« Les Tunisiens combattent pour leur liberté »

 Un entretien paru dans L’OBS Hors série n° 92, mai-juin 2016,  Les Lumières. Un héritage en péril, pp. 69-73

Le pays d’où est partie l’étincelle du « Printemps arabe » est le seul où, cinq ans après la révolution, le débat politique survit à la violence. Et si l’issue de la lutte entre « modernistes » et islamistes reste incertaine, les Tunisiens poursuivent leur route vers la démocratie.

L’Obs : En octobre 2011, neuf mois après le départ surprise de Ben Ali provoqué par la « révolution de la dignité », Ennahdha remportait l’élection de l’Assemblée constituante. Comment comprendre le succès d’un parti islamiste dans ce contexte de transition démocratique, dans un pays qui est le plus sécularisé des pays arabes ?

KB : Les islamistes ont habilement joué de leur statut de principales victimes politiques du régime de Ben Ali. Celui-ci avait pourtant pactisé avec eux lors de sa prise de pouvoir aux dépens de Bourguiba, en 1987, mais à partir du début des années 1990, au moment où démarrait la guerre civile en Algérie, les islamistes tunisiens ont été durement réprimés par le pouvoir, qui les a emprisonnés ou obligés à quitter le pays, à l’image de Rached Ghannouchi, le leader d’Ennahdha. Leur part à la révolution de décembre 2010 et janvier 2011 est minime, beaucoup sont sortis de prison ou revenus d’exil après la fuite de Ben Ali. Mais dès son retour sur la scène politique, Ennahdha a réussi à faire entendre sa voix, profitant des fortes tensions sociales avivées par le vide politique créé par le départ inattendu de Ben Ali. Et du fort capital sympathie que leur a attiré leur discours de victime.

Après sa victoire, au moment de former un gouvernement, Ennahdha n’a-t-il pas donné des gages de respect de la démocratie, en établissant notamment une coalition avec deux partis de centre gauche ?

C’était de la rhétorique, de l’image, un domaine dans lequel Ennahdha est passé maître, grâce notamment aux services d’un cabinet londonien très réputé de conseil en communication. Les deux partis qui ont accepté de s’allier aux islamistes ont fait de la figuration, ils n’ont pas eu leur mot à dire sur la politique du gouvernement. Ennahdha a mis la main sur des postes importants et sur les deniers de l’Etat, en s’attaquant à des symboles de la modernité de la société tunisienne, à commencer par la sécularisation de la vie politique et le statut de la femme. Des voix se sont élevées pour réclamer la fin de la mixité dans l’éducation, des files d’attente séparées pour les hommes et les femmes dans l’administration, la fermeture des lieux où l’on vend l’alcool… Des pratiques salafistes nouvelles sont apparues, sans rapport avec les usages du pays, des prières débordant dans la rue, le port du voile intégral. Les tensions agitant la société ont atteint leur paroxysme au cours de l’été 2013, après l’assassinat de Mohamed Brahmi, opposant énergique à Ennahdha. Certains islamistes étaient prêts à déclencher une guerre civile, l’air était devenu irrespirable. C’est alors que ce qu’on a appelé le « quartet du dialogue national », l’association de quatre grandes organisations de la société civile (1), est parvenu à ménager une solution de sortie de crise en favorisant, au sein de l’Assemblée constituante, la reprise d’un dialogue jusqu’alors totalement bloqué entre islamistes et « progressistes ». Effrayé par ce qui venait d’arriver en Egypte aux Frères musulmans, brutalement chassés du pouvoir par l’armée, Ennahdha a accepté de se plier aux règles démocratiques en reprenant les discussions sur la Constitution ; celle-ci a ensuite pu être achevée en quelques mois seulement.

De quels textes s’inspire cette Constitution de 2014 ? De celle promulguée par Bourguiba en 1959 ? De textes occidentaux ?

La Tunisie possède une tradition historique en matière de constitution moderne ! Dans notre pays, on l’oublie trop souvent, les premières réformes modernisatrices, concernant l’éducation ou l’administration notamment, ont été engagées avant la colonisation française de 1881. Certes, des références internationales ont bien sûr été prises en compte, mais la Constitution de 2014 est une œuvre collective qui n’a pas été rédigée par les seuls députés de l’Assemblée constituante. La Tunisie possède une culture juridique de qualité, et de nombreux juristes ont donc été associés au débat. Surtout, la société civile y a pris une part active. Les débats parlementaires, pourtant techniques, ont été retransmis en direct à la télévision, ils ont fait l’objet de milliers d’articles de journaux, mais ils ont aussi été amplement relayés par les réseaux sociaux. Et, de façon aussi surprenante que réjouissante, des jeunes, à l’unisson d’une grande partie de la société, se sont passionnés, sur Facebook, pour les débats constitutionnels. Un investissement populaire dont les constituants, et notamment les députés de la majorité islamiste, ont été contraints de tenir compte. Un sujet a en particulier tellement mobilisé qu’Ennahdha a fini par comprendre qu’une majorité de citoyens étaient déterminés à défendre l’héritage bourguibien concernant le statut de la femme : c’est celui de la « complémentarité » de la femme vis-à-vis de l’homme, le concept que les islamistes entendaient substituer à celui d’ « égalité » entre hommes et femmes dans la Constitution. Lorsque les Tunisiens ont appris qu’Ennahdha avait réussi à faire adopter par la commission des droits et libertés de l’Assemblée des phrases comme « la femme est l’associée de l’homme dans la construction de la nation » et « leurs rôles se complètent au sein de la famille », une grande partie d’entre eux, femmes et hommes confondus, ont exprimé leur indignation. C’était nier la place essentielle de la femme dans la société tunisienne, une place remarquable au sein du monde arabe. Dès l’été 1956, quelques mois après avoir obtenu l’indépendance de la Tunisie, Habib Bourguiba faisait adopter le Code du statut personnel, une série de lois abolissant les mariages forcés et la polygamie, et autorisant le divorce ; soixante ans plus tard, les effets de ce texte, établissant une quasi-égalité entre les hommes et les femmes tunisiens (2), se font sentir dans tous les domaines : les mentalités, le monde du travail, l’organisation familiale, la vie intime. Aujourd’hui, en Tunisie, il y a des femmes professeures d’université, avocates, flics, militaires, chauffeurs de bus et de taxi… Même parmi les électrices d’Ennahdha, très peu sont favorables au retour de la polygamie. Les islamistes ont fini par comprendre qu’un retour en arrière était impossible dans ce domaine. Tout comme ils ont dû finir par accepter, au dernier moment, l’inscription de la liberté de conscience dans la Constitution.

Ennahdha a perdu les élections législatives d’octobre 2014 au profit de Nidaa Tounes, le parti de Béji Caïd Essebsi, qui a ensuite été élu président de la République. Est-ce à dire que les « progressistes » ont gagné la partie en Tunisie ?

En se dévoilant au cours des débats constitutionnels, en faisant preuve d’arrogance et, souvent, d’incompétence, les islamistes se sont aliéné une partie de leurs soutiens. Les victimes sont devenus oppresseurs, et leur image en souffre terriblement. Leurs attaques contre la sécularisation ont fini par échouer. Depuis ses échecs électoraux de la fin 2014, Ennahdha prône donc une version douce de l’islamisme, et affirme tourner résolument le dos à la charia, au califat, au djihad, au profit du dialogue et de la démocratie. Mais en son sein, les gens prêts à des compromis cohabitent avec des radicaux. C’est moins un parti au sens démocratique qu’un mouvement hétéroclite – qui peut avoir une dimension sectaire –, dont la ligne et les intentions restent de ce fait très floues.

Mais l’état de grâce de Caïd Essebsi et de Nidaa Tounes s’est aussi très vite dissipé. Des accusations de népotisme à l’encontre du chef de l’Etat, le retour d’un climat d’affairisme dans la vie politique ravivent les mauvais souvenirs encore très frais de l’ère Ben Ali. Caïd Essebsi est apparu comme un recours au vide politique, notamment du fait de son expérience, et du trait d’union qu’il représente avec l’ère Bourguiba, dont il a été plusieurs fois ministre et dont il se fait fort d’incarner l’héritage. La mémoire de Bourguiba est présente dans le débat politique et l’imaginaire collectif tunisiens depuis la chute de Ben Ali ; même les islamistes se mettent aujourd’hui à reconnaître son apport au pays. Non seulement il a donné à la Tunisie son indépendance, mais ses réformes modernistes – le développement d’une éducation et d’une santé de masse, ainsi, donc, que la reconnaissance des femmes comme sujet de droit et acteur politique – ont transformé de façon décisive la société tunisienne. Il ne faudrait pas pour autant oublier l’autre visage de Bourguiba, celui du président qui a refusé d’établir une réelle démocratie et de garantir les libertés individuelles. La Tunisie ne peut se contenter de vivre dans l’héritage bourguibien en le sanctifiant, elle a besoin de le renouveler et de le réinventer. Pour cela, il lui faut une nouvelle génération d’hommes politiques, à même d’incarner et de garantir les pratiques démocratiques que la société civile a su inventer.

Propos recueillis par Charles Giol.

(1) La principale centrale syndicale (UGTT), le syndicat patronal, la Ligue tunisienne des droits de l’homme et l’Ordre national des avocats. Le quartet du dialogue national tunisien a reçu le prix Nobel de la paix en 2015.

(2) Les femmes tunisiennes ne bénéficient toujours pas de l’égalité successorale.

Chronologie

Un long chemin vers la démocratie

17 décembre 2010 : A Sidi Bouzid, le marchand ambulant Mohamed Bouazizi s’immole par le feu pour protester contre les méthodes policières. Des manifestations de solidarité embrasent bientôt tout le pays, prenant pour cible le régime du président Ben Ali.

14 janvier 2011 : Ben Ali fuit la Tunisie pour l’Arabie saoudite.

27 février 2011 : Béji Caïd Essebsi, ancien ministre de Bourguiba et tenant d’une ligne moderniste, prend la tête du gouvernement de transition.

23 octobre 2011 : Le parti islamiste Ennahdha sort vainqueur de l’élection démocratique d’une Assemblée constituante et forme un gouvernement.

6 février 2013 : Assassinat de l’avocat et homme politique Chokri Belaïd, qui avait à plusieurs reprises dénoncé publiquement la montée de l’islam intégriste. Le 25 juillet est assassiné l’homme politique Mohamed Brahmi, opposent virulent à Ennahdha.

27 janvier 2014 : Adoption de la Constitution, la troisième de l’histoire tunisienne après celles de 1861 et 1959.

26 octobre 2014 : Elections législatives : Ennahdha est battu par Nidaa Tounes, le parti progressiste dirigé par Béji Caïd Essebsi, qui remporte ensuite l’élection présidentielle le 31 décembre 2014.

18 mars 2015 : Une attaque terroriste revendiquée par l’Etat islamique prend pour cible le musée du Bardo, faisant 24 morts et 45 blessés. Le 26 juin, un terroriste se réclamant également de l’EI fait 39 morts et 39 blessés, essentiellement des touristes, dans un hôtel de la région balnéaire de Sousse.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *