Archives de catégorie : Médias

Leïla, Tunis, 1936-1941 : revue féminine ou féministe ?

Compte rendu de l’ouvrage Leïla, revue illustrée de la femme 1936-1941, Tunis, Editions Nirvana, 2007, 210 p.

Fondée par Ahmed Zarrouk, Leïla est une revue de langue française de la première heure, ouverte à la littérature, à l’art, illustrée par des dessins et croquis de jeunes artistes de l’époque. La monographie historique qui lui est consacrée est une édition de luxe composée d’articles reproduits, d’extraits de textes ou poèmes, de fac similé divers : dessins, croquis, encadrés publicitaires, couvertures … Un extrait d’article paru en juillet 1938 (Robert Montagne[1]), cinq contributions écrites spécialement pour cet ouvrage (Nadia Mamlouk, Abdelaziz Kacem, Jelila Behi, Naceur Ben Cheikh) et la préface de Dalenda Larguèche donnent une image de la richesse et de la variété du contenu de cette revue pionnière.

Contours

Les articles choisis dans ce florilège soulignent le caractère avant-gardiste de cette revue dont les équivalents à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale sont encore rares dans le monde arabe (Minerva parue à Beyrouth entre 1923 et 1927, L‘Egyptienne fondée par Houda Cha’raoui en 1924 peuvent être considérées comme devancières ) et dans le reste du Maghreb. Des analyses pointues sur la part de la littérature dans la revue (Abdelaziz Kacem) ou le rôle des artistes (Naceur Ben Cheikh) montrent l’originalité de la publication. Les planches intercalaires qui reproduisent des passages de la revue articulent l’ouvrage autour de son plan, en mettant en valeur les extraits de textes et les types  d’illustrations qui jalonnent la revue. Cette mise en scène éditoriale donne du produit une idée vivante.

Leïla est, comme l’indique son sous-titre, « une revue mensuelle illustrée pour l’évolution et l’émancipation de la femme musulmane nord-africaine » qui a paru en quarante (40)  livraisons réparties inégalement sur quatre ans et demi et  trois séries[2] : elle démarre en décembre 1936, paraît sur quatre (4) numéros en 1937, cinq (5) numéros en 1938, six (6) numéros en 1939, huit (8) numéros en 1940, et s’achève sur une salve de seize (16) numéros répartis sur le seul premier semestre de l’année 1941. L’élan de cette entreprise éditoriale dynamique est coupé en juillet 1941 ; cette interruption insoupçonnée s’explique certainement par le contexte de la guerre. Les conditions politiques, la volonté des animateurs, la censure, ou la pénurie de papier observée dans l’ensemble du monde de l’édition et de la presse à cette époque sont des causes dont il faudrait déterminer le poids . La thèse de Nadia Mamlouk -soutenue fin 2007 à l’Université de Virginie et dont on souhaite la publication et la traduction en français-  pourrait nous éclairer davantage sur les incidences de l’environnement politique et économique général sur cette revue.

Auteurs

Des présentations et de l’index des auteurs, produit à la fin de l’ouvrage (pp. 204-207), on apprend des choses surprenantes sur cette revue qui a duré presque cinq ans constituant pour les milieux cultivés du Tunis de l’époque une expérience originale.  A commencer par le nombre et la qualité des auteurs qui y ont participé. On note que sur les 112 signatures, 85 auteurs sont tunisiens et 27 sont français ou européens : proportion étonnante pour un organe en langue française, indice de la diffusion de la langue française comme moyen d’expression à part entière au sein de l’élite intellectuelle.

Parmi les signatures les plus fréquentes, « Leïla » vise 33 éditoriaux en plus d’une vingtaine d’articles groupés dans la série « Leïla vous parle » dont on se demande si c’est le pseudonyme  de Ahmed Zarrouk et/ou de son coéquipier Guy-Louis Lemonnier (qui signe 31 textes au total). Le recensement nous apprend également que sur les 27 auteurs femmes de Leïla, 25 sont tunisiennes, 1 turque et 1 libanaise -si l’on en croit les noms- et 8 sont françaises. Faut-il croire que les prénoms féminins comme Zeïneb, Zakia Zaouche, Jamila, etc. (18 au total, plus nombreux que les prénoms masculins) cachent des femmes ?

Présence de l’image

Parmi les auteurs réguliers de la revue et à côté d’intellectuels dont des nationalistes notoires (Mahmoud Zarrouk, 23 articles, Rafik M. 21 articles, Tahar Sfar 16 articles), les artistes tiennent une place particulière par le texte et par l’image : Aly Ben Salem fournit 7 dessins dont 1 de couverture et 4 articles, Guy Lemonnier : 3 dessins, 11 articles, 8 poèmes. Les peintres Hatem El Mekki, Jalel Ben Abdallah et d’autres contribuent à la présence de tableaux, illustrations, dessins qui donnent à cette revue un « look » tout à fait moderne pour l’époque. L’image est également présente à travers la publicité, autre signe de « modernité » de Leïla. Nadia Mamlouk recense consciencieusement dans sa thèse les maisons et entreprises qui ont  fait publier des encarts ou des pages spéciales : ce qui fournit à l’historien un matériel inédit et des pistes nouvelles. Cette ouverture sur les commerces et services qui exercent la publicité renseignent sur les transformations de la vie économique dans la Tunisie de l’époque : on rencontre des annonces sur des restaurants, des cafés, des hôtels, des chausseurs, des entreprises du bâtiment, des esthéticiennes, des coiffeurs, hammams, des bijoutiers, marchands de tissus,  des magasins de vente  et réparation de disques, phonos et radio … et même une publicité en arabe sur le hajj (page 147, entière avec une photo de bateau signée Climora). Ainsi tous ces encarts, offrent-ils une fenêtre illustrée des boutiques, des usines et des maisons qui adhèrent à cette nouvelle pratique de la communication publicitaire, et empruntent le canal des périodiques pour atteindre les lecteurs/consommateurs potentiels. Cette fonction médiatrice des journaux et revues commence en Tunisie dans les années 1930 et Leïla s’affirme comme pionnière sur ce terrain.

Thèmes

A considérer les thèmes majeurs abordés tout au long des cinq années de vie de Leïla, celui de la femme, qui pointe dans le reste de la littérature périodique se décline sous les mêmes variantes : l’émancipation, le mariage mixte, souvent sur un mode moralisateur ou pour rappeler le rôle de la femme dans l’édification d’une nation tunisienne saine et dynamique. Le voile, qui totalise 8 articles sur l’ensemble du corpus apparaît dans Leïla comme un débat clé autour duquel se cristallisent des positions contradictoires[3]. De multiples interférences sont à noter entre cette revue de langue française et la vie culturelle ambiante : écho aux conférences[4], à la production littéraire[5] ; la publication de poèmes, la présence de la peinture, les différents témoignages de la vie artistique, le sport présent à travers quelques articles[6] taillent à cette revue d’élite une image avant-gardiste qui ne l’a pas préservée d’un sort remarquable mais éphémère.

Exhumer cette revue qui a marqué les générations cultivées de la Tunisie coloniale présente un intérêt considérable eu égard à ses caractéristiques propres et à l’influence dont elle aura pu nourrir des titres plus tardifs dans la littérature périodique tunisienne (Faïza, 1959 ; Nissa, 1989….). La facture élégante de l’ouvrage fait écho à l’intention qui a dû animer les responsables de Leïla : éditer une belle revue avec l’aide de la publicité alors naissante ; ce qui ne l’a pas empêchée d’être un produit de luxe (le prix était de 5 francs !) pour un public de quelques centaines de lecteurs francophones, en majorité des hommes, très probablement. Des questions restent posées : Leila était-elle une revue féministe ou féminine ? Quels liens permet-elle de faire entre l’évolution des idées et la place du féminisme dans la culture politique en Tunisie ? La revue Leïla comme les suivantes constituent des repères dont il faut creuser les conditions et les impacts sur l’histoire intellectuelle et politique de la Tunisie contemporaine.

[1] Extraits d’un texte paru dans Entretiens avec les pays de civilisation arabe publié par le Centre d’Etudes Politiques de la Sorbonne, juillet 1938 .

[2] D’après la listes des  tables des matières reconstituées en fin de volume  par Nadia Mamlouk, pp 197-203.

[3] Ilhem Marzouki, « Le voile des colonisées : Tunis 1924-1936 », Ibla n° 161, 1988, pp.        59-89.

[4] Parmi les exemples, la conférence d’André Demeerseman à l’Alliance Française qui donne lieu à un texte « La coopération franco-tunisienne », publié dans Ibla,1941.

[5] Voir la réplique à une nouvelle satirique  de Mahmoud Beyram Tounsi parue dans Ach-chabab du 10 décembre 1936.

[6] Ali Ben Mahmoud, sur l’équitation et la natation en 1941.

Compte rendu paru dans la revue Rawafid, n° 12, 2007, La Manouba, Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, pp. 296-299. 

Trois revues culturelles post-2011 : « Akademia », « Al Fikriyya » et « Nachaz »

Comment prendre le pouls du paysage éditorial de la Tunisie depuis 2011 ? Sur le plan quantitatif, la production locale d’ouvrages, en arabe et en français a augmenté. Elle a fouetté les tirages, garni les librairies, activé séances de signature et de présentation. La profusion du commerce libraire fait l’objet de davantage de billets journalistiques, agrémente des émissions de radio et télévision plus hospitalières. Ces changements positifs se heurtent cependant aux tares de la distribution, aux problèmes de la lecture et aux carences de la parole critique, phénomènes anciens, plus lents à modifier que la production, les tirages, la communication ou la réclame médiatiques.

Périodicités

L’édition tunisienne rappelle le fonctionnement poussif d’autres secteurs de la culture : l’atomisation des énergies et des supports, le manque de lieux de vie et de rencontre, la faiblesse des synergies collectives. A l’instar du cinéma ou du théâtre qui manquent de salles, d’espaces de débats, de tradition de lecture et de suivi critiques, l’édition est prisonnière de règles et pratiques qui font sentir le poids d’années de manque de liberté d’expression, d’entraves bureaucratiques et d’une atonie économique servie par une législation fossile et une technicité endormie.

Cela n’empêche pas les choses de bouger, et pas seulement parce que l’édition électronique est entrée en scène. Ce tournant technologique est en train de bousculer l’esprit, les agents et les règles de la chaîne éditoriale. Au-delà des auteurs, des imprimeurs, des éditeurs et des libraires dont la production est boostée depuis 2011, on peut lire la marche du secteur éditorial tunisien à travers les magazines et les revues, sur papier ou sur le web. La Tunisie est familière de différents genres périodiques depuis l’avènement de l’imprimé au milieu du XIXème siècle. Le journal (quotidien, hebdomadaire ou bi -hebdomadaire), de loin le plus répandu, voisine avec les publications à périodicité lente, les brochures, magazines et revues, à durée plus ou moins régulière et éphémère. Ces formules collégiales, situées entre journaux et ouvrages, servent à expérimenter des idées et à dégager sur la durée des communautés d’opinions. On peut y prendre le temps de vulgariser des théories, de décortiquer des œuvres, de faire dialoguer auteurs et lecteurs, d’illustrer les idées par des poèmes ou images … Beaucoup de signatures passent par le magazine et/ou la revue dont la périodicité, permet d’accueillir des auteurs choisis par l’équipe de rédaction et induit un suivi de la forme comme du contenu des textes qui valorise des talents, déterre des inconnus, relie voix et modes d’expression. Magazine et revue impliquent un registre de lecture différent du journal, en principe attaché aux faits. On dit communément que le lecteur du journal cherche à s’informer alors que celui du magazine ou de la revue a besoin de comprendre, de creuser un point de vue, d’aiguiser un biais, à l’ombre de l’actualité et des questions de fond qu’elle suscite.

Rayon magazines et revues, des nouveaux sont arrivés depuis 2011 dans le champ éditorial tunisien. Akademia, Al Fikriyya et Nachaz sont trois véhicules qui stimulent la circulation au sein de la communauté intellectuelle. Les trois publications agrègent des efforts en vue de concevoir des supports d’écriture périodique selon un tempo qui déplie des analyses, croise des commentaires et connecte des débats. Elles éditent des plumes en arabe et en français, universitaires mais pas seulement et font appel à des signatures extra-nationales. Leurs rubriques et dossiers traitent de philosophie, d’histoire, de littérature, de sociologie, de psychologie, de droit, d’art, entrées nécessaires pour lire le présent de façon pluraliste et ouvrir les multiples facettes de sa complexité à la communication entre des interprétations divergentes.

Deux magazines papier, une revue électronique

Les deux premiers titres paraissent sur papier, le troisième est un site électronique.

Le premier numéro d’Akademia, mensuel de l’Université de La Manouba a paru en janvier 2012. Ancré dans l’actualité universitaire, ce magazine illustré traite des problèmes concrets des étudiants, des enseignants et des chercheurs ; il interpelle l’administration, les responsables politiques et les citoyens sur les activités, les difficultés de l‘institution, les questions qui touchent à son utilité, sa marche et son environnement. Trente-trois numéros ont été publiés à ce jour (rédacteurs en chef : Moez Ben Messaoud pour la partie française ; Chokri Mabkhout, partie arabe) dont trois livraisons thématiques Hors série, publiées en arabe au cours des étés 2012, 2013 et 2014. Les sommaires de ces numéros spéciaux (coordonnés par Faouzi Mahfoudh) constituent des dossiers récapitulatifs sur l’histoire de l’enseignement en Tunisie, le mouvement estudiantin, les références et les auteurs de la pensée politique tunisienne depuis le XIXème siècle.

Afin que ce capital joue pleinement un rôle interactif -entre l’université de La Manouba et d’autres espaces, en Tunisie et à l’étranger- on souhaite à Akademia de se doubler d’une version électronique.

Al Fikriyya, sous-titré « mensuel indépendant de pensée éclairée » est en réalité à périodicité bi-mensuelle, depuis le 1er numéro paru en juin 2011. L’ours de la revue décline une longue liste d’intellectuels, conseillers et universitaires de Sousse, de Sfax et d’ailleurs (rédacteur en chef : Naji Marzouk, 72, Rue de Kairouan 3000 Sfax), agrégeant un pôle d’expression autour des questions culturelles et politiques qui se posent aujourd’hui. La majorité des auteurs s’expriment en arabe mais une place régulière est faite aux textes en langue française. 16 livraisons ont paru jusque là, la 17ème est en cours et un appel à contribution a été lancé pour le numéro 18 (novembre-décembre 2014) autour du thème « Sfax, d’une capitale économique à une capitale culturelle ».

Là aussi, il est dommage que cet effort soit privé d’une plate-forme électronique qui augmenterait la visibilité et l’interactivité autour de cette publication.

Nachaz (Dissonances), est une revue d’idées numérique née début 2012 (http://www.nachaz.org/index.php/fr/) autour d’un groupe d’amis et intellectuels ayant animé d’autres revues (comme Cinécrits, une expérience trop brève) ou des blogs individuels. Le passage à cette formule collective et électronique est un appel d’air et un élan prometteur et alléchant pour une vie intellectuelle plus fluide. Le site permet de voyager entre spécialités, langues et domaines d’intérêt. Une place particulière est réservée à la traduction et à mettre en exergue les possibilités offertes par le bilinguisme arabe/français qui caractérise une partie de la production intellectuelle. Beaucoup d’auteurs sont des traducteurs (Fethi Bel Haj Yahya, Hajer Bouden, Hichem Abdessmad….) et l’arborescence des liens proposés à la curiosité des lecteurs incite à une diffusion plus horizontale d’écrits, essais et vidéos de débats et conférences.

Après un démarrage en trombe, on note un certain essoufflement. Pourvu que l’impression soit fausse !

Découvrir ces magazines est bon pour se défendre contre la lassitude « post -révolutionnaire » qui habite la production écrite et médiatique. Les lire permet de se rendre compte des résultats d’une énergie patiente et d’une activité constructive tout au long de ces années agitées. Ces publications donnent en outre à croire à la nécessité politique de doter la scène culturelle de davantage de projets intellectuels collectifs, expériences aussi vitales pour l’avènement de la démocratie que les batailles électorales en cours.

Une naissance récente à saluer au passage : le magazine web Inkyfada (https://inkyfada.com/) dont la qualité des enquêtes offre une bonne raison d’espérer dans les progrès du journalisme et l’appel à une information plus exigeante et plus moderne.

Hammam-Lif, le 15 septembre 2014

Publié dans le magazine REALITES, n° 1499, Tunis, 18-24 septembre 2014, PP. 52-53.

 

 

L’historien, la mémoire et les médias

Affiche de la journée d'études "L’historien, la mémoire et les médias", 6 mars 2013, ISHMN

Affiche de la journée d’études « L’historien, la mémoire et les médias », 6 mars 2013, ISHMN

Consacrée aux relations entre l’historien, la mémoire et les médias, la journée d’étude organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National le 6 mars 2013 s’inscrit dans un cycle de réflexion entamé en décembre 2011 pour examiner l’état de santé du métier de chercheur en Tunisie. Les premières réunions du groupe ont commencé par faire le tour des questions à aborder pour planifier les étapes d’une réflexion qui espère contribuer au besoin de revivifier l’université tunisienne, après le 14 janvier 2011.

Après les débats préparatoires de l’année 2011/2012, le programme 2012/2013 a ouvert l’échange des chercheurs en direction des universitaires de tous bords, auteurs et utilisateurs du savoir historique. La  journée du 23 novembre 2012 a croisé les points de vue du syndicat, de l’administration et de disciplines scientifiques autres que l’histoire autour de l’exercice du métier de chercheur. L’atelier du 6 mars 2013 a recentré l’échange autour de la discipline historique à travers divers profils qui s’y intéressent. La connaissance du passé est une passion commune et partagée ; si le grand public ne définit pas avec précision la recherche scientifique dans cette science humaine et sociale, l’histoire est très présente dans la production culturelle en général. Quatre enseignants-chercheurs et un dramaturge dotés d’une expérience avec la communication et avec l’histoire ont apporté leur point de vue sur la place de l’information historique dans leur travail et ont évoqué la nature de la relation qui existe, à leurs yeux, entre l’historien, la mémoire et les médias.

Le compte rendu qui suit ne prétend pas recouvrir l’ensemble d’un débat appelé à se poursuivre dans le cadre de ce cycle de réflexion et ailleurs. Il vise à capter les pistes qui enrichissent le dialogue entre la recherche historique -vue comme une activité spécifique, soumise à des règles déontologiques et professionnelles- et les différents acteurs de la scène intellectuelle et universitaire qui s’intéressent au passé, à la mémoire et à l’histoire. La transition politique en cours a provoqué, entre autres, une fièvre mémorielle et déchaîné le recours à l’histoire. La prolifération de la parole et l’explosion des médias ont démultiplié les récits, propagé diverses expressions du passé et libéré des voix.

Continuer la lecture

Une journée mémorable

Wassim Ghozlani

Ce vendredi 8 février 2013, la Tunisie a vécu une journée mémorable. Je l’ai suivie à la télévision et à travers la radio.  Quatre chaînes (Nessma Tv, les deux chaînes nationales et en partie At-Tounissiyya) ont transmis en direct les images des obsèques nationales de Chokri Belaïd, secrétaire général du parti Ejjeb’ha ach’abiyya (Front populaire), assassiné en sortant de chez lui, le 6 février. Heureusement que nous avons ces reportages « faits maison » avec du son en direct car j’apprends qu’Al Jazeera a collé des images de l’enterrement avec un rassemblement pro–Ennahdha devant l’ANC et une bande son avec des slogans … contre le RCD !!! C’est la première fois que je réalise l’ampleur de la manipulation et du culot de cette chaîne, plusieurs fois dénoncée depuis le 14 janvier 2011 et aujourd’hui objet de méfiance, à cause de ces pratiques.

Voici mes impressions personnelles en cette fin de journée exceptionnelle.
Des hommes et des femmes sont venus de partout depuis le matin. En ce jour de grève générale, un million quatre cent mille personnes selon le Ministère de l’Intérieur ont accompagné le cortège des funérailles. Des jeunes, des vieux et des enfants, des fleurs et des drapeaux, des pleurs et des youyous, des slogans anti gouvernement (en nommant Ennahdha et Ghannouchi) et des versets du Coran, l’hymne national et le chant de l’Internationale en arabe, des phrases signées Chokri Belaïd et des photos de lui, souriant. Son cercueil recouvert des drapeaux national et syndical, de sa toge d’avocat, de branches de palmier et de fleurs quitte la maison paternelle vers dix heures du matin. Le cortège fait une halte par la Maison de la Culture de Jbel Jloud, la banlieue déshéritée où est né Chokri Belaïd. On assiste à une courte cérémonie solennelle où le gouvernement dont la présence n’a pas été souhaitée par la famille est remplacé par de nombreuses personnalités syndicales, politiques et culturelles. Basma Khalfaoui, l’épouse de Chokri Belaïd appelle au calme et à la discipline au micro ; elle est drapée des couleurs nationales puis elle arborera sa robe d’avocate. Dehors, le dessin de la moustache et du grain de beauté du défunt sont tagués sur le mur par un dessinateur des Zwawla. Le cercueil ressort, il est posé dans un véhicule militaire où prennent place sa fille Nayrouz, son épouse, sa soeur  et Maya J’ribi, secrétaire générale du parti Al Joumhouri à côté des soldats. Continuer la lecture

La « manipulation » comme explication du « printemps arabe »

 

Naoufel Brahimi El Mili, Le printemps arabe, une manipulation ?, Paris, éditions Max Milo, 2012, 220 p.

À propos de l’ouvrage de Naoufel Brahimi El Mili, Le printemps arabe, une manipulation ?, Paris, éditions Max Milo, 2012, 220 p.

Cet ouvrage -paru en octobre 2012 et couvrant les 18 mois du « Printemps arabe »- n’est pas le premier à développer l’hypothèse que la vague des événements qui se succèdent dans le monde arabe n’est ni spontanée ni le fruit de mouvements sociaux parvenus à explosion à force d’avoir été réprimés puis « libérés » par l’action des réseaux sociaux qui ont fini par fendre la censure. Pour l’auteur, le feuilleton auquel on assiste depuis janvier 2011 est une mise en scène orchestrée par la chaîne El Jazeera interposée. Le parti pris clairement posé, l’ouvrage déroule la démonstration avec une enquête qui se déploie sur les différents pays, sous les visées rivales du Qatar et de l’Arabie Saoudite. Il dégage à chaque escale le niveau qui relie, par l’histoire et la géo-politique, le terrain à l’hypothèse d’un antagonisme attisé par les événements. Il présente enfin l’avantage d’évoquer la longue durée, se démarquant des analyses qui surfent sur l’actualité avec légèreté ou ingénuité. Trois parties sérient les questionnements autour des faits enregistrés en Tunisie, en Egypte, au Yémen, en Lybie, en Syrie avec, en arrière-plan, la Turquie et l’Iran. Le contrepoint avec l’Algérie (qui a vécu d’autres « printemps » en 1980, 1986, 1988 et une longue guerre civile) et des incursions vers le Maroc, la Jordanie, le Bahreïn et l’Afrique subsaharienne élargissent la perspective au-delà des théâtres les plus chauds. Tout cela à travers le prisme de la force de médiatisation des phénomènes sur fond de plans tracés par des états-majors avisés, sur l’avenir énergétique et les placements financiers.

Vu de Tunisie

Le désordre incessant que nous vivons et les analogies relevées entre les situations tunisienne et égyptienne peuvent accréditer un agenda commun combinant projections externes, forces intrinsèques et difficultés de gestion. Il est trop tôt pour se prononcer sur la plausibilité d’une telle hypothèse, même si elle précise l’importance du conflit sunnisme/chiisme et des questions de frontières. Pour s’en tenir au fil directeur choisi par l’auteur, on peut aussi penser à un effet d’influence ou d’inspiration réciproque : la dissémination médiatique est devenue indissociable de la guérilla politico-financière comme des innombrables niveaux de la vie économique, sociale et culturelle où s’inscrit le chambardement en cours. La persistance de turbulences exprime d’abord et surtout l’ampleur du chômage, l’importance de la pauvreté et le règne de la corruption, handicaps socio-économiques restés intacts. Mais si la méga-connectivité du monde actuel y est pour quelque chose, c’est que les gens vivent aussi une nouvelle manière de lire, de sentir et de juger le monde qui les entoure et la politique sensée les régir. La démultiplication des réseaux et des connexions montre qu’Internet a instauré un nouvel âge de communication qui produit des enchaînements imprévus parce que les retombées des faits suscitent des réactions, modifient les attentes. Cette réalité contemporaine affaiblit les velléités de complot centralisé et ne permet plus d’interpréter le rapport des forces politiques dans le monde arabe sur la base d’inimitiés ou d’alliances simples. L’ouvrage souligne la complexité accrue de la question palestinienne dans les diplomaties arabes et au sein des clans des pouvoirs locaux.

Continuer la lecture

2012, l’an II de la transition tunisienne

Difficile de résumer l’année qui s’achève, du moins d’en faire un bilan simple. Le ballottement que l’on vit depuis deux ans ne permet pas de saisir pour l’instant la signification de ce que l’on voit ou entend, sans parler de ce qui échappe à la perception. Flotte tout de même un sentiment d’appréhension devant des signaux nouveaux quotidiens de plusieurs types, et la perplexité se conjugue avec l’impression que se jouent des choses capitales qui n’échappent pas qu’à moi (maigre consolation). Cela renforce l’inquiétude mais aussi l’intuition que le changement en cours creuse des niches, décapsule des bouchons, draine des flux. Cela suffira-t-il à ouvrer des possibles durables ? Bien entendu, les gens et les habitudes sont mus par les intérêts instantanés, les plus forts et les plus malins profitent du tribut immédiat. Mais les « plus forts » (mafieux compris) sont en train de se renouveler en apparence, tout au moins sont-ils en train de vivre le changement. Cet appel d’air général n’est pas dénué d’accidents imprévus et d’échecs comme de parades et de forces rétrogrades. Rien n’interdit d’espérer qu’il  porte des opportunités et des situations nouvelles. En attendant de voir clair, le mélange des intérêts et des défenses contradictoires qui se forgent augmente l’incertitude générale.

Médias et affaires politiques

Ce mois de décembre (et après le méga-conflit avec l’UGTT qui suit son cours, en espérant que la commission d’enquête qui vient de se former apportera des lumières et constituera un exemple de négociation) s’achève sur deux affaires significatives dans un pays qui en aligne des centaines mais celles-ci, largement « publicisées », voient leur importance démultipliée à cause de leur impact public et médiatique. Les médias étrangers semblent en veilleuse en cette période de relâche, et suivre la roue des faits qui s’accélère alors que la presse nationale peine à se reconstruire comme un relais « fiable » ajoute à la non visibilité des conséquences microscopiques en cours.

Continuer la lecture

Une commémoration qui nous interpelle

L’Algérie célèbre le cinquantième anniversaire de son indépendance (5 juillet 1962) qui clôt 132 ans de colonisation française (5 juillet 1830). Une grande effervescence règne dans le pays et l’une des caractéristiques de cette commémoration est qu’elle est à la fois festive et laborieuse et se manifeste dans une multitude de secteurs. Ce qui ne peut que combler le visiteur. Invitée pour un colloque d’historiens, j’ai pu, en quelques jours prendre le pouls du pays dans plusieurs domaines.

Dans le domaine de l’histoire, deux grands colloques d’historiens se sont tenus successivement, avec la participation de deux quotidiens algérois : la formule est heureuse car elle rapproche l’histoire professionnelle de la société tout en les interrogeant de façon croisée. Le premier colloque organisé par le Ministère de la culture, le Centre national de recherches préhistorique anthropologiques et historiques (CNRPAH) et le quotidien La Tribune s’est choisi le label ouvert de « rencontre ». Plus qu’un programme, son titre sonne comme un manifeste : L’Algérie, cinquante après : libérer l’histoire. Du 1er au 3 juillet, une soixantaine de chercheurs de diverses disciplines venant d’Algérie, d’Afrique, d’Europe, des Etats Unis ont interprété à leur façon un vœu et un besoin partagés par toutes les historiographies. Le deuxième colloque intitulé : Cinquante après l’indépendance. Quel destin pour quelle Algérie ? a été organisé par le journal Al Watan du 5 au 7 juillet. Son programme est structuré par le même souci : briser le face à face franco-algérien qui obsède les politiques, appauvrit les médias et l’édition et enchaîne la production académique, des deux côtés de la Méditerranée. Continuer la lecture

L’influence de la culture française en Tunisie, entre héritage et appropriation

Tentons une archéologie de la présence culturelle française en Tunisie. Dans un climat chargé de tensions identitaires, l’exercice est risqué mais suivre sur la longue durée les étapes et les effets d’une influence imposée peut aider à comprendre les enjeux politiques immédiats. L’histoire des rapports culturels entre la France et la Tunisie à l’époque contemporaine à travers l’empire immatériel de la langue est marquée par une liaison qui s’est avérée dangereuse pour le colonisateur contre lequel ont été retournées la culture et la langue introduites. Après l’indépendance de la Tunisie, en 1956, la relation coloniale avec la France bifurque pour se focaliser sur la question linguistique. La mobilisation de la langue dans la définition de l’État-nation français, transposée en terre tunisienne, constitue un des effets miroirs des politiques des deux États, dont les rapports ont évolué entre conjonctions souterraines et conflits apparents.

Un réservoir d’idéaux

La France incarne, aujourd’hui encore, une certaine idée de la modernité dans un pays où les élites sont férues de cet idéal, depuis plusieurs générations. La colonisation française a permis d’asseoir une domination d’État et une politique d’enseignement qui, au bout de soixante quinze ans de protectorat, ont donné à la culture française un statut de référence incontournable dans la culture tunisienne contemporaine. Le trauma qui entache cette prise d’influence est un fait dont les suites sont inscrites dans les discours et l’action anticoloniaux, comme dans ceux des générations de la République tunisienne.
L’histoire contemporaine de la nation tunisienne s’est construite à travers la référence aux valeurs de liberté et d’égalité, mais également dans l’affirmation d’une identité arabo-musulmane. Le mouvement de libération nationale puis l’État républicain qui en est issu sont le produit de ces deux réservoirs intellectuels. Les effets de cet accouplement sont complexes et leur lecture, toujours liée au contexte où elle advient, est elle même induite par un assemblage historique qui, en donnant naissance à la politique en a formaté l’exercice.

La philosophie des Lumières et les idéaux des droits humains se sont diffusés en Tunisie, depuis près de deux siècles via la langue française (autrefois à portée universaliste) et ont alimenté la formation des principes et des méthodes de gouvernement nationalistes. Le point de vue aujourd’hui dominant qui lie langue et nation est bien l’un des héritages de la colonisation française. S’il est aussi prégnant, c’est qu’il a pris le temps de s’imposer sur deux niveaux : dans les processus et rouages de l’État colonial comme à travers les contenus qu’il a propagés dans la société. La lutte de libération nationale puis l’indépendance politique ont été un retour de balancier, la réponse en deux temps du dominé qui, ayant appris la politique en situation coloniale, réagit en s’inspirant de ses fondamentaux et en empruntant ses moyens, dont la langue.

Continuer la lecture

La transition et l’électrification médiatique de la politique

Ben Ali éconduit, la vie politique et les médias ont vu sauter la chape qui les contenait conjointement. Après la merveilleuse victoire des médias sociaux sur la communication quadrillée par l’Etat, on assiste à l’électrification médiatique de la vie politique tunisienne. Qu’on interprète le phénomène comme un facteur de désordre ou comme un terrain de surenchère, le survoltage de l’opinion est une émotion supplémentaire en cette phase transitoire. Un retour historique sur le rôle des médias dans l’élaboration de la vie et des idées politiques met en perspective les péripéties actuelles. La vitesse des événements trouble la vision d’autant que la vie politique tunisienne reste soumise à des pratiques difficiles à supprimer d’un revers rapide. Le pouvoir de la rumeur entretient les soupçons de retour à la censure, et les Tunisiens sevrés de propagande, la voient encore partout. C’est que les deux mondes, politique et médiatique, au sang mêlé ne peuvent pas exister l’un sans l’autre, encore moins se transformer séparément. L’explosion de la parole a bouleversé les rapports ankylosés entre les deux, remettant en question leur fonctionnement, éprouvant leur crédibilité. La crise de confiance transforme cette relation passionnelle en guerre larvée. Le gouvernement (qui en est à sa quatrième formation) et les partis (cent à ce jour) réclament des médias (142 publications, 14 radios, 5 chaînes de télévision) qu’ils soient au service de la transition tandis que les médias, nouveaux et anciens, s’érigent en défenseurs ou attaquants d’un jeu qui est en réalité commun. La disparité des messages se heurte au manque de hiérarchisation de l’information, installant une ambiance de guérilla entre médias sociaux et traditionnels et institutions gouvernementales. Malgré des efforts certains, instances politiques et médias dévoilent des incohérences qui couvrent en partie les manipulations et entretiennent l’instabilité de l’opinion. Avant l’effondrement du régime, le contrôle sécuritaire avait gelé la vie politique comme il avait paralysé journaux, radios, chaînes de télévision, canaux pétrifiés, nivelés et formatés. Dans le tourbillon de la chute apparaissent des tensions inédites entre médias et politique, sommés de répondre aux impératifs de changement de leurs moyens, de leurs méthodes et de leur finalité. C’est beaucoup à la fois, trop, avec les mêmes hommes de surcroît.
L’ensemble du pays a basculé suite à l’action de médias sociaux efficacement connectés à des faits de haute teneur puis aux canaux d’information classiques. Une liaison vertueuse entre colère, désespoir, répression et résistance a débouché, en moins d’un mois, sur un événement qui a médusé les Tunisiens et le monde. Cet enchaînement heureux est encore perçu, six mois après, comme un miracle qui a impulsé une accélération exceptionnelle du temps, une frénésie dans les événements et les prises de position. Depuis janvier, le pays vit à cent à l’heure après des décennies d’une vie publique lénifiée, à la fois atomisée et de plus en plus centralisée par un Etat qui a assis une administration solide avec les moyens et la technologie de son temps. Politique et médias ont toujours croisé leurs armes et leurs objectifs ; un rapide survol de leur liaison permet d’éclairer certains nœuds de l’histoire contemporaine de la Tunisie lisible, entre autres, à travers celle des médias. Bourguiba a commencé sa carrière politique par le journalisme à la fin des années 1920, les journaux étant entrés dans la vie tunisienne avec les premières réformes de l’Etat hussaynite de la seconde moitié du XIXème siècle. Les premiers postes de TSF entrent au compte-gouttes dans la vie civile après la Première Guerre mondiale, et l’usage de la radio se répand avant le déclenchement de la seconde (Radio Tunis naît en 1938). Le nationalisme tunisien se développe grâce à ces deux médias qui ont porté l’essentiel des transformations sociales et culturelles de la première moitié du XXème siècle. A l’indépendance, l’élite mais aussi une partie des classes moyennes, démographiquement minoritaires mais instruites, ont investi la politique et construit les bases du nouvel Etat sur ces deux vecteurs essentiels. Par ailleurs, l’usage de l’image ayant commencé à poindre depuis le début du siècle, en ville et à travers la jeunesse, la photographie et le cinéma entrent, à leur tour, dans les habitudes de consommation, dans la vie privée comme dans la sphère publique. Aussi les retrouve-t-on mobilisés pour accompagner l’activité et les réalisations de la nouvelle classe politique arrivée au pouvoir après 1956. Le développement de la publicité commerçante, la multiplication de l’illustration dans l’édition, la production des Actualités Tunisiennes (1959) sont des exemples de l’action culturelle et politique de cette nouvelle ère, que l’on voit ainsi inscrite dans le courant global de la « société du spectacle ». Si l’Etat tunisien l’avait pu, tous ces vecteurs, évidemment nationalisés dès l’indépendance (en 1958 naît la Société Anonyme Tunisienne pour la Promotion et l’Expansion Cinématographique –SATPEC-), c.a.d mis au service de l’appareil politique en gestation, auraient complété les autres instruments de gouvernement et les autres monopoles qu’il cherchait à instaurer. Or, la technologie est une marchandise, un facteur économique qui obéit à une logique mondiale, une donne qui s’impose à l’Etat. Le libéralisme du XXème siècle a accouché des canaux de communication tout en les portant et en les développant dans le monde entier. Le capitalisme s’est renforcé à travers la circulation médiatique, insidieuse et spectaculaire, fabricatrice de comportements, incubatrice d’idées et porteuse de mutations mentales et matérielles. Le marché tunisien branché sur les innovations technologiques voit entrer la télévision dans les années 1960, un média domestique qui a rapidement supplanté le cinéma par son efficacité sur le plan de la propagande politique. A côté de la presse écrite et de la radio, le règne de Bourguiba consacre l’information télévisée comme moyen privilégié de brosser la vitrine du pouvoir et les Tunisiens se souviennent encore des discours sur l’histoire du mouvement national qui mobilisaient les foules devant les appareils de télévision et les transistors, comme on se souvient des films des baignades, promenades et directives présidentielles, une production répétitive à souhait que l’arrivée de Ben Ali allait facilement balayer en guise de gage de changement. Même si le culte de la personnalité est prolongé et la censure renforcée, l’introduction de l’informatique et l’économie mondiale du savoir et de l’information introduisent, des formes de communication qui servent l’illusion de rompre avec le passé. Les médias vont servir Ben Ali, les nouvelles technologies sculptent en même temps, le soubassement d’un rapport nouveau entre l’Etat et l’individu en Tunisie, une architecture souterraine qui a fini par avoir raison de la censure tentaculaire du régime. La revendication de liberté, conséquence de ce nouveau rapport et le besoin de démocratie, aspiration de plus en plus pressante chez les individus restent superbement ignorés par la technologie étatique. En effet, Internet, installé et développé avec les années 1990, et les télécommunications bouleversent, comme partout, les logiques économiques, les temporalités et les instruments du pouvoir politique comme ils transforment la vie des gens ordinaires, la relation avec l’extérieur du pays, les habitudes et les formes de l’échange. En même temps que s’accélèrent les besoins et les effets de la médiatisation du pouvoir, se développe chez les individus une autre conception de l’information, d’autres exigences envers la politique. Une des explications du 14 janvier se trouve certainement dans ce lent divorce, dans la fracture silencieuse et profonde que le régime de Ben Ali a creusé entre une information procédurière, hautaine et policière et l’impérieux besoin de savoir des Tunisiens passés à l’ère numérique. La jeunesse cyberdissidente qui a relayé les événements de décembre 2010-janvier 2011 a comblé avec bonheur et succès ce manque de liberté. En lézardant le béton de la censure, elle a créé un moment de concorde révolutionnaire autour de l’immolation de Bouazizi, orchestrant les suites de l’insurrection et leur révélation au reste du monde.
Ce moment de jonction fructueuse a relié les différents modes de communication (presse, radio, télévision, téléphonie cellulaire, internet). Il a connecté le pays au monde extérieur à la barbe de ses gouvernants, brisant le carcan étatique, créant un prodige dans la vie politique des Tunisiens, peut-être le premier si l’événement du 14 janvier parvient à rivaliser avec la geste de l’indépendance dans leur mémoire future. Le journalisme a porté le nationalisme, la radio et la télévision ont servi la puissance de l’Etat national, les médias sociaux instaureront-ils la démocratie en Tunisie ? Pour le moment, une des questions immédiates que pose cette fièvre médiatique se situe dans cette guérilla entre des médias divergents dont les usagers se livrent à une recomposition du paysage et des luttes politiciennes, comme ils cherchent à redéfinir leurs pouvoirs réciproques. La génération digitale d’aujourd’hui et le journalisme d’antan, les réseaux sociaux et les médias traditionnels entrés dans la danse de la transition politique opéreront-ils les transformations intrinsèques qui leur permettront de se rapprocher sans renoncer à leurs différences ? Cette lutte d’audiences créera-t-elle des expressions prolongeant les effets vertueux du moment révolutionnaire, produira-t-elle une synergie qui rompe avec la mise dos à dos des Tunisiens et du pouvoir ? Un rapport nouveau du Tunisien au politique va-t-il naître de cette nervosité médiatique qui allie simultanéité et besoin de savoir, consumérisme et volonté d’agir sur le réel, individualisme et désir collectif ? La fébrilité média-politicienne actuelle débouchera-t- elle sur les symptômes d’une vie politique plus démocratique que ces gesticulations de façade ? La transition politique à court et moyen terme s’écrit dans le cheminement conjugué entre médias et politique, où la guerre des audiences doit contribuer à construire la confiance de chacun d’aller vers le futur.

Kmar Bendana
Tunis, le 20 juillet 2011

N.b. : cet article a été publié dans l’édition papier du 22 juillet 2011 de La Presse de Tunisie.