Leïla, Tunis, 1936-1941 : revue féminine ou féministe ?

Compte rendu de l’ouvrage Leïla, revue illustrée de la femme 1936-1941, Tunis, Editions Nirvana, 2007, 210 p.

Fondée par Ahmed Zarrouk, Leïla est une revue de langue française de la première heure, ouverte à la littérature, à l’art, illustrée par des dessins et croquis de jeunes artistes de l’époque. La monographie historique qui lui est consacrée est une édition de luxe composée d’articles reproduits, d’extraits de textes ou poèmes, de fac similé divers : dessins, croquis, encadrés publicitaires, couvertures … Un extrait d’article paru en juillet 1938 (Robert Montagne[1]), cinq contributions écrites spécialement pour cet ouvrage (Nadia Mamlouk, Abdelaziz Kacem, Jelila Behi, Naceur Ben Cheikh) et la préface de Dalenda Larguèche donnent une image de la richesse et de la variété du contenu de cette revue pionnière.

Contours

Les articles choisis dans ce florilège soulignent le caractère avant-gardiste de cette revue dont les équivalents à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale sont encore rares dans le monde arabe (Minerva parue à Beyrouth entre 1923 et 1927, L‘Egyptienne fondée par Houda Cha’raoui en 1924 peuvent être considérées comme devancières ) et dans le reste du Maghreb. Des analyses pointues sur la part de la littérature dans la revue (Abdelaziz Kacem) ou le rôle des artistes (Naceur Ben Cheikh) montrent l’originalité de la publication. Les planches intercalaires qui reproduisent des passages de la revue articulent l’ouvrage autour de son plan, en mettant en valeur les extraits de textes et les types  d’illustrations qui jalonnent la revue. Cette mise en scène éditoriale donne du produit une idée vivante.

Leïla est, comme l’indique son sous-titre, « une revue mensuelle illustrée pour l’évolution et l’émancipation de la femme musulmane nord-africaine » qui a paru en quarante (40)  livraisons réparties inégalement sur quatre ans et demi et  trois séries[2] : elle démarre en décembre 1936, paraît sur quatre (4) numéros en 1937, cinq (5) numéros en 1938, six (6) numéros en 1939, huit (8) numéros en 1940, et s’achève sur une salve de seize (16) numéros répartis sur le seul premier semestre de l’année 1941. L’élan de cette entreprise éditoriale dynamique est coupé en juillet 1941 ; cette interruption insoupçonnée s’explique certainement par le contexte de la guerre. Les conditions politiques, la volonté des animateurs, la censure, ou la pénurie de papier observée dans l’ensemble du monde de l’édition et de la presse à cette époque sont des causes dont il faudrait déterminer le poids . La thèse de Nadia Mamlouk -soutenue fin 2007 à l’Université de Virginie et dont on souhaite la publication et la traduction en français-  pourrait nous éclairer davantage sur les incidences de l’environnement politique et économique général sur cette revue.

Auteurs

Des présentations et de l’index des auteurs, produit à la fin de l’ouvrage (pp. 204-207), on apprend des choses surprenantes sur cette revue qui a duré presque cinq ans constituant pour les milieux cultivés du Tunis de l’époque une expérience originale.  A commencer par le nombre et la qualité des auteurs qui y ont participé. On note que sur les 112 signatures, 85 auteurs sont tunisiens et 27 sont français ou européens : proportion étonnante pour un organe en langue française, indice de la diffusion de la langue française comme moyen d’expression à part entière au sein de l’élite intellectuelle.

Parmi les signatures les plus fréquentes, « Leïla » vise 33 éditoriaux en plus d’une vingtaine d’articles groupés dans la série « Leïla vous parle » dont on se demande si c’est le pseudonyme  de Ahmed Zarrouk et/ou de son coéquipier Guy-Louis Lemonnier (qui signe 31 textes au total). Le recensement nous apprend également que sur les 27 auteurs femmes de Leïla, 25 sont tunisiennes, 1 turque et 1 libanaise -si l’on en croit les noms- et 8 sont françaises. Faut-il croire que les prénoms féminins comme Zeïneb, Zakia Zaouche, Jamila, etc. (18 au total, plus nombreux que les prénoms masculins) cachent des femmes ?

Présence de l’image

Parmi les auteurs réguliers de la revue et à côté d’intellectuels dont des nationalistes notoires (Mahmoud Zarrouk, 23 articles, Rafik M. 21 articles, Tahar Sfar 16 articles), les artistes tiennent une place particulière par le texte et par l’image : Aly Ben Salem fournit 7 dessins dont 1 de couverture et 4 articles, Guy Lemonnier : 3 dessins, 11 articles, 8 poèmes. Les peintres Hatem El Mekki, Jalel Ben Abdallah et d’autres contribuent à la présence de tableaux, illustrations, dessins qui donnent à cette revue un « look » tout à fait moderne pour l’époque. L’image est également présente à travers la publicité, autre signe de « modernité » de Leïla. Nadia Mamlouk recense consciencieusement dans sa thèse les maisons et entreprises qui ont  fait publier des encarts ou des pages spéciales : ce qui fournit à l’historien un matériel inédit et des pistes nouvelles. Cette ouverture sur les commerces et services qui exercent la publicité renseignent sur les transformations de la vie économique dans la Tunisie de l’époque : on rencontre des annonces sur des restaurants, des cafés, des hôtels, des chausseurs, des entreprises du bâtiment, des esthéticiennes, des coiffeurs, hammams, des bijoutiers, marchands de tissus,  des magasins de vente  et réparation de disques, phonos et radio … et même une publicité en arabe sur le hajj (page 147, entière avec une photo de bateau signée Climora). Ainsi tous ces encarts, offrent-ils une fenêtre illustrée des boutiques, des usines et des maisons qui adhèrent à cette nouvelle pratique de la communication publicitaire, et empruntent le canal des périodiques pour atteindre les lecteurs/consommateurs potentiels. Cette fonction médiatrice des journaux et revues commence en Tunisie dans les années 1930 et Leïla s’affirme comme pionnière sur ce terrain.

Thèmes

A considérer les thèmes majeurs abordés tout au long des cinq années de vie de Leïla, celui de la femme, qui pointe dans le reste de la littérature périodique se décline sous les mêmes variantes : l’émancipation, le mariage mixte, souvent sur un mode moralisateur ou pour rappeler le rôle de la femme dans l’édification d’une nation tunisienne saine et dynamique. Le voile, qui totalise 8 articles sur l’ensemble du corpus apparaît dans Leïla comme un débat clé autour duquel se cristallisent des positions contradictoires[3]. De multiples interférences sont à noter entre cette revue de langue française et la vie culturelle ambiante : écho aux conférences[4], à la production littéraire[5] ; la publication de poèmes, la présence de la peinture, les différents témoignages de la vie artistique, le sport présent à travers quelques articles[6] taillent à cette revue d’élite une image avant-gardiste qui ne l’a pas préservée d’un sort remarquable mais éphémère.

Exhumer cette revue qui a marqué les générations cultivées de la Tunisie coloniale présente un intérêt considérable eu égard à ses caractéristiques propres et à l’influence dont elle aura pu nourrir des titres plus tardifs dans la littérature périodique tunisienne (Faïza, 1959 ; Nissa, 1989….). La facture élégante de l’ouvrage fait écho à l’intention qui a dû animer les responsables de Leïla : éditer une belle revue avec l’aide de la publicité alors naissante ; ce qui ne l’a pas empêchée d’être un produit de luxe (le prix était de 5 francs !) pour un public de quelques centaines de lecteurs francophones, en majorité des hommes, très probablement. Des questions restent posées : Leila était-elle une revue féministe ou féminine ? Quels liens permet-elle de faire entre l’évolution des idées et la place du féminisme dans la culture politique en Tunisie ? La revue Leïla comme les suivantes constituent des repères dont il faut creuser les conditions et les impacts sur l’histoire intellectuelle et politique de la Tunisie contemporaine.

[1] Extraits d’un texte paru dans Entretiens avec les pays de civilisation arabe publié par le Centre d’Etudes Politiques de la Sorbonne, juillet 1938 .

[2] D’après la listes des  tables des matières reconstituées en fin de volume  par Nadia Mamlouk, pp 197-203.

[3] Ilhem Marzouki, « Le voile des colonisées : Tunis 1924-1936 », Ibla n° 161, 1988, pp.        59-89.

[4] Parmi les exemples, la conférence d’André Demeerseman à l’Alliance Française qui donne lieu à un texte « La coopération franco-tunisienne », publié dans Ibla,1941.

[5] Voir la réplique à une nouvelle satirique  de Mahmoud Beyram Tounsi parue dans Ach-chabab du 10 décembre 1936.

[6] Ali Ben Mahmoud, sur l’équitation et la natation en 1941.

Compte rendu paru dans la revue Rawafid, n° 12, 2007, La Manouba, Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, pp. 296-299. 


2 réflexions au sujet de « Leïla, Tunis, 1936-1941 : revue féminine ou féministe ? »

  1. Touriya Fili-Tullon

    Excellent article qui donne envie d’en savoir plus sur « l’identité » auctoriale et civile des autrices/auteurs des textes publiés dans cette revue. Y a-t-il d’autres travaux qui ont abordé cette questions?
    Est-ce que la revue a été numérisée et sinon où peut-on la consulter?
    Merci beaucoup pour le partage.

    Répondre
    1. Kmar Bendana Auteur de l’article

      A part la thèse de Nadia Mamlouk, en anglais, je ne connais pas de travaux récents sur la revue. Le travail mérite en effet d’être poursuivi dans ces directions. La revue existe à la Bibliothèque Nationale de Tunis, qui a commencé un projet de numérisation. mais je n’en connais pas le planning. Affaire à suivre de près en tous cas.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *