Archives de catégorie : Film

(Re)Voir « La Tunisie vote » de Hichem Ben Ammar, le jour des élections américaines

Il y a quelque chose d’apaisant à regarder un film sur des élections passées, le jour où se déroulent d’autres. Comme il y a à apprendre. Nous le savons en Tunisie depuis 2011 : les élections sont un moment important et d’avoir vécu celles de 2014 nous a enseigné que ce n’est jamais une simple répétition. Que nous apprendront les prochains rendez-vous électoraux en Tunisie ? Seront-ils pour les municipales ? Quand auront enfin lieu ces élections reportées : en 2017 ? en 2018 ? On n’en parle plus pour l’instant.

Un antidote Continuer la lecture

Le cinéma en situation coloniale : l’approche par le public

 

Couverture de l'ouvrage Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale

Couverture de l’ouvrage Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale

A propos de l’ouvrage dirigé par Morgan Corriou, Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale, Tunis, CERES/IRMC, 2012, 320 p.

L’histoire du cinéma, et en Tunisie en particulier, s’intéresse communément au contenu des films et à leur production. Quittant ce sillon, Morgan Corriou prend le parti d’étudier le cinéma du point de vue de ses usagers. Auteur d’une thèse intitulée Un nouveau loisir en situation coloniale : le cinéma dans la Tunisie du protectorat (1896-1956) – en cours de publication-, elle organise en mars 2008 à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC)  deux journées d’étude sur le thème Cinéma et nouvelles pratiques sociales en situation coloniale. Elle tire de cette rencontre un ouvrage collectif : Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale dans lequel sont ajoutés d’autres textes. L’ensemble se compose de dix articles ventilés en trois parties : Implantation du cinéma et publics autonomes ; De la salle de cinéma à la sphère publique ; Appropriations locales de l’image animée.

L’histoire coloniale autrement

Cette perspective permet de replacer la Tunisie sous Protectorat français -terrain de recherche de Morgan Corriou- dans le cadre des pays colonisés- comme elle installe le médium cinéma dans la culture globale. La perspective comparatiste cible les cas de situations coloniales : les cas de l’Afrique française du Nord, de l’Afrique Occidentale française, des colonies britannique et russe sont traités dans un croisement heureux entre histoire politique et histoire culturelle.
L’industrie cinématographique traverse le monde à une vitesse telle que, même si les rythmes sont différents, les circuits et des moyens mettent les pays en situation de contemporanéité. Outre les cas des cinématographies indienne et égyptienne, le spectacle cinématographique est une entrée intéressante pour étudier les transformations culturelles que connaissent les sociétés colonisées. On observe des décalages selon les différences d’infrastructure : les cinémas égyptien et indien mettent du temps à avoir une popularité locale ; de même que l’on constate que le public dépend de plusieurs critères selon qu’il vient d’une capitale ou d’autres villes, qu’il représente la bourgeoisie lettrée ou les classes populaires. La guerre (avec la propagande) et les migrations d’ouvriers vers l’Europe font partie des vecteurs qui propagent la culture de l’image. Par la suite, apparaît l’économie du spectacle, une presse spécialisée émerge et les différents publics s’approprient cet art. La population européenne accélère certainement l’acclimatation du nouveau loisir, au point que l’Algérie urbaine compte 188 salles de cinéma en 1939 (contre 120 en 1921, avec une surreprésentation d’Oran et d’Alger) alors que la Tunisie en a 47 et le Maroc 56, à la veille de la Seconde Guerre mondiale (Omar Carlier). L’Afrique Occidentale française s’équipe dans les villes moyennes et les banlieues entre 1920 et 1940. (Odile Goerg). L’« indigénisation » particulièrement agile des pratiques cinématographiques n’est pas toujours en rapport avec la production des films, comme le montre le cas de l’Egypte, cadre précoce d’une production cinématographique qui percera à l’étranger et notamment au Maghreb entre 1934 et 1936. Continuer la lecture

Revoir Omar Gatlato et L’Homme de cendres

Rapprocher Omar Gatlato (Merzak Allouache, 1976) et L’Homme de cendres (Nouri Bouzid, 1986) rafraîchit la mémoire de ceux qui ont eu l’occasion de voir ces films autant qu’il stimule la réflexion de ceux qui ne les connaissent pas. Pour le bonheur des uns et des autres, Tahar Chikhaoui, directeur artistique d’Aflam, a choisi de programmer ces deux films dans un cycle de projections organisé au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM, Marseille) en marge de l’exposition « Au bazar du genre » pour introduire un débat autour de la place de l’homme dans le cinéma arabe. Ce choix a la vertu de déplacer le regard du spectateur vers la condition masculine alors qu’il est devenu banal de parler de la femme pour expliquer le retard des sociétés arabes. Ce leitmotiv qui tourne parfois à vide a besoin d’être pris à rebours et cette programmation montre que Merzak Allouache et Nouri Bouzid l’ont fait il y a plusieurs décennies.

Deux façons de traiter la virilité

Affiche du film Omar Gatlato

Affiche du film Omar Gatlato

Omar Gatlato, réalisé à la fin de la période Boumediène en Algérie met en scène une société urbaine qui pullule dans les rues, les intérieurs, les plages ou les transports. Les hommes côtoient les femmes mais on n’y voit ni une vie commune, ni des échanges soutenus, y compris dans les mariages (où les hommes dansent seuls) et dans les chambres surpeuplées des appartements familiaux. Le monde masculin se nourrit de camaraderie, de taquineries, de plaisirs solitaires, de foot ou de musique chaâbi. Entre néo-réalisme à l’italienne et nouvelle vague française, Merzak Allouache filme un Alger où les hommes s’agitent et bougent mais ils s’ennuient, sont mous et sans autre énergie que d’accomplir le devoir et le quotidien. Les femmes existent, travaillent, regardent la télé, élèvent des enfants mais semblent inaccessibles, craintes ou simplement non « reconnues ». Parole et musique sont vitales pour les personnages, les dialogues du film sont savoureux et l’humour affleure dans la morosité. Féru de chaâbi, Omar tombe sur un enregistrement de la voix de Selma en récupérant un vieil appareil. Ce soliloque féminin le fait rêver et le berce mais il sera incapable de franchir la rue pour aller voir Selma qui l’attend, alors qu’il a tout fait pour obtenir un rendez-vous. Il préfère garder en lui et en réserve la promesse de la rencontre pour le lendemain. Le spectateur est directement pris à partie par Omar pour constater la distance, sourire avec lui de la routine, de la promiscuité ou de la saleté et le récit en reste au constat désenchanté, sans trouver le moyen de combler le vide ni de traverser les cloisons.

Continuer la lecture

Films vus à Hammam-Lif

A l’occasion du 2ème festival du film des droits de l’homme (Human Screen Festival, 2013), Hammam-Lif a eu droit à trois projections de films, jeudi 26, vendredi 27 et samedi 28 septembre. C’est une aubaine pour une ville souffrant d’un vide culturel de plus en plus patent mais l’événement a attiré très peu de spectateurs. Plutôt que de se laisser aller à la tristesse du constat, ce papier revient sur la question du public du cinéma dans la roue socio-économique avant de rendre compte de la bouffée d’air et d’art apportée par une autre façon de parler des droits humains.

Voir des films à Hammam-Lif

Cinéma L'Oriental, Hammam Lif (K. Bendana)

Cinéma L’Oriental, Hammam Lif (K. Bendana)

Aller au cinéma coûte, c’est un effort même pour ceux qui aiment les films. Les habitudes de consommation filmique ont changé depuis longtemps et les salles de cinéma qui disparaissent une à une, témoignent d’une mutation mondiale à laquelle s’ajoute un manque de « foi ». Or, il en faut pour promouvoir l’art comme il faut de l’argent pour créer les conditions d’en faire et une volonté politique pour protéger son exercice. Renforcer le maillon des spectateurs est un levier puissant, expérimenté entre autres au Maroc : une politique offensive de constructions de salles de cinéma a couvert le territoire marocain et cette implantation volontariste est en train de donner ses fruits, y compris du côté de la production de films. Continuer la lecture

D’un film à l’autre : épisodes de la transition

Il y a plus d’une raison de rapprocher deux « affaires » qui ont concerné deux films (Laïcité inch’allah et Persepolis) ayant fait sensation au cours de cette transition. Le film de Nadia El Fani intitulé d’abord Ni Dieu ni maître est à l’origine d’un premier épisode. Il est programmé un dimanche de mai par l’association Lam echaml (=Unissons nous) dans le cadre des débats autour du thème : « Touche pas à mon artiste ». La projection est perturbée par une foule agressive, qui pour empêcher la séance, n’hésite pas à s’attaquer aux spectateurs, aux responsables et au bâtiment. Même si le film est projeté et discuté, les suites sont graves : on s’aperçoit que certains attaquants avaient de fausses barbes, que la police a tardé à intervenir. On enregistre surtout que les protestations pacifiques des organisateurs dans les médias, les manifestations de rue et le communiqué du Ministère de la culture condamnent certes l’agression mais ne parviennent pas à maintenir l’existence de la salle de cinéma Afric’art, saccagée. Le propriétaire refuse de renouveler le bail, privant ainsi la ville de Tunis de la seule salle de cinéma d’art et essai existant à Tunis depuis des années. De son côté, pour apaiser la tension, la réalisatrice remplace l’ancien titre du film jugé provocateur par son sous-titre : Laïcité Inch’allah.

La deuxième « affaire » concerne la projection de la version dialectale de Persépolis, le 7 octobre par Nessma TV. Pour une chaîne à vocation et à public maghrébins, la programmation d’un film à succès projeté en version originale à Tunis à sa sortie en 2007, un film depuis deux semaines à l’affiche de la salle Alhambra de La Marsa, et le soir du même vendredi dans la salle Mad’Art de Carthage, découle d’une logique éditoriale cohérente. La projection de ce dessin animé de Marjane Satrapi (https://www.youtube.com/watch?v=xqkXJsfu3VU) racontant la fabrique de la dictature iranienne vue par une enfant est suivie d’un débat animé par quatre intellectuelles reconnues pour leurs travaux sur la littérature, la philosophie et l’histoire des idées. Avant la fin de l’émission, les réactions sur Internet se déchaînent : une avalanche d’attaques verbales et d’appels haineux sont suivis le lendemain par une marche vindicative en direction des locaux de la chaîne. Les forces de l’ordre interviennent à temps, empêchent les agresseurs d’avancer et d’attaquer, les pourchassent et en arrêtent une partie. Le directeur de la chaîne dénonce l’agression le jour même dans les médias, puis, deux jours après, présente des excuses pour avoir offensé involontairement les sentiments religieux des spectateurs. La campagne d’opinion continue, monte, dégénère jusqu’à l’attaque de son domicile et de sa famille.

Dans les deux épisodes, le passage à la violence et à l’agression est immédiat et hélas efficace perturbant l’ordre public et l’opinion. Comment celle-ci peut-elle changer et dégénérer si vite à chaque fois ? Comment se déchaîne-t-elle en brutalité ? Dans cette période transitoire, la sécurité est une affaire délicate, fragile. On note que si les policiers ont eu la première fois un comportement douteux, ils ont fait leur métier, au cours de la seconde intervention. Aussi doit-on s’arrêter davantage sur la violence qui a accompagné ces deux « affaires » qui ont secoué le pays, entraîné des comportements brutaux et divisé la population. Cette fureur agressive est nourrie de plusieurs phénomènes et il faut en chercher l’explication dans le fond et dans la forme de ces événements culturels et dans leur portée symbolique. Dans les deux cas, on a affaire à des œuvres cinématographiques dans lesquelles les femmes sont auteurs et critiques, créatrices et interprètes. Dans ces deux événements, la forme comme le fond semblent insoutenables, inacceptables, générant ainsi une violence.

Analysons le contenu : la première impression est que l’on se retrouve devant des répliques de l’affaire des caricatures partie du Danemark en 2006, laquelle rappelle la fetwa condamnant Salman Rushdie en 1989 pour son roman Les versets sataniques. Malgré le rapprochement évident avec ces affaires dont l’épicentre européen suscite de loin des réactions dans les pays arabes, que nous disent aujourd’hui ces affaires entièrement locales ? En supposant que tous les protestataires ont vu les films, les déclarations dénotent une réaction épidermique face à l’évocation de Dieu, à travers un titre ou la figuration imaginée de l’idée que s’en fait un enfant. L’évocation semble insupportable, touchant paraît-il à un sacré, alors que le propos de chaque film montre au contraire une vision humaine, une façon de voir profane. Face à ce contresens érigé en malentendu inquisitoire, les spectateurs tunisiens seraient-ils cinématographiquement moins avertis, ou plus susceptibles que leurs voisins algériens et marocains ? Drapés dans une bigoterie de bon aloi, et armés de bien-pensance hargneuse, les agresseurs sont passés à la violence en Tunisie, propageant haine et ignorance, une fois de plus.

Signalons que le mouvement se nourrit de commentaires colportés et que l’interprétation hostile éclate et gonfle en colère avant la projection ou juste le lendemain d’une émission. Cette hyper-réactivité attire l’attention sur un autre détail. Dans le premier film comme dans le second, les femmes sont au premier plan, au centre, au coeur même. Elles sont maîtresses des propos et de la scène, elles occupent l’espace par la parole et par la pensée. Elles sont artistes et médiatrices. Serait-ce là le point inconscient qui suscite autant de violence ? Alors que beaucoup de choses doivent changer, serait-on là devant une limite du supportable ? Dans cette transition toute fraîche, le pouvoir de l’image et la place de la femme déboussolent, activent un possible déjà là mais encore difficile à admettre. L’intolérable, celui qui mène à la violence, serait-il autant dans la facture de ces œuvres que dans leur contenu ? Ces affaires autour de films et de femmes sont-elles en train de nous mettre à l’épreuve de nos limites ?

Dans une phase où tous les coups sont permis par électoralisme, lâcheté ou affairisme, ces deux manifestations culturelles qui exacerbent les passions apportent leur part d’enseignement : elles nous mettent devant deux limites symboliques fortes, deux frontières subliminales aussi difficiles à franchir que le fait de passer de la dictature à la démocratie. A moins que ce ne soit le même chemin…

Hammam-Lif le 21 octobre 2011
Ce texte a paru dans La Presse de Tunisie du 25 octobre 2011, page 11.

À écouter également :