Relayer la mémoire par l’histoire : le docteur Salem Ech-Chadli (1896-1954)

Salem Ech-Chadli

Salem Ech-Chadli

Chaque période historique apporte son lot de mémoires oubliées, refoulées ou simplement ignorées. Depuis le 14 janvier 2011, la déflagration de la parole charrie son lot d’évocation des anciens. On assiste à des restaurations de souvenirs et des rappels de mémoires qui ont parfois valeur de révélations. Deux manifestations autour de la vie et de la personnalité du docteur Salem Ech-Chadli (1896-1954) ont eu lieu récemment : la première s’est déroulée le 20 avril 2013 à la Fondation Abdejellil Temimi dans le cadre du cycle La mémoire nationale et l’histoire du temps présent et la seconde à l’hôpital Er-Razi, le 15 juin 2013 au cours d’une journée d’étude sur L’histoire de la psychiatrie tunisienne. Les exposés de membres de la famille et de médecins de profession ont dégagé un peu de l’ombre qui plane sur ce médecin militant nationaliste, mort à 58 ans, deux ans avant une indépendance à laquelle il a rêvé et participé par son métier et son combat anticolonialiste. Ces deux manifestations apportent beaucoup aux deux histoires – politique et culturelle- imbriquées à travers la biographie du premier psychiatre tunisien.

Profession médecin en Tunisie

La Tunisie contemporaine compte plusieurs générations de médecins, une profession qui commence, dans sa forme présente, à marquer la société tunisienne au XIXème siècle, suite à la révolution connue par le domaine. Un ouvrage récent de Lucien Moatti (La mosaïque médicale de Tunisie (1800-1950), Paris/Tunis, Editions Glyphe/Déméter, 2012, 422 p.) a fait l’inventaire de près de 1200 médecins qui ont exercé en Tunisie entre le début du XIXème siècle et le milieu du XXème. Béchir Dinguezli (1869-1934) est le premier titulaire tunisien musulman d’une thèse de médecine au sens actuel du terme et Tawhida Ben Cheikh (1909-2010) est connue comme la première tunisienne gynécologue. Comme la profession d’avocat ou d’ingénieur, celle de médecin représente une des portes par lesquelles la Tunisie accède à la modernité contemporaine, avec le plus qui revient au rôle et à l’image du médecin, reliés à l’imaginaire social construit autour de la vie, de la santé et de la mort.

A la suite d’études qui existent et pour la plupart effectuées par des médecins passionnés d’histoire, on peut approfondir davantage l’histoire sociale, politique et culturelle de la Tunisie à travers celle de ses médecins. A partir des itinéraires, on peut creuser les conditions d’accès aux études et les attributs d’une profession qui ont évolué avec le temps. Pendant la période coloniale, les études médicales et l’exercice du métier restent l’apanage d’une minorité de Tunisiens qui parviennent à se former pour l’essentiel dans les facultés de France et d’Alger. Les hôpitaux, les dispensaires, la médecine militaire et privée sont majoritairement occupés par des médecins français, maltais, russes, italiens… rejoints petit à petit par les recrues tunisiennes dont le nombre demeure réduit. Les travaux de Moncef Zitouna (La médecine en Tunisie (1884-1994), Tunis, Simpact, 1984, 480p.) permettent de reconstituer l’évolution des institutions médicales, du système d’enseignement, des chiffres et des lignées de spécialistes de la profession pendant la période coloniale et jusqu’ en 1994. Il établit que sur 516 médecins en Tunisie en 1950, 220 Tunisiens dont 143 juifs exercent le métier. Le monde de la médecine commence à bouger significativement après l’indépendance. En plus des avancées scientifiques et techniques mondiales, la tendance à la nationalisation de la profession s’accentue, notamment après la naissance de la Faculté de Médecine de Tunis en 1964 qui devient le principal pourvoyeur des compétences médicales. La nationalisation de l’enseignement et la multiplication des filières, des établissements, des diplômes et des spécialités paramédicales (infirmiers, préparateurs…) ouvrent une autre combinaison historique entre le métier de médecin et la société tunisienne.

Salem Ech-Chadli, pour une histoire croisée

Salem Ech-Chadli fait partie de la deuxième génération de médecins tunisiens qui ont exercé pendant la période coloniale. Il a associé l’action nationaliste (fondateur et président de l’Association des Etudiants Musulmans Nord Africains à Paris entre 1927 et 1932 ; membre du Bureau politique du Destour, fondateur de l’Association des Scouts tunisiens Musulmans à Tunis en 1936…) avec un parcours de médecin psychiatre, une spécialité rare à son époque. Sa vie renseigne sur les relations entre psychiatrie et colonisation, car il a payé de sa personne la difficile position de traiter cette maladie dans un environnement politique défavorable aux droits des malades tunisiens. Son cas éclaire l’histoire du métier et de ses conditions, une histoire qu’il est utile de croiser avec les circonstances politiques et culturelles qui en déterminent l’exercice. L’histoire de la santé sociale, de l’hygiène, des maladies et des épidémies comme l’évolution des rapports entre soignants et soignés et la conception de l’enseignement de la médecine forment un faisceau caractéristique de chaque contexte.

Né à Monastir en 1896, Salem Ech-Chadli diplômé de Sadiki en 1917, part en France préparer le baccalauréat (1919) puis entame des études de médecine légale et psychiatrie avec un diplôme de médecine coloniale. Il soutient une thèse sur la neurasthénie et obtient le titre de médecin des asiles en 1929 en plus de certificats de médecine des voies génito-urinaires et de phtisiologie. Après un bref exercice en France, il est affecté à partir de 1934 à l’hôpital des maladies mentales de La Manouba (HMMM) créé en 1932 et majoritairement peuplé de Tunisiens. On dispose d’une étude sur cet établissement (Fakhreddine Haffani et Zied M’hirsi, L’hôpital Razi de La Manouba et son histoire, Tunis, CPU, 2008, 186 p.) mais les archives de cet hôpital et d’autres restent inexploitées à ce jour. Des enquêtes conjointes entre historiens et médecins permettraient de mieux connaître la situation sanitaire de la Tunisie au cours du XXème siècle et d’élargir le questionnaire de l’histoire sociale et culturelle tunisienne à travers les institutions, les règles, les pratiques et les hommes (médecins, infirmiers et administrateurs) du secteur.

Engagé en tant que « médecin aliéniste », Salem Ech-Chadli connaîtra des déboires face à la hiérarchie médicale de l’HMMM. Ses activités politiques –notamment entre le Destour et le Néo Destour qu’il a œuvré à rapprocher entre 1934 et 1937- comme ses prises de position pour améliorer la condition des malades tunisiens lui ont valu deux suspensions d’activité, entre 1939 et 1945 puis en 1950. Ayant dénoncé des abus psychiatriques à la Commission Santé de l’ONU, à l’Organisation Mondiale de la Santé et à l’Institut Pasteur de Paris, Salem Ech-Chadli a usé de moyens légalistes inhabituels dans sa position et pour l’époque. Sa foi dans la légalité internationale (dans une lettre au Président Wilson en 1919, il plaide pour la participation des Nord Africains à la Conférence de la Paix) ne l’a pas prémuni contre la cabale lancée contre lui à la suite de l’affaire des gendarmes de Zarmdine de 1946, inculpés de violences contre les habitants. Une commission formée par le Général Mast et le commandant Duval demandent une expertise à l’HMMM sur les agresseurs ; Salem Ech-Chadli rédige, en tant que directeur intérimaire de l’hôpital, un rapport qui ne conclut pas à l’irresponsabilité qui aurait permis d’absoudre les auteurs des brutalités. Une interdiction d’exercice est prononcée contre lui en 1948 puis confirmée en 1950. Il poursuit sa défense des droits des aliénés et travaille -à partir de son expérience-à un projet de loi des psychopathologies en Tunisie dont il ne verra pas la naissance, puisqu’il meurt des suites d’une crise cardiaque le 10 juin 1954.

Relayer le devoir de mémoire par un travail d’histoire

Un ouvrage retraçant la biographie de Salem Ech-Chadli est en cours de publication à l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (Université de La Manouba). Il retrace, documents à l’appui, les péripéties d’une vie tourmentée par les choix militants de ce médecin nationaliste, défenseur des droits fondamentaux à une époque où l’exercice de la médecine et de la gestion politique n’étaient pas acquis à ses compatriotes.

Au-delà du travail de mémoire entrepris pour réparer l’oubli de ce médecin méconnu et maltraité, il y a matière  à élargir l’horizon des études historiques sur les médecins et la médecine en Tunisie. On gagnerait à multiplier les biographies et l’étude des réseaux, des générations et familles de médecins, les monographies d’hôpitaux, les histoires d’épidémies, l’évolution des thérapeutiques, l’esprit des pédagogies et des textes de loi régissant le domaine…. Toutes ces entrées peuvent enrichir la connaissance d’un univers qui ne manque pas de péripéties et de personnalités et qui est au cœur de transformations significatives de la société et de la culture tunisiennes contemporaines. Par ailleurs, on dispose aujourd’hui d’une  littérature médicale considérable :  les thèses,  les articles scientifiques ou de vulgarisation, les rapports d’expertise, les campagnes de sensibilisation représentent  un matériau d’étude qui appelle des approches multidisciplinaires pour mieux connaître le savoir médical, les étapes et les formes de son application en Tunisie. Décloisonner les savoirs en direction du secteur médical aiderait à construire des passerelles afin de comprendre le passé et le présent des mœurs et des représentations autour de la vie et de la mort qui régissent la  société tunisienne. Se placer du point de vue de leurs interactions, selon chaque moment historique, avec les conceptions de la santé peut éclairer des ressorts sur le vécu matériel et mental généralement peu mis en valeur. L’histoire de la Tunisie contemporaine sortirait renforcée par cet effort de décloisonnement .

Hammam-Lif, le 18 juin 2013.
Publié dans le magazine Réalités, n° 1435, juin 2013, Tunis, pp. 12-14.


2 réflexions au sujet de « Relayer la mémoire par l’histoire : le docteur Salem Ech-Chadli (1896-1954) »

  1. Lotfi Aïssa

    Belle mise au point sur un parcours peu connu, une trajectoire de vie vouée à un noble métier et un compatriote, dont les positions engagées et militantes pour l’amélioration de conditions d’internement psychiatrique des tunisiens pendant l’époque coloniale, incitent à emprunter des chemins peu usités par la recherche consacrée à l’histoire contemporaine de la Tunisie.

    Répondre
    1. Kmar Bendana Auteur de l’article

      Merci Lotfi. L’idée est de baliser pour d’autres études. Il y a tant à faire pour que l’histoire soit mieux connue et sorte des carcans et des ronronnements.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *