Une commémoration qui nous interpelle

L’Algérie célèbre le cinquantième anniversaire de son indépendance (5 juillet 1962) qui clôt 132 ans de colonisation française (5 juillet 1830). Une grande effervescence règne dans le pays et l’une des caractéristiques de cette commémoration est qu’elle est à la fois festive et laborieuse et se manifeste dans une multitude de secteurs. Ce qui ne peut que combler le visiteur. Invitée pour un colloque d’historiens, j’ai pu, en quelques jours prendre le pouls du pays dans plusieurs domaines.

Dans le domaine de l’histoire, deux grands colloques d’historiens se sont tenus successivement, avec la participation de deux quotidiens algérois : la formule est heureuse car elle rapproche l’histoire professionnelle de la société tout en les interrogeant de façon croisée. Le premier colloque organisé par le Ministère de la culture, le Centre national de recherches préhistorique anthropologiques et historiques (CNRPAH) et le quotidien La Tribune s’est choisi le label ouvert de « rencontre ». Plus qu’un programme, son titre sonne comme un manifeste : L’Algérie, cinquante après : libérer l’histoire. Du 1er au 3 juillet, une soixantaine de chercheurs de diverses disciplines venant d’Algérie, d’Afrique, d’Europe, des Etats Unis ont interprété à leur façon un vœu et un besoin partagés par toutes les historiographies. Le deuxième colloque intitulé : Cinquante après l’indépendance. Quel destin pour quelle Algérie ? a été organisé par le journal Al Watan du 5 au 7 juillet. Son programme est structuré par le même souci : briser le face à face franco-algérien qui obsède les politiques, appauvrit les médias et l’édition et enchaîne la production académique, des deux côtés de la Méditerranée.

Les deux rendez-vous historiens ont donné le coup d’envoi à une série de manifestations scientifiques prévues tout au long de l’année du cinquantenaire ; ils marquent la volonté de dépasser les grilles de lecture imposées à l’écriture de l’histoire en Algérie et d’intégrer les questionnements dans des problématiques élargies à l’histoire des relations internationales, à l’histoire des mentalités, à l’histoire des sociétés en dépassant les querelles et les récits des factions politiques. Même celles qui ont mené les événements restent à ce jour mal connues. C’est un appel à un travail d’histoire qui comprend certes un retour sur les mémoires diverses, contradictoires et encore cachées des faits mais qui doit aussi engendrer une autre façon de considérer les mémoires : des traces du passé à restituer dans leur complexité voire dans leurs contradictions et à mettre en perspective avec d’autres types de traces, plus ou moins disponibles, pas toujours « autorisées ».

La démarche, salubre, est utile et nécessaire ; elle empreint le style « émancipé » que revendique cette commémoration hautement symbolique qui se déploie au niveau national, effeuillant dans divers domaines de la vie du pays les réalisations et les acquis des cinq décennies de « l’Algérie algérienne ». Pour les festivités du cinquantenaire de l’indépendance, les Algériens ne se sont pas contentés d’inviter des officiels et des politiques ; ils ont associé des chercheurs et des universitaires, appelant à ouvrir le pays, à mieux faire connaître ses créations, sa culture et sa diversité. Dans les secteurs de l’agriculture, de l’industrie, du commerce, c’est une occasion de dresser des bilans, de s’interroger sur l’avenir de la pédiatrie, des hydrocarbures ou de la littérature. Il est vrai que des thèmes comme celui de la langue, de la redistribution des richesses, de la place de la femme dans la société, des choix d’enseignement, des politiques publiques de santé sont autant d’entrées qui permettent d’observer les acquis comme les manques ressentis aujourd’hui par le citoyen algérien.

A un moment où tout semble bouger dans le monde arabe mais aussi ailleurs, le sentiment du visiteur est qu’une lame de conscience traverse l’Algérie. Après les décennies de déchirement qui ont succédé à une guerre coloniale encore très (trop) présente dans les discours et les symboles de la politique, une « raison » citoyenne serait-elle en train d’advenir ? Alors que les jeunes générations, bloquées par l’état général du pays et la crise mondiale, revendiquent, comme toutes les jeunesses du monde, de partir à l’assaut de l’avenir, les aînés se penchent sur des bilans sectoriels, contrastés mais inquiets. Articles de journaux et échanges universitaires expriment une conscience de la coupure générationnelle et une grande insatisfaction dans la façon de traiter le passé, de raconter l’histoire, de considérer la mémoire. Cette mémoire maltraitée pèse sur le présent de l’Algérie, coupe les ailes de la jeunesse, ajoutant la fracture générationnelle à d’autres. Le pays pullule d’une énergie juvénile, impatiente et impuissante, confinée dans un espace qui ne répond pas à son désir de vivre et de s’épanouir, coupée des libertés dont bénéficient d’autres jeunesses, leur garantissant la liberté de circuler, d’aimer, de croire…

Cette commémoration nous interpelle à plusieurs niveaux, comme historiens, comme citoyens, comme voisins. Elle met en relief les manques de la connaissance du passé, du fait des différentes confiscations d’une histoire meurtrière, encore méconnue. Or, le phénomène n’est pas propre à l’historiographie algérienne ; il se heurte, partout, à la perception sociale de l’histoire, souvent utilisée comme un discours de légitimation du pouvoir politique. Nos jeunes générations ont-elles besoin d’histoire ou de mémoire ? Si la restitution de celle-ci est nécessaire, dans sa complexité et avec ses aspects sombres et négatifs, la posture historienne, dans sa capacité à faire dialoguer sources et témoins, à faire entendre des voix discordantes, peut apporter le recul et la distance qui peuvent apaiser les mémoires et bâtir l’avenir des sociétés en leur faisant accepter les différences déjà vécues et jusque là non acceptées ou empêchées de s’exprimer.

Hammam-Lif, le 8 juillet 2012


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *