À propos de la récente « réouverture » de l’Université de la Zaytouna

Une cérémonie a fait couler beaucoup d’encre dernièrement : celle qui a marqué, le samedi 12 mai 2012, la « réouverture » de l’Université de la Zaytouna. Entre louanges et félicitations pour « réhabiliter» un enseignement considéré comme victime de la réforme éducative bourguibienne de 1958 et les inquiétudes que soulève cette parade officialisée par la présence de trois ministres – dont ceux de l’éducation et de l’enseignement supérieur -, essayons de saisir la signification d’un protocole sans originalité et la portée des signaux médiatiques envoyés à travers cette manifestation.

Peut-on parler de « réouverture » alors qu’une université de la Zaytouna existe depuis plusieurs années ? Zine el Abidine Ben Ali a ordonné une cérémonie similaire et dans le même décor prestigieux pour relancer cette université, dans la lignée des gesticulations envers l’islam auxquelles il s’est adonné. Avant de poser en 2000 la première pierre de la mosquée El Abidine de Carthage, inaugurée en 2003, Ben Ali avait installé les nouveaux cours de cette université « ressuscitée » dans le quartier de Montfleury puis dans les bâtiments actuels, en face du Rectorat de l’Université de Tunis et de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Tunis (boulevard du 9 avril 1938). Lui aussi s’en est pris à l’idée répandue d’un Bourguiba anti-islam et a orchestré des gestes grandiloquents et coûteux censés marquer le retour à une défense et illustration de l’ « identité musulmane » de la Tunisie. Kairouan, capitale de la culture islamique (mars 2009) a été une des dernières démonstrations ostentatoires du régime de Ben Ali pour réaffirmer pompeusement ce discours idéologique de façade.

Rien de neuf donc dans cette cérémonie du 12 mai 2012, promotion ostensible d’un islam de décor contribuant à diffuser une imagerie folklorique à l’adresse des Tunisiens et du reste du monde. Dans cette investiture convenue où l’on a annoncé que la Zaytouna serait un lieu d’enseignement pluridisciplinaire allant de la médecine aux sciences humaines, où étaient les scientifiques, les pédagogues, les enseignants et les chercheurs ? On a vu des responsables politiques, des fonctionnaires, des fidèles également (et certains mécontents se sont bruyamment exprimé dans les parages), des donateurs probablement mais pas ou peu de représentants du monde enseignant. Dans la cérémonie benalienne, les formes avaient été mieux observées : une leçon inaugurale avait été prononcée par le mufti de la République, Mokhtar Sellami dont la réputation scientifique était reconnue par ses pairs. Les conseillers d’alors avaient pris le soin de concevoir un cérémonial conforme aux normes universitaires et qui respecte les rituels pédagogiques. Qui sont les conseillers actuels ? A quoi ont-ils pensé en organisant ce mauvais remake, plus proche de l’intronisation d’un conseil d’administration d’entreprise privée que de l’inauguration d’un lieu de savoir, d’enseignement et de recherche ?

Dès l’après-guerre, l’espace de la mosquée était devenu étroit, contraignant et inadapté aux yeux des Zaytouniens. On dispose des archives de lancement, à partir de 1945, d’une large souscription pour bâtir une nouvelle cité zaytounienne convenant mieux aux besoins de cet enseignement ancestral. Le travail du comité zaytounien et la collecte ont permis de construire une cité universitaire qui deviendra, après l’indépendance, le lycée Ibn Charaf. Les mêmes locaux constituent aujourd’hui l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis. Le bâtiment de l’actuelle faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis faisait partie du même projet. Les zaytouniens de l’époque se sentaient à l’étroit dans la prestigieuse architecture ; les plus éclairés travaillaient à moderniser son enseignement sclérosé pour l’adapter au vaste monde. Parmi leurs objectifs : sortir de l’enceinte de la mosquée, disposer de salles de cours fonctionnelles, loger confortablement les étudiants, adopter les nouvelles méthodes scolaires, établir des équivalences de diplômes avec les universités étrangères, créer une section féminine. Ces zaytouniens éclairés voulaient instaurer un enseignement plus efficace, reconnu en Tunisie et ailleurs et non plus confiné dans une représentation pittoresque, des pratiques poussiéreuses et une notoriété de légende. Avant la création de la faculté de théologie en 1961, les plus conscients des zaytouniens, sans se douter des suites politiques qui allaient fondre les canaux de leur enseignement dans un dispositif général, ont éprouvé le besoin de se doter de locaux nouveaux et de moyens plus conformes à l’esprit du temps.

Il faut croire que ces recrues averties et sensées de la Zaytouna des années 1940 et 1950, formées traditionnellement autour des halaqats (cercles autour des maîtres adossés à des colonnes) des salles de prière, avaient une vision plus rationnelle de l’avenir de l’enseignement que les actuels conseillers et responsables qui se sont fourvoyés dans l’orchestration médiatique d’une cérémonie qui aurait demandé à être mieux pensée, plus instruite des expériences du passé, plus soucieuse du fonctionnement des rouages administratifs et plus respectueuse des règles du savoir et de l’Etat qui les cautionne.

Sans scrupules et sans égards pour les gens de l’art, que peut valoir cette nième promotion de façade qui rappelle les actions de propagande de l’ancien régime et le sempiternel besoin de se poser en « khalife à la place du khalife » ? Le pays a besoin de réformer son enseignement et non pas de mises en scène tapageuses pour faire croire à une quelconque «renaissance», pour faire croire à un « retour aux sources ». Le pays a besoin de conscience scientifique et civique pour avancer et non de précipitation à jouer aux « sauveurs » d’un passé mystifié dont les bénéficiaires réels étaient conscients des limites du système dans le monde d’aujourd’hui et ont travaillé à certaines réformes pour avancer. La Tunisie a besoin de mieux connaître ses institutions et mieux comprendre son passé -y compris zaytounien– mais pas d’opérations publicitaires avec des acteurs avides de déclarations et étalages démagogiques qui sont autant de raccourcis ignorants de l’histoire et qui sèment l’amnésie. La transition tunisienne a besoin de responsables plus soucieux de leurs devoirs envers les urgences du présent et plus conscients des exigences de l’avenir.

le 26 mai 2012
Publié dans La Presse de Tunisie du 4 juin 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *