Aux origines de l’enseignement supérieur tunisien

L’histoire de l’université tunisienne ne commence pas avec l’université nationale. Celle-ci est le fruit d’une volonté politique et d’un texte de loi qui ont donné une impulsion fondamentale au tissu actuel. Cependant, le décret du 31 mars 1960 qui suit la réforme générale de l’enseignement (représentée par les deux décrets du 29 mars 1956 et 1er octobre 1958) portant l’organisation de l’Université de Tunis (Faculté des Sciences Mathématiques, physiques et Naturelles, Faculté des Lettres et Sciences humaines, Faculté de droit, de sciences politiques et économiques, Faculté de médecine et de pharmacie, École Normale Supérieure à laquelle est rattachée le Centre National d’Études et de Formation Pédagogiques et une Cité universitaire)  n’arrive pas sur un désert institutionnel. C’est de cet existant qu’il sera question dans le présent papier qui s’efforcera de faire un tableau de l’archipel d’institutions que la réforme de l’indépendance reprend en main pour fonder une université nationale. Car, dans l’esprit du décret de mars 1960, et dans le sillage de la réforme de 1958, il s’agit de tunisifier le dernier étage de l’édifice éducatif après avoir construit la réforme des cycles primaire et secondaire. Cette nationalisation passe par l’unification du diplôme d’entrée autour du baccalauréat, un diplôme dont l’importance sociale et politique transparaît autour des années 1950. Cette mesure-pivot accompagne l’aspiration du pôle ZaytounaKhaldouniyya et la création d’une université fédérant facultés et instituts.

Un archipel colonial bi-polaire

Pendant la période coloniale en Tunisie, il n’y a pas l’équivalent de l’Université d’Alger créée en 1909, haut lieu de la science française, du reste très peu ouvert aux Algériens. Le tableau de ce qui peut s’apparenter à un enseignement supérieur dans la Tunisie coloniale est éclaté, composé d’une gamme d’établissements qu’on peut ranger dans un schéma bipolaire. Il y a d’un côté le système zaytounien essayant depuis 1875 d’accéder à un enseignement plus ouvert, plus poussé et qui, au cours de la période coloniale, enregistre plusieurs tentatives pour assurer la validité de ses diplômes (mounadhara en 1892 et tatwi’ en 1898 pour le cycle moyen) et pour aller vers un enseignement plus « scientifique» : le tahçil al ‘ûlûm, conçu comme équivalent du baccalauréat en 1933 est un exemple.

Le second pôle de l’archipel universitaire colonial est un ensemble d’institutions mises en place dans le cadre de la politique éducative du Protectorat autour des besoins qui s’exprimaient face à l’agriculture, l’hygiène, la formation linguistique ou juridique. Pour les disciplines classiques comme le droit, la médecine ou les sciences, les Tunisiens partent à l’étranger. Ceux qui arrivent à atteindre les études supérieures vont le plus souvent à Damas, Bagdad ou Le Caire quand ils sont arabophones, à Alger et en France (Paris, Strasbourg, Montpellier, Lyon…) quand ils sont francophones[1]. Cent-quatre-vingt tunisiens sont comptabilisés en France en 1938[2] (90282 étudiants français en 1938) ; en 1953, 829 garçons et 118 files poursuivent leurs études en France[3].

Si on considère la catégorie enseignement supérieur dans son acception contemporaine, c.a.d. l’enseignement auquel l’examen du baccalauréat donne accès, on peut dire qu’en Tunisie et jusqu’à l’indépendance, peu de Tunisiens accèdent à l’université. Dans sa forme contemporaine, ce diplôme est né en 1808, dans la France napoléonienne, en même temps que la licence et le doctorat. Si le diplôme de Sadiki qui existe depuis 1911 est déjà un but rarement atteint, l’épreuve du baccalauréat, longtemps réservée au lycée Carnot, est plus inhabituelle encore : 27 élèves sont admis au baccalauréat en 1927, 58 en 1938[4].

Avant d’être structurée par le diplôme du baccalauréat, la gamme des institutions coloniales de formation et de recherche scientifique répond à des besoins immédiats dans les domaines scientifiques, techniques, littéraires et artistiques.

La gamme des institutions noyaux d’activité scientifique

L’Institut Pasteur créé par décret beylical en 1893[5] peut être considéré comme le premier établissement répondant à une définition de l’enseignement supérieur, encore anachronique à l’époque. Adrien Loir, neveu de Pasteur chargé de travailler pour ce centre de vaccination et d’étude est remplacé en 1902 par Charles Nicolle (1866-1936) qui construit le bâtiment que l’on connaît aujourd’hui sur un lot du jardin d’essais de l’École d’Agriculture. Une revue « médicale » naît en 1906 : les Archives de l’Institut Pasteur de Tunis, publiée sous l’égide de la direction de l’agriculture, du commerce et de la colonisation[6]. Du côté agricole,  l’Institut Arloing naît en 1912, à partir d’un laboratoire d’élevage créé en 1897. L’année suivante, le Service botanique de Tunisie est créé, par fusion du Jardin d’Acclimatation de Tunis créé en 1891 et de la Station Expérimentale d’Agriculture (1906). Il devient Service botanique et agronomique de Tunis en 1936. L’Institut National de Recherche Agronomique de Tunis est créé en 1961 à partir de cette institution. En 1924, la Station Océanographique de Salammbô rattachée au musée océanographique de Monaco évolue vers un musée indépendant en 1956.

L’École coloniale d’agriculture née en 1898 est classée comme École Supérieure d’Agriculture en 1947. Elle devient l’École Nationale Supérieure d’Agriculture de Tunis en 1955. Elle forme essentiellement les fils de colons français : on enregistre un Tunisien pour la promotion 1957, 47 feront partie de la promotion 1960 de ce qui s’appelle depuis 1959 Institut National d’Agriculture de Tunis.

Les besoins linguistiques font évoluer la chaire publique d’arabe (1888) en École Supérieure de langue et littérature arabes (1911). Située au Souk el Attarine, elle est confiée en 1913 à l’orientaliste William Marçais qui y crée, entre autres, une chaire d’histoire de la Tunisie et de l’Afrique du Nord attribuée à Hassan Husni Abdelwahab à qui succède M’hamed Belkhûja. Cette école prépare fonctionnaires, tunisiens et français au brevet et diplôme d’arabe et aux certificats de la licence d’arabe organisés par l’université d’Alger. Côté droit, le Centre d’études juridiques de Tunisie, créé en novembre 1922 est rattaché en 1924-25 à l’Université d’Alger[7] et comprend très peu de Tunisiens[8].

Dans le domaine artistique, un centre d’enseignement d’art est créé en 1923 à Dar Ben Ayed dans la médina de Tunis[9]. Il démarre avec une sélection de 7 élèves et devient École des Beaux Arts, par un texte du 1er octobre 1930. En 1945, y est créée la section d’urbanisme et l’établissement de Sidi Abdeslem est inauguré en 1953[10]. En 1957, après une  tutelle de l’Éducation Nationale, il passe en 1962, sous la tutelle Ministère de la Culture.

Le tournant de 1945

La situation de l’enseignement supérieur en Tunisie marque un tournant significatif  après la Deuxième Guerre mondiale. L’étage de l’enseignement supérieur se structure autour des deux pôles. L’Institut des Hautes Études de Tunis ouvre ses portes en octobre 1945 dans les locaux 8, rue de Rome, sous la présidence de William Marçais. Rattaché à l’Académie de Paris et malgré des dimensions modestes, l’IHET fait office d’université locale. Aspirant les formations des l’École Supérieure de Langue et littérature arabe et du Centre d’Etudes juridiques, il les développe, crée des publications et parraine Les Cahiers de Tunisie et la Revue Tunisienne de Droit (المجلّة القانونيّة التونسيّة) à partir de 1953. Présidée par Jean Roche en 1955-56 et divisée en plusieurs sections[11], l’institution assure des formations de licence  et de certificats  jusqu’à 1960.

C’est en réplique à cet établissement qu’est créée l’Université tunisienne Populaire qui sous la houlette de la Khaldouniyya (présidée par Mohamed Fadhel Ben Achour) essaie de donner une assise à des diplômes et des équivalences avec des universités d’Orient. À côté d’une Zaytouna lente à se remanier, la Khaldouniyya mène une lutte institutionnelle à travers l’Institut d’Études Islamiques (1945), l’Institut Arabe de droit (1946), l’Institut Arabe de philosophie, (1946) qui restent sans lendemain car la Khadouniyya est cantonnée dans un statut d’université privée. La Zaytouna est érigée en établissement public doté de la personnalité civile à partir de 1948[12]. La même année, le diplôme d’al ‘alimiyya est conçu pour créer une équivalence entre Al Azhar, la Zaytouna, la Qarawiyyin ou l’université Ibn Badis de Constantine. Des passerelles se construisent dans les années 1950, avec la création de la section moderne de la Zaytouna qui ouvre une filière féminine et instaure un tahçil moderne naît en 1952, multipliant les effectifs.

Le baccalauréat des colonies de 1948 (décret du 13 août 1948) limite l’équivalence à des diplômes locaux et la naissance en 1950 d’un baccalauréat franco-tunisien annonce une augmentation des candidats tunisiens.

En 1952, on enregistre 110 bacheliers tunisiens (65 pour la 1ère partie, 45 pour la 2ème partie). Après une période où l’on déplore l’équivalence injuste entre baccalauréat et tahçil, on édicte l’équivalence entre ces deux diplômes en avril 1957, suite à celle qui lie licence/el ‘alimiyya depuis 1956. Ce qui illustre la volonté unificatrice du système universitaire colonial, après l’indépendance de la Tunisie.

Quand la loi de 1958 est promulguée, la population étudiante s’élève en Tunisie à 2200[13] et les diplômés de l’enseignement supérieur ne dépassent pas le chiffre de 65[14]. On peut se préparer à une licence d’arabe depuis 1946, à la maîtrise de conférences en mathématiques depuis 1954, à un D.E.S en Sciences en 1955-1956. Le diplôme d’archéologie existe depuis 1951 tandis que la licence arabe de droit créée sur trois ans en 1953 passe à 4 ans en 1955-1956 tandis que le DES se prépare à Paris.

Le secrétariat d’État à l’Éducation Nationale qui promulgue le texte du 31 mars 1960 instaure la formule « enseignement supérieur ». Elle n’englobe pas l’École Nationale d’Administration (ENA) créée par décret beylical du 3 février 1949 mais intègre l’École Normale Supérieure créée en octobre 1956[15] autour de quatre sections : Langue et littérature ; Histoire et géographie ; Mathématiques ; Sciences physiques. Dirigée par Ahmed Abdeslem, l’ENS enrôle des contractuels et coopérants français. Les cours y sont dispensés en langue française, sauf en section d’arabe qui comporte en 3ème année cours de langue française. Le décret de mars 1960 adjoint à cet établissement un Centre National d’Études et de Formation Pédagogiques.

Tunis, 10 avril 2012.

Bibliographie

Mahmoud Abdelmoula, 1971, L’université zaytounienne et la société tunisienne, Tunis, STD, 240 p. (Thèse de doctorat Sorbonne, 1967)

Mokhtar Ayachi, 1997, Ecoles et société en Tunisie 1930-1956, Tunis, Centre de Recherches Economiques et Sociales.

Kmar Bendana, 1991, L’Institut des Hautes Etudes de Tunis : 1945-1950, La Tunisie de l’après-guerre (1945-1950), Tunis, ISHMN, pp. 119-132.

Idem, 1998, Aux origines de l’Université tunisienne : l’Institut des Hautes Etudes de Tunis, Revue d’Histoire Maghrébine, n°89-90, pp. 97-106.

Idem, 2004, Diplôme et université à Tunis dans les années cinquante, Maghreb, dimensions de la complexité, Alfa Maghreb et sciences sociales, Tunis, IRMC, pp.61-67. Publié dans Diplômés d’ici et d’ailleurs. Parcours migratoires et trajectoires d’insertion, Aix-en-Provence, CNRS/IREMAM, pp. 66-75.

Adel Ben Youssef, 2006, L’élite tunisienne moderne, les étudiants des universités françaises : 1881-1956, Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Dar El-Mizène, Sousse,  (en arabe).

Mohamed Dhifallah, 2010, « Conditions et contraintes des étudiants dans l’Empire colonial français : le cas des étudiants maghrébins dans l’entre-deux-guerres », in Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (XVIe-XXe siècles), Patrick Ferté et Caroline Barrera (dir.), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, pp. 133-144.

Ali Zidi, 1996, L’historique de l’expérience éducationnelle de la branche moderne de la Zitouna (1951-1965), Tunis, Institut Supérieur de Documentation, 486 p. (en arabe).


[1] Bourguiba, Nouira, Ben Slimane, Ben Milad, Ben Youssef – pour ne citer que ces noms- ont fait leurs études à Paris au cours des années 1920/1930

[2] Paul Catrice, « Étudiants musulmans en France », En terre d’Islam, n° 54, mai-juin 1932, pp. 180-182. Cité par Mohamed Dhifallah.

[3] André Louis, citant dans IBLA 1956, les tableaux  du Bureau Universitaire de Statistique en 1953.

[4] D’après la Statistique Générale de la Tunisie citée par Mohamed Dhifallah.

[5] Le premier Institut Pasteur d’Outre-Mer est créé par Calmette à Saïgon.

[6] Imprimerie La Rapide au départ. Publication suspendue entre 1943 et 1954.

[7] Direction de l’Instruction Publique, L’œuvre scolaire de la France en Tunisie, Bourg, 1931, p. 52-55.

[8] 4 étudiants seulement sur un total de 71 en 1927 (cf. Noureddine Sraïeb, Le collège Sadiki)

[9] Sur proposition faite par Boyer et Vergeaud au Résident Général Lucien Saint.

[10] Par le Résident Général Pierre Voizard le 16 octobre 1953.

[11] Pierre Marthelot dirige la section Lettres

[12] Apparaît dans l’Annuaire Statistique de la Tunisie.

[13]On  recense 2200 étudiants tunisiens et européens répartis dans les trois sections de l’IHET (Sciences, Droit, Lettres) et les nouveaux établissements créés (ENS, Centre d’Études économiques, École Supérieure d’Agriculture (Michel Lelong, IBLA, n° 83, 1958, p. 316)

[14] 65 diplômés tunisiens de l’enseignement supérieur en 1958 se répartissent en : 18 diplômés de Tunisie, 39 de France (dont 33 de Paris), 6 du Caire, 1 de Syrie, 1 d’Irak. cf.  Mokhtar Ayachi, 1997, p. 614.

[15] Quand le décret sur l’ENS paraît en 1958, 106 élèves en font partie. (Michel Lelong, IBLA, N° 89, 1959, pp 212-213).

Version arabe publiée dans L’enseignement supérieur et la formation des élites de Carthage à la naissance de l’Université, Akadémia Hors série, Université de La Manouba, juillet 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *