« Commémorer » la « Révolution Tunisienne », deux ans après, à l’Université

Affiche colloque Thawra(t), 17-19 janvier 2013, La Manouba

Affiche du colloque Thawra(t), 17-19 janvier 2013, La Manouba 

Comment des historiens peuvent-ils « commémorer » la Révolution Tunisienne ? En organisant un colloque comme d’habitude. C’est ainsi que la rencontre intitulée Thawra(t) : pour une approche comparée des révoltes et révolutions XIXème-XXIèmes siècles a été organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (Université de La Manouba) les 17, 18 et 19 janvier 2013. Le texte qui suit reprend l’introduction de la rencontre. Il pose la question de l’utilité, des précautions et des limites d’une réflexion à chaud sur une actualité en mouvement, dans une institution elle aussi en « transition ».

Le temps de la politique

Le temps, cet obscur objet de la discipline historique, a des ressorts complexes. Sur ces deux ans déjà, on le voit agir sur les conceptions, diviser les acteurs et accoucher de représentations adverses. C’est le temps de la politique en train de se faire, qui n’est pas le temps des historiens bien entendu.

Les historiens tunisiens, citoyens, spectateurs ou témoins de la « Révolution tunisienne » sentent que ce qui s’est passé en Tunisie entre décembre 2010 et janvier 2011 est un fait capital dans l’histoire du pays. La vie courante a intégré ath-thawra dans la datation ordinaire. Chacun situe désormais des événements privés ou publics « avant » ou « après » ath-thawra. Le mot est indéfini et sa polysémie (il désigne à la fois révolte et révolution) accroît son impact. L’unanimité sur l’intervalle 17 décembre/14 janvier qui sépare l’immolation de Bouazizi du départ de Ben Ali (créée entre autres par la création des commissions chargées d’enquêter sur les morts et les exactions) est déjà en question. Les détails sur l’enchaînement insurrectionnel s’accumulent mais la règle des compensations et droits encore trouble retarde l’établissement d’une liste (chiffres officiels et non définitifs :338 morts et 2274 blessés d’après le rapport de la Commission Bouderbala). Depuis qu’ on a proclamé le 14 janvier comme fête officielle de la Révolution et de la jeunesse (13 mars 2011), un débat réclame de remettre à l’honneur plutôt la date de l’étincelle (immolation de Bouazizi) que sa conséquence spectaculaire et politique (départ de Ben Ali). La question de l’intégration des morts du bassin minier de 2008 s’est ajoutée à ce débat sur la définition de la Révolution, de ses martyrs, de ses dates…

Le politique s’installe à travers ses querelles, les moments s’agencent selon les rapports de force : la « légitimité révolutionnaire » (qui se construit par récits, pose sa datation et édifie son panthéon) en contre une autre, chiffrée, celle des urnes (élections du 23 octobre 2011) qui prétend elle aussi imposer son ascendant. Nous vivons  le croisement conflictuel de ces deux légitimités naissantes.  Alors que les gouvernants peinent à stabiliser leurs places et leurs repères, la société enchaîne les accès à une série d’expériences politiques qui n’étaient pas inscrites dans leur histoire. En plus de l’explosion des partis et des associations, l’exemple de l’écriture de la constitution qui donne lieu à des débats passionnés, pas seulement à l’intérieur de l’hémicycle, sont autant de leçons. Après des décennies de confiscation, un éventail de façons de s’emparer de la politique se déploie à vive allure et sur plusieurs temps. Dans la bousculade de l’action et des textes, on assiste à des tentatives d’agir sur la symbolique des mots et des dates. Le terme « Révolution » est le premier convoité : le quatrième gouvernement provisoire tente de célébrer la « Révolution » lors du premier anniversaire des élections (le 23 octobre 2012) alors que celle-ci a déjà une fête et que c’est en principe la fin du mandat de l’Assemblée Nationale Constituante. Le terme est également inscrit dans la titulature des Ligues de protection de la Révolution créées par un texte de loi le 14 juin 2012. La mémoire des acteurs encore fraîche sait que ces regroupements ne sont pas le prolongement des groupes spontanés de défense de quartiers de l’après-14 janvier 2011.

Faire son métier

Au milieu des discordes et d’une tension politique en hausse, les historiens doivent cependant faire leur métier. Ceux de l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National appartiennent à une des rares institutions tunisiennes vouées exclusivement à la recherche en histoire et qui a environ trente ans d’existence institutionnelle. La production scientifique de cet Institut s’élève à une trentaine d’ouvrages publiés (en arabe et en français), 15 colloques organisés dont 14 publiés ( 2 traduits en arabe), deux périodiques (26 numéros du bulletin de recherche Watha’iq et une revue, Rawafid dont la 17ème livraison est sous presse).

Il suffit de survoler cette production pour repérer les habitudes et les cadres d’un travail important, taillé à l’intérieur de certaines lignes rouges, plus ou moins implicites. Travaillant sur la période coloniale -sans prononcer toujours le mot- les chercheurs de l’ISHMN ont contribué à une « Histoire contemporaine », catégorie canonisée par les premiers historiens de l’université tunisienne qui ont adopté la quadri-partition de l’université française. Que peuvent-ils faire aujourd’hui ?

L’université est un corps lent à se dégeler, mais on peut espérer que l’un des effets secondaires de cette « Révolution » serait de faire bouger certaines lignes dans l’enceinte de l’ISHMN, notamment du point de vue de la périodisation et des objets de recherche : dépasser l’horizon des années 1960 auquel on s’est tenus jusque là ; entreprendre une histoire sociale et culturelle de la Tunisie sous le protectorat pour mieux comprendre ce que fut la Tunisie colonisée et comment s’est fait son cheminement vers l’indépendance politique ; se raccorder à l’histoire de la Tunisie post-indépendance, non pas seulement comme une rupture proclamée par l’élite dirigeante mais aussi selon les lignes de continuité inscrites dans le vécu du pays, ses structures sociales, ses mentalités et son environnement géo-politique, au sens large. L’esprit de ce colloque s’inscrit dans une « transition » au long cours, à peine amorcée.

Esprit de la rencontre

Une première journée d’étude en janvier 2012 a permis de se lancer une réflexion collective autour d’un événement omniprésent, obsédant, imprévu, incompréhensible. Le mot « Révolution » est ensorceleur, et l’historien a besoin qu’un minimum de temps s’écoule pour saisir la logique des faits. Trois ateliers de réflexion (11 avril, 6 juin et 30 novembre 2012) ont abouti à l’idée qu’à défaut de tout saisir dans l’immédiat, rien n’empêche de revenir à des exemples lointains, de relire des soulèvements dans le passé. Occuper son temps à relire les histoires d’autres révolutions peut aider à poser des jalons pour mieux comprendre ce fait surprenant. L’inattendu de la Révolution tunisienne résiderait-il, en partie, dans la méconnaissance des phénomènes de moyenne et longue durée qui la précèdent ? Une chose est sûre : cet événement déterminera autant l’avenir de la Tunisie que la conception de son passé et celui de son environnement géo-historique.

Nous avons commencé à réfléchir aux mots qui ont jailli. Il suffit de consulter Wikipédia pour se rendre compte que les termes de thawra, révolte et révolution charrient plusieurs histoires. Les innombrables occurrences de ces termes dans le passé appellent à les croiser, à rapprocher les situations, à comparer les lectures qui ont été produites. Une des ambitions du colloque Thawra(t) est d’allier, pour chaque cas, l’interrogation des événements avec la démarche historienne qui éclaire les interprétations fournies. A travers les expériences historiques d’Egypte, du Yémen, de Syrie, de Libye, du Maroc, de France, de Turquie et de Tunisie (hélas on n’a pas pu traiter de l’Algérie pour cette rencontre), on espère déblayer des pistes de comparaisons afin de mieux saisir des logiques qui rapprochent de la situation que nous sommes en train de vivre et pour laquelle manquent des références historiques.

Merci aux dix neuf intervenants et aux six modérateurs de séance qui ont accepté de participer à la partie scientifique de cette rencontre. Un des défis de ces journées est de réussir à échanger, en arabe et en français, car nous ne pouvons pas assurer un interprétariat en bonne et due forme. Par ailleurs et pour que cette rencontre construise des passerelles entre l’Université et le monde qui l’entoure, nous avons programmé la projection d’un film documentaire (Dégage de Mohamed Zran) qui sort ces jours-ci sur les écrans tunisiens, une exposition de livres se rapportant à la Révolution, conçue par la Bibliothèque Nationale de Tunis et une soirée poétique autour de Sghaïer Ouled Ahmed (qui s’apprête à publier deux recueils ) pour rendre hommage à l’importance du verbe en cette période de libération de la parole.

Je nous souhaite un colloque enrichissant qui nous fasse sentir qu’une « Révolution » ne peut avoir lieu, sans que l’université change aussi ses manières de faire, sorte de ses murs et participe au désir de changement qui incombe à chacun, pour que les choses bougent, vraiment.

La Manouba, le 17 janvier 2013


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *