Archives de catégorie : Culture

« La chose publique ou l’invention de la politique » à l’Université de La Manouba

 

La visite de Philippe Dujardin, politologue (ex-chercheur au CNRS, a enseigné la science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon et de Grenoble) à l’Université de La Manouba est la première étape pédagogique d’un travail qui mêle apprentissage linguistique, artistique et scientifique, porté par des enseignants chercheurs et des étudiants dans les différentes disciplines représentées dans notre université.  La mission de Philippe Dujardin est un jalon dans un chemin en train de se dessiner depuis quelques mois, entre Lyon et Tunis, en concertation entre Françoise Coupat, metteur en scène (Compagnie La Chrysalide) et Kmar Bendana, professeur d’histoire contemporaine (Université de La Manouba).

Prologue

Dans le droit fil de la formule : Habiter l’université (titre d’une proposition d’action à l’occasion du Congrès des Intellectuels tunisiens contre le terrorisme http://www.leaders.com.tn/article/17755-congres-des-intellectuels-tunisiens-contre-le-terrorisme-pour-une-ethique-de-la-responsabilite-et-de-l-action, 12 août 2015, Palais des Congrès, Tunis), l’opération La Chose publique se présente comme une façon d’animer le campus universitaire, d’initier une respiration nouvelle, en tissant des liens entre les différentes institutions (l’Institut Supérieur des Arts et Multimédias – ISAMM http://www.isa2m.rnu.tn/-et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine – ISHTC https://www.facebook.com/ishtctunisie/ -, le centre culturel…) et en donnant vie au petit théâtre de verdure qui se trouve dans le parc.

En novembre 2015, la Tunisie était hôte d’honneur de la Semaine de solidarité Internationale organisée à Lyon. Dans ce cadre, sept étudiants tunisiens (de l’Institut Supérieur d’Art Dramatique de Tunis –ISAD- et de la faculté de médecine de Monastir), dirigés par Françoise Coupat, ont donné une lecture-spectacle de l’ouvrage de Philippe Dujardin, La ‘chose publique’ ou l’invention de la politique. Une histoire pour lecteurs de tous âges (Lyon, Editions de la Chronique Sociale, 2011, 40 p.). La représentation a été bien reçue pour ses multiples résonances dans l’actualité politique en France, en Tunisie et ailleurs. Le besoin et la nécessité de la politique pour les sociétés humaines est en effet une question commune, transversale, intemporelle et peut s’adresser à tous les publics. Cette coopération théâtrale franco-tunisienne réussie est à l’origine de l’idée de faire voyager le texte en Tunisie, pour qu’il soit lu, vu, joué, interprété par d’autres TunisienNEs, à la faveur de l’effervescence politique post-2011. Outre la représentation à donner et à faire circuler dans plusieurs lieux universitaires et culturels, l’idée de traduire le texte en arabe a également été évoquée, pour étendre l’impact du dialogue et élargir le débat.

Françoise Coupat a rencontré à ce propos -du 13 au 20 mars 2016 ; du 25 au 29 avril 2016- différents membres du Conseil Scientifique et les responsables du Centre Culturel de l’Université de La Manouba. L’accueil a été favorable et il a été convenu d’organiser une lecture-spectacle du texte La Chose publique, à la rentrée universitaire 2016/2017 sur le site du campus, dans le théâtre de poche ou dans l’amphithéâtre Carthage La Modernité, selon le temps qu’il fera. La préparation artistique de l’événement (Françoise Coupat choisit les comédiens et organise des stages de répétition au cours de l’été 2016) a été doublée d’une proposition de travail pédagogique autour du texte, de sa langue, des images et idées que sa lecture peut inspirer en Tunisie. Comme première étape de dialogue autour du texte, Philippe Dujardin a été invité à rencontrer les enseignants, les chercheurs et les étudiants de la Manouba, avant la fin des cours de l’année universitaire. Une demande de traduction du texte a été confiée à deux doctorantes du département d’études arabes de l’université de Lyon 2 : Salma Mansouri et Inès Jedidi.

Transposer, traduire, débattre

Le programme scientifique établi à l’occasion de la visite du Professeur Philippe Dujardin  s’est déployé sur deux journées (30 et 31 mai 2016) et deux institutions (l’Institut Supérieur des Arts et Multimédias et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), dans le but de faire connaître le texte La chose publique, d’exposer sa genèse, son écho et sa réception en France (en milieu scolaire, par des musiciens, par des assemblées locales…).

Lundi 30 mai 2016 : un atelier de réflexion à l’intention des étudiants a été organisé à l’ISAMM. « Du langage académique au langage de la fable« . Devant une assistance de 28 personnes (les enseignants : Ikbal Zalila, Slim Ben Cheikh, Hatem Changuel, Héla Sassi et 8 étudiants intéressés), Philippe Dujardin a montré comment il est passé des contraintes de la langue académique aux ouvertures que permet la langue « commune ». Tout en comparant les deux registres de communication, il a expliqué l’importance de l’enjeu linguistique aujourd’hui : lier les hommes (et les femmes) par l’évocation de leur humanité, une façon de ré-enchanter la fonction politique malmenée par ses pratiquants et critiquée par les citoyens et ceux qui la subissent. Un essai de traduction en arabe littéraire du prologue de l’ouvrage par Salma Mansour & Inès Jedidi a été lu  par Yosra Amouri et commenté par l’assistance : ce qui a donné lieu à un débat passionnant autour de l’utilité et des buts de la transposition recherchée. Comment parler au public ? Quel médium utiliser ? L’arabe dialectal –dit aussi tunisien- a été jugé plus sensible, plus proche et plus évocateur que l’arabe littéraire. Le travail théâtral en perspective, doublé d’une captation filmique qui a commencé au cours de cette séance (le vidéaste Sémy Ben Slimane, empêché, a confié la tâche à Slim Belhiba) sera une autre occasion de tester la démarche et d’expérimenter les possibilités de faire voyager le texte La Chose publique à travers la langue arabe, littéraire ou vernaculaire.

Mardi 31 mai 2016 : L’atelier de réflexion transdisciplinaire organisé à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine a rassemblé 23 personnes dont 3 étudiants de l’ISAMM et leurs enseignants, des chercheurs en histoire, anthropologie, littérature, biologie, architecture…. Philippe Dujardin a illustré le thème « La Chose publique, objet carrefour. Entre science politique, histoire, anthropologie » en revenant sur son parcours de chercheur au sein de la science politique en France et après sa mise à la disposition de la région lyonnaise. Sa thèse consacrée à la Constitution française « avortée » de 1946 a permis d’évoquer des questions comme le régime électoral, le rôle des partis, la signification (et les limites) de la représentation, le découpage territorial, le rôle du fait religieux… autant d’entrées qui parlent dans la « transition » tunisienne en cours et interpellent son observation raisonnée. En plus de la liaison nécessaire (et toujours entravée par le système universitaire) entre les savoirs humanistes et artistiques, les réflexions autour du temps (le passé, le présent, l’avenir), la distinction entre l’actualité et la contemporanéité, comme la définition de l’attitude prospective (en comparaison avec celle du chercheur) ont suscité des réactions dans la salle.

Les deux rencontres de l’université de La Manouba avec Philippe Dujardin témoignent qu’après la « performance » du 14 novembre 2015 autour du texte La ‘chose publique’, d’autres possibilités de travail en commun s’ouvrent et que des résonances se poursuivent.

A suivre….

le 1er juin 2016

Publié dans Rawafid n° 20, revue de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, pp. 147-150.

(Re)Voir « La Tunisie vote » de Hichem Ben Ammar, le jour des élections américaines

Il y a quelque chose d’apaisant à regarder un film sur des élections passées, le jour où se déroulent d’autres. Comme il y a à apprendre. Nous le savons en Tunisie depuis 2011 : les élections sont un moment important et d’avoir vécu celles de 2014 nous a enseigné que ce n’est jamais une simple répétition. Que nous apprendront les prochains rendez-vous électoraux en Tunisie ? Seront-ils pour les municipales ? Quand auront enfin lieu ces élections reportées : en 2017 ? en 2018 ? On n’en parle plus pour l’instant.

Un antidote Continuer la lecture

Célébrer l’absence : Georges Adda parmi nous

L’ambiance du centenaire de Georges Adda (22 septembre 1916-28 septembre 2008) avait les attraits d’un anniversaire à la fois vivant et pensé, sérieux et bon enfant. L’occasion a été saisie par la famille pour que des institutions publiques (la Bibliothèque Nationale de Tunis, les Archives Nationales de Tunisie, l’Union Générale Tunisienne du Travail, la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), des collègues, des amis, des syndicalistes, des militants politiques, des artistes, des chercheurs, un éditeur… réunissent leurs élans, conjuguent leurs efforts et croisent leurs compétences afin d’évoquer par l’oral, l’écrit et les images une vie particulière mais instructive à plus d’un titre sur l’évolution historique des XXème et XXIème siècles tunisiens. Continuer la lecture

Leïla, Tunis, 1936-1941 : revue féminine ou féministe ?

Compte rendu de l’ouvrage Leïla, revue illustrée de la femme 1936-1941, Tunis, Editions Nirvana, 2007, 210 p.

Fondée par Ahmed Zarrouk, Leïla est une revue de langue française de la première heure, ouverte à la littérature, à l’art, illustrée par des dessins et croquis de jeunes artistes de l’époque. La monographie historique qui lui est consacrée est une édition de luxe composée d’articles reproduits, d’extraits de textes ou poèmes, de fac similé divers : dessins, croquis, encadrés publicitaires, couvertures … Un extrait d’article paru en juillet 1938 (Robert Montagne[1]), cinq contributions écrites spécialement pour cet ouvrage (Nadia Mamlouk, Abdelaziz Kacem, Jelila Behi, Naceur Ben Cheikh) et la préface de Dalenda Larguèche donnent une image de la richesse et de la variété du contenu de cette revue pionnière.

Contours

Les articles choisis dans ce florilège soulignent le caractère avant-gardiste de cette revue dont les équivalents à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale sont encore rares dans le monde arabe (Minerva parue à Beyrouth entre 1923 et 1927, L‘Egyptienne fondée par Houda Cha’raoui en 1924 peuvent être considérées comme devancières ) et dans le reste du Maghreb. Des analyses pointues sur la part de la littérature dans la revue (Abdelaziz Kacem) ou le rôle des artistes (Naceur Ben Cheikh) montrent l’originalité de la publication. Les planches intercalaires qui reproduisent des passages de la revue articulent l’ouvrage autour de son plan, en mettant en valeur les extraits de textes et les types  d’illustrations qui jalonnent la revue. Cette mise en scène éditoriale donne du produit une idée vivante.

Leïla est, comme l’indique son sous-titre, « une revue mensuelle illustrée pour l’évolution et l’émancipation de la femme musulmane nord-africaine » qui a paru en quarante (40)  livraisons réparties inégalement sur quatre ans et demi et  trois séries[2] : elle démarre en décembre 1936, paraît sur quatre (4) numéros en 1937, cinq (5) numéros en 1938, six (6) numéros en 1939, huit (8) numéros en 1940, et s’achève sur une salve de seize (16) numéros répartis sur le seul premier semestre de l’année 1941. L’élan de cette entreprise éditoriale dynamique est coupé en juillet 1941 ; cette interruption insoupçonnée s’explique certainement par le contexte de la guerre. Les conditions politiques, la volonté des animateurs, la censure, ou la pénurie de papier observée dans l’ensemble du monde de l’édition et de la presse à cette époque sont des causes dont il faudrait déterminer le poids . La thèse de Nadia Mamlouk -soutenue fin 2007 à l’Université de Virginie et dont on souhaite la publication et la traduction en français-  pourrait nous éclairer davantage sur les incidences de l’environnement politique et économique général sur cette revue.

Auteurs

Des présentations et de l’index des auteurs, produit à la fin de l’ouvrage (pp. 204-207), on apprend des choses surprenantes sur cette revue qui a duré presque cinq ans constituant pour les milieux cultivés du Tunis de l’époque une expérience originale.  A commencer par le nombre et la qualité des auteurs qui y ont participé. On note que sur les 112 signatures, 85 auteurs sont tunisiens et 27 sont français ou européens : proportion étonnante pour un organe en langue française, indice de la diffusion de la langue française comme moyen d’expression à part entière au sein de l’élite intellectuelle.

Parmi les signatures les plus fréquentes, « Leïla » vise 33 éditoriaux en plus d’une vingtaine d’articles groupés dans la série « Leïla vous parle » dont on se demande si c’est le pseudonyme  de Ahmed Zarrouk et/ou de son coéquipier Guy-Louis Lemonnier (qui signe 31 textes au total). Le recensement nous apprend également que sur les 27 auteurs femmes de Leïla, 25 sont tunisiennes, 1 turque et 1 libanaise -si l’on en croit les noms- et 8 sont françaises. Faut-il croire que les prénoms féminins comme Zeïneb, Zakia Zaouche, Jamila, etc. (18 au total, plus nombreux que les prénoms masculins) cachent des femmes ?

Présence de l’image

Parmi les auteurs réguliers de la revue et à côté d’intellectuels dont des nationalistes notoires (Mahmoud Zarrouk, 23 articles, Rafik M. 21 articles, Tahar Sfar 16 articles), les artistes tiennent une place particulière par le texte et par l’image : Aly Ben Salem fournit 7 dessins dont 1 de couverture et 4 articles, Guy Lemonnier : 3 dessins, 11 articles, 8 poèmes. Les peintres Hatem El Mekki, Jalel Ben Abdallah et d’autres contribuent à la présence de tableaux, illustrations, dessins qui donnent à cette revue un « look » tout à fait moderne pour l’époque. L’image est également présente à travers la publicité, autre signe de « modernité » de Leïla. Nadia Mamlouk recense consciencieusement dans sa thèse les maisons et entreprises qui ont  fait publier des encarts ou des pages spéciales : ce qui fournit à l’historien un matériel inédit et des pistes nouvelles. Cette ouverture sur les commerces et services qui exercent la publicité renseignent sur les transformations de la vie économique dans la Tunisie de l’époque : on rencontre des annonces sur des restaurants, des cafés, des hôtels, des chausseurs, des entreprises du bâtiment, des esthéticiennes, des coiffeurs, hammams, des bijoutiers, marchands de tissus,  des magasins de vente  et réparation de disques, phonos et radio … et même une publicité en arabe sur le hajj (page 147, entière avec une photo de bateau signée Climora). Ainsi tous ces encarts, offrent-ils une fenêtre illustrée des boutiques, des usines et des maisons qui adhèrent à cette nouvelle pratique de la communication publicitaire, et empruntent le canal des périodiques pour atteindre les lecteurs/consommateurs potentiels. Cette fonction médiatrice des journaux et revues commence en Tunisie dans les années 1930 et Leïla s’affirme comme pionnière sur ce terrain.

Thèmes

A considérer les thèmes majeurs abordés tout au long des cinq années de vie de Leïla, celui de la femme, qui pointe dans le reste de la littérature périodique se décline sous les mêmes variantes : l’émancipation, le mariage mixte, souvent sur un mode moralisateur ou pour rappeler le rôle de la femme dans l’édification d’une nation tunisienne saine et dynamique. Le voile, qui totalise 8 articles sur l’ensemble du corpus apparaît dans Leïla comme un débat clé autour duquel se cristallisent des positions contradictoires[3]. De multiples interférences sont à noter entre cette revue de langue française et la vie culturelle ambiante : écho aux conférences[4], à la production littéraire[5] ; la publication de poèmes, la présence de la peinture, les différents témoignages de la vie artistique, le sport présent à travers quelques articles[6] taillent à cette revue d’élite une image avant-gardiste qui ne l’a pas préservée d’un sort remarquable mais éphémère.

Exhumer cette revue qui a marqué les générations cultivées de la Tunisie coloniale présente un intérêt considérable eu égard à ses caractéristiques propres et à l’influence dont elle aura pu nourrir des titres plus tardifs dans la littérature périodique tunisienne (Faïza, 1959 ; Nissa, 1989….). La facture élégante de l’ouvrage fait écho à l’intention qui a dû animer les responsables de Leïla : éditer une belle revue avec l’aide de la publicité alors naissante ; ce qui ne l’a pas empêchée d’être un produit de luxe (le prix était de 5 francs !) pour un public de quelques centaines de lecteurs francophones, en majorité des hommes, très probablement. Des questions restent posées : Leila était-elle une revue féministe ou féminine ? Quels liens permet-elle de faire entre l’évolution des idées et la place du féminisme dans la culture politique en Tunisie ? La revue Leïla comme les suivantes constituent des repères dont il faut creuser les conditions et les impacts sur l’histoire intellectuelle et politique de la Tunisie contemporaine.

[1] Extraits d’un texte paru dans Entretiens avec les pays de civilisation arabe publié par le Centre d’Etudes Politiques de la Sorbonne, juillet 1938 .

[2] D’après la listes des  tables des matières reconstituées en fin de volume  par Nadia Mamlouk, pp 197-203.

[3] Ilhem Marzouki, « Le voile des colonisées : Tunis 1924-1936 », Ibla n° 161, 1988, pp.        59-89.

[4] Parmi les exemples, la conférence d’André Demeerseman à l’Alliance Française qui donne lieu à un texte « La coopération franco-tunisienne », publié dans Ibla,1941.

[5] Voir la réplique à une nouvelle satirique  de Mahmoud Beyram Tounsi parue dans Ach-chabab du 10 décembre 1936.

[6] Ali Ben Mahmoud, sur l’équitation et la natation en 1941.

Compte rendu paru dans la revue Rawafid, n° 12, 2007, La Manouba, Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, pp. 296-299. 

Panarabisme et diplomatie européenne, 1912-1914

Compte rendu de l’ouvrage de Kaïs Ezzerelli, Diplomatie Occidentale et dissidence arabe. La France coloniale et le mouvement arabiste en Syrie ottomane (1912-1914), Tunis, Dar al Wasla, 2014, 218 p.

Edité par une toute nouvelle maison d’édition (Dar al Wasla), cet ouvrage est signé par un jeune auteur tunisien travaillant sur les relations intellectuelles et politiques entre le Machrek et l’Europe principalement. En attendant l’achèvement de sa thèse sur l’intellectuel syrien Muhammad Ali Kurdi (1876-1953)[1], Kaïs Ezzerelli livre une étude de la diplomatie européenne au Moyen Orient dans la période qui précède la Première Guerre mondiale. Ayant vécu en Syrie et interpellé par la situation dramatique où se trouve ce pays depuis 2011, l’auteur reprend un ouvrage préparé de longue date à partir d’un dossier d’archives du Ministère Français des Affaires Etrangères, de revues (L’Asie française, La Correspondance d’Orient, La Géographie, Revue du monde Musulman), d’articles de presse et de rapports de l’époque consacrés au mouvement arabiste qui se développe dans la Syrie ottomane entre 1912 et 1914. Divisé en trois parties et huit chapitres, l’ouvrage se déroule selon un plan chronologique.

L’angle d’approche inspiré par les événements actuels est celui du poids des relations internationales dans la situation syrienne ainsi que l’impact des facteurs économiques. A la veille de la Première Guerre mondiale, la France est la deuxième puissance coloniale après la Grande Bretagne au Moyen Orient et l’Empire ottoman est en cours de dislocation. La Révolution Jeune Turque (1908) fait apparaître une conscience « arabe » qui impose sa représentation au Parlement. Une série de révoltes au Yémen, au Hijaz et dans la montagne des Druzes (1911), dans les Balkans (l’Albanie est indépendante en 1912) affaiblissent le pouvoir central. L’espoir et l’idée d’un califat arabe qui sortirait de l’emprise d’Istanbul se répand au Machrek, encouragé par l’Angleterre, à un moment où la France déploie ses capacités d’occupation au Maghreb (le Maroc entre sous protectorat en 1912, la régence de Tripoli est sous occupation italienne depuis 1911).

Les rivalités entre la France, l’Angleterre et l’Allemagne sont portées par les antécédents et les objectifs des représentations consulaires dans la région. La France, protecteur séculaire des Chrétiens d’Orient, entretient un réseau d’écoles et d’hôpitaux auquel s’ajoutent des projets industriels d’envergure, notamment pour l’infrastructure ferroviaire. L’Angleterre est proche des milieux musulmans et vise à renforcer sa présence dans les abords du canal de Suez. L’Allemagne entre en concurrence par le développement de la langue allemande et des marchés comme celui du chemin de fer de Bagdad. Au milieu de ces convoitises, la question syrienne va fixer la stratégie diplomatique de la France pour un temps.

En Syrie, la presse fait apparaître des noyaux intellectuels qui revendiquent décentralisation et autonomie par rapport à Istanbul. Al Muqtabas, premier quotidien de Syrie fondé en 1908, prend une coloration « arabiste » à partir de 1909 en réclamant une administration arabe, un service militaire local et des réformes sous le contrôle d’experts étrangers. La connexion entre ces groupes intellectuels et la diplomatie française trouve son terreau dans ces revendications autonomistes qui prennent une connotation sécessionniste quand elles sont relayées par les wali-s. La France entreprend de soutenir ce mouvement politique qui regroupe musulmans et chrétiens engagés pour des réformes décentralisatrices et la défense de la langue arabe. Dans les archives apparaissent les traces d’organismes voués à sonder les populations de ces contrées : une Commission Interministérielle des Affaires Musulmanes est créée en juin 1911 et l’encadrement sanitaire se structure autour du pèlerinage de la Mecque qui se développe grâce au chemin de fer.

L’ingérence du lobby colonial français fait l’objet de dissensions au sein du courant réformiste entre les adeptes d’un arbitrage étranger et les défenseurs d’une ligne indépendante. De son côté, la diplomatie française, loin d’être unanime, s’inquiète des retombées probables d’un effondrement de l’Empire ottoman, parvient à convaincre les militants arabistes d’organiser un congrès qui a lieu à la Société de Géographie de Paris du 18 au 23 juin 1913[2]. Le Congrès arabe syrien de Paris porte la marque de l’objectif d’adoucir les tendances séparatistes : tout en ménageant le rattachement ottoman, les résolutions votées par le congrès gomment (dans la version arabe tout au moins) la distinction entre syriens et arabes.

Cette étape fondatrice du mouvement arabiste portée par les étudiants syriens et libanais de Paris va être prise entre les enjeux économiques et militaires européens et les rapports de force locaux. La France entre dans une accélération des péripéties politiques et abandonne ce soutien qu’elle croyait tactiquement bénéfique. Le revers diplomatique français favorise la montée de la présence anglaise dans la région.

Ce court épisode d’histoire politique élargit la perspective du lecteur d’aujourd’hui. La chronologie dressée par l’auteur de 1906 à 1914 (pp. 195-210) permet de retrouver les faits saillants d’une période où des liens politiques se recomposent. L’historien retrouve des éléments pour comparer des segments d’équilibre géo -politiques en fonction des moyens mobilisés par les acteurs en présence dans la région. L’arabisme qui fermente à cette époque va traverser plusieurs étapes face aux courants ottomanistes et panislamistes qui structurent l’histoire du Moyen-Orient au XXème siècle. Avant d’être consacré par une mobilisation politico-militaire d’ampleur (la révolte de 1916-1918), le mouvement unit des intellectuels syro-libanais qui aspirent à se débarrasser du joug ottoman. L’orientalisme européen est une ressource diplomatique et un trait d’union entre des protagonistes finalement soumis à des considérations économiques et stratégiques. Les élites jouent des rôles différenciés dans ces scènes mouvantes où les accointances et les résultats n’apparaissent qu’avec le temps.

Les coïncidences entre les mouvements de libération (et les horizons qui les sous-tendent) et les intérêts des puissances agissantes ne préjugent pas de l’écriture de l’histoire mais en replaçant les acteurs dans les logiques des contextes où ils évoluent, on comprend mieux la suite des événements. L’entrée en scène de la France puis de l’Angleterre, dans un style et à des moments différents, vont infléchir les tendances de l’histoire du Moyen-Orient au XXème siècle. Les intérêts économiques qu’offre cette région face aux compétitions et aux possibilités d’intervention des puissances étrangères vont peser sur toute forme d’évolution ultérieure.

La lecture de cet ouvrage est d’autant plus stimulante qu’elle dessine des pistes de comparaison éclairantes pour comprendre les troubles géo-politiques actuels qui secouent la région et la situation de la Syrie contemporaine.

Hammam-Lif, le 31 janvier 2015

[1] Engagée sous la direction de Nadine Picaudou et poursuivie sous celle de Bernard Heyberger.

[2] Le rapprochement avec les congrès organisés entre 2011 et 2013 autour de la situation syrienne fait l’objet d’un article de l’auteur publié dans La Presse de Tunisie des 2 et 3 juillet 2013 (reproduit pp.175-185)

Compte rendu paru dans la revue Rawafid n°19, Publications de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, La Manouba, 2014, pp. 81-84

Bourguiba: always present, always current.

Former Tunisian president Habib Bourguiba (1903-2000) is back in the news. This time, two proposals have re-ignited the passions and polemics surrounding this major twentieth century figure in Tunisia. The first proposal was to put back an equestrian statue of Bourguiba in its former location namely, at one end of the major avenue carrying his name. The second proposal was to direct all schools to devote one hour of class time to his memory on April 6, the anniversary date of his passing away.

The disappearance of Bourguiba from power left a political vacuum which in truth had begun to form during his lifetime resulting from a governing style which grew more and more uncompromising towards all forms of opposition. The Declaration of the Republic in 1957 suddenly and brutally wiped out the country’s Huseini Monarchy (1704-1957). It was a unilateral act by Bourguiba and his partisans who had decided to dismiss all challenges and opposition for the purpose of laying the foundations for a modern state.  When Zine El Abidine Ben Ali took power, he filled the vacuum by transforming Destourian partisans and Bourguiba loyalists into a dormant network or by turning them into loyal members of his party, the RCD. Many of the latter have “repented” and are now back to the political scene. Ben Ali’s decision to play down Bourguiba’s national and public funeral on April 8, 2000, in the face of a widely popular anticipation, had left a bitter taste among many citizens. Furthermore, almost nobody dared contest the house arrest under which Bourguiba had lived for 13 years (from November 7, 1987 to April 6, 2000).  His detention and isolation were never relaxed. People still resent not having been allowed to properly and publicly mourn his death, as if their frustration with not being able to pay homage to their departed president was the price they had to pay for their sudden realization that they had abandoned him.

The unexpected departure of Ben Ali has stirred these regrets and the frustration of not having given Bourguiba the merit he deserves. These confused feelings emerged during a period when no clear leadership rose to the surface and thus nourished Bourguiba’s symbolic appeal since 2011.

Meanwhile, after sixty years of independence, a slow perfusion of the principles of organization of the Tunisian State and society had time to make its effect. Despite Bourguiba’s past authoritarian abuses and despite manipulations by Ben Ali (who, everyone agrees, desperately lacks Bourguiba’s charisma and culture) and his regime to co-opt Bourguiba’s legacy, the various social classes in Tunisia have evolved to accept, and even take for granted, free access to public education and public health, and the recognition of women’s rights (prohibition of polygamy, the right to divorce, and the right to vote) and their role as political actors. The entire country has undergone a series of profound changes induced by public policies deriving from Bourguiba’s visions and choices. To various extents, modes of thinking and ways of living in the spheres of family life, education and labor (but not politics) have changed for the better. Still, these changes did not go as far as completely eliminating violence and discrimination against women nor limiting the disastrous effects of political and economic choices dictated by globalization constraints.

Today, nostalgic “Bourguibists”, these new political entrepreneurs busy reviving Bourguiba’s image and legacy to use as a stepping ladder, and the Islamists who have started to acknowledge in their speeches Bourguiba’s contributions to modern-day Tunisia, share almost similar discourse characterized by the absence of their own political vision. It is thus significant to note that Tunisia’s new constitution of January 2014 has kept the same version of the first article in the 1959 Constitution, “Tunisia is a free, independent, sovereign State; its religion is Islam, its language is Arabic …,” with the same syntactic ambiguity namely, is the possessive pronoun its referring to Tunisia or the noun State? The various political tendencies existing inside the National Constituent Assembly ended up agreeing to preserve the status quo at least with respect to this particularly divisive issue.

The sudden appearance of religious extremism in Tunisia has brought the question of women’s rights to the forefront of ideological and political confrontation and turned it into a compass. Once more, political speeches, public debates, and social media return to Bourguiba as a reference and a symbol. In this respect, Bourguiba was not the sole artisan in the “modernization” of Tunisian society. The groundwork for this process was laid out a long time ago by the writings of several Tunisian intellectuals, Tahar Haddad being the most famous among them. What Bourguiba had done was introduce into the laws and other republican institutions the principles of equality between the sexes. The concept took strong roots in the country. In 2012 and during the writing of the new Constitution, there were attempts to replace the term equality by the term complementarity, but they failed.

Despite Bourguiba’s legacy and his symbolic importance within the context of women’s rights in Tunisia, it would still be wrong to consider him as a demiurge responsible for thrusting Tunisia into a brave new era. The recent tensions in public debates demonstrate that those values often incarnated by Bourguiba can be contested in the name of competing political project. Without resorting to either mystifying or vilifying his legacy, it is best to pursue it. Rising above political cleavages, we should renew and reinvent his legacy in actions and in laws so that we build a society where women fully occupy the space that Bourguiba had begun to clear out for them.

Published by The Arab Weekly, 8 avril 2016, P. 15

The french version has been plublished in Le Quotidien d’Oran, 7 avril 2016, p. 15

Bourguiba : la présence de l’absent

La version anglaise de ce texte est publiée dans le magazine en ligne : The Arab Weekly, daté du 8 avril 2016, page 15.

Deux polémiques, l’une autour du retour de la statue équestre de Habib Bourguiba (1903-2000) au bout de l’avenue qui porte son nom à Tunis, l’autre à propos de la consigne aux enseignants de lui consacrer une heure de cours le 6 avril, jour anniversaire de sa disparition, ont été l’occasion de ranimer les différentes opinions qui entourent cette personnalité majeure du XXème siècle tunisien.

L’absence de Bourguiba rencontre un vide politique qui a commencé à se creuser de son  vivant et par le fait d’un mode de gouvernement de plus en plus intransigeant, à mesure que les oppositions se sont dressées. L’avènement de la République en 1957 a signé l’effacement brutal de la monarchie husaynite (1704-1957). L’unilatéralité du geste ouvre la voie devant un Bourguiba agissant avec des alliés partisans et contre toute contestation, pour mettre les bases d’un Etat. Zine El Abidine Ben Ali a investi ce vide et transformé les destouriens-bourguibistes en réseau dormant ou en RCDistes aujourd’hui repentants. Sa décision d’escamoter les funérailles nationales et populaires que tout le monde attendait le 8 avril 2000 traîne encore ses conséquences. La résidence surveillée dans laquelle Bourguiba a vécu pendant 13 ans (7 novembre 1987-6 avril 2000) a été à peine contestée ; son isolement n’a jamais été levé et la déception infligée au deuil de la population dure encore, comme si la frustration de l’hommage couvrait la culpabilité de l’abandon, soudain réalisé avec sa disparition.

Le départ inattendu de Ben Ali réveille des remords et l’insatisfaction de ne pas avoir rendu à Bourguiba la place qui lui revient. Cette confusion des sentiments dans une phase où aucun leadership ne se dégage accroît l’attrait de la symbolique bourguibienne depuis 2011.

Entretemps, après soixante ans d’indépendance, une lente perfusion des principes d’organisation de l’Etat et de la société tunisiens a eu le temps de faire son effet. Les dérives autoritaires et l’instrumentalisation faite par Ben Ali (dont on s’accorde à dire qu’il n’a ni la culture ni le charisme de Bourguiba) n’ont pas empêché les différentes couches sociales tunisiennes d’évoluer autour de l’éducation et de la santé de masse comme de la reconnaissance du rôle des femmes comme sujet de droit (interdiction de la polygamie, droit au divorce, droit de vote) et donc comme acteur politique. L’ensemble du pays a métabolisé une série de transformations induites par les politiques publiques bourguibiennes. A des degrés divers, la sphère familiale, le milieu scolaire et le monde du travail (mais pas le monde de la politique), les mentalités et les manières de vivre ont été modifiés, sans supprimer toutefois la violence contre les femmes, les inégalités en leur défaveur ni éviter les effets d’une gestion politique et économique soumise aux diktats de la mondialisation.

Aussi, les nostalgiques « bourguibistes », les nouveaux entrepreneurs politiques qui ravivent son image pour s’y adosser, les islamistes dont les discours se mettent à reconnaître son apport à la Tunisie se rencontrent surtout autour d’une rhétorique qui recouvre une absence de vision politique propre. La reconduction de l’article premier de la Constitution de 1959 dans la Constitution de janvier 2014 : “ La Tunisie est un Etat libre, indépendant et souverain. Sa religion est l’islam, sa langue, l’arabe” avec son ambiguïté (le pronom possessif sa renvoie-t-il à la Tunisie ou à l’Etat ? ) est  significative. Les tendances politiques présentes à l’Assemblée Nationale Constituante ont fini par s’accorder sur ce statu quo a minima.

L’apparition de l’extrémisme religieux a remis au premier plan la question du droit des femmes comme lieu d’affrontement idéologique et politique et comme boussole. Ce qui a renforcé le retour à Bourguiba comme référence et comme symbole dans les discours politiques, les débats publics et sur les réseaux sociaux. Sans être le seul artisan de la « modernité » tunisienne – préparée de longue date, entre autres par les écrits de Tahar Haddad -, Bourguiba a traduit dans les lois et les institutions de la République les bases de l’existence des femmes à parts égales avec les hommes. C’est ainsi qu’en 2012, lors de la rédaction de la Constitution, le terme « complémentarité » a été remplacé par « égalité ».

Malgré les acquis et la symbolique qu’il représente pour le statut de la femme en Tunisie, il ne s’agit pas de considérer Bourguiba comme un démiurge qui aurait fait rentrer la Tunisie dans une nouvelle ère. Les tensions récentes montrent que les valeurs personnifiées par lui peuvent être contestées au nom d’un projet politique concurrent. Sans mystifier ni diaboliser son oeuvre, il s’agit de la poursuivre. Au-delà des clivages politiciens, son héritage est à renouveler et à ré-inventer, par l’action et les lois, afin d’aller vers un projet de société où les femmes tiennent la place, pleine et entière, que Bourguiba a commencé à aménager.

Hammam-Lif, le 6 avril 2016

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 7 avril 2016, p. 15.

Version arabe publiée dans Assaffir al arabi, 22 mai 2016,

http://arabi.assafir.com/article.asp?aid=4156&refsite=arabi&reftype=home&refzone=slider

La littérature tunisienne dans le vif de l’histoire

Le colloque sur Le roman français et d’expression française contemporain :  nouvelles formes, nouveaux rapports à l’histoire, organisé par l’Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts (Beyt al-Hikma) les 11, 12 et 13 février 2016, a été pour moi un observatoire passionnant. Le public était composé essentiellement d’écrivains, de critiques, d’universitaires et de lecteurs, mais l’existence et l’activité d’un tel espace d’échange donnent des raisons de croire à une vitalité réconfortante, peut-être à des tremblements significatifs.

S’intéresser à la littérature

Dans l’actualité cacophonique où vit la Tunisie depuis 2011, la littérature conserve en effet des adeptes, fait parler d’elle et réunit des pratiquants. La sphère littéraire flotte entre les mondes enseignant, médiatique et économique, eux mêmes secoués, mais l’obscur désir d’écrire reste vivace, et même si l’œuvre littéraire a une présence réduite, elle maintient son existence. La rencontre réservée au roman de langue française a donné la parole à des écrivains, des critiques et des universitaires, dans un équilibre et une circulation qui ont permis de réfléchir à la situation de la littérature, en Tunisie et ailleurs. Entendre des amoureux des livres, des passionnés des mots et des auteurs échanger autour d’œuvres, de gestes d’écriture, d’univers romanesques, de personnages et de références littéraires a quelque chose d’apaisant en cette période où le désordre langagier s’ajoute à tous les autres. On sait que la production littéraire, en arabe comme en français, est en hausse après 2011, même si auteurs, éditeurs et libraires continuent à se plaindre du manque de lecteurs. Le regret est ancien et appelle à bousculer les cloisons de ces espaces où vit le texte  littéraire. Comme pour le cinéma, les arts plastiques, la musique ou le théâtre, les choses commencent par le public. En filigrane des débats, on a esquissé les lieux à investir ou à faire revivre pour que le roman occupe une place plus grande. Mais, au-delà de cette controverse lancinante et en plus des fenêtres ouvertes sur auteurs et courants littéraires, j’ai été interpellée par la façon dont l’histoire était présente dans les communications. L’histoire de la langue française, notamment, qui peut aider à écrire et à comprendre la complexité de la culture tunisienne contemporaine.

Sortir de la binarité

La rencontre axée autour du roman français et d’expression française a montré que les frontières du microcosme littéraire francophone se sont étendues. Ce microcosme ne se limite plus à la production hexagonale mais peut rejoindre des communautés comparables, en Algérie, au Maroc, à Haïti, au Canada… Le face à face avec la France est aujourd’hui brisé par la dissémination de la littérature francophone dans plusieurs contrées. Depuis des décennies, de grands auteurs francophones sont consacrés partout, et les communautés littéraires, fragmentées et minoritaires au Maghreb, en Europe, en Afrique, en Amérique comme partout, peuvent, notamment grâce à Internet, se lire et communiquer. Se rapprochent-elles pour autant ? La question vaut pour toutes sortes de moyens d’expression, les arts comme les sciences, les littératures comme les « humanités ». Si on se tient à l’histoire, suivre les fils tissés par la langue française qui s’est propagée dans le monde à travers la colonisation, puis s’est prolongée en francophonie, avec les décolonisations, est une entreprise en soi. L’histoire des modalités, des traces, des formes et des manifestations de la présence linguistique française en Tunisie reste en tous cas à faire, au-delà de l’obsession contre sa domination. Celle-ci est, du reste, battue en brèche par l’anglais mondialisé et la conquête d’espaces conséquents par l’arabe classique, dans les sphères du pouvoir, de la littérature et du savoir en Tunisie. Que le roman francophone continue à vivre est un signe d’aspiration à la liberté en ces temps où le mot « dignité » reprend du service. La langue française n’a pas disparu, elle a évolué et se loge dans des plis différents. Considérée comme monture de la modernité et/ou de l’émancipation jusque vers 1960, elle acquiert un autre statut, joue un rôle différent et dit d’autres vécus, entre l’arabe classique du pouvoir et le dialectal (langue du ressenti) – deux espaces en bouleversement – et à côté d’une littérature arabe en expansion.

La littérature comme histoire contemporaine ?

Nous vivons un temps où la binarité n’est plus significative. La binarité arabe/français, longtemps explorée comme lieu de tension politique et idéologique, ne suffit plus à comprendre la Tunisie, tout comme le binôme français/anglais ne permet ni de structurer ni de lire les orages du monde. Les divorces entre ces couples ont tramé les histoires individuelles et globales pendant des décennies : les choix d’écriture, les politiques pédagogiques ou les relations diplomatiques en portent la trace et les figures de passeurs (dont ceux des écrivains Alain Nadaud et Abdelwaheb Meddeb, auxquels le colloque a rendu hommage) éclairent à leur façon l’histoire du XXème siècle tunisien. Aujourd’hui, nous traversons des désordres plus vastes, des perturbations d’équilibre plus profondes. Les passages sont plus escarpés, les proclamations de divorce entre arabe et français ou les échecs annoncés devant l’hégémonie de l’anglais sont des réponses partielles, des interprétations tronquées.

Cela remet la littérature à sa place, diffuse et nécessaire, celle de faire entendre les multiples sens de ce qui habite le tréfonds des sociétés et qui est étroitement lié à ce qui traverse l’intimité des êtres. La littérature en général et la tunisienne en particulier se trouvent devant une implication accrue, celle de décrypter la complexité foisonnante du monde où l’on vit, ses oublis comme ses masques, ses peurs comme ses espoirs, de faire entendre les voix recouvertes par le vacarme de la politique et le bruit des médias comme d’ouvrir un accès aux sons enfouis sous le silence de l’argent et des intérêts.

Merci aux organisateurs (Emna Belhaj Yahia, Rabaâ Abdelkéfi, Ridha Bouguerra, Béchir Garbouj, Samir Marzouki, Najet Tnani), à Dominique Viard qui a introduit le colloque, aux auteurs présents (Renata Ada-Ruata, Ali Bécheur, Rafik Ben Salah, Lamia Berrada, Azza Filali, Alia Mabrouk, Saber Mansouri, Fawzi Mellah, Jean Rouaud, Mokhtar Sahnoun, Antoine Volodine), aux enseignants et aux amateurs de littérature française d’avoir, au cours de ces trois jours, replacé la littérature tunisienne dans le vif de l’histoire en train de s’écrire et de donner envie de lire, encore et toujours.

Hammam-Lif, le 14 février 2016

Le texte a paru sur La Presse de Tunisie, 17 février 2016, page 6.

http://www.lapresse.tn/17022016/110487/la-litterature-tunisienne-dans-le-vif-de-lhistoire.html

Le fil historiographique

Introduction de l’ouvrage Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, Tunis, Université de La Manouba, 2015, 158 p.  (II)

 Le recueil des neuf textes édités dans cet ouvrage commence par le discours d’habilitation à diriger des recherches, prononcé en juin 2002. Le texte « Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie » qui en est issu traduit l’effort intrinsèque à l’exercice de l’habilitation : celui de définir un champ de recherche et d’intérêt. Le délimiter comme : Histoire culturelle et histoire des intellectuels en Tunisie aux XIXe et XXe siècles, m’a aidée à sauter de plain-pied dans le biais historiographique. A partir des questions classiques de périodisation et de sources, j’ai commencé à tourner autour des pistes qui peuvent clarifier les conditions matérielles et intellectuelles de l’écriture de l’histoire contemporaine de la Tunisie, certains des lieux dans lesquels elle est formulée (les revues, les manuels, le bilinguisme…) et les profils intellectuels qui l’accompagnent, à une époque où l’engagement nationaliste devient une donne structurante.

Il me reste à aller plus loin, notamment dans le sillon historiographique….pour comprendre le processus de construction de la Tunisie comme entité historique et nationale.

A la suite de ce texte programmatique, l’article « De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie » est né à l’occasion d’un débat autour des « orientalismes » et des « aires culturelles » en vogue dans les années 2000. Le colloque Savoirs du lointain, fruit d’une coopération entre l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC), m’a permis de faire le point sur les outils méthodologiques et les références disciplinaires des études et de l’enseignement historiques en Tunisie.

Comme toute culture, la Tunisienne est hantée par un besoin de passé dont l’usage est intéressant à étudier et le cadre national constitue un lieu propice pour saisir des liens éloquents entre histoire culturelle et histoire des intellectuels en Tunisie.

L’article « Relire les biographies de Bourguiba : Vie d’un homme ou naissance d’une nation ? » a consisté à appliquer le « deuxième degré » historiographique à une histoire qui semblait à première vue saturée d’études. L’histoire tunisienne, notamment académique n’est pas riche en biographies et celle de Bourguiba, apparemment bien servie, a ses silences. Le point de vue historiographique m’a permis de mettre en évidence le lien entre le récit national que Bourguiba faisait écrire, les biographies écrites sur lui et le poids du contexte général sur l’exercice d’une discipline que l’on sait, partout, influencée par le politique.

Au-delà des plus célèbres modèles du genre, il est bon de lire cette somme comme un indicateur des limites et enjeux de l’écriture historique sous le ciel de la Tunisie bourguibienne. On peut aussi apprécier ces récits de vie comme ayant été une façon de conjurer l’absence de liberté, ou encore d’écrire « l’histoire du temps présent ». En soupesant la captation, par les biographes, de la narration faite par Bourguiba de sa propre vie, on peut considérer ces histoires non « autorisées » comme des incursions masquées, des audaces calculées, des projets qui contournent l’écrou imposé par l’histoire officielle et « l’auto-mythification » bourguibienne.

Cette étape allait m’orienter vers le genre des manuels dans l’intervalle colonial, période d’incubation des bases de l’Etat-nation, des organes construits pour sa défense et des moyens de sa formulation intellectuelle, notamment entre histoire et géographie. Dans « Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des savoirs », j’ai dégagé les phases de l’élaboration d’un modèle de pédagogie du savoir historique autour de la nation. A côté des manuels en langue arabe, la séquence coloniale voit le bilinguisme français-arabe s’imposer sur la scène culturelle et politique. Ce trait de l’histoire contemporaine de la Tunisie va certes vivre l’oscillation inverse après l’indépendance, mais le bilinguisme marque le champ intellectuel, médiatique et politique tunisien, en passant par la littérature historienne, tout au long du XXème siècle.

En même temps que l’histoire savante continue à se penser dans un large cadre arabe et musulman, l’histoire telle qu’elle est formulée par les pédagogues et enseignée dans les classes primaires et secondaires de l’enseignement musulman développe cette conception nouvelle et cultive l’amour d’une patrie tunisienne, État-nation aux frontières linéaires précisément tracées.

L’article « Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures » est construit autour de la revue, source décalée et espace interactif qui  permet de saisir les connexions profondes entre culture et politique. L’écriture de l’histoire, celle de l’action ou des idées, s’inscrit elle aussi dans la longue durée des hommes, des institutions et des dispositifs concrets qui les portent. Les revues constituent des caisses de résonance et des goutte-à-goutte nourriciers des différentes catégories intellectuelles. Depuis la fin du XIXème siècle, les revues, en arabe et en français, témoignent des liens qui existent entre les modes d’expression et d’intervention, et qui évoluent en fonction des générations.

Le milieu tunisien des revues apparaît comme un espace de rencontre éloigné des contingences immédiates, un lieu souterrain de respiration de la vie intellectuelle. C’est dans ces institutions que se construisent les différents groupes intellectuels, qu’ils s’expriment et s’articulent entre eux, qu’ils se livrent aussi à une course à la notoriété.

A l’entrée par les revues, s’ajoute une autre clé d’analyse importante, celles des générations. A condition de sortir la notion de son sens purement démographique, on peut déceler à travers la « génération » les continuités et discontinuités qui régissent l’histoire intellectuelle et politique de la Tunisie contemporaine. La clé générationnelle libère, entre autres, de la prégnance de la fracture coloniale/post –coloniale :  en liant les segments pré et post –indépendance, on peut doser les effets de l’alliage qui caractérise, à chaque moment, les articulations entre mémoire généalogique, contexte politique et métabolisation intellectuelle. La césure zaytounien /sadikien a opéré suffisamment longtemps pour être, aujourd’hui, enfouie dans l’écriture historienne. Elle constitue un des nœuds qui structurent le discours politique et historique, un nœud solidifié à travers le bilinguisme qui marque les générations intellectuelles tunisiennes du XXème siècle.

Entre les projets éducatifs et de société formulés dans les tribunes, s’est déroulée en arrière-plan une « querelle des Anciens et des Modernes », englobée par des événements politiques qui ont occupé  le devant de la scène et les esprits.

Etre historien en Tunisie

En avançant vers une histoire sociale et culturelle des historiens, j’ai rencontré l’exemple de M’hamed Belkhûja, un historien érudit et fonctionnaire de l’administration du protectorat, connaissant l’arabe et le français : « M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale ». Entre chroniqueur et journaliste, M’hamed Belkhûja a largement contribué à deux périodiques : al-ruznama at-tounisiyya (almanach) et la revue Al majalla az-zaytouniyya (rubrique : histoire). Tombé dans l’oubli et accusé de collaboration avec le pouvoir colonial, cet historien signe un mélange entre deux traditions académiques qui se chevauchent en son temps et à travers lui. Son cas témoigne de passerelles entre deux magistères intellectuels et politiques, moins étanches qu’il n’y paraît.

Bien que l’on puisse considérer qu’il a joué un rôle important dans la constitution du métier d’historien en Tunisie, Belkhûja fait partie d’une génération de Tunisiens qui n’a pas eu accès à une formation universitaire sanctionnée par un diplôme…À [sa] mort, en l’absence de normes fixées et de codes partagés, les historiens tunisiens ne constituent pas encore une communauté homogène. Ils partagent un goût pour l’étude du passé et une curiosité pour les chroniques anciennes qui prolongent une tradition depuis longtemps ancrée chez les lettrés tunisiens, mais leurs travaux ne répondent pas aux critères de scientificité exigés par un monde académique international que représentent encore exclusivement les pays occidentaux.

La profession d’historien bricolée au cours de la période coloniale se structure avec et au sein des institutions de la Tunisie indépendante, à commencer par l’université nationale née en 1960. Deux articles « Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et recherche » et « L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université » sont consacrés aux facettes de ce qui est devenu un métier dans la période post -indépendance. Mon expérience, celle d’une diplômée en histoire, engagée comme chercheur dans une institution destinée à faire « l’histoire du mouvement national » est au centre de cet essai d’introspection professionnelle. En considérant sur la durée centres de documentation et d’archives, ouvrages et périodiques, on voit comment se construit un dispositif de connaissance qui vise à mettre les bases d’une culture historique officielle, servie par des formations en histoire et ses disciplines « auxiliaires ». Comme il m’a été donné de travailler au sein d’une institution publique –aujourd’hui intégrée au panorama universitaire- j’ai assisté à travers les colloques du Programme National de Recherche sur l’Histoire du Mouvement National des années 1980 à l’entrée en scène du témoin, interrogé et donc reconnu par l’historien. La démarche a été ensuite systématisée par une institution privée (CEROMDI puis FTERSI), dirigée par Abdejellil Temimi, un universitaire qui a investi l’exercice du témoignage en invitant le personnel politique, des militants et toutes sortes d’acteurs de la scène politique, économique ou culturelle de l’histoire récente à délivrer et enregistrer leurs mémoires et souvenirs.

La proximité du témoin et de l’historien, intégrée par l’étude du « mouvement national » agit comme un facteur qui stimule l’activité scientifique : cette commodité de l’histoire contemporaine infuse les colloques, traverse les publications et influence les thèses d’une façon qui contribue, à son tour, à renflouer la promotion de la mémoire. Les discours convergent vers l’exhumation d’une mémoire, notamment du côté politique, après une longue période de silence des acteurs dont certains ont exercé des fonctions officielles alors que d’autres, quoique éloignés des feux de la rampe, ont des témoignages importants à transmettre.

Le fil historiographique que j’ai essayé de reconstitué rejoint l’ensemble de l’histoire des sciences humaines et sociales en Tunisie. D’où l’idée d’ajouter en guise de postface à ce recueil d’articles les réponses à un questionnaire « Les connaissances humanistes aujourd’hui », conduit et publié en 2011 par Mirella Cassarino, une collègue de l’Université de Catane. Cet entretien me semble résumer les grandes lignes d’une histoire encore à faire. Pour que la lecture historiographique s’élargisse au-delà de la compréhension de la logique et des procédures du métier d’historien en Tunisie, il est nécessaire de creuser l’histoire des autres sciences humaines et sociales appliquées à la Tunisie, du point de vue de leurs contenus, de leurs institutions et de leurs apports à la culture, à l’histoire du savoir et à la connaissance actuelle de la Tunisie contemporaine.

Hammam-Lif, le 1er octobre 2014.

SOMMAIRE

Introduction : Rassembler, rééditer, redonner à lire

Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie, Correspondances n° 71, Tunis, IRMC,Tunis juillet-août 2002,                                                                                              pp.3-9.
De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie, Savoirs du
lointain et sciences sociales
, Paris, Bouchène, 2004,          pp. 17-25.
Relire les biographies de Bourguiba. Vie d’un homme ou naissance d’une nation ?, Alfa, Biographies et récits de vie, Tunis, IRMC, 2005,                   pp. 107-118.
Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des
savoirs, De l’Atlas à l’Orient musulman, Contributions en hommage à Daniel Rivet, Paris, Karthala, 2010,                                                                             pp. 141-153.
Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures, Générations engagées et mouvements nationaux : le XXème siècle au Maghreb, Aïssa Kadri & Ouarda
Siari Tangour (dir), CRASC, Oran, sept 2012,                             pp.183-205.
M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale, Revue
d’Histoire des Sciences Humaines
,
 Paris, 2011, n°24,             pp. 17-34.
Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et
recherche, Études sur l’État, la culture et la société dans l’espace arabo-musulman.
Mélanges offerts au Professeur Abdejellil Temim
i
,

Tunis, CERES, 2013, Tome II,                                                      pp.197-223.
L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université,Penser le national au Maghreb et ailleurs,Fatma Ben Slimane et Hichem Abdessamad (dir), Tunis, Arabesques éditions/Laboratoire Diraset, 2012,                                        pp. 265-280.
Les connaissances humanistes aujourd’hui. Réponses au Questionnaire, Le forme et le
storia
, n° IV, Catane, 2011,                                                       pp. 397-404.

Rassembler, rééditer, redonner à lire

Introduction à Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, Tunis, Université de La Manouba, 2015, 158 p.  (I)

Les neuf textes (huit articles et un entretien) qui forment ce volume ont été publiés dans des revues ou ouvrages collectifs, au cours de la décennie 2002-2012. Sont-ils lus ? Je me suis toujours posé la question et n’en ai aucune idée jusqu’à ce jour. La principale raison qui m’a poussée à les éditer en recueil est qu’ils répondent à des considérations historiographiques, qui sont ici une clé d’entrée dans l’histoire de la Tunisie contemporaine. Les circonstances dans lesquelles j’ai eu à prononcer les interventions orales à l’origine de ces textes sont diverses. Après les avoir partagées avec les commanditaires et les auditoires des rencontres (versions intermédiaires puis forme écrite livrée à la publication), je vois ces textes sinon comme un ensemble parfaitement homogène, du moins comme les traces d’une quête qui m’a occupée pendant une dizaine d’années.

Entre oral et écrit

En relisant ces articles pour l’édition, il m’est difficile de percevoir une autre continuité que celle des occasions collectives de réfléchir et de débattre à partir de mes centres d’intérêt, dans le cadre offert par les colloques et séminaires. Le souvenir et l’apport de manifestations qui m’ont motivée pour écrire se sont évaporés avec le temps. Dépassés dès qu’ils sont couchés sur papier, les écrits s’éteignent petit à petit, entrent dans l’oubli pour permettre à l’auteur de passer à autre chose. L’excitation de répondre à la sollicitation suivante efface la précédente. Les versions évoluent entre l’inspiration de la commande, l’accueil fait à la communication orale puis la mise par écrit : triangle ordinaire où la stimulation de s’adresser à un auditoire spécialisé refroidit avec le temps. Sans compter qu’on ne sait pas qui va lire, la vie du livre étant assez morne en général et celle du livre académique encore plus terne. Entre la fièvre de la prestation orale et le doute sur l’utilité de prolonger le moment parlé par une trace écrite, il arrive qu’on renonce à l’effort de la rédaction. Scepticisme envers l’impact de l’écrit ou paresse face à la difficulté ? Le manque d’occasions de débattre renforce ces travers et si l’université est une île relativement protégée, elle reste régie par des cloisons et un manque de vitalité critique, peu de curiosité transversale l’anime et l’académisme est mû surtout par l’avancement administratif.

Quand on passe outre le doute décourageant, il faut réactiver la présence des arguments, polir les hypothèses sans le dard des questions et la provocation des critiques. Difficile de remplir le soliloque de l’écriture, dans la surdité aux hésitations et flottements qui accompagnent la recherche. Les commandes insistantes m’ont amenée cependant à transposer des dizaines d’interventions orales en textes que je réédite ici pour souligner les pointillés qu’ils tracent, pour ranimer leur faible visibilité, pour tenter de relancer leur effet en espérant d’autres lecteurs et des réactions.

Je dois avertir que cette réédition ne revient pas sur les versions ; je n’ai pas entrepris de mettre à jour les références ni de reprendre les bibliographies. Même si je m’aperçois à la relecture qu’on ne pense jamais seul et qu’on écrit, sans le savoir, pour soi et pour les autres, je n’ai pas tenté de compléter ce qui manque et qui ne peut qu’augmenter, à mesure que les années passent. La volatilisation des idées est inévitable, et si on n’est pas capable d’écrire dans la foulée de la prestation orale, on doit accepter que la latence entraîne des répétitions et parfois des retours en arrière. Chaque intervention dans une conférence, un séminaire ou un colloque nécessite de plonger en profondeur, de reprendre des segments de raisonnements, parfois jusqu’à des passages entiers, difficiles à synthétiser. Les redites se distribuent en chevilles de discours, qu’on renonce à supprimer, pour que chaque article conserve son autonomie de sens. Le lecteur doit se préparer aux désagréments de l’enfilade des textes proposés dans ce recueil.

En dépit de ces inconvénients, d’avoir planifié cette réédition me permet de mesurer les effets de cette volatilité et de la comprendre suffisamment pour en avertir le lecteur.

Un échantillon

Ces textes parus sur un intervalle de dix ans constituent un échantillon qui peut aider à comprendre l’évolution de la discipline historique dans l’université tunisienne. Non pas qu’il n’y ait pas d’autres études, ni assez de connaissances, mais j’ai le sentiment (et sentiment n’est pas toujours raison) que l’assemblage de ces articles renseigne sur deux niveaux de la production historienne, sa visibilité et le chemin que j’ai pris pour y entrer.

Il est difficile de quantifier l’accumulation des travaux historiens sur la Tunisie contemporaine et ce manque de visibilité a plus d’un inconvénient pour tout arrivant dans le domaine, chercheur, journaliste ou curieux. Du côté de la discipline historique -cela reste à vérifier dans d’autres sciences humaines et sociales-, le travail scientifique sur la Tunisie est soumis à une logique de production, de diffusion et d’exploitation axée sur le court terme et la commande immédiate. Phénomène naturel qui appelle à dégager des moments dans l’accumulation puis à mettre en relation la production universitaire, elle-même variée et divisée, avec celle qui est fabriquée dans d’autres sphères, médiatique, politique, littéraire et artistique, productrices de culture historique. Pour mettre en perspective la production académique en matière d’histoire, il faut remonter aux cadres institutionnels, juridiques et matériels qui la déterminent. A travers cette réédition, j’espère donner à lire un échantillon dans un agencement qui permet d’apprécier les conditions d’écriture d’une production académique limitée à l’histoire contemporaine de la Tunisie.

Je me suis longtemps exercée à décrypter l’historiographie académique, selon la disponibilité des travaux.  Entre enseignement et recherche, les lectures m’ont fait découvrir des barrières et des grilles pas toujours lisibles. Ce qui a attiré mon attention sur la manière et les canaux à travers lesquels le savoir historique circule entre le monde académique et les sphères politique, médiatique et sociale. C’est une banalité mais il m’a fallu le temps de la tâter. La posture historiographique s’est imposée comme un palier de déchiffrement nécessaire pour comprendre les ressorts de la discipline et ses liens avec le contexte où elle se déploie. J’ai emprunté cette lecture de « second degré » en grande partie à cause du sentiment que cette production repose sur des non dits (je m’étonne encore de la difficulté à adopter la locution « Tunisie coloniale » et encore plus celle de « Tunisie colonisée »), et souvent pour répondre à de personnes (étudiants débutants ou en dehors du monde universitaire) curieuses de lier les acquis du savoir historique avec les conditions de son écriture. J’ai mis un certain temps à inclure l’histoire politique de la Tunisie contemporaine dans une histoire culturelle, le cadre académique étant peu familier avec la démarche et ses implications réflexives et collectives. Mon parcours professionnel inscrit au sein d’une institution vouée à une part de cette histoire contemporaine (« histoire du mouvement national ») a été le terrain obligé d’une posture réflexive sur les tenants et les formes prises par une production universitaire où j’étais partie prenante…et observante.

SOMMAIRE

Introduction : Rassembler, rééditer, redonner à lire

Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie, Correspondances n° 71, Tunis, IRMC,Tunis juillet-août 2002,                                                                                                     pp.3-9.
De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie, Savoirs du
lointain et sciences sociales
, Paris, Bouchène, 2004,                 pp. 17-25.
Relire les biographies de Bourguiba. Vie d’un homme ou naissance d’une nation ?, Alfa, Biographies et récits de vie, Tunis, IRMC, 2005,                          pp. 107-118.
Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des
savoirs, De l’Atlas à l’Orient musulman, Contributions en hommage à Daniel Rivet, Paris, Karthala, 2010,                                                                                  pp. 141-153.
Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures, Générations engagées et mouvements nationaux : le XXème siècle au Maghreb, Aïssa Kadri & Ouarda
Siari Tangour (dir), CRASC, Oran, sept 2012,                              pp.183-205.
M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale, Revue
d’Histoire des Sciences Humaines
,
 Paris, 2011, n°24,              pp. 17-34.
Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et
recherche, Études sur l’État, la culture et la société dans l’espace arabo-musulman.
Mélanges offerts au Professeur Abdejellil Temim
i
, Tunis, CERES, 2013, Tome II, pp.197 -223.
L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université, Penser le national au Maghreb et ailleurs, Fatma Ben Slimane et Hichem Abdessamad (dir), Tunis, Arabesques éditions/Laboratoire Diraset, 2012,                                                        pp. 265-280.
Les connaissances humanistes aujourd’hui. Réponses au Questionnaire, Le forme et le
storia
, n° IV, Catane, 2011,                                                                       pp. 397-404.

Musiciens algériens dans l’été tunisien

Les Algériens ne sont pas seulement sur les plages tunisiennes en cet été. Le tourisme algérien a commencé depuis une décennie environ à modifier l’offre et la demande à Tabarka, Hammamet, Nabeul, Sousse … mais depuis 2011 et bien que le mois de ramadan se situe en été, les Algériens ont constitué une clientèle régulière qui a jugulé une partie des déboires du tourisme tunisien, essentiellement balnéaire, en crise d’image et de fonctionnement.

Solidarité (s)

La saison estivale 2015 a démarré tragiquement avec la tuerie de la plage de Sousse, le 26 juin et les réservations d’avion et d’hôtels ont, une fois de plus, accusé le coup. Une campagne de solidarité s’est spontanément exprimée dans les réseaux sociaux pour encourager et annoncer la venue des touristes algériens après l’Aïd. Le mouvement a bel et bien eu lieu et on se demande si le nombre des Algériens va dépasser le chiffre de 1.300.000 visiteurs atteint en 2014.

En ces temps de violence, il est plus réjouissant encore de constater que la participation algérienne s’étend aux activités culturelles et artistiques, collaborant ainsi aux niches qui travaillent un peu partout à conjurer l’ignorance, le silence et la peur.  La visite de l’Orchestre Symphonique National Algérien est un maillon dans la chaîne solidaire des artistes face aux agissements destinés à épouvanter les gens et à empoisonner la vie et l’atmosphère. Pour la 4ème session des rencontres cinématographiques de Bizerte organisées par l’Association Bizerte Cinéma (18-21 juillet), Lamine Ammar- Khodja a présenté son film Sans cinéma et animé un atelier de tournage (les 3 films amateurs ont été projetés à la clôture). Son film sera présent au festival El ‘Abedila de Sbeïtla, le 6 août. L’ensemble  symphonique a donné deux concerts au public tunisien, les 1er et 2 août, à El Jem et à Hammam-Lif. La brochure distribuée à l’occasion de la tournée tunisienne nous apprend que la formation existe depuis 1992 et qu’elle se compose d’une soixantaine de solistes professionnels, diplômés des écoles et conservatoires des différentes Wilayas algériennes et des institutions musicales étrangères. Dirigée par Abdelkader Bouazzara depuis 2001, la troupe travaille sous la férule artistique d’Amine Kouider, chef d’orchestre permanent depuis 2014 qui a lancé en 2001 les premiers concerts éducatifs pour les enfants.

Musique (s) classique

L’Orchestre Symphonique National Algérien a joué le 1er août dans le Colisée romain d’El Jem, dans le cadre d’un festival consacré à la musique classique et lyrique qui fête son trentième anniversaire. Quand on sait que des orchestres se sont décommandés par crainte pour leur sécurité, le maintien de la participation algérienne est précieux.

L’ensemble s’est également donné dimanche 2 août dans le théâtre de plein air d’Hammam-Lif, à l’invitation du Festival International de Boukornine qui assure ainsi sa dimension internationale par cette deuxième soirée maghrébine de la session. Après la soirée de Malouf sans frontières du 25 juillet, qui a rassemblé l’Algérien Hamdi Bennani avec le Libyen Mohamed Ghezzi et le Tunisien Zied Gharsa, le concert symphonique du 2 août a conçu un programme composé selon les différentes façons dont la musique classique est promue par l’Orchestre National Symphonique algérien : par la maîtrise et l’interprétation de tous les genres. Après des morceaux de Khatchaturian, Tchaïkovsky, Brahms et Rossini, le public a écouté trois compositions algériennes de Salim, Benhouhou et Belli (dont la célèbre ya rayeh win m’safer), puis deux arrangements symphoniques du patrimoine tunisien (Bahdha H’bibti tahla assahriyya et Hizz Ayounek rahoum chabbou fiyya), enfin deux extraits de musiques de films (Les vacances de l’inspecteur Tahar et Pirates des Caraïbes). Le mélange respire l’esprit du dialogue et reflète la volonté de circuler entre les différents patrimoines musicaux parvenus à la réceptivité des publics maghrébins. Joué par un orchestre chaleureux, composé d’une cinquantaine d’artistes algériens (19 violons, 5 altos, 6 cellos, 3 contrebasses, 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 cors, 2 trompettes, 2 trombones, 2 timbales, 2 percussions) et de neuf musiciens tunisiens (4 violons, 2 altos, 2 violoncelles, 1 contrebasse), dirigés par un maestro plein d’ardeur, le programme a été accueilli avec entrain par les spectateurs de la huitième soirée du Festival International de Boukornine 2015.

Malgré des moyens modestes, la programmation de cette 36ème édition du FIB  – dont l’objectif initial de son lancement en 1980 était de faire connaître les jeunes talents du Maroc et d’Algérie aux spectateurs tunisiens- dégage la volonté de l’équipe dirigée par la cinéaste Selma Baccar d’ouvrir l’horizon du public à la beauté des musiques du monde, à la rencontre des arts et aux bienfaits du rapprochement inter-maghrébin par la culture.

Merci à l’Orchestre Symphonique National Algérien d’avoir contribué à ne pas laisser le terrorisme pourrir cet été tunisien.

Hammam-Lif, le 3 août 2015

Paru sur Le Quotidien d’Oran, 5 août 2015, page 4

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5216932

Edgar Morin à l’Université de La Manouba

Edgar Morin a prononcé une conférence à l’Université de La Manouba le 29 mai 2015. Avant son intervention (le lien :  https://www.youtube.com/watch?v=TDzsf7nE0P8&feature=youtu.be) j’ai présenté l’homme et son oeuvre au public, nombreux et majoritairement jeune, venu l’écouter. En voici le texte.

Merci, Edgar Morin, de nous faire l’amitié de cette visite à l’université de La Manouba, une visite attendue depuis longtemps. Votre conférence plusieurs fois reportée et regrettée se tient enfin. Tout est bien qui finit bien.

Je vais essayer de dire quelques mots sur vous et votre œuvre, sans prétendre couvrir dans le détail une vie riche et une production multiforme, considérable, ouverte à la traduction : vous avez écrit plus de 70 ouvrages. Certains sont traduits en 28 langues et dans 42 pays. Une dizaine de titres sont traduits en arabe : en Irak, au Liban, en Egypte mais aussi en Tunisie. Une traduction est en cours sous la houlette du Centre National de Traduction[1]. J’ai choisi trois entrées dans votre biographie et dans votre parcours intellectuel, trois points qui interpellent la situation actuelle de la Tunisie.

1/ L’intrication entre expérience de vie et cheminement intellectuel

Dans votre jeunesse, vous avez été un résistant pendant la 2ème Guerre mondiale et rallié au Parti communiste français entre 1941 et 1949. Ces deux expériences ont largement marqué votre vie intellectuelle et influencé vos démarches scientifiques.

Vous entrez au CNRS en 1950[2] où vous menez des travaux d’ethnologie sur le terrain français, une « sociologie du présent » sur des questions comme la rumeur, la mort, les intellectuels[3]… Vous avez animé la revue Arguments[4] puis vous fondez en 1961, avec Roland Barthes et Georges Friedmann la revue Communications que vous co-dirigez jusqu’à ce jour[5].

Amoureux du cinéma, vous devez beaucoup à cet art que vous commencez à fréquenter dès l’adolescence. Vous parlez de façon personnelle du cinéma comme un art intrinsèquement lié à l’histoire du XXème siècle dans plusieurs ouvrages sur le cinéma : Le cinéma ou l’homme imaginaire, Les Stars, L’esprit du temps et dans de nombreux articles de revue[6]

Vous êtes également auteur de scénarios (pas toujours reconnus ou approuvés par vous) et de films : Chronique d’un été, co-réalisé avec Jean Rouch  en 1961[7] (avec Marcelline Loridan) est caractéristique de votre attitude expérimentale. On y voit à l’oeuvre votre quête pour comprendre l’humain (et pas seulement l’homme, afin d’inclure la part féminine, essentielle).

Dans Chronique d’un regard[8], un documentaire qui vient de sortir en France et projeté hier à L’Agora, les auteurs vous font revenir sur vos idées et ce que le cinéma vous a permis d’expérimenter, de penser. Il serait bon qu’on projette ce film prochainement pour nos étudiants de cinéma et autres amateurs.

2/ L’importance de la pédagogie, repenser la communication et l’usage du savoir

La Tunisie est au seuil d’une réforme du système éducatif vitale pour l’avenir. Nous vivons depuis un certain temps une crise du savoir et de la transmission. Beaucoup de lourdeurs et des dangers planent : le serpent de mer de l’identité menace, lui qui n’a pas disparu des débats et querelles réactivés depuis 2011. Aussi, vous lire ou vous relire inspire, est source d’idées. Vous êtes en effet un militant infatigable de l’éducation, vous appelez à la nécessité d’innover dans la transmission : « enseigner c’est apprendre à vivre ». Vous incitez à « enseigner la compréhension ». La pédagogie de l’erreur et de l’échec sont les mots clés de votre travail comme vous prônez l’interdépendance entre sagesse/savoir/Information.

Vous êtes également un relieur entre les cultures littéraires, artistiques, scientifiques et techniques et ce qu’on peut appeler la culture de masse, la culture médiatique, ordinaire[9]. Or, nous avons besoin -en ce moment de crise- de relais et de liens. Nous sommes devant la nécessité de fabriquer et de multiplier les relais du savoir, à l’intérieur de l’université et à l’extérieur, comme nous avons besoin de relier les savoirs et la vie, le savoir et nos besoins individuels et collectifs, le savoir et le développement politique, culturel, économique qui nous manquent. Le lecteur de votre oeuvre de relayeur et de relieur des connaissances et des cultures peut trouver des pistes.

3/ La démarche et l’attitude envers la connaissance, le nœud de votre itinéraire

Vous êtes le père du fameux terme « Complexité », un programme de réflexion que vous avez déplié méthodiquement depuis les années 1980, autour des différents savoirs.  On peut lire par extraits, par petits bouts, dans le désordre votre oeuvre majeure, La Méthode[10] dont l’ambition encyclopédique et épistémologique est pleine de ressources.

La complexité étant un mode de pensée, vous êtes un praticien de la transdisciplinarité (la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, l’histoire … et aussi -et c’est important pour notre université- la biologie, la physique, la chimie…). Tout en défendant la spécificité de chaque champ disciplinaire, vous appelez à relier les savoirs selon l’apport de chacun pour soupeser les contradictions, ne pas gommer les incertitudes et les illusions que recouvre chaque phénomène. Dans une posture de quête toujours à vif, vos questionnements sont branchés sur le concret, accrochés à la vie et à ses mystères. L’ambiguïté, l’échec, l’erreur, la connaissance de la connaissance font partie pour vous des chemins de la connaissance. Pour la Tunisie aussi, qui doit dessiner l’avenir de ses écoles, collèges, lycées et universités, le défi d’intégrer ces pédagogies dans les pratiques et les méthodes est essentiel.

Je finirai par un mot sur la dernière réédition de votre ouvrage de 1957 sur Les stars[11], un ouvrage léger et grave, qui nous parle encore. On y retrouve une lecture de l’histoire de l’Europe, de la France et des Etats Unis à travers la fabrication du star system puis de son déclin[12]. Vous montrez que le cinéma « problématise le bonheur » et que le rapport aux stars est une forme de religion profane, une forme de lien entre le divin et l’humain forgé par les attentes des spectateurs.

Edgar Morin, vous le savez, la Tunisie traverse une période historique, où se profilent toutes sortes de possibles, où se déploient toutes sortes de difficultés. L’enjeu d’un futur démocratique semble envisageable mais on découvre en chemin que les problèmes à affronter sont considérables. Dans un de vos derniers ouvrages, vous en appelez à l’optimisme de la volonté, à l’initiative, à l’entreprise, à trouver « une autre voie ». Dans des écrits moins exaltés, vous dites : « nous sommes condamnés à résister « .  « Résister », « changer de voie », ces mots parlent aux Tunisiennes et aux Tunisiens, alors que nous vivons un peu d’espoir et beaucoup d’inquiétudes mêlées.

Avec votre conférence d’aujourd’hui, on va se projeter dans l’avenir, proche tout au moins. Vous n’avez pas pu clôturer, le 18 avril dernier, la troisième session symposium de l’Université de la Manouba placée sous le thème des « Représentations« . Comme un ange annonciateur, vous êtes venu nous parler d' »Ordre et désordre » [et organisation], thème de la 4ème session qui se tiendra en avril 2016.

A voir la belle salle qui vous fait face, vous comptez des admiratrices et des admirateurs fidèles qui ne se sont pas laissé décourager par le désordre de notre organisation. Le public est venu de partout pour écouter et pour débattre. Cela fait plaisir de voir autant de gens rassemblés pour réfléchir et pour parler en communion.

Nous vous écouterons en pensant à notre présent, pour essayer de le comprendre aussi, à travers l’humain qui vous est cher et qui doit rester au centre de nos préoccupations. Un débat suivra parce que le plus important est de tisser ensemble, par l’échange et la discussion, l’avenir  (incertain ?) qui est déjà là.

Merci, Edgar Morin, de contribuer à animer quelques moments de pensée collective et de débat dans l’enceinte de notre université qui en a bien besoin.

Lien pour la présentation

[1] Tahar Hammami est en train de traduire Enseigner à vivre. Manifeste pour changer l’éducation, Actes Sud, collection « Play Bac », 2014, 132 p. Hana Subhi, professeur de langue française à l’Université Paris-Sorbonne d’Abou Dhabi a été récompensée en 2014 à l’Académie Bayt Al Hikma (Tunisie) pour sa traduction du français vers l’arabe de La méthode, Tome 5 : L’identité humaine, l’humanité de l’humanité d’Edgar Morin, publiée par l’Institution Abou Dhabi pour la Culture et le Patrimoine, collection Kalima

[2] Edgar Morin est aujourd’hui directeur de recherche émérite du CNRS.

[3] Dirait-on aujourd’hui « Histoire du temps présent » ?

[4] Avec Kostas Axelos et Jean Duvignaud, Editions de Minuit, parue de 1956 à 1962. En accès libre sur le site www.cairn.info.

[5] Avec Nicole Lapierre. Dernière livraison, n° 95, 2014, sur le thème « Les incertitudes ». Consultable sur www.cairn.info

[6] La Nef (1943-1981), France-Observateur (1954-1964)…

[7] L’histoire du cinéma français date l’entrée du synchrone dans le cinéma français avec ce film

[8] Réalisé par Céline Gailleurd et  Olivier Bohler (1h21’), 2014. Extraits lus par Mathieu Amalric

[9] Cf. notamment Relier les connaissances . Le défi du XXème siècle. Journées thématiques conçues et animées par Edgar Morin, UNESCO, Seuil, 1999.

[10] Parue en 6 volumes entre 1977 et 2004.

[11] Edition du Seuil, Collection « Le Point Essais », 2015, 188p. Réédition de la troisième édition préfacée en 1972.

[12] Avec les suicides de Marylin Monroe, Martine Carol, la mort de James Dean…

La version arabe du texte a été publiée dans la revue Al Fikr al jadid n° 3, Tunis, juillet 2015, pp. 115-118.

Trois revues culturelles post-2011 : « Akademia », « Al Fikriyya » et « Nachaz »

Comment prendre le pouls du paysage éditorial de la Tunisie depuis 2011 ? Sur le plan quantitatif, la production locale d’ouvrages, en arabe et en français a augmenté. Elle a fouetté les tirages, garni les librairies, activé séances de signature et de présentation. La profusion du commerce libraire fait l’objet de davantage de billets journalistiques, agrémente des émissions de radio et télévision plus hospitalières. Ces changements positifs se heurtent cependant aux tares de la distribution, aux problèmes de la lecture et aux carences de la parole critique, phénomènes anciens, plus lents à modifier que la production, les tirages, la communication ou la réclame médiatiques.

Périodicités

L’édition tunisienne rappelle le fonctionnement poussif d’autres secteurs de la culture : l’atomisation des énergies et des supports, le manque de lieux de vie et de rencontre, la faiblesse des synergies collectives. A l’instar du cinéma ou du théâtre qui manquent de salles, d’espaces de débats, de tradition de lecture et de suivi critiques, l’édition est prisonnière de règles et pratiques qui font sentir le poids d’années de manque de liberté d’expression, d’entraves bureaucratiques et d’une atonie économique servie par une législation fossile et une technicité endormie.

Cela n’empêche pas les choses de bouger, et pas seulement parce que l’édition électronique est entrée en scène. Ce tournant technologique est en train de bousculer l’esprit, les agents et les règles de la chaîne éditoriale. Au-delà des auteurs, des imprimeurs, des éditeurs et des libraires dont la production est boostée depuis 2011, on peut lire la marche du secteur éditorial tunisien à travers les magazines et les revues, sur papier ou sur le web. La Tunisie est familière de différents genres périodiques depuis l’avènement de l’imprimé au milieu du XIXème siècle. Le journal (quotidien, hebdomadaire ou bi -hebdomadaire), de loin le plus répandu, voisine avec les publications à périodicité lente, les brochures, magazines et revues, à durée plus ou moins régulière et éphémère. Ces formules collégiales, situées entre journaux et ouvrages, servent à expérimenter des idées et à dégager sur la durée des communautés d’opinions. On peut y prendre le temps de vulgariser des théories, de décortiquer des œuvres, de faire dialoguer auteurs et lecteurs, d’illustrer les idées par des poèmes ou images … Beaucoup de signatures passent par le magazine et/ou la revue dont la périodicité, permet d’accueillir des auteurs choisis par l’équipe de rédaction et induit un suivi de la forme comme du contenu des textes qui valorise des talents, déterre des inconnus, relie voix et modes d’expression. Magazine et revue impliquent un registre de lecture différent du journal, en principe attaché aux faits. On dit communément que le lecteur du journal cherche à s’informer alors que celui du magazine ou de la revue a besoin de comprendre, de creuser un point de vue, d’aiguiser un biais, à l’ombre de l’actualité et des questions de fond qu’elle suscite.

Rayon magazines et revues, des nouveaux sont arrivés depuis 2011 dans le champ éditorial tunisien. Akademia, Al Fikriyya et Nachaz sont trois véhicules qui stimulent la circulation au sein de la communauté intellectuelle. Les trois publications agrègent des efforts en vue de concevoir des supports d’écriture périodique selon un tempo qui déplie des analyses, croise des commentaires et connecte des débats. Elles éditent des plumes en arabe et en français, universitaires mais pas seulement et font appel à des signatures extra-nationales. Leurs rubriques et dossiers traitent de philosophie, d’histoire, de littérature, de sociologie, de psychologie, de droit, d’art, entrées nécessaires pour lire le présent de façon pluraliste et ouvrir les multiples facettes de sa complexité à la communication entre des interprétations divergentes.

Deux magazines papier, une revue électronique

Les deux premiers titres paraissent sur papier, le troisième est un site électronique.

Le premier numéro d’Akademia, mensuel de l’Université de La Manouba a paru en janvier 2012. Ancré dans l’actualité universitaire, ce magazine illustré traite des problèmes concrets des étudiants, des enseignants et des chercheurs ; il interpelle l’administration, les responsables politiques et les citoyens sur les activités, les difficultés de l‘institution, les questions qui touchent à son utilité, sa marche et son environnement. Trente-trois numéros ont été publiés à ce jour (rédacteurs en chef : Moez Ben Messaoud pour la partie française ; Chokri Mabkhout, partie arabe) dont trois livraisons thématiques Hors série, publiées en arabe au cours des étés 2012, 2013 et 2014. Les sommaires de ces numéros spéciaux (coordonnés par Faouzi Mahfoudh) constituent des dossiers récapitulatifs sur l’histoire de l’enseignement en Tunisie, le mouvement estudiantin, les références et les auteurs de la pensée politique tunisienne depuis le XIXème siècle.

Afin que ce capital joue pleinement un rôle interactif -entre l’université de La Manouba et d’autres espaces, en Tunisie et à l’étranger- on souhaite à Akademia de se doubler d’une version électronique.

Al Fikriyya, sous-titré « mensuel indépendant de pensée éclairée » est en réalité à périodicité bi-mensuelle, depuis le 1er numéro paru en juin 2011. L’ours de la revue décline une longue liste d’intellectuels, conseillers et universitaires de Sousse, de Sfax et d’ailleurs (rédacteur en chef : Naji Marzouk, 72, Rue de Kairouan 3000 Sfax), agrégeant un pôle d’expression autour des questions culturelles et politiques qui se posent aujourd’hui. La majorité des auteurs s’expriment en arabe mais une place régulière est faite aux textes en langue française. 16 livraisons ont paru jusque là, la 17ème est en cours et un appel à contribution a été lancé pour le numéro 18 (novembre-décembre 2014) autour du thème « Sfax, d’une capitale économique à une capitale culturelle ».

Là aussi, il est dommage que cet effort soit privé d’une plate-forme électronique qui augmenterait la visibilité et l’interactivité autour de cette publication.

Nachaz (Dissonances), est une revue d’idées numérique née début 2012 (http://www.nachaz.org/index.php/fr/) autour d’un groupe d’amis et intellectuels ayant animé d’autres revues (comme Cinécrits, une expérience trop brève) ou des blogs individuels. Le passage à cette formule collective et électronique est un appel d’air et un élan prometteur et alléchant pour une vie intellectuelle plus fluide. Le site permet de voyager entre spécialités, langues et domaines d’intérêt. Une place particulière est réservée à la traduction et à mettre en exergue les possibilités offertes par le bilinguisme arabe/français qui caractérise une partie de la production intellectuelle. Beaucoup d’auteurs sont des traducteurs (Fethi Bel Haj Yahya, Hajer Bouden, Hichem Abdessmad….) et l’arborescence des liens proposés à la curiosité des lecteurs incite à une diffusion plus horizontale d’écrits, essais et vidéos de débats et conférences.

Après un démarrage en trombe, on note un certain essoufflement. Pourvu que l’impression soit fausse !

Découvrir ces magazines est bon pour se défendre contre la lassitude « post -révolutionnaire » qui habite la production écrite et médiatique. Les lire permet de se rendre compte des résultats d’une énergie patiente et d’une activité constructive tout au long de ces années agitées. Ces publications donnent en outre à croire à la nécessité politique de doter la scène culturelle de davantage de projets intellectuels collectifs, expériences aussi vitales pour l’avènement de la démocratie que les batailles électorales en cours.

Une naissance récente à saluer au passage : le magazine web Inkyfada (https://inkyfada.com/) dont la qualité des enquêtes offre une bonne raison d’espérer dans les progrès du journalisme et l’appel à une information plus exigeante et plus moderne.

Hammam-Lif, le 15 septembre 2014

Publié dans le magazine REALITES, n° 1499, Tunis, 18-24 septembre 2014, PP. 52-53.

 

 

Festivals été 2014 : impressions d’une spectatrice

L’été a été meurtrier. Les festivals se sont tenus, tant bien que mal, avec des moyens sporadiques, une infrastructure inchangée, des moments de plaisir et des couacs. En dépit des morts, incendies et troubles divers, du temps, du travail et de l’argent ont été transformés en concerts, pièces, ballets, projections de films et de photos à travers la République. Le principe qui fait passer la joie avant le deuil joue toujours. Qu’il n’y ait pas eu de décrochage essentiel dans le programme festivalier de l’été 2014 est un signe de vitalité de la société tunisienne, un de plus, même s’il est adossé à des carences, des blocages et des difficultés qui datent et peinent à disparaître, faute d’une gestion publique plus saine, de réformes adéquates et de mœurs citoyennes.

Organisation et public 

La festivalite est une manne culturelle et touristique éprouvée. L’essaimage des festivals entretient depuis des décennies les loisirs estivaux tunisiens : on a fêté deux cinquantenaires, celui du Festival de Carthage et celui du Festival International du film amateur de Kélibia  (FIFAK). Sans cacher les inégalités qui séparent les grandes manifestations soutenues par l’Etat et les chancelleries des formules qui réussissent à imposer spécificité et régularité, la carte festivalière s’est étendue et diversifiée. Elle est sensiblement la même en ce quatrième été depuis 2011, avec ses écarts et disparités, des efforts et des mésaventures, des équipes fluctuantes, des prix qui n’ont pas tari les publics, un élan vers les régions moins nanties. Trafics de billetterie et régimes de faveur sont surveillés et combattus mais il ne faut pas se leurrer : le marché noir prospère et les resquilleurs sont toujours plus malins que les vigiles. Le sponsoring –encore plus nécessaire en temps de disette publique- introduit son lot de faveurs et de désordres, les habitudes de traficotage faisant le reste.

Une constante : les faiblesses du son. Les artistes équipés et avertis travaillent avec leurs techniciens et matériel propres. Autrement, le spectateur subit le vacarme des hauts parleurs et des consoles qui diffusent un tapage de boîte de nuit, sans le savoir-faire de d-j. Les pannes et fautes de balance, l’abus des effets sonores (comme l’écho) sont une insulte à la qualité des artistes et aux oreilles des spectateurs. Pourquoi nos festivals ne juguleraient-ils pas les techniciens formés par les écoles de cinéma et d’audio-visuel ? Les comités qui travaillent toujours dans la précipitation trouveraient dans ces compétences une efficacité de bon aloi.

Beaucoup reste à faire en amont des standards d’organisation comme du côté des usagers. Le tohu-bohu des bandes, les babillages pendant les spectacles et les bruits d’enfants parasitent les ambiances jusqu’à gêner la concentration des artistes. A la sortie, bouteilles en plastique, détritus de fruits secs et emballages de gâteaux et sandwichs tapissent les sols. Ces scènes off sont un de nos miroirs : le désir de spectacle s’apparente aux joies familiales et aux fêtes de quartier, réflexes de nuisance et de pollution compris. Même les festivals à forte sélectivité n’échappent pas à l’incivilité. Réformer le public est-il un objectif de politique culturelle ? La révolution est loin d’être advenue dans le domaine de la culture, régi par une grammaire commerciale paresseuse et un public désinvolte.

Programmer d’accord mais la vision ?

Pour le bonheur du public, les ressources festivalières sont rôdées : les organisateurs ont pensé à des valeurs sûres, en variant selon les goûts, les âges et les cachets des artistes. Des écrans dressés dans certaines villes ont relié des populations éloignées à des spectacles difficiles à déplacer, à des cycles de cinéma itinérant. On a allié des célébrités internationales avec des artistes du crû, des vedettes consacrées avec des talents qui montent. Le one man show est cependant omniprésent, la scène culturelle comme la scène politique exhibent des potentialités anciennes qui peinent à se renouveler, à accoucher de modes de fonctionnement plus collectifs. Le besoin de détente et d’amusement est un carburant en temps de crise et, à leur manière, les artistes sont des secouristes et des thérapeutes. Côté musical, différents genres occidentaux et orientaux ont égayé les grands et les petits. Le centenaire de la chanteuse Saliha (1914-1958) a marqué la saison ; le rap, sorti de l’underground, se voit consacré à travers les noms les plus connus ; la musique soufie, jouée cette année sous tous arrangements, fait office de référent patriotique. Le théâtre a exhibé le répertoire « post-révolution », chargé de référence aux événements, avec des textes et des interprétations mis à jour au fil de l’actualité. Entre dérision et caricature, les citations de la vie politique et les moqueries envers les gouvernants transportent les publics. Les sketchs construits ou improvisés autour des sorties verbales des politiciens, de leur accoutrement et de leurs frasques sont des moments de gaie concorde. Les scènes de festival fonctionnent comme des espaces d’un exercice de la politique, direct et spontané, enjoué mais pas dénué de sens. Collectes pour les martyrs, rappels de solidarité avec Gaza et clins d’œil envers les policiers de service servent de liens et de messages. Joie de vivre et scepticisme envers la politique trouvent des soupapes à travers les spectacles qui canalisent, dans l’éphémère et l’amusement, un rejet de l’ordre arrogant de la politique.

En dépit des inévitables (quoique !) annulations et des bisbilles entre artistes, la programmation a tourné mais panachage et planification ne signifient pas vision. Au niveau de chaque festival comme sur le plan national, on vit sur l’acquis. Les mesures légales, les procédures et les équipes en l’état ne permettent pas d’aller au-delà de la planification des représentations, du marketing et de l’effort de suivi.

Epaisseur et médiation 

Conformément aux b.a ba gestionnaires, les supports d’information et de communication sont actionnés. Les spots d’annonces en boucle et les pages facebook informent quotidiennement sur les programmes, diffusent déclarations d’artistes et de responsables. Les avis de spectateurs prennent leur place dans les reportages. Les affiches et les flyers jonchent murs et sols et les voitures de publicité circulent dans les rues et sur les plages. La matière journalistique (interviews, critiques, extraits et échos) est telle que les pages « Culture » refusent des papiers, dit-on. Une manifestation chassant la précédente, des chroniques ne parviennent pas à parution. La nouvelle est à double tranchant : bonne parce que ça dit la profusion culturelle et le besoin d’en faire plus côté information, mauvaise parce que ce débordement reflète l’étroitesse des relais médiatiques et le manque de décentralisation. Si la radio arrive à couvrir les festivals régionaux, la télévision et la presse écrite sont moins en phase. C’est un signal en soi. Pourquoi ne pas penser à des magazines plus structurés ? A côté des plateaux qui font écho à l’événementiel, pourquoi ne pas réfléchir à des débats approfondis à partir de la vie culturelle et de son pic estival ? Comme ailleurs, la vitesse des faits et le foisonnement de l’actualité en appellent à un journalisme de plus d’épaisseur. Il est naturel que les magazines culturels, en papier ou en ligne, soient branchés sur ce qui se passe à chaud mais pourquoi ne pas penser à des formes d’expression plus réfléchie, même si cela exige du temps et de la collégialité, en amont des comités de rédaction et des agendas ? Investir davantage dans l’enquête et la médiation peut entraîner le métier de journaliste pris de court, comme d’autres, par l’explosion de la parole et de la créativité, vers une meilleure adaptation.

Entre désir de faire la fête, une armature matérielle, médiatique et juridique inadaptée et comportements inciviques, les festivals de l’été 2014 reflètent une image de la Tunisie, en suspens, se tenant sur un fil joyeux, mais fragile et menacé. L’aspiration au changement qui s’est exprimée en 2011 fait du sur-place, laissant flotter un espoir immobile, figé par l’insécurité ambiante, attristé par les morts récentes et bloqué par des carcans. Un espoir quand même ? La société tunisienne, vivante mais bridée attend de secouer ses torpeurs, de tracer un sens qui prendrait en charge les pièges d’une prise en otage par l’argent, la précipitation et le mépris de la culture.

Hammam-Lif, le 1er septembre 2014

Publié

-dans le magazine REALITES n° 1497, Tunis, 3-10 septembre 2014, pp. 52-53

http://www.realites.com.tn/2014/09/06/festivals-de-lete-2014-laspiration-au-changement-fait-du-sur-place/

et dans Le Quotidien d’Oran, jeudi 4 septembre 2014, p. 12.

 

 

 

La ‘Hadhra’ d’Hammam-Lif

 C’était bon d’être parmi le public du théâtre de plein air d’Hammam-Lif, le jeudi 31 juillet 2014. Pour l’ouverture de la 35ème session du Festival de Boukornine (qui a obtenu le label « international » après 2011), on a programmé une représentation d’El Hadhra de Fadhel Jaziri. Ce spectacle, remis sur le tapis depuis plus de 20 ans, a donné une version colorée, pleine de lumière et d’énergie à 1500 spectateurs -d’après les organisateurs – qui ne demandaient qu’à entendre, chanter et danser sur des airs devenus, pour la plupart, des tubes.

Au-delà de la reprise, un hymne à la joie

Fadhel Jaziri a commencé depuis 1991 à sortir le patrimoine musical religieux tunisien de son usage confiné et de sa gangue répétitive. Accompagné de Samir Agrebi au départ, ils ont redonné éclat et vie (à travers les méga-spectacles Nouba et Hadhra) à quantité de chants soufis, connus aujourd’hui par toutes les couches de la population, psalmodiés en toute circonstance et à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Ce succès aurait pu créer uniquement des ritournelles. Les refrains d’El Hadhra sont de toutes les fêtes, à la radio et dans les variétés télévisées ; des orchestres adaptent des remake d’occasion. Au fil des ans, les hadhra-s de Fadhel Jaziri suivent leur chemin, introduisent des instruments, essayent des rythmes et mélangent des voix qui donnent, à chaque étape, un souffle montrant une envie d’aller au-delà de la répétition. La version donnée à Hammam-Lif s’est adaptée aux lieux sans lésiner sur les arrangements, les envolées, les effets scéniques et les touches qui font de chaque représentation un unicum. A côté du drapeau palestinien marquant l’histoire tragique en train de se dérouler à Gaza, les apparitions d’une femme solennelle, en transes, dynamique ou nourricière animent l’assemblée masculine de chanteurs et instrumentistes. Autre fil conducteur d’élégance et de légèreté, le derwiche en costume blanc, chemla et chéchia (Saber el Hammi) dont la danse tonifie la scène. Le travail sur les costumes (le lin des bden fait oublier l’austérité du vêtement) et sur les couleurs (jebba-s en soie, voile ou lin, rouge, rose, noir, écru et blanc) ajoute au plaisir des yeux. Cet aspect de la scénographie esthétise des savoir-faire anciens (tissu, bois, vannerie…) dont la vie ne se limite pas à se reproduire à l’identique.

Styles, voix et instruments

Le spectacle enfile les genres classiques, joue sur les habillages en injectant, à petites doses, variantes et nouveautés. Au son des bendir-s, un sanjâq flamboyant introduit une psalmodie de la fatihâ, façon Jamaâ az-zaytouna. Suivent des airs soufi-s familiers qui emmènent vers le jazz ou le reggae, touchent jusqu’aux accents de chants grégoriens et aux airs d’opéra. En jebba rouge, Samir Rsaïssi, chef de chœur et d’orchestre, veille aux transitions de rythme, arbore son violon de temps à autre et chante, pour le bonheur de l’assistance enflammée, l’incontournable Ya Belhassen Chédli. De l’autre côté de la scène, en seroual et farmla clairs, le saxophone (Riadh Sghaïer) règne sur la durée du spectacle, il en est le fil rouge sonore et le point d’équilibre discret, comme la tenue d’intérieur du musicien. Sans priver le public des classiques qui le font vibrer (rays lab’har par Hédi Dounia ou ‘ala Allah dilali par Karim Chouaïeb), Fadhel Jaziri ose la contemporanéité (moins que dans la version Carthage 2010) avec la complainte Ellayl zahi (Emna Jaziri) ou le chant Saïda Manoubia en mode rock (Ali Jaziri, guitare électrique). Le spectacle se termine avec wassilatouna illa Allah après la lecture du poème du marocain Ibn ‘Achir (un classique de l’enseignement zaytounien), récité à l’ancienne. Tout au long de la soirée, Dieu, ses vertus, ses prophètes et ses saints sont chantés sous tous les modes, leur grandeur est signifiée par la mesure et les voix, leur éternité réside dans les envoûtements créés par l’invocation de ses noms. La transe, stylisée sur scène, est réelle sur les gradins, dansée comme on danse aujourd’hui, partout dans les fêtes, sous des rafales de youyous, les applaudissements en cadence et les téléphones mobiles enregistreurs.

Un vent de joie a soufflé pendant deux heures dans le petit théâtre à flanc de montagne. Cela fait du bien en ces temps moroses et lourds. Des échappées comme celle de la Hadhra réconcilient les Tunisien/nes avec eux-mêmes et avec des ancêtres qui n’ont pas laissé que des reliques. Aux anciens ont succédé des musiciens, des chanteurs, des artisans, des artistes et des techniciens qui poursuivent la route et continuent à donner aux gens l’envie de vivre, de croire et d’aimer le beau. La culture n’est-ce-pas cette chaîne de création et de survie qui relie les hommes et les femmes à travers les âges ? La Hadhra d’Hammam-Lif 2014 a fonctionné de façon saisissante comme un message d’évasion et de relais dans un présent menacé. Message reçu si l’on en croit le public sorti comme dopé,  à la fin de ce premier spectacle d’une saison qui s’annonce riche.

Hammam-Lif, le 1er août 2014

Publié sur le magazine REALITES n° 1494,  Tunis, 14-20 août 2014, pp 52-53