Archives de catégorie : Coopération

Musiciens algériens dans l’été tunisien

Les Algériens ne sont pas seulement sur les plages tunisiennes en cet été. Le tourisme algérien a commencé depuis une décennie environ à modifier l’offre et la demande à Tabarka, Hammamet, Nabeul, Sousse … mais depuis 2011 et bien que le mois de ramadan se situe en été, les Algériens ont constitué une clientèle régulière qui a jugulé une partie des déboires du tourisme tunisien, essentiellement balnéaire, en crise d’image et de fonctionnement.

Solidarité (s)

La saison estivale 2015 a démarré tragiquement avec la tuerie de la plage de Sousse, le 26 juin et les réservations d’avion et d’hôtels ont, une fois de plus, accusé le coup. Une campagne de solidarité s’est spontanément exprimée dans les réseaux sociaux pour encourager et annoncer la venue des touristes algériens après l’Aïd. Le mouvement a bel et bien eu lieu et on se demande si le nombre des Algériens va dépasser le chiffre de 1.300.000 visiteurs atteint en 2014.

En ces temps de violence, il est plus réjouissant encore de constater que la participation algérienne s’étend aux activités culturelles et artistiques, collaborant ainsi aux niches qui travaillent un peu partout à conjurer l’ignorance, le silence et la peur.  La visite de l’Orchestre Symphonique National Algérien est un maillon dans la chaîne solidaire des artistes face aux agissements destinés à épouvanter les gens et à empoisonner la vie et l’atmosphère. Pour la 4ème session des rencontres cinématographiques de Bizerte organisées par l’Association Bizerte Cinéma (18-21 juillet), Lamine Ammar- Khodja a présenté son film Sans cinéma et animé un atelier de tournage (les 3 films amateurs ont été projetés à la clôture). Son film sera présent au festival El ‘Abedila de Sbeïtla, le 6 août. L’ensemble  symphonique a donné deux concerts au public tunisien, les 1er et 2 août, à El Jem et à Hammam-Lif. La brochure distribuée à l’occasion de la tournée tunisienne nous apprend que la formation existe depuis 1992 et qu’elle se compose d’une soixantaine de solistes professionnels, diplômés des écoles et conservatoires des différentes Wilayas algériennes et des institutions musicales étrangères. Dirigée par Abdelkader Bouazzara depuis 2001, la troupe travaille sous la férule artistique d’Amine Kouider, chef d’orchestre permanent depuis 2014 qui a lancé en 2001 les premiers concerts éducatifs pour les enfants.

Musique (s) classique

L’Orchestre Symphonique National Algérien a joué le 1er août dans le Colisée romain d’El Jem, dans le cadre d’un festival consacré à la musique classique et lyrique qui fête son trentième anniversaire. Quand on sait que des orchestres se sont décommandés par crainte pour leur sécurité, le maintien de la participation algérienne est précieux.

L’ensemble s’est également donné dimanche 2 août dans le théâtre de plein air d’Hammam-Lif, à l’invitation du Festival International de Boukornine qui assure ainsi sa dimension internationale par cette deuxième soirée maghrébine de la session. Après la soirée de Malouf sans frontières du 25 juillet, qui a rassemblé l’Algérien Hamdi Bennani avec le Libyen Mohamed Ghezzi et le Tunisien Zied Gharsa, le concert symphonique du 2 août a conçu un programme composé selon les différentes façons dont la musique classique est promue par l’Orchestre National Symphonique algérien : par la maîtrise et l’interprétation de tous les genres. Après des morceaux de Khatchaturian, Tchaïkovsky, Brahms et Rossini, le public a écouté trois compositions algériennes de Salim, Benhouhou et Belli (dont la célèbre ya rayeh win m’safer), puis deux arrangements symphoniques du patrimoine tunisien (Bahdha H’bibti tahla assahriyya et Hizz Ayounek rahoum chabbou fiyya), enfin deux extraits de musiques de films (Les vacances de l’inspecteur Tahar et Pirates des Caraïbes). Le mélange respire l’esprit du dialogue et reflète la volonté de circuler entre les différents patrimoines musicaux parvenus à la réceptivité des publics maghrébins. Joué par un orchestre chaleureux, composé d’une cinquantaine d’artistes algériens (19 violons, 5 altos, 6 cellos, 3 contrebasses, 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 cors, 2 trompettes, 2 trombones, 2 timbales, 2 percussions) et de neuf musiciens tunisiens (4 violons, 2 altos, 2 violoncelles, 1 contrebasse), dirigés par un maestro plein d’ardeur, le programme a été accueilli avec entrain par les spectateurs de la huitième soirée du Festival International de Boukornine 2015.

Malgré des moyens modestes, la programmation de cette 36ème édition du FIB  – dont l’objectif initial de son lancement en 1980 était de faire connaître les jeunes talents du Maroc et d’Algérie aux spectateurs tunisiens- dégage la volonté de l’équipe dirigée par la cinéaste Selma Baccar d’ouvrir l’horizon du public à la beauté des musiques du monde, à la rencontre des arts et aux bienfaits du rapprochement inter-maghrébin par la culture.

Merci à l’Orchestre Symphonique National Algérien d’avoir contribué à ne pas laisser le terrorisme pourrir cet été tunisien.

Hammam-Lif, le 3 août 2015

Paru sur Le Quotidien d’Oran, 5 août 2015, page 4

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5216932

Etudier et enseigner les relations contemporaines franco-tunisiennes

A l’initiative de l’association Al Madaniya (www.almadanya.org), un séminaire franco-tunisien s’est tenu sur le campus Moyen-Orient Méditerranée de Sciences Po à Menton du 27 au 29 novembre 2014. L’objectif de la rencontre était d’échanger sur la pratique des sciences sociales aujourd’hui à la lumière des nouveaux enjeux des relations franco-tunisiennes et plus globalement des relations euro-maghrébines.

Sept enseignants et chercheurs de l’Université de La Manouba ont pu débattre et communiquer avec les enseignants et les étudiants du Campus de Sciences Po afin d’engager une réflexion et une action communes sur l’avenir de l’enseignement et les pratiques de la recherche dans les sciences humaines et sociales, des deux côtés de la Méditerranée.

Répondre au changement

Du côté français et européen, l’attention au cas de la Tunisie et du Maghreb est attisée par l’actualité submergeant le Sud de La Méditerranée, grosse de conséquences pour le Nord. Les étudiants inscrits en France sont demandeurs de formations plus fouillées, de bibliographies plus accessibles, de pistes de recherche inspirées par l’importance de ce qui se joue et qui appelle à revoir les lunettes d’analyse et les outils de recherche. Pour les étudiants tunisiens, confrontés à un réel politique plus remuant, on sait que le système universitaire est loin de répondre aux attentes et aux standards qui peuvent leur ouvrir des horizons. Ces deux types de besoins réunis incitent à élaborer des formules de travail en commun permettant de stimuler les relations scientifiques en cherchant les moyens d’améliorer les conditions de travail  et de formation des uns et des autres.

Un climat d’entente et de débat a régné pendant les quatre séances de travail : Bernard El Ghoul, directeur du Campus de Menton, l’a résumé par l’expression « langue commune », une langue attentive aux voies pédagogiques et aux instruments de pensée qui doivent être mobilisés pour avancer ensemble dans la connaissance du passé et du présent euro-méditerranéen, actuellement en pleine dynamique.

La première séance intitulée Entre devoir de mémoire, devoir d’histoire et représentations : réflexion sur la nature des relations entre la France et le Maghreb a mêlé les questions d’image et d’histoire à travers le temps. Julien Gaertner, historien de la France contemporaine a évoqué l’évolution des stéréotypes de l’arabe en France depuis 1958 jusqu’à nos jours, en rapport avec les vagues d’immigration et le développement des médias. L’intervention de Sihem Kchaou, auteur d’une thèse sur la France moderne, a montré la genèse et la place de l’enseignement et de la recherche « occidentalistes » dans l’université tunisienne ainsi que les difficultés de ses praticiens. Leïla Blili, historienne de la Tunisie husaynite, 16ème-19ème siècles a fait une lecture des représentations qui émanent des traités de relations diplomatiques franco-tunisiennes aux 16ème et 17ème siècles qui consacrent, sous plusieurs déclinaisons, le cliché du turc et des rapports de forces.

Dans le cadre de la séance Les relations maghrebo-européennes à travers la littérature, la philosophie et la pensée politique, Mounir Fendri, professeur de littérature et civilisation allemandes a présenté un projet visant à dynamiser la coopération scientifique euro-maghrébine en renforçant la place des langues et de la littérature. Lamiss Azab, agrégée d’arabe et politiste a fait part des objectifs et des difficultés pour faire connaître la pensée politique arabe contemporaine à des étudiants linguistiquement peu outillés avant l’entrée dans le cursus Sciences Po. Sihem Sidaoui, enseignante de littérature et animatrice du ciné-club de La Manouba a exposé les réflexions qu’elle tire de son expérience, confrontée au besoin grandissant des étudiants tunisiens de se dire et d’explorer de façon critique la littérature de leur pays.

Faire évoluer thèmes et méthodes 

Le débat qui a suivi et auquel les étudiants du campus ont pris part a confirmé la conscience partagée que nous traversons des événements et des mutations qui incitent à rapprocher les visions et à croiser les pédagogies pour aller au-delà des obstacles linguistiques et intéresser les étudiants aux questions sociales, politiques et culturelles sur la base d’un maximum d’ouverture et d’échanges réciproques.

Le troisième bouquet d’interventions a abordé les relations économiques entre l’Europe et le Maghreb. Le cas de la Tunisie en particulier. Constantin Tsakas (économiste et directeur de l’Institut de la Méditerranée) a montré que ces rapports sont aujourd’hui en cours de reconsidération par les économistes regroupés autour du Forum Euro-méditerranéen des Instituts de Sciences Economiques (FEMISE) dont il est le secrétaire général. Jouhaïna Ghrib (spécialiste de management et vice-présidente de l’université de La Manouba) qui a mené des  études sur les comportements des entrepreneurs tunisiens montre que les réformes se heurtent à des mentalités encore peu conscientes de la responsabilité sociale qui incombe à l’entreprise. Le débat a mis le doigt sur les déséquilibres économiques de la période que nous vivons et sur la nécessité de considérer l’asymétrie qui perpétue tensions et inégalités entre les pays riverains du Nord et du Sud de la Méditerranée.

La quatrième partie a porté sur les questions concernant l’enseignement et la recherche historique : Etudier l’histoire contemporaine de la Tunisie : vers la fin de l’orientalisme ? Jean-Pierre Filiu (historien, directeur du centre d’histoire de Sciences Po) a appelé à « désorientaliser » le regard sur les pays du Maghreb et du Moyen Orient et à déconstruire les récits d’histoire « sainte », exprimant le besoin de relire l’histoire contemporaine, notamment celle de l‘après-indépendance en Tunisie, aujourd’hui objet de ré-interrogation. L’exposé de Faouzi Mahfoudh (historien médiéviste et directeur de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine) est revenu sur les fondements et modalités de l’enseignement médiéval tel que décrit par Ibn Khaldoun, un système éducatif qu’il estime dépassé et impossible à reprendre à notre époque, malgré les allégations de ceux qui prônent le possible retour à un « âge d’or » de l’Islam à travers ces pratiques. Kmar Bendana (histoire de la culture dans la Tunisie contemporaine) a plaidé pour un universitarisme civique en défendant l’utilité d’un regard historiographique comparé sur les cultures historiques et les corpus scientifiques, afin de circuler entre les différentes sciences sociales, des deux côtés de la Méditerranée.

La conclusion des travaux de ces journées de réflexion a permis d’apprécier les premiers pas effectués en direction d’un partenariat désiré de part et d’autre pour renforcer les liens entre les universités, les scientifiques et les sociétés civiles représentés. Pour rester dans le concret, il a été convenu de mettre en place une coopération à plusieurs formules et vitesses, depuis l’échange des seniors jusqu’aux modules communs d’enseignement et de recherche à destination de nos étudiants, afin de rapprocher les éducations scientifiques et d’ouvrir les perspectives de circulation des étudiants entre les universités. La question des langues étant centrale, les protocoles à trouver doivent être discutés en fonction des cursus réciproques et de l’impératif d’interdisciplinarité qui doit régir questionnements et pratiques. En liant littératures, langues et sciences humaines et sociales, ce projet de coopération vise à sortir les étudiants tunisiens de l’isolement géographique et des orientations nationales privilégiées dans les programmes en les intégrant à l’optique « étude des relations internationales » et notamment celle des rapports euro-méditerranéens ciblés par le Campus Sciences Po de Menton.

Approfondir nos conceptions pédagogiques réciproques et ouvrir les échanges linguistiques et scientifiques entre les étudiants par des contacts prolongés dans le temps et en passant par des modules de formation communs peut bénéficier à tous dans le contexte actuel. L’université doit contribuer à réfléchir aux enjeux qui se présentent et qui imposent de contrer la financiarisation excessive du monde par une attention stratégique à l’étude des sociétés et des cultures.

Outre qu’il faudrait que ces thèmes soient plus présents dans les débats tunisiens dans la perspective de réformer nos structures et de dépoussiérer nos pratiques universitaires, il reste à donner une forme et un contenu concrets au partenariat amorcé au cours de ces journées. Une rencontre est prévue en juin 2015 à La Manouba pour dresser les contours et les modalités de cette collaboration franco-tunisienne pour l’avenir immédiat de nos institutions.

La Manouba, le 2 décembre 2014

 Publié dans le magazine Akademia, n° 38,  La Manouba, février 2015, pp. 14-16.

Pour une science (plus) durable en Méditerranée

propos de la dernière conférence GID Parmenides 6, Malte, 12-14 novembre 2013.

En assistant à la dernière rencontre du cycle Parmenides organisée par le GID (Groupe Inter-académique de Développement, fondé en 2008 à l’initiative de l’Institut de France) du 12 au 14 novembre 2013 à l’université de La Valette à Malte  ( http://g-i-d.org/spip.php?article148), j’ai éprouvé le même sentiment que les sessions précédentes auxquelles j’ai été associée1 : le plaisir de parler de mon expérience d’historienne de la Tunisie contemporaine, à des scientifiques chevronnés venant d’horizons divers, soucieux de donner un sens plus efficace à leur savoir et de relier leur connaissance à une meilleure action sur le devenir humain, notamment dans le pourtour méditerranéen. Le GID est aujourd’hui soutenu par six académies françaises auxquelles se sont associées la Bibliotheca Alexandrina d’Egypte, l’Academia Nazionale dei Lincei d’Italie, l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques du Maroc et l’Académie Nationale des Sciences et des Techniques du Sénégal. L’Académie tunisienne des Sciences des Lettres et des Arts (Bayt al Hikma), fondée en 1983 et présidée par l’historien Hichem Jaït depuis février 2012, était représentée par le géographe Mongi Borgo, en vue de joindre de façon opérationnelle le réseau GID-EMAN (Euro-Mediterranean Academic Network) qui regroupe 20 académies des sciences dont 10 appartenant à l’Europe du Sud et l’Afrique.

Traduire le savoir en action

Le dialogue instauré par les participants à cette sixième rencontre Parmenides s’est particulièrement focalisé autour des sciences marines qui ont servi d’axe à une réflexion générale sur les rapports entre science, savoir et pouvoir. L’ordre du jour était de concevoir un observatoire pour le développement de la Méditerranée (ODMED). Quels forme et contenu donner à un outil qui aiderait à résoudre les problèmes écologiques, politiques, économiques et humains qui se posent sur les deux berges méditerranéennes, regroupant 23 pays et englobant plus de 150 millions d’habitants ? Partant du constat que les savoirs sont inaccessibles et illisibles aux pouvoirs en place, ce dispositif est appelé à « traduire » (dans tous les sens du terme) l’éventail des possibles qui peuvent intégrer les connaissances scientifiques et techniques dans l’environnement social et économique et donc leur donner un sens. Toute la difficulté est de ne pas accoucher d’une nième ONG qui ne ferait qu’ajouter aux innombrables organismes d’intervention un « machin de plus » dont les phrases de recommandations dormiraient dans les tiroirs. L’objectif est ambitieux et les organisateurs ont prévu de faire témoigner des animateurs de projets réussis (Gênes, Izmir, Malte, Palma…) pour engager les participants à penser concrètement ce qui peut être réalisé.

Continuer la lecture

  1. Vers une vision intégrée du développement scientifique en Méditerranée, conférence Parmenides 5, Paris, 20-21 mars 2012 ; Assises du GID, Paris, 22 octobre 2012. []

Jeunes comédiens et cinéastes au devant de la scène

La société civile n’est pas entièrement tombée dans l’escarcelle du politique en Tunisie. Encore une raison d’espérer en cette période de discorde. Parmi les semailles en cours, deux événements, l’un théâtral, l’autre cinématographique attirent l’attention par le parallélisme de leur démarche, conçue à l’adresse de jeunes en formation dans les écoles de théâtre et de cinéma. Les mardi 1er, mercredi 2 et jeudi 3 octobre 2013, trois représentations d’une pièce intitulée « Un courant d’air dans le crâne » ont lieu dans la salle Mohamed Agrebi de l’Institut Supérieur des Arts Dramatiques (ISAD). Vendredi 4 octobre, dans la salle du Colisée de Tunis, le public est convié à voir les dix films issus d’un concours franco-allemand et réalisés sur le thème de la « Réconciliation » ; deux prix et une mention spéciale sont décernés au cours de cette soirée.

De jeunes comédiens tunisiens interprètent une pièce de théâtre française

Affiche d'Un courant d'air dans le crâne

Affiche d’Un courant d’air dans le crâne, Institut Supérieur des Arts Dramatiques (ISAD), Tunis

« Un courant d’air dans le crâne » est un texte de Marylin Matteï, étudiante en formation à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT) de Lyon, choisi parmi 16 textes courts préparés dans le cadre d’un programme d’écriture dramatique. Françoise Coupat, metteur en scène et coordinatrice de la coopération, l’a choisi en accord avec la direction de l’ISAD pour sa résonance des deux côtés de la Méditerranée. Le texte sert de base à un dispositif original qui consiste à engager avec les étudiants un cycle de répétitions balisé par une lecture en juin, deux filages publics en septembre, enfin trois représentations à Tunis début octobre et autant à Lyon, à la fin du mois.

Le thème de la pièce est l’enfermement. Le texte de la jeune auteure française parle aux jeunes comédiens qui la jouent. Il fallait de la connivence pour engager le travail théâtral autour d’un sujet transversal, pour braver les difficultés de lecture et prendre de front les tics de prononciation que les enseignants, issus de générations autrefois francophones, déplorent chez leurs élèves. Une des jeunes actrices avoue l’effort d’entrer dans la langue française mais elle dit aussi le plaisir de découvrir petit à petit sa « délicatesse ». L’élaboration du spectacle sert de plate-forme linguistique et théâtrale. Cela aboutit à aplanir l’accès et l’appropriation de la langue française autant qu’à construire un spectacle empreint de la sensibilité des acteurs qui l’interprètent. Continuer la lecture