Pour une science (plus) durable en Méditerranée

propos de la dernière conférence GID Parmenides 6, Malte, 12-14 novembre 2013.

En assistant à la dernière rencontre du cycle Parmenides organisée par le GID (Groupe Inter-académique de Développement, fondé en 2008 à l’initiative de l’Institut de France) du 12 au 14 novembre 2013 à l’université de La Valette à Malte  ( http://g-i-d.org/spip.php?article148), j’ai éprouvé le même sentiment que les sessions précédentes auxquelles j’ai été associée1 : le plaisir de parler de mon expérience d’historienne de la Tunisie contemporaine, à des scientifiques chevronnés venant d’horizons divers, soucieux de donner un sens plus efficace à leur savoir et de relier leur connaissance à une meilleure action sur le devenir humain, notamment dans le pourtour méditerranéen. Le GID est aujourd’hui soutenu par six académies françaises auxquelles se sont associées la Bibliotheca Alexandrina d’Egypte, l’Academia Nazionale dei Lincei d’Italie, l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques du Maroc et l’Académie Nationale des Sciences et des Techniques du Sénégal. L’Académie tunisienne des Sciences des Lettres et des Arts (Bayt al Hikma), fondée en 1983 et présidée par l’historien Hichem Jaït depuis février 2012, était représentée par le géographe Mongi Borgo, en vue de joindre de façon opérationnelle le réseau GID-EMAN (Euro-Mediterranean Academic Network) qui regroupe 20 académies des sciences dont 10 appartenant à l’Europe du Sud et l’Afrique.

Traduire le savoir en action

Le dialogue instauré par les participants à cette sixième rencontre Parmenides s’est particulièrement focalisé autour des sciences marines qui ont servi d’axe à une réflexion générale sur les rapports entre science, savoir et pouvoir. L’ordre du jour était de concevoir un observatoire pour le développement de la Méditerranée (ODMED). Quels forme et contenu donner à un outil qui aiderait à résoudre les problèmes écologiques, politiques, économiques et humains qui se posent sur les deux berges méditerranéennes, regroupant 23 pays et englobant plus de 150 millions d’habitants ? Partant du constat que les savoirs sont inaccessibles et illisibles aux pouvoirs en place, ce dispositif est appelé à « traduire » (dans tous les sens du terme) l’éventail des possibles qui peuvent intégrer les connaissances scientifiques et techniques dans l’environnement social et économique et donc leur donner un sens. Toute la difficulté est de ne pas accoucher d’une nième ONG qui ne ferait qu’ajouter aux innombrables organismes d’intervention un « machin de plus » dont les phrases de recommandations dormiraient dans les tiroirs. L’objectif est ambitieux et les organisateurs ont prévu de faire témoigner des animateurs de projets réussis (Gênes, Izmir, Malte, Palma…) pour engager les participants à penser concrètement ce qui peut être réalisé.

Pour une coopération sud/sud

Développée à partir d’un point de vue historiographique, mon intervention  rejoignait celle des sessions précédentes2.  Sous le titre « La Méditerranée dans l’histoire contemporaine de la Tunisie », j’ai esquissé une lecture de la production tunisienne en intégrant ce bilan dans une appréciation de la politique scientifique à encourager autour de deux impératifs : relier l’archipel éclaté des sciences humaines et sociales au continent prépondérant des sciences expérimentales et travailler à une coopération sud/sud ( notamment trans-maghrébine) qui dépasse la circulation des compétences. Pour peu qu’elle soit investie comme medium scientifique face à la dérive actuelle vers l’anglais, le flottement de la francophonie et le déclassement des langues méditerranéennes dites mineures, la langue arabe peut largement contribuer à co-produire de la connaissance, à condition de vivre la Méditerranée comme une réalité effective et pas seulement comme une mode scientifique ou un mythe d’appartenance. Quoique dilué dans une forte représentation des sciences « dures », ce propos de « subaltern scientist » (eu égard aux représentations de la sphère du savoir) a résonné face aux préoccupations d’une association internationale dont le site (http://g-i-d.org/) reflète  la direction prise depuis sa constitution en 2008. Tout au long des six conférences organisées par le GID à Paris, Rome, Alexandrie, Rabat et Malte, il est question d’orienter l’usage des ressources scientifiques vers les besoins des plus défavorisés et de contribuer à un avenir de la science branché sur le développement d’un espace méditerranéen du savoir. Le site du GID, aujourd’hui trilingue (anglais, français et arabe), renseigne sur les projets issus de cette action soutenue qui se poursuit à travers de multiples entreprises autour de la santé, de l’éducation, de l’eau et de l’environnement3.

Une interpellation

Une parole entendue au cours de la dernière séance des travaux m’a semblé augurer d’une phase significative dans cette réflexion de scientifiques, de décideurs et d’entrepreneurs. Un des participants a mis le doigt sur la menace que représente l’obscurantisme face à l’impératif d’indépendance et de liberté qui régit l’activité scientifique. La fracture entre le Nord et le Sud de la Méditerranée est un constat partagé et les membres de ce réseau de savants ont une pratique des obstacles et des mesures opposées à la difficile circulation des chercheurs (et notamment les plus jeunes) pour atténuer le déséquilibre entre les différents milieux scientifiques. Mais cet avertissement d’un scientifique du Nord qui sort des impératifs de la communication « politiquement correcte » marque aussi la prise de conscience d’un danger pour l’avenir de la science et des sociétés méditerranéennes. Les changements politiques en cours dans les pays du Sud représentent une menace à laquelle il faut faire face à court et moyen terme. Dans une démarche qui se veut prospective, il est salutaire de voir des chercheurs appeler à reconsidérer l’équilibre de l’activité de la recherche et de l’éducation autour de la Méditerranée. Tout le monde reconnaît que les inégalités croissantes entre les sociétés accompagnent des dissymétries entre les communautés scientifiques, peu visibles et sensibles dans les instances de rencontre et de travail. Le moment actuel appelle à dessiller davantage les yeux des scientifiques qui veulent aider à la décision politique. Les turbulences en Méditerranée du Sud sont porteuses d’instabilité et cela pèse sur les conditions d’exercice de la science dans ces pays, au présent comme dans le futur. Les pays du Sud de la Méditerranée ont des institutions scientifiques jeunes et fragiles ; ils participent à l’effort mondial de la science, souvent à travers des individualités et des compétences attirées par les institutions les plus performantes et la plupart du temps absorbées par elles. Ce qui se joue entre autres aujourd’hui, c’est que les institutions locales s’exposent à des menaces envers leur autonomie de fonctionnement. Les principes éthiques qui régissent l’activité de la recherche risquent d’être battus en brèche par des décisions politiques irresponsables et de courte vue. Sans préjuger de perspectives noires et en attendant les évolutions politiques endogènes, on peut espérer que la grande « société savante » méditerranéenne que représente le GID pense aux moyens de défendre, à travers ces espaces scientifiques, une idée de la science plus égalitaire et donc plus attentive aux difficultés qui menacent ceux qui la font déjà et ceux, plus jeunes et plus vulnérables, qui sont en train de s’y former.

Pour l’ODMED en gestation, cette parole en faveur de la durabilité des institutions scientifiques du Sud est un préalable à la protection d’une science performante, solidaire et humaniste dans le pourtour méditerranéen.

Hammam-Lif, le 20 novembre 2013

 Paru dans Le Quotidien d’Oran du dimanche 24 novembre 2013, page 21.

  1. Vers une vision intégrée du développement scientifique en Méditerranée, conférence Parmenides 5, Paris, 20-21 mars 2012 ; Assises du GID, Paris, 22 octobre 2012. []
  2. « Pour un développement scientifique intégré en Tunisie et en Méditerranée », Paris, mars 2012  http://g-i-d.org/spip.php?article120 ;

    « Plaidoyer pour le dialogue : l’exemple de la Tunisie », Paris, octobre 2012 http://g-i-d.org/spip.php?article128 ; version arabe publiée sur le site du GID et dans Akademia n° 13, magazine de l’Université de La Manouba, janvier 2013, pp. 13-14. []

  3. Exemple : le Women Health Education Program : http://g-i-d.org/whep/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *