Célébrer l’absence : Georges Adda parmi nous

L’ambiance du centenaire de Georges Adda (22 septembre 1916-28 septembre 2008) avait les attraits d’un anniversaire à la fois vivant et pensé, sérieux et bon enfant. L’occasion a été saisie par la famille pour que des institutions publiques (la Bibliothèque Nationale de Tunis, les Archives Nationales de Tunisie, l’Union Générale Tunisienne du Travail, la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), des collègues, des amis, des syndicalistes, des militants politiques, des artistes, des chercheurs, un éditeur… réunissent leurs élans, conjuguent leurs efforts et croisent leurs compétences afin d’évoquer par l’oral, l’écrit et les images une vie particulière mais instructive à plus d’un titre sur l’évolution historique des XXème et XXIème siècles tunisiens.

Ce jeudi 22 septembre 2016, la salle Tahar Haddad de la Bibliothèque Nationale a rarement été aussi pleine, dès 9 heures du matin. Dans le hall, une exposition de photos et de documents choisis dans les archives en cours de classement et de versement par la famille aux Archives Nationales a retenu l’attention des premiers arrivés. Les panneaux relatent dans l’ordre chronologique les principaux aspects d’une vie remplie par l’action directe (dans les rangs du parti communiste tunisien où il entre à l’âge de 18 ans, en 1934 l’année même de sa création), le soutien des causes qu’il estimait « justes » (le combat anti-colonial mené contre les priorités édictées par les états-majors communistes ; les luttes pour les droits sociaux et la liberté sous les régimes de Bourguiba et Ben Ali ; l’appui à la question palestinienne) et plus tard l’accompagnement des combats d’émancipation livrés par diverses associations (l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates, l’Association des Journalistes tunisiens, la Ligue Tunisienne de défense des droits de l’homme….). Tunisien et juif (il se disait berbère judaïsé), Georges Adda revendiquait une appartenance dont il ne cessait de déployer la profondeur temporelle : il replaçait ses origines familiales et cultuelles dans le temps sans se sentir assigné à d’autres prises de position que celles dictées par sa raison. Il n’a jamais revendiqué que sa fraternité avec les faibles et les opprimés, cultivant ainsi une persévérance obstinée contre les sirènes du nationalisme et pour un internationalisme ciblé (en faveur des peuples algérien, espagnol, vietnamien, chilien, palestinien…).

L’ouvrage Georges Adda, militant tunisien fraîchement sorti des presses des éditions Nirvana a été mis en vente. A partir des archives triées par sa fille Leïla, mises en forme et en page, Hichem Abdessamad et Fathi Ben Haj Yahia ont rédigé un ouvrage bilingue (77 pages en français et 35 pages en arabe) et illustré qui permet de faire un premier survol des « multiples vies » que Georges Adda a eues : flashs sur des moments familiaux à différentes époques, débuts dans le mouvement communiste, séjours en prison (septembre 1935-mai 1936 ; mars 1952-novembre 1952 dans les camps de concentration de Rémada, Ben Guerdane, Zaârour ; condamné en mai 1953 à 2 ans de prison, libéré en août 1954), articles rédigés pour les journaux (At-Tali’â, Ech-chaâb, Le Temps, Le Maghreb, Réalités, At-tariq al jadid…), entretiens, interventions prononcées au cours de rencontres scientifiques, coups de gueule contre l’emprisonnement forcé de Bourguiba (il adresse une lettre ouverte à Ben Ali en novembre 1997), appels répétés à un Etat de droit.

Après les interventions de la matinée qui ont évoqué les apports de Georges Adda au mouvement communiste de Tunisie, sa morale militante, son attachement au droit (il était abonné au Journal Officiel), sa connaissance des arcanes de la législation sur la sécurité sociale, la salle de documentation de la Bibliothèque Nationale a été inaugurée vers midi trente. Elle portera désormais le nom de Gladys et Georges Adda, un couple dont le militantisme politique, syndicaliste et professionnel était empreint de respect pour la libre circulation de l’information (Gladys Adda a été bibliothécaire, documentaliste et enseignante), l’amour du savoir (à sa mort en 1995, Gladys a légué son corps à la recherche médicale)[1], la défense du service public et de l’intérêt général du pays. Les travaux de l’après-midi se dérouleront dans cette salle, au milieu d’une assistance que le confinement de l’espace n’a pas empêché d’être nombreuse et attentive.

Certes « sa vie attend encore son historien »[2] mais en souhaitant plus d’études sur Georges Adda et autour de lui, on ressort de cette journée où se sont mélangés témoignages et études objectives, mémoire et histoire, avec un sentiment de chaleur affective et de plaisir intellectuel, une impression qui fait du bien en ces temps bien tourmentés. De voir que la Tunisie est capable d’enfanter des patriotes généreux et des militants désintéressés fait garder l’espoir que célébrer le souvenir de l’un d’entre eux, c’est contribuer, à faire exister, et, peut-être, advenir ce qu’il y a de meilleur.

[1] Mélanges Gladys Adda , vingtième anniversaire du décès (1995-2015), offerts par l’Association Tunisienne des Bibliothécaires en décembre 2015 à l’occasion du vingtième anniversaire de la disparition de Gladys Adda (1921 -1995).

[2] Georges Adda, militant tunisien, Tunis, Nirvana,  2016, 112 pages.

Texte publié dans La Presse de Tunisie, 28 septembre 2016, page 10.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *