La littérature tunisienne dans le vif de l’histoire

Le colloque sur Le roman français et d’expression française contemporain :  nouvelles formes, nouveaux rapports à l’histoire, organisé par l’Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts (Beyt al-Hikma) les 11, 12 et 13 février 2016, a été pour moi un observatoire passionnant. Le public était composé essentiellement d’écrivains, de critiques, d’universitaires et de lecteurs, mais l’existence et l’activité d’un tel espace d’échange donnent des raisons de croire à une vitalité réconfortante, peut-être à des tremblements significatifs.

S’intéresser à la littérature

Dans l’actualité cacophonique où vit la Tunisie depuis 2011, la littérature conserve en effet des adeptes, fait parler d’elle et réunit des pratiquants. La sphère littéraire flotte entre les mondes enseignant, médiatique et économique, eux mêmes secoués, mais l’obscur désir d’écrire reste vivace, et même si l’œuvre littéraire a une présence réduite, elle maintient son existence. La rencontre réservée au roman de langue française a donné la parole à des écrivains, des critiques et des universitaires, dans un équilibre et une circulation qui ont permis de réfléchir à la situation de la littérature, en Tunisie et ailleurs. Entendre des amoureux des livres, des passionnés des mots et des auteurs échanger autour d’œuvres, de gestes d’écriture, d’univers romanesques, de personnages et de références littéraires a quelque chose d’apaisant en cette période où le désordre langagier s’ajoute à tous les autres. On sait que la production littéraire, en arabe comme en français, est en hausse après 2011, même si auteurs, éditeurs et libraires continuent à se plaindre du manque de lecteurs. Le regret est ancien et appelle à bousculer les cloisons de ces espaces où vit le texte  littéraire. Comme pour le cinéma, les arts plastiques, la musique ou le théâtre, les choses commencent par le public. En filigrane des débats, on a esquissé les lieux à investir ou à faire revivre pour que le roman occupe une place plus grande. Mais, au-delà de cette controverse lancinante et en plus des fenêtres ouvertes sur auteurs et courants littéraires, j’ai été interpellée par la façon dont l’histoire était présente dans les communications. L’histoire de la langue française, notamment, qui peut aider à écrire et à comprendre la complexité de la culture tunisienne contemporaine.

Sortir de la binarité

La rencontre axée autour du roman français et d’expression française a montré que les frontières du microcosme littéraire francophone se sont étendues. Ce microcosme ne se limite plus à la production hexagonale mais peut rejoindre des communautés comparables, en Algérie, au Maroc, à Haïti, au Canada… Le face à face avec la France est aujourd’hui brisé par la dissémination de la littérature francophone dans plusieurs contrées. Depuis des décennies, de grands auteurs francophones sont consacrés partout, et les communautés littéraires, fragmentées et minoritaires au Maghreb, en Europe, en Afrique, en Amérique comme partout, peuvent, notamment grâce à Internet, se lire et communiquer. Se rapprochent-elles pour autant ? La question vaut pour toutes sortes de moyens d’expression, les arts comme les sciences, les littératures comme les « humanités ». Si on se tient à l’histoire, suivre les fils tissés par la langue française qui s’est propagée dans le monde à travers la colonisation, puis s’est prolongée en francophonie, avec les décolonisations, est une entreprise en soi. L’histoire des modalités, des traces, des formes et des manifestations de la présence linguistique française en Tunisie reste en tous cas à faire, au-delà de l’obsession contre sa domination. Celle-ci est, du reste, battue en brèche par l’anglais mondialisé et la conquête d’espaces conséquents par l’arabe classique, dans les sphères du pouvoir, de la littérature et du savoir en Tunisie. Que le roman francophone continue à vivre est un signe d’aspiration à la liberté en ces temps où le mot « dignité » reprend du service. La langue française n’a pas disparu, elle a évolué et se loge dans des plis différents. Considérée comme monture de la modernité et/ou de l’émancipation jusque vers 1960, elle acquiert un autre statut, joue un rôle différent et dit d’autres vécus, entre l’arabe classique du pouvoir et le dialectal (langue du ressenti) – deux espaces en bouleversement – et à côté d’une littérature arabe en expansion.

La littérature comme histoire contemporaine ?

Nous vivons un temps où la binarité n’est plus significative. La binarité arabe/français, longtemps explorée comme lieu de tension politique et idéologique, ne suffit plus à comprendre la Tunisie, tout comme le binôme français/anglais ne permet ni de structurer ni de lire les orages du monde. Les divorces entre ces couples ont tramé les histoires individuelles et globales pendant des décennies : les choix d’écriture, les politiques pédagogiques ou les relations diplomatiques en portent la trace et les figures de passeurs (dont ceux des écrivains Alain Nadaud et Abdelwaheb Meddeb, auxquels le colloque a rendu hommage) éclairent à leur façon l’histoire du XXème siècle tunisien. Aujourd’hui, nous traversons des désordres plus vastes, des perturbations d’équilibre plus profondes. Les passages sont plus escarpés, les proclamations de divorce entre arabe et français ou les échecs annoncés devant l’hégémonie de l’anglais sont des réponses partielles, des interprétations tronquées.

Cela remet la littérature à sa place, diffuse et nécessaire, celle de faire entendre les multiples sens de ce qui habite le tréfonds des sociétés et qui est étroitement lié à ce qui traverse l’intimité des êtres. La littérature en général et la tunisienne en particulier se trouvent devant une implication accrue, celle de décrypter la complexité foisonnante du monde où l’on vit, ses oublis comme ses masques, ses peurs comme ses espoirs, de faire entendre les voix recouvertes par le vacarme de la politique et le bruit des médias comme d’ouvrir un accès aux sons enfouis sous le silence de l’argent et des intérêts.

Merci aux organisateurs (Emna Belhaj Yahia, Rabaâ Abdelkéfi, Ridha Bouguerra, Béchir Garbouj, Samir Marzouki, Najet Tnani), à Dominique Viard qui a introduit le colloque, aux auteurs présents (Renata Ada-Ruata, Ali Bécheur, Rafik Ben Salah, Lamia Berrada, Azza Filali, Alia Mabrouk, Saber Mansouri, Fawzi Mellah, Jean Rouaud, Mokhtar Sahnoun, Antoine Volodine), aux enseignants et aux amateurs de littérature française d’avoir, au cours de ces trois jours, replacé la littérature tunisienne dans le vif de l’histoire en train de s’écrire et de donner envie de lire, encore et toujours.

Hammam-Lif, le 14 février 2016

Le texte a paru sur La Presse de Tunisie, 17 février 2016, page 6.

http://www.lapresse.tn/17022016/110487/la-litterature-tunisienne-dans-le-vif-de-lhistoire.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *