and private lives, their behaviours and opinions, their denials and aspirations, their contradictions. Hammam-Lif, 4 april 2014

This article was published

-in French, in the review REALITES, n° 1476, Tunis, 10-16 April 2014, p. 8-9, and in LE QUOTIDIEN D’ORAN, 10 April 2014, p. 16.

-in Arabic, in AS-SABAH, 17 april 2014, p. 10

Bourguiba : Revisiter l’histoire

Depuis 2011, on ne cesse d’évoquer Bourguiba, en partie pour oublier l’inertie qui a accompagné, pendant treize ans, sa mise à l’écart. Il a vécu entre le 7 novembre 1987 et le 6 avril 2000 au milieu d’un long silence entrecoupé d’apparitions télévisées, orchestrées une fois par an, pour faire croire que son successeur le vénérait. On croyait stopper l’histoire ou en décider.

Produit et acteur de l’histoire

Les visites de ses proches lui étaient comptées, celles des personnalités étrangères soumises à autorisation, se sont peu à peu réduites, tandis que le peu de voix tunisiennes qui se sont fait entendre pour dénoncer l’isolement du vieux leader, se sont perdues dans l’apathie de l’époque.

Sa mort aurait pu donner lieu à un adieu national, un sursaut qui aurait compensé en son temps un peu de cet abandon. Alors que les Tunisiens, soudain frappés par la nouvelle de sa mort, attendaient une cérémonie réparatrice, celle-ci a été confisquée par un pouvoir craignant toujours marques d’affection démesurées ou débordements. On a arrangé des funérailles sans spontanéité ni panache, réduites au minimum visuel et transmises en différé, afin de contrôler les images, comme pour n’importe quel journal télévisé. Les caméras étaient chargées de prouver qu’on avait rendu les honneurs dus au personnage, de montrer la brochette d’émissaires venus de partout et de capter l’émotion de la foule, juste ce qu’il faut.

Continuer la lecture

Une accointance entre l’histoire politique tunisienne et l’Algérie

A propos de la parution de l’ouvrage Abdelaziz Thaalbi. Naissance du nationalisme tunisien, Moncef Dellagi, Tunis, CartaginoiseriesEditions, 2013, 313 p.

Couverture de l'ouvrage Abdelaziz Thaalbi, de Moncef Dellagi, Cartaginoiseries

Couverture de l’ouvrage Abdelaziz Thaalbi, de Moncef Dellagi, Cartaginoiseries

http://www.lequotidien-oran.com

La vie de Abdelaziz Thaâlbi (1876-1944), figure clé de la culture politique tunisienne contemporaine est relativement peu connue, l’histoire officielle lui ayant accordé peu de place. Bourguiba doit beaucoup à ce fondateur du nationalisme tunisien mais ayant créé le Néo Destour en 1934, il devient l’adversaire des anciens du Destour (le parti originel né 14 ans auparavant) et de leur chef de file. En qualité de « vainqueur » de l’histoire de l’indépendance, Bourguiba contribue à éclipser l’histoire de ce pionnier et à minimiser son image. A partir des années 1980, une vague d’écrits commence à faire connaître cet intellectuel de formation traditionnelle entré en politique au début du XXème siècle.

Un ouvrage en langue française récemment paru à Tunis revient sur une vie dont les étapes sont parallèles à la naissance et aux premiers développements du nationalisme tunisien. L’auteur est Moncef Dellagi (1930-2010), qui a longtemps dirigé le service des Archives Générales du Gouvernement Tunisien au Premier Ministère. Il laisse un manuscrit –apparemment inachevé- que sa famille a confié aux éditions Cartaginoiseries. L’ouvrage est augmenté d’une reconstitution posthume de documents d’archives et d’illustrations. Cette première biographie en langue française d’un cheikh est sous-titrée : « Naissance du mouvement national tunisien ».

Abdelaziz Thaâlbi comme Hassen Guellati (1880-1966) et Ahmad Tawfik Madani (1898-1983) ont joué des rôles de premier plan dans l’histoire politique tunisienne, témoignant des multiples interférences socio-politiques algéro-tunisiennes. Continuer la lecture

Relayer la mémoire par l’histoire : le docteur Salem Ech-Chadli (1896-1954)

Salem Ech-Chadli

Salem Ech-Chadli

Chaque période historique apporte son lot de mémoires oubliées, refoulées ou simplement ignorées. Depuis le 14 janvier 2011, la déflagration de la parole charrie son lot d’évocation des anciens. On assiste à des restaurations de souvenirs et des rappels de mémoires qui ont parfois valeur de révélations. Deux manifestations autour de la vie et de la personnalité du docteur Salem Ech-Chadli (1896-1954) ont eu lieu récemment : la première s’est déroulée le 20 avril 2013 à la Fondation Abdejellil Temimi dans le cadre du cycle La mémoire nationale et l’histoire du temps présent et la seconde à l’hôpital Er-Razi, le 15 juin 2013 au cours d’une journée d’étude sur L’histoire de la psychiatrie tunisienne. Les exposés de membres de la famille et de médecins de profession ont dégagé un peu de l’ombre qui plane sur ce médecin militant nationaliste, mort à 58 ans, deux ans avant une indépendance à laquelle il a rêvé et participé par son métier et son combat anticolonialiste. Ces deux manifestations apportent beaucoup aux deux histoires – politique et culturelle- imbriquées à travers la biographie du premier psychiatre tunisien.

Profession médecin en Tunisie

La Tunisie contemporaine compte plusieurs générations de médecins, une profession qui commence, dans sa forme présente, à marquer la société tunisienne au XIXème siècle, suite à la révolution connue par le domaine. Un ouvrage récent de Lucien Moatti (La mosaïque médicale de Tunisie (1800-1950), Paris/Tunis, Editions Glyphe/Déméter, 2012, 422 p.) a fait l’inventaire de près de 1200 médecins qui ont exercé en Tunisie entre le début du XIXème siècle et le milieu du XXème. Béchir Dinguezli (1869-1934) est le premier titulaire tunisien musulman d’une thèse de médecine au sens actuel du terme et Tawhida Ben Cheikh (1909-2010) est connue comme la première tunisienne gynécologue. Comme la profession d’avocat ou d’ingénieur, celle de médecin représente une des portes par lesquelles la Tunisie accède à la modernité contemporaine, avec le plus qui revient au rôle et à l’image du médecin, reliés à l’imaginaire social construit autour de la vie, de la santé et de la mort.

Continuer la lecture

De Thâalbi à Bourguiba

Thaâlbi, Bourguiba et Sfar en 1937

Thaâlbi, Bourguiba et Sfar en 1937

Parmi les phénomènes observés au cours de cette transition, le retour de l’image et de la mémoire de Bourguiba est un des plus frappants. J’ai pointé cette tendance dans un article paru sur La Presse de Tunisie du 12 avril 2011 : « Le retour de Bourguiba : Réveil du politique ou effet de mémoire ? ». Deux ans après, ce culte enfle sur la scène médiatique et politique tunisienne, mêlant effets de mémoire et enjeux politiciens.

Ben Ali a fait des funérailles de Bourguiba (mort le 6 avril 20o0) une corvée protocolaire, aux dimensions des seules caméras autorisées à reproduire des obsèques officielles, compassées et expéditives. Des millions de Tunisiens même accommodés du règne de Ben Ali n’ont pas digéré qu’on les empêche de donner libre cours à un deuil qui aurait pu être une première communion, après le coup d’état de novembre 1987, vécu passivement.

Treize ans après, cette manœuvre et la déception qu’elle a causée continuent à « façonner» la présence de Bourguiba dans le discours politique et médiatique. Et si les funérailles de Chokri Belaïd (assassiné le 6 février 2013) ont donné lieu à une grande émotion, l’atmosphère chargée a capté cette disparition comme un combustible de plus dans la flamme mémorielle. A un moment où le pays peine à trouver une direction, la confusion des sentiments  règne sur les esprits. L’élimination de cet opposant à Bourguiba et le deuil qu’il a suscité attisent les antagonismes sur fond de querelles de leadership.

L’article ci-dessous remonte à un moment de l’histoire de la Tunisie contemporaine, où la genèse du nationalisme a été le cadre d’un apprentissage de la politique. La bataille de leadership entre Thaâlbi et Bourguiba s’inscrit dans ce contexte.

Le texte a été publié il y a un an dans le mensuel Maghreb Magazine n°7 d’avril 2012 qui a consacré un dossier à Bourguiba. Continuer la lecture

Commémoration et symboles nationaux entre griffes de la politique et riposte citoyenne

Drapeau tunisien

Drapeau tunisien

Dans le maëlstrom politiquement surchauffé de cette « transition », des mémoires sont maltraitées, subissent des violences. Je dis bien des « mémoires » dans leurs multiples facettes et non «l’histoire » car celle-ci est en train de s’écrire. A chaque type de mémoire, une forme d’agression. Les attaques contre les mausolées et marabouts (plus d’une centaine en quelques semaines) ciblent la mémoire religieuse à travers le culte des saints. Sur un autre plan, le fait de minorer les fêtes officielles est vécu comme une atteinte symbolique à la mémoire nationale. Dans les deux cas de figure, les Tunisiens ne sont pas passifs. Ils réagissent et réclament aux autorités de respecter et de faire respecter ces mémoires. L’objectif de ce papier est de s’arrêter sur un indice de changement dans le rapport entre gouvernants et gouvernés, à travers le langage de la commémoration et des symboles nationaux.

Célébration officielle et cycle mémoriel

Les dernières célébrations officielles du 20 mars (date de signature du protocole de l’indépendance en 1956 ), du 9 avril ( date de manifestations réclamant un Parlement tunisien en 1938 devenue fête des martyrs ) ou du 25 juillet (proclamation de la République en 1957) ont suscité des réactions protestant contre la froideur des commémorations. Cela peut étonner a priori sachant que la mémoire nationale est nourrie, entre autres, par l’histoire officielle des décades précédentes. Or, si le culte mémoriel entretenu par Bourguiba et par Ben Ali a marginalisé les mémoires d’autres participants à l’histoire contemporaine, il ne les a pas fait disparaître. Depuis le 14 janvier 2011, des voix étouffées sont remontées à la surface nourrissant une nouvelle vague de déclarations de militants, de témoignages de familles, de réclamations de droits. Des émissions à la télévision et à la radio autour d’événements-clés (ex : assassinat de Ferhat Hached, conflit Bourguiba/Ben Youssef, complot de 1962 …) rappellent les évictions et permettent de rétablir une partie des faits oubliés. Dans le domaine de l’écrit, des articles ont paru dans la presse (dont certains signés par des historiens en titre) et quelques ouvrages (surtout des mémoires politiques) ont apporté des éclairages, en attendant que ces salves de révélations évoluent vers l’étude approfondie, soient recoupées avec d’autres données historiques. Il faut beaucoup de temps et un travail de corrélations croisées pour que les informations entrent dans les livres d’histoire puis se répercutent dans les manuels, afin de faire parvenir aux jeunes générations une version plus affinée de l’histoire récente du pays. Continuer la lecture

« Commémorer » la « Révolution Tunisienne », deux ans après, à l’Université

Affiche colloque Thawra(t), 17-19 janvier 2013, La Manouba

Affiche du colloque Thawra(t), 17-19 janvier 2013, La Manouba 

Comment des historiens peuvent-ils « commémorer » la Révolution Tunisienne ? En organisant un colloque comme d’habitude. C’est ainsi que la rencontre intitulée Thawra(t) : pour une approche comparée des révoltes et révolutions XIXème-XXIèmes siècles a été organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (Université de La Manouba) les 17, 18 et 19 janvier 2013. Le texte qui suit reprend l’introduction de la rencontre. Il pose la question de l’utilité, des précautions et des limites d’une réflexion à chaud sur une actualité en mouvement, dans une institution elle aussi en « transition ».

Le temps de la politique

Le temps, cet obscur objet de la discipline historique, a des ressorts complexes. Sur ces deux ans déjà, on le voit agir sur les conceptions, diviser les acteurs et accoucher de représentations adverses. C’est le temps de la politique en train de se faire, qui n’est pas le temps des historiens bien entendu.

Les historiens tunisiens, citoyens, spectateurs ou témoins de la « Révolution tunisienne » sentent que ce qui s’est passé en Tunisie entre décembre 2010 et janvier 2011 est un fait capital dans l’histoire du pays. La vie courante a intégré ath-thawra dans la datation ordinaire. Chacun situe désormais des événements privés ou publics « avant » ou « après » ath-thawra. Le mot est indéfini et sa polysémie (il désigne à la fois révolte et révolution) accroît son impact. L’unanimité sur l’intervalle 17 décembre/14 janvier qui sépare l’immolation de Bouazizi du départ de Ben Ali (créée entre autres par la création des commissions chargées d’enquêter sur les morts et les exactions) est déjà en question. Les détails sur l’enchaînement insurrectionnel s’accumulent mais la règle des compensations et droits encore trouble retarde l’établissement d’une liste (chiffres officiels et non définitifs :338 morts et 2274 blessés d’après le rapport de la Commission Bouderbala). Depuis qu’ on a proclamé le 14 janvier comme fête officielle de la Révolution et de la jeunesse (13 mars 2011), un débat réclame de remettre à l’honneur plutôt la date de l’étincelle (immolation de Bouazizi) que sa conséquence spectaculaire et politique (départ de Ben Ali). La question de l’intégration des morts du bassin minier de 2008 s’est ajoutée à ce débat sur la définition de la Révolution, de ses martyrs, de ses dates…

Continuer la lecture

Les archivistes et les sciences humaines, une histoire renouvelée ?

Le moment actuel, que l’on appelle aujourd’hui la société de l’information, oblige à réfléchir sur les ressorts profonds des logiques documentaires, des habitudes de recherche et des usages sociaux. Le développement considérable des technologies de l’information et de la communication contraint à penser la perception des archives, à situer le phénomène et le poids de la mémoire dans le temps, à envisager ensemble les aspects matérialistes et symboliques de l’archive, de ses variantes et de ses destinations.

Le présent ouvrage ( Les Archives, la Société et les Sciences Humaines), vise à répondre à une préoccupation commune aux archivistes, aux documentalistes et aux chercheurs en sciences humaines et sociales. Il est le produit d’un colloque organisé à l’initiative des Archives Nationales de Tunisie et du Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales sur le thème Les archives, la Société et les Sciences humaines. Les deux institutions, préoccupées par le statut conjoint des archives et de la recherche, se sont accordées sur l’opportunité d’engager un échange d’idées et d’expériences et sur l’utilité d’entendre plusieurs types de voix débattre d’une liaison consacrée et évolutive : la production des archives, le traitement de l’information et l’exploitation scientifique ainsi que de la place de cette chaîne circulaire dans la société.

La chaîne documentaire

Le spectre des sources et des vecteurs d’information s’élargit de jour en jour. Quelle que soit la provenance ou la composition des archives, qu’elles appartiennent à l’Etat ou viennent de fonds privés, qu’elles constituent des sources orales ou correspondent à des supports iconographiques, qu’il s’agisse de documentation audio-visuelle ou de données informatiques, que l’on parle de patrimoine matériel ou immatériel, on constate que les gestes nécessaires à la maîtrise des ressources documentaires se complexifient à mesure que les techniques se multiplient à tous les stades. La maitrise de cette complexité galopante est de plus en plus difficile, du point de vue des protocoles de la recherche, de sa validation, de sa crédibilité sociale. A un bout de la chaîne, on s’efforce de mettre en place des dispositions concrètes, on édicte des lois, on développe des enseignements, on crée des filières professionnelles. La recherche en sciences humaines et sociales s’enrichit mais elle doit également adapter ses questionnements au cheminement des données, elle est tenue d’emprunter des approches qui expliquent leur production, elle doit charrier une conscience de leur facture et composer avec leur fragilité.

Continuer la lecture

Fragments d’une histoire de l’université tunisienne

Après l’indépendance. Parcours et discours. Textes réunis par Michaël Béchir Ayari et Sami Bargaoui
Actes de la rencontre Culture et contexte au Maghreb. La génération intellectuelle des indépendances, Bizerte, 17 et 18 mars 2008, Tunis, Diraset/Arabesques, 2011, 281p.

L’ouvrage rassemble les actes d’une rencontre universitaire organisée par le laboratoire Diraset-Études Maghrébines en mars 2008, quarante ans après le mars 1968 tunisien qui a vu des troubles importants au sein de l’université tunisienne. L’argumentaire de la rencontre ouvert sur le Maghreb débouche sur un ouvrage recentré sur une histoire des années 1960 en Tunisie avec quelques éclairages comparatifs. Intitulé Après l’indépendance. Parcours et discours, le volume réunit sous la houlette du politologue Michaël Béchir Ayari et de l’historien Sami Bargaoui, des textes centrés sur les groupes politiques qui se partagent l’action dans l’espace estudiantin et au sein desquels le Groupe d’études et d’action socialiste en Tunisie (GEAST) a joué un rôle primordial. Articulé sur trois parties, l’ouvrage emprunte des approches différentes des discours et itinéraires de la jeunesse étudiante, révélateurs du contexte politique de la Tunisie indépendante.

La première partie regroupe cinq textes qui dessinent le portrait de groupe d’une génération dissidente des années 1960, les principales figures qui la représentent, les débats qui la structurent, les divisions qui la composent. La deuxième partie reproduit trois témoignages recueillis en 2005 qui sont autant de points de vue de protagonistes jetant un regard rétrospectif sur l’époque, ses contradictions et ses limites. Les quatre articles de la troisième partie élargissent la réflexion vers l’Égypte, le Maroc et l’Algérie.
L’ouvrage part d’un niveau de recherche sur la question encore faible. Sur le contexte et l’activité politique de cette époque, on dispose d’une documentation restreinte, éparpillée, peu connue. La fondation Temimi a organisé pendant des années des rencontres périodiques autour d’acteurs marquants ; les témoignages obtenus et publiés forment une matière première précieuse mais encore peu exploitée par les historiens. Les travaux universitaires sont rares, ils restent mal identifiés et peu diffusés. Dans le monde de l’édition, une vague, surtout post-bourguibienne, d’autobiographies, de souvenirs et de mémoires a ouvert la voie à des récits d’acteurs dont le nombre augmente avec le temps. Aussi ce travail historien arrive-t-il à point nommé en proposant de lire un contexte politique et intellectuel à travers le milieu estudiantin composé alors de trois tendances principales : destouriens, gauchistes et islamistes.

Continuer la lecture