L’université tunisienne se penche sur l’histoire des mouvements étudiants

Deux rencontres ont successivement commémoré les événements de l’université tunisienne de février 1972. La première, organisée conjointement par l’Association pour la Fondation Ahmed Othmani (AFAO) et les Archives nationales de Tunisie (ANT) a eu lieu les 6 et 7 février 2012 à la salle de conférences d’une institution d’archives qui abrite une cellule de recherche depuis 2008. La seconde a été organisée par l’Institut supérieur d’histoire du Mouvement national (ISHMN), le 14 février 2012 à son siège, sur le campus universitaire de La Manouba. Alors que l’on se serait attendu à des répétitions, des chevauchements et des épanchements infinis, ces deux rencontres ont rassemblé un public nombreux et varié, où les témoins et acteurs de l’époque représentaient une part significative. Face aux historiens et avec une présence de jeunes non négligeable, ils ont joué le jeu du retour sur leur mémoire avec une retenue et une lucidité qui ont donné à ces rencontres une tonalité particulière entre souci du passé et besoin de le comprendre. Le regard attisé par leur vécu et l’observation de l’actualité politique, les participants ont évoqué leurs expériences en maîtrisant leur nostalgie, ce qui a permis d’ouvrir des pistes de réflexion, pour les acteurs autant que pour les historiens, en attendant d’inspirer des enquêtes et des travaux de recherche.

La question de l’archive

"Le congrès extraordinaire de l'UGET, quarante ans après"

La première manifestation intitulée Le congrès extraordinaire de l’UGET de février 1972, quarante ans après a permis de poser de façon très nette la question des archives nécessaires à une histoire proche mais que l’on peut envisager d’écrire aujourd’hui. Ces archives sont éparpillées entre des acteurs qui ont sauvé les papiers de leurs organisations face à la répression qui s’est abattue sur le mouvement étudiant en étouffant les voies de la vie syndicale et politique que cette jeunesse voulait construire sous le régime bourguibien. Selon que ces acteurs se trouvent en Tunisie ou en France, les fonds restent à identifier et à livrer à un premier travail de consignation afin d’enrichir les futurs travaux d’histoire. Cette question de l’archive, à l’origine de la proposition de l’AFAO aux Archives nationales de Tunisie et argument principal de la rencontre des 6 et 7 février, a été reprise par les témoins et revendiquée par les historiens comme une condition sine qua non pour faire avancer la connaissance historique des mouvements estudiantins qui ont jalonné l’histoire contemporaine de la Tunisie.

Une mémoire orale circule certes à propos des événements de 1972 au sein des générations qui les ont vécus, dans les familles touchées par la répression, parmi les camarades et les amis de l’époque. Par ailleurs et sur le plan de l’écrit, des autobiographies et des souvenirs ont commencé à paraître. L’apparition d’une littérature carcérale renseigne sur les conditions de détention des étudiants arrêtés, sur les rapports entre prisonniers et avec les geôliers, sur les relations avec le monde extérieur, avec les aînés ou les successeurs des mouvements contestataires. Mais les documents de la gestation politique (tracts, pv de réunions, motions, pétitions, affiches….) ou ceux qui sont produits dans le cadre de son suivi par les autorités, de sa surveillance et de sa répression sont également utiles pour enrichir la mémoire collective par une lecture historienne des logiques des acteurs, de leurs forces respectives, des moyens utilisés et des conséquences des événements. L’évolution des archives vers de nouveaux supports (image, audio-visuel et internet) interpelle témoins, archivistes, historiens et la société sur l’écriture de l’histoire, notamment estudiantine, en train de se faire.

"Le mouvement étudiant tunisien 1972, origines, faits et conséquences"

La manifestation de l’ISHMN du 14 février 2012 (Le mouvement étudiant tunisien 1972, origines, faits et conséquences/ Al haraka at-tulabiyya at-tunisiyya, 1972, judhuruha, waqa’iuha wa in’ikasatuha) a souligné la nécessité de croiser l’approche par les témoignages avec des investigations archivistiques classiques, documents à l’appui. L’ISHMN se propose de prolonger cette rencontre par une série de tables rondes mettant en connivence témoins et historiens pour questionner ce passé en l’inscrivant dans le contexte politique et l’environnement social, économique et culturel qui l’explique. Car, en marquant le cours de l’université, le mouvement estudiantin a également pesé sur l’histoire politique du pays, et plus encore. On gagnerait à analyser le moment 1972, considéré comme un tournant, dans ses dimensions historiques afin d’évaluer sa portée dans l’histoire de l’université et comme mode de confrontation avec le pouvoir politique. Le patient travail de collecte de la mémoire entamé par la Fondation Temimi pour la recherche scientifique et l’information (FTERSI) est une entreprise pionnière qui pose les premières balises de ces épisodes. Beaucoup de témoignages ont été sauvegardés et publiés par la FTERSI. Le projet de l’ISHMN est de poursuivre cette orientation en donnant davantage de place, en amont, à la prospection de l’archive écrite – dans les fonds publics ou chez des personnes privées, en Tunisie et à l’étranger- et, en aval, aux inévitables questions de méthode sans lesquelles ce travail scientifique ne peut perdurer.

Questions de méthode

Il serait trop long de répertorier les innombrables remarques qui ont jalonné les deux rencontres et mettant l’historien devant la responsabilité de restituer les conditions dans lesquelles se sont déroulés des faits encore insuffisamment connus mais dont on sait qu’ils ont brisé des vies, changé des trajectoires personnelles et probablement aussi modifié des destins collectifs. Retenons au moins les pistes qui suggèrent d’aller vers une histoire des conditions matérielles et économiques de la vie étudiante et les mises en garde contre le danger de sur-représenter des appartenances partisanes. Ces journées d’études ont surtout donné la parole à des militants et des acteurs de gauche -au demeurant une catégorie qui reste à interroger- mais les prochaines rencontres doivent s’efforcer d’équilibrer les points de vue des différents bords politiques et idéologiques en situation et la façon dont les revendications d’autonomie et de représentativité à l’université ont été l’expression locale de courants contestataires en Tunisie et dans le monde.

Un fil a couru tout au long des échanges, celui de l’horizon social qui sous-tend le mouvement estudiantin de 1972 et son rattachement aux transformations profondes de la société tunisienne. On note la participation des femmes à la mouvance, les prolongements de l’action dans les lycées et la solidarité des enseignants à la cause. Si on prend en compte la longue durée, on peut mettre en perspective les différents moments qui ponctuent l’histoire de la jeunesse révoltée en Tunisie en fonction de la démographie, de l’histoire de l’éducation et du contexte général. Ainsi, les divers mouvements des étudiants zaytounien-s contre le pouvoir colonial et revendiquant des conditions d’étude et de recrutement décentes, l’Union générale des étudiants de Tunisie (UGET) qui a vu le jour en 1952 à Paris puis s’est transplantée en Tunisie, l’Association des étudiants musulmans nord africains (AEMNA) née elle aussi à Paris en 1927 puis ramifiée entre les trois capitales maghrébines, éclairent le bicéphalisme de la lutte étudiante des années 1960/1970 (entre Tunis et Paris principalement), un moment qui illustre peut-être l’apothéose de la puissance de l’université comme ascenseur social et comme lieu privilégié où se fabrique l’élite contemporaine.

Du point de vue des corpus d’archives et des instruments de recherche, il est possible de faire aujourd’hui l’histoire de l’université, de son fonctionnement, de ses rouages et de ses choix. Hédi Jellab, directeur des Archives nationales a fait part des dépôts qui peuvent servir à étudier l’évolution de l’université nationale (née en mars 1960) comme les institutions qui l’ont précédée au cours de la période du Protectorat (Zaytouna, écoles supérieures, Institut des hautes études de Tunis…). Sur le syndicalisme étudiant proprement dit, des historiens se sont penchés sur cette histoire (ci-dessous encadré bibliographique). Beaucoup reste à faire cependant pour que l’université soit replacée dans l’histoire culturelle, sociale et politique générale, afin de suivre l’évolution institutionnelle du savoir en Tunisie, les formes qu’il a revêtues, les organes d’expression (journaux, bulletins, revues) ainsi que les crises et les réformes qui l’ont façonné.
Le syndicalisme du monde étudiant étant lié à celui des enseignants, le mérite de ces deux moments de réflexion et de débat entre acteurs du mouvement estudiantin de 1972 et historiens est d’avoir célébré utilement un anniversaire, en ouvrant le dossier d’une histoire de l’UGET qui peut apporter beaucoup à l’histoire de l’université et à l’histoire tout court.

Tunis, le 15 février 2012
Publié dans Akademia n° 3, mars 2012, mensuel de la vie universitaire publié par l’Université de La Manouba, pp. 14&15.

Pour en savoir plus

  • Mokhtar Ayachi, « À la croisée des chemins : l’UGTT et les choix cultuels de l’Etat national », Abdejellil Temimi (dir), Bourguiba et l’établissement de l’Etat national : approches scientifiques du bourguibisme, Actes 1er Congrès 1999, FTERSI, 2000.
  • Mokhtar Ayachi, Une histoire d’une école de cadres : l’Union Générale des Etudiants de Tunisie au cours des années 50/60, Université de La Manouba / ISHMN, 2003, 184p.
  • Tahar Chagrouch, Le mouvement étudiant tunisien (1961-1981), genèse d’une intelligentsia, Mémoire de maîtrise sous la direction de Claude Liauzu, Université de Paris 7, 1982, 60 pages.
  • Moncef Chenoufi, « Le rôle des mouvements d’étudiants tunisiens de 1900 à 1975 », In Le rôle des mouvements d’étudiants africains dans l’évolution politique et sociale de l’Afrique, Paris, Editions l’UNESCO/ L’Harmattan, 1993, pp. 147-164.
  • Mohamed Dhifallah, Al haraka at-tulabiiya at-tunisiyya (1927-1939), Zaghouan, FTERSI, 1999, 378p.
  • Mohamed Dhifallah, Amphi et chaire : Études sur les étudiants tunisiens des années cinquante aux années soixante-dix (préf. Hassine Raouf Hamza), Sfax, éd. Librairie Aladin, 2003 (en arabe).
  • Mohamed Dhifallah, « Participation et exclusion : Étudiants tunisiens et réformes de l’enseignement et de l’université (1958-1986) », Institution universitaire et mouvements étudiants : entre intégration et rupture ? , Actes du 9ème colloque du GERME co-organisé avec le CHEVS.
  • Ali Zidi, L’historique de l’expérience éducationnelle de la section moderne de l’université de la Zaytouna 1951-1965, Tunis, 1986, thèse en langue arabe, 164p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *