Archives de catégorie : Archives

(Re)Voir « La Tunisie vote » de Hichem Ben Ammar, le jour des élections américaines

Il y a quelque chose d’apaisant à regarder un film sur des élections passées, le jour où se déroulent d’autres. Comme il y a à apprendre. Nous le savons en Tunisie depuis 2011 : les élections sont un moment important et d’avoir vécu celles de 2014 nous a enseigné que ce n’est jamais une simple répétition. Que nous apprendront les prochains rendez-vous électoraux en Tunisie ? Seront-ils pour les municipales ? Quand auront enfin lieu ces élections reportées : en 2017 ? en 2018 ? On n’en parle plus pour l’instant.

Un antidote Continuer la lecture

Les Archives nationales à l’épreuve de la transition tunisienne

La conférence prononcée par Hédi Jellab, directeur des Archives Nationales de Tunisie à l’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain le vendredi 30 mai 2014 sous le titre « Les Archives Nationales à l’épreuve de la transition tunisienne » a permis de questionner deux mots clés : « archives » et « transition ».  Les deux notions interpellent analystes, professionnels et usagers de l’information alors que les termes « information » et « documentation » sonnent comme des sentences magiques dans les sociétés contemporaines dites fondées sur l’économie du savoir. Dans la confrontation entre techniciens et utilisateurs, on peut saisir certaines manières de voir et de penser à partir et en fonction de ces mots-valises.

Historique et bilan des A.N.T.

Pour Hédi Jellab, historien de formation, deux « transitions » se croisent aujourd’hui, celle qui vise à changer de système politique, que l’on espère plus ouvert et plus démocratique et celle des archives mise au défi de répondre à la transition technologique en cours. Le conférencier a inscrit l’organisme qu’il dirige depuis 2011 dans une perspective historique en rappelant l’ancienneté du lien de l’institution archivistique avec la construction d’un Etat central depuis le XIXème siècle et la politique réformatrice du ministre Khayreddine. L’institution -créée sous le nom « Archives Nationales de Tunisie » par le décret du 2 août 1988- s’adosse à un héritage qui a servi la recherche historique jusqu’à ce que des responsables politiques tunisiens éprouvent le besoin puis se donnent les moyens de réglementer l’alimentation et l’accès à la documentation publique. Le mouvement est visible au milieu des années 1980 : le raccordement des fonds des A.N.T à l’organisation de l’administration tunisienne s’accompagne d’un développement de la formation des archivistes et des documentalistes à l’université, regroupée depuis 1981 à l’Institut Supérieur de Documentation (ISD) de la toute nouvelle université de La Manouba.  Aujourd’hui, 1400 archivistes formés par les filières de l’ISD (160 sont employés au Ministère de la Justice, 90 au Ministère de l’Intérieur) et 17 directeurs (dont 12 femmes) constituent le personnel spécialisé mis au service du programme destiné à acheminer la documentation « morte » vers les magasins d’archives conçus aux normes internationales, dans le grand bâtiment du boulevard du 9 avril inauguré en 1998. L’accès aux archives, fixé par la loi de 1988 et d’autres règlements, prévoit trois délais de communication : 30, 60 ou 100 ans. En plus de leur mission centralisatrice des archives publiques, les A.N.T fournissent une assistance technique (des outils de gestion, un manuel de procédure et des conseils pour qualifier les papiers) aux ministères, banques, entreprises et institutions, publiques et privées (ex : le Ministère des finances, la Banque Centrale de Tunisie, le tribunal de 1ère instance de Tunis) désireuses de trier et classer leur documentation. Un espace de stockage est disponible à condition de pourvoir les rayonnages nécessaires. Les A.N.T gèrent douze kilomètres linéaires de documents dont plus de deux kilomètres versés en 2012. L’institution a réceptionné les archives de fonctionnement de la Haute Instance pour la Réalisation des objectifs de la Révolution de la réforme politique et de la transition démocratique (15 mars 2011-23 octobre 2011), celles du Conseil économique et social, du Ministère de la communication, de la Commission d’enquête sur les dépassements entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011, les urnes des élections du 23 octobre 2011 remises par l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (pour l’Assemblée Nationale Constituante) ainsi que les inventaires du Conseil Constitutionnel (dissous le 23 mars 2011) et du fonds de la période Bourguiba, entreposé au Palais présidentiel de Carthage.

L’actualité et ses questions

La rapidité avec laquelle cette documentation historique a été versée est en soi un objet d’étonnement. En homme de terrain, Hédi Jellab pense que les A.N.T ont pu assurer cette fonction grâce à l’infrastructure, à l’expérience accumulée par les inspections régulières et au savoir-faire archivistique appliqué depuis longtemps. L’efficience gestionnaire n’empêche cependant pas de poser d’autres questions, notamment à propos des tris en amont et des critères de versement. On ignore les logiques internes des administrations qui confient leurs archives ainsi que les procédures qui construisent les séries et les documents sélectionnés. Par ailleurs, la « raison bureaucratique » ne suffit pas à garantir l’obéissance aux préceptes de classement et de publicité des archives. Or le phénomène est difficile à évaluer, tout comme celui des destructions volontaires dont on parle beaucoup depuis 2011.

Après le feu des événements « révolutionnaires » (300 postes de police incendiés, 4 tribunaux de 1ère instance, 14 tribunaux cantonaux, 74 recettes d’impôts, des municipalités et des comités de coordination du R.C.D ont été touchés), plusieurs décisions constituent des brèches face au monopole du secret des archives. L’article 40 de la loi organique sur la justice transitionnelle du 24 décembre 2013 prévoit même une clause exceptionnelle : « Pour accomplir ses missions, l’instance [Vérité et dignité] dispose des prérogatives suivantes : l’accès aux archives publiques et privées nonobstant toutes les interdictions prévues par la législation en vigueur… ». Cependant, le décret-loi du 26 mai 2011 sur le droit d’accès aux documents administratifs des organismes publics (dit marsoum 41, apparemment promulgué sous la pression de la Banque mondiale) fait actuellement débat, tout comme le suivi du travail des commissions créées pour établir les crimes et les exactions des semaines d’émeutes. Le besoin de recherche de la vérité qui a émergé à la surface des débats en 2011 serait-il en train de s’essouffler ?

Interpellé sur la révision des priorités ou des procédures en fonction des événements récents, Hédi Jellab a relativisé le poids des archives publiques. L’écriture de l’histoire passe par d’autres sources : les archives privées, celles des ONG -actuellement très actives- et celles qui se trouvent à l’extérieur des frontières tunisiennes. Sans oublier les archives du Web qui posent aujourd’hui un défi supplémentaire aux professionnels de la conservation et aux techniciens du papier et de la numérisation.

En comparaison avec l’Algérie -où les archives nationales organisées par une loi de 1988 sont « départementalisées »-, on peut dire que la tradition centralisatrice tunisienne (les ministères de la Défense et de l’Intérieur y échappent ainsi que les fonds de la Présidence de la république) confère une dimension patrimoniale à l’institution des Archives Nationales de Tunisie. Au Maroc, la législation est récente : créées par un dahir royal en 2007, les Archives du Maroc dotées d’un local, d’un personnel et d’un directeur général (Jamaâ Baïda, historien) en 2011, viennent d’entamer le long travail de collecte et de tri auprès des administrations.

Les archives revêtent plusieurs significations. Elles ballottent entre visions du passé et attente (démesurée ?) de vérité. Elles obéissent, selon le contexte, à des contraintes et des temporalités diverses. Une phrase de Hédi Jellab a suscité une réaction mitigée dans le public de la conférence : « la Révolution, c’est conjoncturel ! ». La perception du temps et des événements d’un historien doublé d’un responsable de l’archivage et de la conservation reflète l’une des consciences de ces temporalités.

Hammam-Lif, le 8 juin 2014 

Compte rendu paru dans At-tariq al jadid n° 379, Tunis, 5-11 juillet 2014, pp. 6&7

A paraître dans La Lettre de l‘IRMC n° 14, Tunis, juin-octobre 2014

Version arabe  du compte rendu : http://irmc.hypotheses.org/1562

Connaissance bien ordonnée commence par soi-même

CR de la journée d’étude organisée par le mouvement Perspectives El Amel Et-tounsi à l’Université de La Manouba.

Affiche  de la journée d'étude du mouvement Perspectives El Amel Et-tounsi, Université de La Manouba.

Affiche de la journée d’étude du mouvement Perspectives El Amel Et-tounsi, Université de La Manouba.

L’année 2013 marque un cinquantenaire qui a donné lieu à une activité abondante, un des multiples bruissements de l’espace public tunisien. L’Association Perspectives Amel-Ettounsi Mémoire et Horizons active depuis 2011 est inscrite au Journal Officiel Tunisien du 23 avril 2013. Sous la houlette de son deuxième bureau directeur[1], cette association a préparé une commémoration studieuse[2] : rassembler les archives éparpillées chez les militants pour les confier à des institutions publiques (Bibliothèque Nationale, Archives Nationales de Tunisie, Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), publier des travaux, susciter des rencontres en Tunisie et en France. L’entreprise s’avère utile à la communauté nationale et à la recherche. Exhumer la mémoire d’une organisation qui a attiré les premiers bacheliers de la Tunisie indépendante dans un moment de fermeture politique, aide à recadrer les phases suivantes de la dynamique historique. Cette frange générationnelle a laissé une empreinte dans la vie culturelle, syndicale et politique ultérieure du pays, aussi est-il bon de prêter attention à cette prise de parole longtemps muselée et harcelée.

Plusieurs manifestations ont jalonné cette année du cinquantenaire[3]. Le 8 janvier 2014, une journée d’étude organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine (Université de La Manouba) a creusé la relation du moment Perspectives avec l’histoire syndicale et estudiantine. Les voix qui se sont exprimées mélangent des points de vue et des faits, des analyses a posteriori et des émotions encore non jugulées, des chronologies qui se précisent et des souvenirs plus flottants. Un travail d’anamnèse est manifestement en cours enrichi, soutenu et consigné par des écrits qui sont appelés à compléter la littérature sporadique produite jusque-là. Un film de témoignages sur la torture, La mémoire noire, récemment réalisé par Hichem Ben Ammar a été projeté le 9 janvier à l’ISHTC. Cette expression multiple qui remonte progressivement à la surface souligne une prise de conscience devant la volatilité de l’action historique. Nourrie de la diversité des profils des militants mobilisés pour lutter contre la perte des traces d’un moment intellectuel et politique important, cette énergie collective est précieuse pour l’avenir. Continuer la lecture

Le cinéma en situation coloniale : l’approche par le public

 

Couverture de l'ouvrage Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale

Couverture de l’ouvrage Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale

A propos de l’ouvrage dirigé par Morgan Corriou, Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale, Tunis, CERES/IRMC, 2012, 320 p.

L’histoire du cinéma, et en Tunisie en particulier, s’intéresse communément au contenu des films et à leur production. Quittant ce sillon, Morgan Corriou prend le parti d’étudier le cinéma du point de vue de ses usagers. Auteur d’une thèse intitulée Un nouveau loisir en situation coloniale : le cinéma dans la Tunisie du protectorat (1896-1956) – en cours de publication-, elle organise en mars 2008 à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC)  deux journées d’étude sur le thème Cinéma et nouvelles pratiques sociales en situation coloniale. Elle tire de cette rencontre un ouvrage collectif : Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale dans lequel sont ajoutés d’autres textes. L’ensemble se compose de dix articles ventilés en trois parties : Implantation du cinéma et publics autonomes ; De la salle de cinéma à la sphère publique ; Appropriations locales de l’image animée.

L’histoire coloniale autrement

Cette perspective permet de replacer la Tunisie sous Protectorat français -terrain de recherche de Morgan Corriou- dans le cadre des pays colonisés- comme elle installe le médium cinéma dans la culture globale. La perspective comparatiste cible les cas de situations coloniales : les cas de l’Afrique française du Nord, de l’Afrique Occidentale française, des colonies britannique et russe sont traités dans un croisement heureux entre histoire politique et histoire culturelle.
L’industrie cinématographique traverse le monde à une vitesse telle que, même si les rythmes sont différents, les circuits et des moyens mettent les pays en situation de contemporanéité. Outre les cas des cinématographies indienne et égyptienne, le spectacle cinématographique est une entrée intéressante pour étudier les transformations culturelles que connaissent les sociétés colonisées. On observe des décalages selon les différences d’infrastructure : les cinémas égyptien et indien mettent du temps à avoir une popularité locale ; de même que l’on constate que le public dépend de plusieurs critères selon qu’il vient d’une capitale ou d’autres villes, qu’il représente la bourgeoisie lettrée ou les classes populaires. La guerre (avec la propagande) et les migrations d’ouvriers vers l’Europe font partie des vecteurs qui propagent la culture de l’image. Par la suite, apparaît l’économie du spectacle, une presse spécialisée émerge et les différents publics s’approprient cet art. La population européenne accélère certainement l’acclimatation du nouveau loisir, au point que l’Algérie urbaine compte 188 salles de cinéma en 1939 (contre 120 en 1921, avec une surreprésentation d’Oran et d’Alger) alors que la Tunisie en a 47 et le Maroc 56, à la veille de la Seconde Guerre mondiale (Omar Carlier). L’Afrique Occidentale française s’équipe dans les villes moyennes et les banlieues entre 1920 et 1940. (Odile Goerg). L’« indigénisation » particulièrement agile des pratiques cinématographiques n’est pas toujours en rapport avec la production des films, comme le montre le cas de l’Egypte, cadre précoce d’une production cinématographique qui percera à l’étranger et notamment au Maghreb entre 1934 et 1936. Continuer la lecture

Les archivistes et les sciences humaines, une histoire renouvelée ?

Le moment actuel, que l’on appelle aujourd’hui la société de l’information, oblige à réfléchir sur les ressorts profonds des logiques documentaires, des habitudes de recherche et des usages sociaux. Le développement considérable des technologies de l’information et de la communication contraint à penser la perception des archives, à situer le phénomène et le poids de la mémoire dans le temps, à envisager ensemble les aspects matérialistes et symboliques de l’archive, de ses variantes et de ses destinations.

Le présent ouvrage ( Les Archives, la Société et les Sciences Humaines), vise à répondre à une préoccupation commune aux archivistes, aux documentalistes et aux chercheurs en sciences humaines et sociales. Il est le produit d’un colloque organisé à l’initiative des Archives Nationales de Tunisie et du Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales sur le thème Les archives, la Société et les Sciences humaines. Les deux institutions, préoccupées par le statut conjoint des archives et de la recherche, se sont accordées sur l’opportunité d’engager un échange d’idées et d’expériences et sur l’utilité d’entendre plusieurs types de voix débattre d’une liaison consacrée et évolutive : la production des archives, le traitement de l’information et l’exploitation scientifique ainsi que de la place de cette chaîne circulaire dans la société.

La chaîne documentaire

Le spectre des sources et des vecteurs d’information s’élargit de jour en jour. Quelle que soit la provenance ou la composition des archives, qu’elles appartiennent à l’Etat ou viennent de fonds privés, qu’elles constituent des sources orales ou correspondent à des supports iconographiques, qu’il s’agisse de documentation audio-visuelle ou de données informatiques, que l’on parle de patrimoine matériel ou immatériel, on constate que les gestes nécessaires à la maîtrise des ressources documentaires se complexifient à mesure que les techniques se multiplient à tous les stades. La maitrise de cette complexité galopante est de plus en plus difficile, du point de vue des protocoles de la recherche, de sa validation, de sa crédibilité sociale. A un bout de la chaîne, on s’efforce de mettre en place des dispositions concrètes, on édicte des lois, on développe des enseignements, on crée des filières professionnelles. La recherche en sciences humaines et sociales s’enrichit mais elle doit également adapter ses questionnements au cheminement des données, elle est tenue d’emprunter des approches qui expliquent leur production, elle doit charrier une conscience de leur facture et composer avec leur fragilité.

Continuer la lecture

L’université tunisienne se penche sur l’histoire des mouvements étudiants

Deux rencontres ont successivement commémoré les événements de l’université tunisienne de février 1972. La première, organisée conjointement par l’Association pour la Fondation Ahmed Othmani (AFAO) et les Archives nationales de Tunisie (ANT) a eu lieu les 6 et 7 février 2012 à la salle de conférences d’une institution d’archives qui abrite une cellule de recherche depuis 2008. La seconde a été organisée par l’Institut supérieur d’histoire du Mouvement national (ISHMN), le 14 février 2012 à son siège, sur le campus universitaire de La Manouba. Alors que l’on se serait attendu à des répétitions, des chevauchements et des épanchements infinis, ces deux rencontres ont rassemblé un public nombreux et varié, où les témoins et acteurs de l’époque représentaient une part significative. Face aux historiens et avec une présence de jeunes non négligeable, ils ont joué le jeu du retour sur leur mémoire avec une retenue et une lucidité qui ont donné à ces rencontres une tonalité particulière entre souci du passé et besoin de le comprendre. Le regard attisé par leur vécu et l’observation de l’actualité politique, les participants ont évoqué leurs expériences en maîtrisant leur nostalgie, ce qui a permis d’ouvrir des pistes de réflexion, pour les acteurs autant que pour les historiens, en attendant d’inspirer des enquêtes et des travaux de recherche.

La question de l’archive

"Le congrès extraordinaire de l'UGET, quarante ans après"

La première manifestation intitulée Le congrès extraordinaire de l’UGET de février 1972, quarante ans après a permis de poser de façon très nette la question des archives nécessaires à une histoire proche mais que l’on peut envisager d’écrire aujourd’hui. Ces archives sont éparpillées entre des acteurs qui ont sauvé les papiers de leurs organisations face à la répression qui s’est abattue sur le mouvement étudiant en étouffant les voies de la vie syndicale et politique que cette jeunesse voulait construire sous le régime bourguibien. Selon que ces acteurs se trouvent en Tunisie ou en France, les fonds restent à identifier et à livrer à un premier travail de consignation afin d’enrichir les futurs travaux d’histoire. Cette question de l’archive, à l’origine de la proposition de l’AFAO aux Archives nationales de Tunisie et argument principal de la rencontre des 6 et 7 février, a été reprise par les témoins et revendiquée par les historiens comme une condition sine qua non pour faire avancer la connaissance historique des mouvements estudiantins qui ont jalonné l’histoire contemporaine de la Tunisie.

Une mémoire orale circule certes à propos des événements de 1972 au sein des générations qui les ont vécus, dans les familles touchées par la répression, parmi les camarades et les amis de l’époque. Par ailleurs et sur le plan de l’écrit, des autobiographies et des souvenirs ont commencé à paraître. L’apparition d’une littérature carcérale renseigne sur les conditions de détention des étudiants arrêtés, sur les rapports entre prisonniers et avec les geôliers, sur les relations avec le monde extérieur, avec les aînés ou les successeurs des mouvements contestataires. Mais les documents de la gestation politique (tracts, pv de réunions, motions, pétitions, affiches….) ou ceux qui sont produits dans le cadre de son suivi par les autorités, de sa surveillance et de sa répression sont également utiles pour enrichir la mémoire collective par une lecture historienne des logiques des acteurs, de leurs forces respectives, des moyens utilisés et des conséquences des événements. L’évolution des archives vers de nouveaux supports (image, audio-visuel et internet) interpelle témoins, archivistes, historiens et la société sur l’écriture de l’histoire, notamment estudiantine, en train de se faire.

"Le mouvement étudiant tunisien 1972, origines, faits et conséquences"

La manifestation de l’ISHMN du 14 février 2012 (Le mouvement étudiant tunisien 1972, origines, faits et conséquences/ Al haraka at-tulabiyya at-tunisiyya, 1972, judhuruha, waqa’iuha wa in’ikasatuha) a souligné la nécessité de croiser l’approche par les témoignages avec des investigations archivistiques classiques, documents à l’appui. L’ISHMN se propose de prolonger cette rencontre par une série de tables rondes mettant en connivence témoins et historiens pour questionner ce passé en l’inscrivant dans le contexte politique et l’environnement social, économique et culturel qui l’explique. Car, en marquant le cours de l’université, le mouvement estudiantin a également pesé sur l’histoire politique du pays, et plus encore. On gagnerait à analyser le moment 1972, considéré comme un tournant, dans ses dimensions historiques afin d’évaluer sa portée dans l’histoire de l’université et comme mode de confrontation avec le pouvoir politique. Le patient travail de collecte de la mémoire entamé par la Fondation Temimi pour la recherche scientifique et l’information (FTERSI) est une entreprise pionnière qui pose les premières balises de ces épisodes. Beaucoup de témoignages ont été sauvegardés et publiés par la FTERSI. Le projet de l’ISHMN est de poursuivre cette orientation en donnant davantage de place, en amont, à la prospection de l’archive écrite – dans les fonds publics ou chez des personnes privées, en Tunisie et à l’étranger- et, en aval, aux inévitables questions de méthode sans lesquelles ce travail scientifique ne peut perdurer.

Questions de méthode

Il serait trop long de répertorier les innombrables remarques qui ont jalonné les deux rencontres et mettant l’historien devant la responsabilité de restituer les conditions dans lesquelles se sont déroulés des faits encore insuffisamment connus mais dont on sait qu’ils ont brisé des vies, changé des trajectoires personnelles et probablement aussi modifié des destins collectifs. Retenons au moins les pistes qui suggèrent d’aller vers une histoire des conditions matérielles et économiques de la vie étudiante et les mises en garde contre le danger de sur-représenter des appartenances partisanes. Ces journées d’études ont surtout donné la parole à des militants et des acteurs de gauche -au demeurant une catégorie qui reste à interroger- mais les prochaines rencontres doivent s’efforcer d’équilibrer les points de vue des différents bords politiques et idéologiques en situation et la façon dont les revendications d’autonomie et de représentativité à l’université ont été l’expression locale de courants contestataires en Tunisie et dans le monde.

Un fil a couru tout au long des échanges, celui de l’horizon social qui sous-tend le mouvement estudiantin de 1972 et son rattachement aux transformations profondes de la société tunisienne. On note la participation des femmes à la mouvance, les prolongements de l’action dans les lycées et la solidarité des enseignants à la cause. Si on prend en compte la longue durée, on peut mettre en perspective les différents moments qui ponctuent l’histoire de la jeunesse révoltée en Tunisie en fonction de la démographie, de l’histoire de l’éducation et du contexte général. Ainsi, les divers mouvements des étudiants zaytounien-s contre le pouvoir colonial et revendiquant des conditions d’étude et de recrutement décentes, l’Union générale des étudiants de Tunisie (UGET) qui a vu le jour en 1952 à Paris puis s’est transplantée en Tunisie, l’Association des étudiants musulmans nord africains (AEMNA) née elle aussi à Paris en 1927 puis ramifiée entre les trois capitales maghrébines, éclairent le bicéphalisme de la lutte étudiante des années 1960/1970 (entre Tunis et Paris principalement), un moment qui illustre peut-être l’apothéose de la puissance de l’université comme ascenseur social et comme lieu privilégié où se fabrique l’élite contemporaine.

Du point de vue des corpus d’archives et des instruments de recherche, il est possible de faire aujourd’hui l’histoire de l’université, de son fonctionnement, de ses rouages et de ses choix. Hédi Jellab, directeur des Archives nationales a fait part des dépôts qui peuvent servir à étudier l’évolution de l’université nationale (née en mars 1960) comme les institutions qui l’ont précédée au cours de la période du Protectorat (Zaytouna, écoles supérieures, Institut des hautes études de Tunis…). Sur le syndicalisme étudiant proprement dit, des historiens se sont penchés sur cette histoire (ci-dessous encadré bibliographique). Beaucoup reste à faire cependant pour que l’université soit replacée dans l’histoire culturelle, sociale et politique générale, afin de suivre l’évolution institutionnelle du savoir en Tunisie, les formes qu’il a revêtues, les organes d’expression (journaux, bulletins, revues) ainsi que les crises et les réformes qui l’ont façonné.
Le syndicalisme du monde étudiant étant lié à celui des enseignants, le mérite de ces deux moments de réflexion et de débat entre acteurs du mouvement estudiantin de 1972 et historiens est d’avoir célébré utilement un anniversaire, en ouvrant le dossier d’une histoire de l’UGET qui peut apporter beaucoup à l’histoire de l’université et à l’histoire tout court.

Tunis, le 15 février 2012
Publié dans Akademia n° 3, mars 2012, mensuel de la vie universitaire publié par l’Université de La Manouba, pp. 14&15.

Pour en savoir plus

  • Mokhtar Ayachi, « À la croisée des chemins : l’UGTT et les choix cultuels de l’Etat national », Abdejellil Temimi (dir), Bourguiba et l’établissement de l’Etat national : approches scientifiques du bourguibisme, Actes 1er Congrès 1999, FTERSI, 2000.
  • Mokhtar Ayachi, Une histoire d’une école de cadres : l’Union Générale des Etudiants de Tunisie au cours des années 50/60, Université de La Manouba / ISHMN, 2003, 184p.
  • Tahar Chagrouch, Le mouvement étudiant tunisien (1961-1981), genèse d’une intelligentsia, Mémoire de maîtrise sous la direction de Claude Liauzu, Université de Paris 7, 1982, 60 pages.
  • Moncef Chenoufi, « Le rôle des mouvements d’étudiants tunisiens de 1900 à 1975 », In Le rôle des mouvements d’étudiants africains dans l’évolution politique et sociale de l’Afrique, Paris, Editions l’UNESCO/ L’Harmattan, 1993, pp. 147-164.
  • Mohamed Dhifallah, Al haraka at-tulabiiya at-tunisiyya (1927-1939), Zaghouan, FTERSI, 1999, 378p.
  • Mohamed Dhifallah, Amphi et chaire : Études sur les étudiants tunisiens des années cinquante aux années soixante-dix (préf. Hassine Raouf Hamza), Sfax, éd. Librairie Aladin, 2003 (en arabe).
  • Mohamed Dhifallah, « Participation et exclusion : Étudiants tunisiens et réformes de l’enseignement et de l’université (1958-1986) », Institution universitaire et mouvements étudiants : entre intégration et rupture ? , Actes du 9ème colloque du GERME co-organisé avec le CHEVS.
  • Ali Zidi, L’historique de l’expérience éducationnelle de la section moderne de l’université de la Zaytouna 1951-1965, Tunis, 1986, thèse en langue arabe, 164p.

Une transition par et pour les archives en Tunisie ?

Je voudrais relever trois aspects qui m’ont interpellée en tant qu’historienne et en tant que citoyenne au cours d’une rencontre qui s’est tenue hier mercredi 22 juin 2011 à Tunis sous le titre La construction d’une mémoire en Tunisie : le rôle des archives.

1/L’objectif de cette rencontre étant de contribuer à une action pour parvenir aux archives en vue d’accompagner le processus de transition démocratique, ce qui a attiré mon attention est le fait de reconnaître aux archivistes une place active dans cette phase transitoire alors qu’on est habitués à les traiter au mieux comme les experts d’une science du passé (ce qu’ils sont), une catégorie professionnelle aujourd’hui hautement technicisée et académique mais liée à une imagerie de la vie administrative et politique désuète. J’ai ainsi noté la participation de trois responsables des Archives Nationales de Tunisie et leur réponse aux questions que rencontrent actuellement les membres des deux commissions nommées en janvier 2011 (Commission nationale d’investigation sur les violations et les abus, Commission nationale d’établissement des faits sur les affaires de corruption et de malversation) et qui dénotent de la conception et de la pratique envers les archives.
Une législation des archives existe en Tunisie concentrée essentiellement autour de la loi du 2 août 1988 relative aux archives, qui a, par la même occasion, créé Les Archives Nationales de Tunisie. Cette législation qui fonctionne dans le cadre des Archives  Nationales de Tunisie, est à la fois ouverte sur les archives courantes et semi-courantes (et donc sur l’archivage administratif) et sur la recherche (puisqu’elle englobe l’ancienne direction des Archives Générales du Gouvernement tunisien) que les historiens connaissent bien depuis longtemps.

Les ANT bénéficient également depuis quelques années d’une meilleure formation d’archivistes et de documentalistes (l’Institut Supérieur de Documentation existe depuis 1981, il forme depuis 1988 à une maîtrise d’archivistique et a créé depuis 1997 deux DESS de mangement de bibliothèques et d’archives). Aussi la recherche, comme la conservation et le classement de la documentation administrative sont des opérations aujourd’hui soumises à des normes respectables et internationales (l’influence française est largement visible dans les textes et les pratiques).

2/Mais où les choses sont-elles obscures, bloquées aujourd’hui et notamment face aux demandes des commissions ? Une chambre noire semble se loger entre l’administration productrice des archives et celle qui est chargée de les conserver et de les communiquer au public des citoyens, des administrateurs ou des chercheurs. Les marges de manœuvres sont immenses et le travail de transition pour les archives une nécessité brûlante pour les commissions mais pas seulement. Ceci pour les archives de l’Etat pour lesquelles il faut bien se poser la question épineuse des archives de la police, de la défense (les questions de sécurité sont primordiales) mais également celles de l’économie, des syndicats, des banques, des accords internationaux ? Autant de domaines que l’on sait bien gardés et qui nécessitent qu’on se prépare à les percer.

Quelques mesures officielles sont en train de poindre. Un arrêté présidentiel daté du 26 mai 2011 (publié in JOT 31 mai 2011, n° 39, pp. 792-794), soumis à l’Instance nationale de réforme de l’information et de la communication (Le texte de loi de 1988 est évoqué dans les attendus) vient rappeler la nécessité de communiquer les archives, les données et toutes sortes d’éléments d’information sur la marche de l’administration. A l’ordre du jour également en ces temps de remise en cause de la fiabilité des chiffres et actions officielles : le recensement de la population est avancé à 2012…

3/Par ailleurs qu’en est-il des archives privées (chapitre 2, titre I de la loi 1988) que Simone Othmani, présidente de l’Association pour la fondation Ahmed Othmani crée en février 2008, a évoquées ? On sait qu’elles sont importantes en Tunisie, jalousement gardées, parfois vendues mais jamais offertes à l’enquête journalistique ou scientifique.
Autre question que l’on peut poser aujourd’hui dans le feu de cette transition : où sont les archives de la société civile ? Comment peut-on les récolter ?