Colloque « Thawra(t)… Approche comparée des révoltes et révolutions (XIXe-XXIe siècle) », 17-19 janvier 2013

Les 17, 18 et 19 janvier 2013, j’organise, dans le cadre des manifestations de l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national (université de la Manouba), un colloque intitulé « Thawra(t)… Approche comparée des révoltes et révolutions (XIXe-XXIe siècle) ».

Colloque international, 17-19 janvier 2013
Thawra (t): pour une approche comparée des révoltes et révolutions
XIXème-XXème siècles

  • Université de La Manouba (Tunisie)
  • Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National

Présentation

La Tunisie traverse une période de bouleversements majeurs et les événements qu’elle vit depuis janvier 2011 ne peuvent manquer d’interpeller les historiens, notamment pour décrire les mouvements alors que les transformations engendrées sont encore difficiles à évaluer.

L’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (ISHMN) a engagé la réflexion sur la Révolution tunisienne à travers une journée d’étude organisée en janvier 2012. La première récolte de lectures immédiates de l’événement en fonction de l’histoire tunisienne, plus ou moins proche incite à poursuivre cette réflexion afin de l’enrichir à travers des approches comparées dans le temps (en se limitant à l’histoire contemporaine cependant) et dans l’espace (pour explorer d’autres Révolutions en cours dans le monde), pour lire les effets immédiats du soulèvement à la lumière d’autres expériences. En effet, les rencontres organisées par l’ISHMN en 2012 (15 janvier, 11 avril, 6 juin, 30 novembre) ont alimenté le débat entre les chercheurs et encouragent à poursuivre le croisement des regards et des disciplines, au-delà du cercle immédiat.

De là est née la conception d’un colloque international du 17 au 19 janvier 2013. Placée sous le titre Thawra (t) : Pour une approche comparée des révoltes et révolutions à l’époque contemporaine, cette rencontre veut instaurer un dialogue plus nourri, ouvert aux universités et centres de recherche maghrébins, arabes et européens dont les éclairages doivent répondre aux innombrables questions qui se posent aux témoins, acteurs et citoyens face à cet événement de portée internationale qui interpelle également les chercheurs du monde entier.

Thawra ? Inqilab ? Intifadha ? Révolte ? Révolution ? Soulèvement ? La terminologie encore flottante incite à tester des approches diverses d’autant que les faits, leurs origines et leurs conséquences sont loin d’être établis. Les journées d’étude intermédiaires ont contribué àsérier quelques aspects historiques qui relient, par des comparaisons plus larges cette histoire immédiate et encore en train de se faire à des phénomènes de moyenne et longue durée, à des espaces plus lointains, à d’autres mouvements historiques.

La rencontre de janvier 2013 est destinée à élargir la dimension dialogique et le croisement des disciplines. Comme au cours des ateliers intermédiaires, nous voulons travailler à pousser les limites des questionnements autour des phénomènes révolutionnaires au cours des XIXème et XXème siècles et ouvrir cette histoire encore proche autant à des comparaisons des faits et contextes qu’à des recoupements historiographiques.

La réflexion tournera autour de trois axes :

1/Le thème soulève un problème de définition d’un mouvement qui a eu un écho à l’échelle internationale ; l’étude de ce mouvement appelle le recours à de nouvelles sources Questions de définition/ Questions de sources

2/ La perception du temps : la Révolution tunisienne est appréhendée dans le cadre de l’histoire immédiate à comment établir les faits pour un phénomène en cours, aussi bien en Tunisie qui fut à l’origine du mouvement, que dans les pays dits du « Printemps arabe» ?

3/L’approche comparative avec d’autres mouvements historiques permet de mettre en valeur la Révolution tunisienne et de saisir le sens profond de ce mouvement. L’approche pluridisciplinaire et le point de vue historiographique élargissent la lecture de l’événement.

Programme

Jeudi 17 janvier 2013

Amphithéâtre Carthage-La Modernité, Campus de La Manouba

09.00 Ouverture: Faouzi Mahfoudh et Jamil Hayder

LES REVOLUTIONS COMME SCENARIOS DE RUPTURES ?

Modérateur : Chokri Mabkhout

09.30 Héni N’sira, Les Arabes, des révolutions aux transitions, le dilemme intellectuel : étude analytique comparative

09.45 Michäel Béchir Ayari, Tunisie : les limites des émeutes qui ont réussi

10.00 Sihem Kchaou, Printemps des peuples européens, printemps des peuples arabes : lecture comparée

10.15 Jean-Claude Caron, «Trois glorieuses », «Printemps des peuples», «Semaine sanglante» : quand la métaphore corsète la révolution (France, XIXe siècle)

10.30 Débat

11.00 Pause café

REVOLUTIONS ET DISPOSITIFS DE POUVOIR

Modérateur : Fethi Lissir

11.30 Moncef Bani, Les mécanismes du pouvoir en Tunisie: 1987 -2011

11.45 Abdelmajid Belhédi, Les révolutions arabes: quels coûts ?

12.00 Fayçal Chérif, Repenser le rôle de l’armée dans la révolution tunisienne : patriotisme au-dessus de tout soupçon ?

12.15 François Georgeon, La génération de la liberté : la révolution de 1908 dans l’Empire ottoman

12.30 Débat

REVOLUTIONS ET ENGAGEMENTS

Modérateur : Hassen Annabi

15.00 Mohamed Haddad, Le printemps arabe entre le concept de révolution et la théorie des cycles «khaldouniens»

15.15 Salam Kawakibi, La révolution syrienne, de Tabae’ al Istibdad à la fin du despotisme

15.30 Amira Aleya Seghaïr, L’Université, les universitaires tunisiens et la révolution

15.45 Débat

16.30 Pause café

15.45 Projection du film Dégage, Mohamed Zran. Débat en présence du réalisateur. Animation Moez Ben Messaoud.

Vendredi 18 janvier 2013

Bibliothèque Nationale de Tunisie, Bd 9 avril 1938, Tunis

09.00 Inauguration de l’exposition : Livres de la Révolution, par la BnT

LES REVOLUTIONS FACE AUX CONTINUITES

Modérateur : Habib Kazdaghli

09.30 Aleya Allani, Les islamistes et la révolution tunisienne: entre encadrement et manipulation

09.45 Ali Toumi, Géographie d’une révolution, la dialectique du centre et de la périphérie

10.00 Sami Abderrahmane Chamiari, La révolution yéménite, les mots du dialogue et l’état civil

10.15 Jean Garrigues, La Commune de Paris : un modèle révolutionnaire ?

10.30 Débat

11.00 Pause café

REVOLUTIONS ET APRES ?

Modérateur : Abdelmajid Charfi

11.30 Khaled Abid, De l’illusion d’une «révolution» à la «contre-révolution» en Tunisie: introduction à un soulèvement avorté?

11.45 Amine Mahfoudh, Où va la Tunisie ?

12.00 Mustapha Bouaziz, Les mouvements sociaux dans le Maroc contemporain: essai de synthèse

12.15 Omrane Gueeb, Les slogans révolutionnaires en Libye à travers les graffiti: une vision prospective

12.30 Débat

DEBAT GENERAL, CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES

15.00 Modérateur : Abdellatif Hannachi

16.30 Pause café

17.00 Séance poétique : Sghaïer Ouled Ahmed, Aymen Hassan
Animation: Ali L’taïef

Samedi 19 janvier 2013

Salle Hamadi Sahli, ISHMN, Campus Universitaire de La Manouba

09.00 Rencontre-débat avec les chercheurs de l’ISHMN

11.30 Visite du Musée du Bardo

Participants

  • Abid Khaled (ISHMN, La Manouba)
  • Allani Aleya (Faculté des Lettres des Arts et des Humanités, La Manouba)
  • Aleya Seghaïr Amira (ISHMN, La Manouba)
  • Annabi Hassen (Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis/ Université de Tunis)
  • Bani Moncef (ISHMN, La Manouba)
  • Béchir Ayari Michäel (International Crisis group/ Tunis)
  • Belaid Habib (ISHMN, La Manouba)
  • Belhassen Abderraouf (Bibliothèque Nationale de Tunisie)
  • Belhédi Abdelmajid (ISHMN, La Manouba)
  • Bendana Kmar (ISHMN, La Manouba)
  • Ben Sedrine Nabiha (Bibliothèque Nationale de Tunisie)
  • Ben Messaoud Moez (IPSI, La Manouba)
  • Bouaziz El-Mustapha (Université de Casablanca/ Maroc)
  • Caron Jean-Claude (Université de Clermont Ferrand)
  • Chamiari Samir Abderrahmane (Université de Aden)
  • Charfi Abdelmajid (FLAH, La Manouba)
  • Chérif Fayçal (ISHMN, La Manouba)
  • Gaha Kamel (Bibliothèque Nationale de Tunisie)
  • Garrigues Jean (Université d’Orléans/ France)
  • Georgeon François (CNRS, Paris)
  • Gueeb Omrane (Université de Tripoli/ Libye)
  • Haddad Mohamed (Institut Supérieur des Langues de Tunis/ Université El Manar)
  • Hannachi Abdellatif (FLAH, La Manouba)
  • Hassan Aymen (Université de Monastir, poète )
  • Hayder Jamil (Fondation Hanns Seidel/ Tunis)
  • Kawakibi Salam (Centre Initiative Arabe de Réforme/ Paris I)
  • Kazdaghli Habib (FLAH, La Manouba)
  • Kchaou Sihem (ISHMN, La Manouba)
  • L’taïef Ali (ISHMN, La Manouba)
  • Lissir Fethi (FLSH, Université de Sfax)
  • Mabkhout Chokri (Université de La Manouba)
  • Mahfoudh Faouzi (ISHMN, La Manouba)
  • Mahfoudh Amine (Faculté de Droit/ Université de Sousse)
  • Marrouki Meysem (La Presse de Tunisie)
  • N’sira Héni (Institut Arabiya des Etudes/ Dubai)
  • Ouled Ahmed Sghaïer (Poète)
  • Sahli Hajer (Bibliothèque Nationale de Tunisie)
  • Tlili Ali (Essabah)
  • Toumi Ali (Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Université de Tunis)
  • Zran Mohamed (Cinéaste)

Vous pouvez retrouver cette annonce ici.


3 réflexions au sujet de « Colloque « Thawra(t)… Approche comparée des révoltes et révolutions (XIXe-XXIe siècle) », 17-19 janvier 2013 »

  1. matoussi amira

    Le thème autour duquel s’est déroulé les débats entend à décrypter la crise qu’elle vit la Tunisie .une crise qui demande une solution immédiate pour diminuer les dégâts. Le programme du colloque est très riche et fécond.je regrette de ne pas participer

    Répondre
  2. PR Rachid Tlemçani

    Cher Kmar,
    Je trouve en effet le programme du colloque très riche et stimulant. Le cas algérien dont parle tant n’est pas apparemment examiné. C’est bien dommage. Ce cas pourrait être un p’tit plus . Je pouvais combler ce vide. Mais je n’ étais pas au courant de la tenue de ce gd colloque international.
    je vous souhaite un très gd succès
    Bien cordialement
    Dr rachid Tlemçani,
    Univ Alger

    Répondre
    1. Kmar Bendana Auteur de l’article

      C’est surtout dommage pour nous de ne pas avoir réussi à enrôler un collègue algérien. Je retiens votre proposition, au cas où on publie les actes ? où on fait une suite sous forme de séminaire ? Pour nous ce n’est qu’un début puisque ça ne fait que commencer n’est-ce pas ?
      Merci en tous cas pour vos encouragements.
      Kmar

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *