Transitions et droits humains

 

Affiche de l'école d'été "Human Rights and Democratic Transition", La Manouba, 2013

Affiche de l’école d’été « Human Rights and Democratic Transition », La Manouba, 2013

Compte rendu de l’Université d’été, août 2013, initiée par l’Université Libre de Bruxelles et l’Université de La Manouba.

L’été tunisien a été dur, plombé par une actualité violente et obscurci par des assassinats. Au cours de l’année universitaire, l’Université de la Manouba avait construit avec l’Université Libre de Bruxelles et d’autres organismes le projet de réunir entre le 18 et le 24 août des étudiants et des enseignants de sciences humaines et sociales, du Nord et du Sud de la Méditerranée, pour croiser les vues et les approches autour des risques et des espoirs engendrés par les transitions en cours. Malgré la menace et les appréhensions, les organisateurs ont décidé de maintenir la manifestation pour entretenir l’espoir, ne pas décevoir le désir de rencontre et donner sa chance à l’ambition partagée de débattre et de comprendre l’actualité. La manifestation était dédiée à la mémoire d’Eric Remacle, Chokri Belaïd, deux militants pour les droits humains morts début 2013 : les événements ont hélas adjoint le nom de Mohamed Brahmi, assassiné le 25 juillet.

Fresque internationale

Plusieurs institutions se sont associées en cours d’organisation pour monter La Manouba International Summerschool autour du thème : Droits humains et transitions démocratiques : entre espoirs et risques. Le programme européen Erasmus Mundus GEM PhD School, the GR:EEN FP7 Research Project, le pôle et la fondation Bernheim pour la culture de la paix et l’Institut d’Etudes Européennes de Bruxelles ont étendu les dimensions et les moyens de la rencontre, appuyée par la délégation de Wallonie Bruxelles à Tunis. La conjugaison des forces a permis de réunir plus de 80 étudiants et 25 encadreurs, de vingt nationalités et appartenant à des universités du Nord et du Sud. L’arabe, le français et l’anglais ont été les trois langues de travail. Vue du côté tunisien, cette semaine a permis de fournir à une vingtaine d’étudiants et dix intervenants tunisiens un voyage mêlant découverte, labeur, contact et détente…sans visa.


Les travaux de l’UEM 2013 se sont déroulés au Centre National de Formation des Formateurs en Education (CENAFFE), à Carthage. L’ambiance studieuse et détendue qui a régné doit beaucoup au cadre agréable de cet ancien monastère consacré aux stages et rencontres pédagogiques. Chaque matin, les conférences publiques ont rempli l’ancienne chapelle où une cabine de traduction a permis de traduire les interventions du français à l’anglais et vice versa. Des auditeurs occasionnels étaient régulièrement au rendez-vous et les débats ont bénéficié de la variété et de la constance du public. Après la courte pause de midi, des ateliers formés autour de seniors, doctorants et étudiants de master ont discuté de papiers préalables, fabriqué des articles collectifs, élaboré des produits (textes, photos, vidéos, illustrations…) destinés à être publiés sur le site de l’UEM :  http://www.uem-iee.org

L’objectif commun était de décliner les débats et les questionnements autour des situations de transition politique, économique, sécuritaire, démographique et sociale qui sont au cœur de l’actualité méditerranéenne en les confrontant aux perceptions et usages des droits humains. En croisant points de vue académiques, témoignages d’acteurs et contacts directs, cette rencontre visait à stimuler la lecture et à décloisonner les interprétations sur les répercussions des bouleversements en cours, sous différents angles et approches (sociologie, politologie, économie, histoire…).
Les repas, les pauses dans les jardins du CENAFFE, les soirées libres et les visites culturelles ont créé le liant humain et l’entrain nécessaires à ce genre de rencontres.

Le pan studieux

L’ouverture sous l’orage de la fin d’après midi du dimanche 18 août a été marquée par la conférence de Gilbert Achkar (Politologue, School of Oriental and African studies, Londres) qui a insisté sur la dimension économique des soulèvements dans le monde arabe et rappelé que les transitions en cours appellent des transformations profondes des structures étatiques et économiques encore vivantes, malgré le renversements des pouvoirs dictatoriaux. Il a longuement commenté le cas égyptien, tributaire de la place de l’armée.

Le programme des quatre journées de travail a été articulé autour de sous-thèmes, répartissant les communications entre universitaires et activistes.

Les conférences du lundi 19 août (modératrice : Jihane Sfeir, ULB/IEE) ont été placées sous le thème Questions spécifiques de la sécurité humaine. Laleh Khalili (SOAS-Londres) a abordé la question de la sécurité humaine sous l’angle de la loi et de la légalité, dans le cas des nouvelles insurrections confrontées à l’ingérence étrangère. Christian Olsson (FSP-ULB) a soumis les différentes déclinaisons du concept de sécurité de l’Etat/de l’individu au contexte des révolutions arabes. Dans la deuxième partie de la matinée (modératrice : Kmar Bendana, La Manouba), Souhayr Belhassen (Journaliste et ex-présidente de la FIDH) a plaidé pour que le couple Liberté /Sécurité ne reste pas antagonique dans les transitions actuelles et pour la défense de droits fondamentaux universels. Radhia Nasraoui (Avocate et présidente de l’association contre la torture) a montré que la soumission du pouvoir judiciaire à l’exécutif continue à menacer les droits humains en Tunisie.

La matinée du mardi 20 août (modérateur : Pierre Galand, président du CAL) consacrée au thème des Instruments des droits humains et des libertés fondamentales a d’abord donné la parole à deux historiennes de l’université de La Manouba. Kmar Bendana a parlé de la subjectivité inévitable du travail historien et des leçons qu’apporte l’observation des faits en cours. Leila Blili a traité de l’inscription de la femme dans l’histoire et l’imaginaire politique tunisiens, des acquis et limites du Code du Statut Personnel de 1956. Simone Susskind (Présidente d’Actions in the Mediterranean) a insisté, à partir de son expérience, sur l’importance à donner aux droits des femmes encore souvent passés sous silence et sur le rôle des échanges et de la coopération pour défendre les droits et les libertés fondamentaux.

La question des défis nés de la transition démocratique, objet des conférences du jeudi 22 août (modératrice : Leïla Blili, La Manouba), a été abordée par Nicolas Pouillard (IFPO) qui a déconstruit le terme  « transition » pour le cas de la Tunisie, préférant celui de « crise »; pour lui, ce processus réactualise différents passés de la Tunisie. Leyla Dakhli (historienne, IREMAM), a rappelé l’utilité de s’inscrire dans la longue durée et la nécessité de considérer les contradictions et différences qui caractérisent toute société. Jinan Limam (Université El Manar) avec sa double casquette de juriste et spécialiste des droits de l’Homme, est partie du boom associatif post -révolutionnaire (4250 associations créées depuis 2011) pour montrer les failles de la société civile, suite à la bipolarisation marquée après les élections d’octobre 2011. Raoudha Hamrouni, militante féministe affilée au parti Nida Tounès a posé la question de la nécessité d’une transition dans les mouvements féministes, sommés de toucher des franges sociales plus larges. Khaoula R’chidi, la jeune étudiante devenue célèbre après l’affaire du drapeau de mars 2011 à la faculté de La Manouba a rappelé les faits et la spontanéité de son geste.

Vendredi 23 août (modérateur : Jean-Philippe Schreiber, ULB), trois intervenants ont traité du thème Espoirs et risques lors du déplacement vers l’avant. Francesca Corrao (professeur de langue et civilisation arabes, Université Luiss-Rome) a insisté sur la dialectique entre art et soulèvements et sur le rôle des intellectuels et des artistes dans les révolutions. Abaher el Sakka (chef du département de sociologie, Bir-Zeit, Palestine) a fait part du résultat de ses enquêtes sur l’impact du ‘’printemps arabe’’ sur les mouvements sociaux en Palestine. Philippe Droz-Vincent (politologue, IEP Grenoble) a évoqué l’aspect géo -politique des ruptures des autoritarismes et souligné le rôle des forces armées dans le déroulement et la suite des soulèvements.

L’UEM hors les murs

A côté du travail universitaire, la semaine doctorale a multiplié les occasions de faire connaître la Tunisie en pleine mutation à une centaine de témoins attentifs qui ont pu enrichir leurs lectures par des contacts directs avec des activistes et par des discussions avec des enseignants et des jeunes tunisiens. Les visiteurs ont pu prendre la mesure de l’actualité en plein mouvement et de différents aspects de la vie économique, sociale et culturelle à travers les sorties programmées à Tunis, au Bardo, dans la banlieue Nord et à Hammamet.

Une visite guidée a eu lieu mercredi 21 août au Musée du Bardo suivie d’une rencontre politique avec des militants du sit-in de la place du Bardo. Ces entretiens ont nourri le travail des ateliers d’observations vivantes et senties. Après un déjeuner dans un restaurant de la Médina de Tunis, le groupe a été accueilli au centre culturel Dar Bach Hamba de la Fondation Corrao, dédié aux rencontres euro-méditerranéennes.

Une soirée de jazz tunisien a été offerte par Daniel Soil, délégué de Wallonie Bruxelles en Tunisie, à son domicile, jeudi 22 août. Le lendemain et pour clore cette semaine, les participants ont assisté à une soirée belgo-tuniso-palestinienne, clôturant le Festival International de Hammamet 2013. Après la visite d’une exposition de 25 portraits de créateurs palestiniens photographiés par Véronique Vercheval, les participants ont assisté à deux premières mondiales : la lecture théâtrale par deux comédiennes tunisiennes, Souhir Ben Amara et Aicha Ben Ahmed, du texte (Hêtre) de Cécile Delbecq, auteur belge puis un concert (El Manara) joué et chanté par une troupe formée d’artistes belges, palestiniens et tunisiens, deux spectacles soutenus par la délégation Wallonie Bruxelles International en Tunisie.

Publié dans Akadémia n° 22, magazine de l’Université de La Manouba, octobre 2013, pp. 9-11.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *